« La gourmandise raisonnée » vient de sortir et spoiler alert : on va se l’arracher. Parce que s’il y a moins de calories, le goût est toujours au rendez-vous.

30% de calories en moins. C’est la promesse de cette « gourmandise raisonnée ». Sauf qu’ici, s’il y a moins de calories, il y a surtout moins de sucre et moins de gras. Et vous nous connaissez, on ne vous présente pas ça pour le fameux « summer body », bien au contraire ! La « gourmandise raisonnée », c’est intéressant pour trois principaux aspects : les becs salés, qui apprécieront davantage la version moins sucrée, celleux qui s’inquiètent pour leur diabète ou cholestérol et aussi pour tous·tes les curieux·ses…

Chou Orphéo - © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Chou Orphéo - © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Constellation- © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Constellation - © Pierre Hermé X Frédéric Bau

Un projet vieux de 15 ans

Frédéric Bau, explorateur pâtissier de la Maison Valrhona, travaille sur le sujet depuis plus de 15 ans. Depuis une conférence de Pierre Gagnaire, plus exactement. Depuis 15 ans, Frédéric Bau réfléchit à des solutions pour rendre la pâtisserie moins calorique. Mais à l’inverse du « light », où on enlève du sucre pour y rajouter plein d’alternatives moins bonne et/ou plus grasse (ou inversement), ici, tout le gâteau est de bien meilleure composition. « On n’a rien fait sans. On a tout fait avec, mais avec mesure et équilibre », explique-t-il. Par exemple, remplacer du beurre par du beurre de cacao : plus dense, il permet d’en utiliser moins, pour le même effet.

Tarte infiniment vanille - © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Tarte infiniment vanille - © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Tarte infiniment citron - © Pierre Hermé X Frédéric Bau
Tarte infiniment citron - © Pierre Hermé X Frédéric Bau

Le duo Pierre Hermé et Frédéric Bau

Lorsqu’il a parlé du projet à Pierre Hermé, chef pâtissier, celui-ci a tout de suite compris l’enjeu. Le but, c’était carrément de « changer demain. Rendre la cuisine plus bienveillante pour nous, moins excessive, tout en prenant toujours le maximum de plaisir. » Emballé, c’est pesé, le projet était lancé. Des heures de recherches avec Thierry Han [ndlr, médecin nutritionniste], 27 pré-tests, un « travail de fond sur chaque recette » … Tout ça, pour quatre desserts : un entremet à la vanille, un à la fraise, une tarte au citron et un chou au chocolat. Allégées en calories, mais ni en goût ni en texture. Un vrai défi, réalisé avec brio. « Cela fait partie de notre époque, cette volonté de bien-être. Et plutôt que de prendre ça comme une contrainte, on peut prendre ça comme une opportunité », précise Pierre Hermé, qui pense déjà à les intégrer dans sa carte dans le futur…

Alors, vous en pensez quoi ? Les desserts « Gourmandise raisonnée » sont disponibles jusqu’au 30 mai dans les principales boutiques de Pierre Hermé (en click & collect, ou par coursier).

Article de Clémence Bouquerod

Marine (Mimolette) et Marine (Mandarine) partagent une passion : l’Angleterre. Et plus particulièrement, Londres. Elles ouvrent très prochainement dans l’est parisien leur traiteur take-away franco-anglais, gourmand et responsable. Il reste quelques jours avant la fin de leur crowdfunding. Et si on les aidait, pour leur permettre de nous rabibocher culinairement parlant avec le pays de la jelly et du pudding ? Come on guys, let’s eat!

© Very French beans
© Very French beans

Nous avons rencontré les fondatrices de ce nouveau traiteur take-away écolo qui verra le jour d’ici l’été. On a parlé saveurs, cuisine responsable et évidemment… beans !

Votre objectif, ouvrir votre take-away parisien de cuisine franco-anglaise. Pourquoi cette passion commune pour la culture outre-Manche ?

Nous avons toutes les deux vécu au Royaume-Uni. On passait notre temps sur les marchés de street food, dans les coffee shops, à visiter Londres, Camden. L’offre culinaire y est extraordinaire. 

Nous étions déjà toutes les deux passionnées par la culture anglaise, l’ambiance, l’ouverture d’esprit. Alors en revenant en France, la différence nous semblait flagrante. Là-bas, la gastronomie est multiculturelle et très inclusive. La nourriture s’adaptait à tous les régimes alimentaires : veggie, vegan, gluten free… Pourtant, les Français·e·s on une image terrible de la nourriture britannique.

 

Comme vous le dites, dans l’imaginaire collectif, la bouffe des British ne fait pas vraiment rêver… Pourquoi, selon vous ? Comment allez-vous faire évoluer le regard des consommateur·rice·s ?

Les gens pensent à l’époque de l’industrialisation des plats. L’Angleterre en a souffert, les Anglais·e·s s’étaient mis à moins cuisiner, à acheter des mauvais produits. Des chefs ont ramené la gastronomie dans le pays. Aujourd’hui, je n’ai jamais aussi bien mangé qu’à Londres ! À chaque coin de rue, on se régale. Tous les pays sont venus apporter leur touche et leurs saveurs. 

On veut supprimer ces clichés en apportant notre petite patte française. J’ai (Mimolette) été formée à Ferrandi – École Française de gastronomie de Paris – donc je connais les classiques français. Nous voulons garder le socle des recettes traditionnelles anglaises. À celles-ci, nous ajouterons notre créativité et nos bons produits locaux pour créer de nouvelles saveurs, des mix and match unique. 

 

Comment est né ce duo culinaire, Mimolette et Mandarine ?

En Angleterre, on en discutait souvent, de monter un projet, de se lancer vers notre propre concept. Après notre retour en France, on a créé un groupe de musique ensemble. Pendant nos répétitions, on grignotait et on discutait de nourriture. Un jour, on a décidé d’allier nos cerveaux pour fusionner nos idées et créer ensemble ce qui verra le jour au printemps. Au-delà de ça, nous nous connaissions depuis plus de dix ans et sommes toutes les deux originaires de la Vallée de Chevreuse.



Very French Beans, c’est un projet qui ne doit pas être évident pendant une pandémie. Avez-vous adapté votre concept à la situation sanitaire ?

En effet. En fait, le projet de départ, c’était une boutique de traiteur. Nous voulions casser les codes de la charcuterie traiteur. Faire des petits plats à emporter, plus digestes et adaptés à tous les régimes. Crise sanitaire oblige, nous avons pivoté vers l’offre à emporter. Aujourd’hui, l’idée c’est de faire goûter nos plats sans restaurant. Alors, nous proposerons un choix en ligne avec retrait sur place. Ainsi, nous verrons si ça plaît et si notre concept fonctionne. 

Votre carte sera simple avec un choix de plats relativement réduit. Adaptez-vous la carte aux saisons ?

Oui, tout à fait. Nous voulions proposer une carte durable. Cela fait partie de nos valeurs. Aujourd’hui, encore très peu de restaurateurs entrent dans ces critères. L’idée c’est de cuisiner des produits bio ou au moins, issus de l’agriculture raisonnée. Nous travaillons sur des recettes qui changeront régulièrement. Il y aura des plats signatures : toujours les même recettes avec des assemblages différents. Ainsi, on peut s’adapter aux arrivages selon les saisons et limiter le gaspillage et notre empreinte carbone ! 

Vous avez lancé une campagne de crowfunding pour Very French Beans. L’un des paliers à passer vous permet de vous former au Label Écotable. Qu’est-ce que c’est ?

Le label écotable existe pour les restaurateurs. Il permet d’être identifié plus facilement du grand public en tant que restaurant respectueux de la santé et de l’environnement. Les critères sont nombreux, par exemple le fait de travailler avec des produits alimentaires de saison, d’utiliser certains produits d’entretien au sein du restaurant… La semaine prochaine, nous suivrons une formation pour l’obtenir puisque nous souhaitons aller au bout de notre démarche écolo et responsable. C’est un choix d’inclure le responsable comme une partie intégrante au projet.

Ce projet sera éco-responsable, ou il ne sera pas.

Very French Beans

Depuis quand avez-vous lancé votre campagne de crowdfunding et quel est votre objectif financier ?

Nous l’avons lancée il y a un mois. Notre objectif ? 12 000 €. Nous avions trois paliers à relever. Les deux premiers ont été atteints en trois semaines. Notre priorité était la formation écotable. Maintenant, nous travaillons sur de nouvelles idées assez complexes. Proposer un restaurant totalement éthique n’est pas si simple. Notamment, à propos du fait que nous ne souhaitons pas forcément dépendre des plateformes de livraison. Nous voudrions pouvoir proposer de la vente directe, mais au vu du contexte, ça ne se fera pas tout de suite.  L’argent nous sert à également au développement de packaging écolo et compostable.

© Very French Beans
Instagram - © Very French Beans

Vous allez mettre en place un système de consigne avec l'application GreenGo, c’est assez innovant pour un take-away. Pouvez-vous nous expliquer le concept ?

Le client paye la consigne en plus du plat et lorsqu’il revient, il nous rend son plat et nous lui rendons son argent (environ 1 € ). C’est vraiment de l’économie circulaire, personne ne perd d’argent et cela permet de réduire les déchets. Nous voulons travailler avec La consigne Greengo pour facilité la vie des clients et leur permettre de déposer leurs emballages consignés dans des collecteurs. C’est vrai que c’est innovant, mais avec la crise sanitaire, la vente à emporter s’est développée et les nouveaux concepts aussi. Nous aimerions même à l’avenir, que nos client·e·s viennent chercher leurs plats avec leurs propres contenants, comme dans un magasin de vrac. 

Alors, vous ouvrez quand?

Nous essayerons au maximum de tenir la promesse du printemps. Nous envisageons même un pop up’ pour proposer des petites choses afin de faire patienter encore un peu. Les gens ont faim et ont envie de goûter !

Est-ce que chez Very french Beans... on mangera des beans ?

Alors, (rires), il y aura des beans bien sûr, mais pas que ça. Il y aura tous les types de haricots. Au Royaume-Uni ils sont effectivement très friand du haricot. Et nous aussi on aime ça, du haricot rouge au haricot vert. Il y en aura oui, mais pas tout le temps, pas partout. On va y allez tranquille et ne pas gaver les Français·e·s de beans.

© Very French Beans
Instagram - © Very French Beans

Juste pour faire saliver les lecteurs et les lectrices de Paulette, pouvez-vous nous citer quelque-uns des plats qui nous attendent chez Very French Beans?

Nous sommes un duo. Mimolette s’occupe plutôt du salé, Mandarine, du sucré. En plat salé, par exemple il y aura la « jacket » : une belle pomme de terre fondante cuite au four que l’on viendra garnir. Notre dernier essai, c’était une garniture au chili de haricot rouge. Mince, c’est au haricot rouge du coup (rires)On le fait ensuite gratiner avec du cheddar et un petit brocamole (guacamole aux brocolis) pour le côté tex-mex. Également à retrouver sur notre futur carte : les « pie », ce sont des tourtes mijotées croustillantes, dorées au four. La dernière que nous avons réalisée était au chou-fleur et parmesan, bien en sauce et très crémeuse.

Nous voulons que notre nourriture soit inclusive : des plats végétariens, vegan, pourquoi pas gluten free. Côté sucré vous pourrez goûter notre carotte cake moelleux, des crumbles aux fruits de saison ou encore un chocolat’cake à la Guiness. Les Anglais·e·s en sont très friands, c’est super bon, même si ça peux surprendre.

Yum, yum, nous ça nous donne faim, alors enjoy your meal! 

Very French Beans, c’est très bientôt. Pour les soutenir, c’est juste ici, jusqu’au 13 avril 2021.

Un article de Margot Hinry

À l’occasion du reconfinement, on vous a concocté une sélection aux petits oignons des meilleurs restaurants asiatiques qui livrent ou font des click and collect ! 

Les meilleurs restaurants asiatiques qui livrent sur Paris

Afin de soutenir les restaurants et se régaler en même temps, la rédaction vous propose ses spots asiatiques favoris pour passer le confinement le palais comblé. Et si vous aimez spécifiquement la cuisine chinoise, on vous conseille aussi ici.

Tiger Tiger

Le petit nouveau de MAMAHUHU s’appelle Tiger Tiger. Actuellement ouvert sous forme de pop-up – avant son ouverture officielle, il est disponible en livraison et click & collect. Au rendez-vous ? Un cha chaan teng [ndlr, restaurant de quartier typique de Hong Kong] moderne et français. On y retrouve de délicieux wontons, du porc croustillant, du boeuf mariné, ou encore du poulet rôti à la cacahuète… Et nous, on est fan !

Adresse : 15 Rue René Boulanger, 75010 Paris

Tiger Tiger - © Quentin Tourbez
Tiger Tiger – © Quentin Tourbez

INÉ Paris

INÉ Paris c’est LA nouvelle adresse pour nos midis pressés. En effet, cette adresse propose des bentos faciles à manger, pratiques et surtout goûtus – et délicieux ! Au choix, un au poisson, un à la viande ou un végétarien. Le tout, accompagnés de petits légumes de saison et de riz. On y retrouve de nombreux goûts différents, pour un midi équilibré !

Adresse : Popu-up au Broken Arm Cafeteria au 12 Rue Perrée, 75003 Paris

INÉ Paris
INÉ Paris

Côté Sushi X Chic des Plantes

Plus besoin de présenter Côté Sushi… Par contre, on tenait à vous parler de sa collaboration avec Chic des Plantes, marque d’infusions de haute qualité. En résulte une box de 39 pièces de sushi, california, maki… Tous plus originaux les uns que les autres. Le thème récurrent ? Vous l’aurez deviné : les plantes ! C’est pourquoi les sushis sont revisités avec du basilic, des poivrons, de la betterave – en petite touches, rassurez-vous. Le tout, accompagné de l’infusion « Belle Plante » et du bouillon bio « Le Sud ». Parfait pour les beaux jours qui arrivent !

Disponible dans tous les Côté Sushi jusqu’au 6 juin.

Côté Sushi X Chic des Plantes
Côté Sushi X Chic des Plantes

Kitchen Galerie Bis

C’est notre petite triche de la journée. Pas seulement un restaurant asiatiquecar le chef trouve son inspiration dans toutes les cuisines du monde, on vous recommande Kitchen Galerie Bis pour son menu de raviolis croustillants, oscillants entre la France et la Thaïlande. « Si les recettes sont métissées, l’Asie a la part belle dans les assiettes» C’est elleux qui le disent !

Adresse : 25 rue des Grands Augustins, 75006 Paris

Kitchen Galerie Bis
Kitchen Galerie Bis

Dumpling Queen

Autre petit de MAMAHUHU, Dumpling Queen est spécialisé – comme son nom l’indique, dans les Dumpling et les Bao. Street-food taïwanaise, ces deux mets sont comme des explosions en bouche. Les goûts y sont puissants, les farces excellentes… Et vous pouvez même y trouver du poulet frit ! Point bonus pour le jeu de mot avec Dancing Queen… (Ça y est, vous avez la chanson en tête ?)

Adresse : 22 rue de L’Echiquier, 75010 Paris

Dumpling Queen
Dumpling Queen

Mamibaba by Quinsou

Mamibaba, c’est un pop-up du restaurant gastronomique Quinsou, par Antonin Bonnet. Avec cette nouvelle carte, le chef a voulu mettre la cuisine coréenne à l’honneur. La spécialité ? Les Mandoo-Guk, raviolis coréens. Excellents, et très originaux ! On craque pour le Yughoe, version coréenne du tartare de boeuf. Bref, de la cuisine fusion comme on l’aime !

Mamibaba by Quinson
Mamibaba by Quinson

The Hood Paris

Bobun revisité, poulet frit vietnamien, ban mi à l’aubergine rôtie… On ne compte plus les merveilles culinaires que nous proposent The Hood Paris pour nos déjeuners d’affaires (comprenez zoom) à la livraison ou en clic and collect. Le restaurant propose même des sauces maison, à acheter en quantité pour remplir son frigo et s’assurer d’être équipés pour le plat suivant. La spécialité de la maison The Hood Paris ? Le Pandan chiffon cake – il nous aurait bien fallu trois parts de ce gâteau nuageux et délicieux.

Adresse : 80 Rue Jean Pierre Timbaud, 75011 Paris

The Hood Paris

Double Dragon 

Avis aux amoureux·se·s du piment ! Le Double Dragon est une cantine asiatique ultra-branchée, créée par deux soeurs franco-philippines. On relève : la food très épicée. Le click and collect est mis en place sur le site, le take away, ainsi que la livraison dans tout Paris. 

Adresse : 52 rue Saint-Maur, 75011 Paris

Double Dragon

Petit Bao

Le Petit Bao a pour concept le partage. L’idée, c’est de prendre un panier bao et un plat par personne, puis de tout partager. Et si vous ne savez pas choisir, le site vous propose des plats signature. La livraison, le take away et le click & collect sont disponibles ! 

Adresse : 116 rue Saint-Denis, 75002 Paris

Petit Bao

YOOM

Yoom at Home est la petite soeur du restaurant Yoom – adulé à Paris pour avoir conçu une carte spécialement dédiée aux Dim Sum. L’établissement propose désormais un menu surgelé à livrer, partout en France. De chouettes kits afin de réchauffer soi-même et traditionnellement ces délicieuses petites bouchées et vapeurs asiatiques. Cuisinées à la main, avec une pâte extra fine qui laisse place aux saveurs des garnitures, elles viendront donc régaler petits et grands un soir de semaine ou le weekend. Des menus pour deux, trois voire toute la famille on par ailleurs été développés. Notre chouchou ? Les raviolis truffe noire édaname, sans hésiter. Alors, on essaie ? Vous pouvez commander à emporter ou vous faire livrer directement à la maison !

Rendez-vous sur le site Yoom at Home pour passer commande !

Yoom
Yoom

LiLi Peninsula Hotel

LiLi, c’est la fusion entre l’art de vivre à la française et la food cantonaise totalement maîtrisée par un chef hong-kongais. Pendant cette période, le restaurant vous propose une sélection de plats à emporter sur le site. 

Adresse : 19 Avenue Kléber, 75016 Paris

LiLi Peninsula Hotel

Brigade du Tigre

La Brigade du Tigre est le nouveau restau d’Adrien Ferrand qui s’est associé à Galien Emery pour cette belle adresse, ouverte depuis septembre dernier. Ici, se mêlent spécialités chinoises, thaïlandaises, cambodgiennes et malaysiennes. Le click & collect est disponible sur leur site et la livraison arrive prochainement. Notre coup de coeur ? Le crabe cake ou encore le tataki de boeuf, sans la moindre hésitation.

Adresse : 38 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris 

Brigade du Tigre

Neko Ramen

Neko Ramencest LA vraie adresse de ramen parisienne, et l’une de nos préférées. Le chef, Sedrik Allani, est français mais passionné de ramen. Et pas celles qu’on déguste en France : les ramen de Tokyo – où il a d’ailleurs été formé. Parfait, donc, pour tous les fans de ramen, mais pas que ! Le restaurant propose aussi des gyozas, des nouilles sautées, des Karaage, des boulettes de poulet frit japonaises, des mochis… Et en plus, les prix sont hyper raisonnables : entre 9,50€ et 12€ pour les trois ramens stars de la carte ! Foncez, si vous voulez découvrir le fameux goût Umami. Notre recommandation ? Le Tonkatsu, très original.

Adresse : 6 Rue de la Grange Batelière, 75009 Paris

Neko Ramen
Neko Ramen

Article d’Alicia Desrivieres, Margaux Rouche et Clémence Bouquerod

Parce qu’en cette période pas très rigolote, les petits plaisirs de la vie n’ont jamais été aussi appréciables. Nous avons sélectionné pour vous les toutes nouvelles douceurs de chocolat, pensées exclusivement à l’occasion de Pâques. Craquez, c’est le moment ou jamais…

Elysium - © Maison Conticini
Elysium - © Maison Conticini

Explosion de saveurs pour la Maison Conticini

Pendant un mois, le chef Philippe Conticini a imaginé deux créations intenses et hautement chocolatées. Cette année, la Maison renouvelle l’indémodable œuf en chocolat. 

Le premier n’est autre qu’un entremet à partager en duo. Ce demi-œuf nommé « l’oeuf Elysium » renferme un praliné coulant et un délicieux biscuit croustillant à la noisette. L’ensemble est bien évidemment recouvert d’un glaçage effet velours au chocolat dulce. Et comme si nous n’avions pas assez l’eau à la bouche, le chef a délicatement laissé un filet de caramel se déposer sur l’oeuf. Goûtez, c’est merveilleux !

12€ 90, à retrouver dans toutes les boutiques Philippe Conticini depuis le 15 mars, jusqu’au 15 avril. 

Le second, c’est l’œuf « Explosion gourmandise » : chocolat au lait et praliné, Gianduja aux amandes et noisettes croquantes. On ne vous en dit pas plus, cette création est évidemment une édition limitée et ne sera qu’en vente aux Galeries Lafayettes Gourmet pour la somme de 63 euros. Vous allez faire des heureux…

© Maison Conticini
© Maison Conticini

L’œuvre de Pâques de Yann Couvreur

À tous ceux à qui la culture manque terriblement, l’œuf de la maison Yann Couvreur est une véritable œuvre d’art. Il pèse 155 grammes et existe au lait ou au chocolat noir. L’œuf est garni d’une multitude de fritures chocolat au lait, noir, dulcey et blanc. Le chef de la maison nous comble, comme à son habitude, en sculptant en relief sur l’ensemble de sa création le renard, symbole et logo de la maison. N’’hésitez plus, croquez !

L’oeuf est victime de son succès sur le site, mais reste disponible dans les boutiques de la maison, au prix de 19 €.

© Yann Couvreur
© Yann Couvreur

Tu es chic, ma poule !

Parce qu’elle est trop cocotte et particulièrement classe, la « Poule de luxe » au chocolat au lait (ou chocolat noir, selon vos goûts) de la maison À la mère de famille nous fait de l’œil. Vous aviez déjà vu une poule apprêtée et élégante, prête à chasser les œufs de Pâques ? Maintenant oui. La poule est pralinée d’un feuilleté enrobé de chocolat signature au lait 36%. Elle est vêtue d’une adorable robe de perles dorées. Alors, chic non?

La poule de luxe pèse 185grammes et est disponible en boutique ou sur le site, au prix de 24€.

© À la Mère de Famille
© À la Mère de Famille

Destination : Planète chocolat

À La maison du chocolat, on voit les choses en grand ! 600 grammes de petits poissons, d’œufs pralinés et de noisettes croquantes qui ravissent nos papilles ! Tous enrobés de chocolat au lait ou chocolat noire, au sein d’un coffret craquant nommé « Planète chocolat”.

Vous pourrez le retrouver en boutique à partir d’aujourd’hui pour la somme de 69 €.

© La maison du Chocolat
© La maison du Chocolat

La Colombe de Christophe Louie

Oui, vous en aviez déjà surement entendu parler, la brioche de Pâques de Christophe Louie fait fureur ! 

Le roi du panettone et des mets italiens se réinvente et crée : la Colombe de Pâques (en forme de colombe, qui plus est !). Pour faire écho à l’Histoire, le chef pâtissier rend hommage au dessert en forme de colombe reçu en signe de paix, par le roi de Lombardie en pleine invasion de la ville de Pavi. Alors, la colombe de Pâques deviendra un emblème de Pâques pour le pays.

Vive le printemps ! Vole la Colombe ! Que la paix soit avec vous !

Christophe Louie

Ainsi aujourd’hui nous avons l’honneur de pouvoir déguster la brioche de Pâques de la maison Christophe Louie. C’est un délicieux mélange de fondant au chocolat au lait avec des noisettes du Piémont. Christophe Louie, connue pour son goût du fruit y place également quelques notes de fruits de la passion et de physalis, pour la touche acidulée. 

Pour des fêtes de Pâques chargées d’histoire, une note de voyage, un peu d’agrume et surtout : la paix !

Disponible sur le site au prix de 36€. 

©Christophe Louie
© Christophe Louie

Des jouets en chocolats pour célébrer Pâques

Chez Michel Cluizel on pense aux plus jeunes d’entre nous. Et en même temps… il n’y a pas d’âge pour chasser les œufs dans le jardin, si ?

La poche de choco jouets de la maison Cluizel est idéale pour Pâques! Un petit peu de sucre, quelques grammes de beurre, du lait, un peu de noisettes… et le tour est joué ! Un assortiment de 5 pièces amusantes qui vont vous régaler, tout simplement.

Procurez-vous la poche de choco-jouets sur le site ou dans les boutiques Maison Cluizel pour 12€15.

© Maison Cluizel
© Maison Cluizel

Destination : Planète chocolat

À La maison du chocolat, on voit les choses en grand ! Parmis leur collection spécial Pâques nous avons retenu pour vous, 600 grammes de pur plaisir. Des petits poissons, des œufs pralinés et des noisettes croquantes qui ravissent nos papilles ! Tous enrobés de chocolat au lait ou chocolat noire, au sein d’un coffret craquant « Planète chocolat ».

Vous pourrez le retrouver en boutique à partir d’aujourd’hui pour la somme de 69 €.

Ah le chocolat… C’est prouvé, il nous aide à surmonter les mauvaises phases, alors faites vous plaisir et joyeuse Pâques ! La Team Paulette se régale déjà…

Article de Margot Hinry

Ça y est, on est reconfiné·e·s. Encore une bonne raison de commander à manger. Et ce soir, pourquoi pas commander italien ? Voici une sélection de nos cinq restaurants parisiens préférés.

Pour se remonter le moral (et surtout continuer de soutenir les restaurants, fermés depuis plus de 6 mois), pourquoi ne pas commander ce soir ? Après notre sélection truffée, de restos chinois et d’adresses plus globales, voici notre sélection de restaurants italiens en livraison – ou à emporter.

Le Patio Opera

On l’avoue, on triche un peu pour Le Patio Opéra Effectivement, c’est un restaurant de spécialités italiennes et corses. Mais on ne voulait surtout pas que vous passiez à côté. Sa promesse ? Une carte par semaine, proposant des produits de saison et d’exception. Parfait pour ne pas s’installer dans la routine. Si on y aime particulièrement ses plats de viande et de poisson (la tagliata de boeuf est incroyable), on vous le recommande aussi pour ses pastas, antipasti et burgers italiens !

La Comitiva

Envie de découvrir une nouvelle façon de déguster des spécialités italiennes ? Les Saltimburger de La Comitiva sont faits pour vous. Ce sont des sortes de burgers dans une pâte à pizza, composés de produits italiens tels que de la mozza, tomate, polpsteak,… Bref, tout ce qu’on aime. Et bonus : ce n’est pas cher du tout ! On y prendrait presque goût…

Saltimburger - © La Comitiva

Gruppo Mimo

Pasta aux pistaches, risotto à la truffe, pizza à la mortadelle… Gruppo Mimmo, c’est LE nouveau restaurant qui fait fureur à Paris – et sur Instagram, grâce à son food porn exceptionnel. Et « faire fureur », cela ne lui rend même pas vraiment hommage. À peine ouvert à Boulogne, le restaurant ouvre une deuxième cuisine en avril dans le 17ème et cherche aujourd’hui un local dans le centre… C’est grâce à toutes ses photos de truffe, ça… Quand vous verrez les photos (et goûterez, surtout !), vous comprendrez la hype.

La Brigata

La Brigata, c’est un petit restaurant du 19ème arrondissement. Très mignon de l’extérieur, il n’en reste pas moins peu connu. On vous le présente aujourd’hui, justement pour inverser la tendance ! On vous recommande particulièrement les pizzas, très bonnes et à des prix abordables. Les produits sont d’exception, le chef passionné, et ça se sent. On a hâte d’aller tester leurs planches en face à face…

Golosino

Ah, Golosino. THE place to be pour les fans d’arrancini, comme en Italie. Ne vous méprenez pas, tout le reste est également excellent (point bonus pour la pizza Boscaiola, à la mozzarella, champignons, chorizo et parmesan…). Enfin bref, on recommande !

Alors, pour quel restaurant allez-vous craquer ce soir ?

Article de Clémence Bouquerod

Un mélange de savoir-faire pour une création originale, tous tournés autour du même ingrédient mis à l’honneur : le chocolat. Et ils créèrent… "Le Jardin de Pâques", une brioche feuilletée à partager, là où les saveurs de deux cuisines se rencontrent.

Le jardin de Pâques - © Géraldine Martens
Le jardin de Pâques - © Géraldine Martens

Mmmh, Pâques arrive à grand pas et nos papilles ne peuvent pas être plus ravies ! Pas seulement à l’idée que le pays entier se transforme en usine à chocolat, non. Aussi et surtout parce qu’à l’occasion, une création de Pâques exclusive sera dévoilée dans la boulangerie levantine Babka Zana et la Maison Pierre Marcolini ! Et ce, à partir du vendredi 26 mars, et jusqu’au dimanche 4 avril inclus. 

Une rencontre entre maîtres gourmands

Alors, si vous avez loupé l’info, Babka Zana c’est THE boulangerie levantine à goûter dans le 9ᵉ arrondissement de Paris. Ouverte en janvier 2020 et tenue par le couple Sarah et Emmanuel Murat (nous vous expliquons tout dans cet article), la boulangerie fait fureur auprès des Parisien·ne·s en érigeant la babka comme sa spécialité. Et cette fameuse brioche torsadée tendance attire l’attention de Pierre Marcolini. 

Le couple était, de son côté, déjà fin connaisseur des créations du maître chocolatier. Ainsi, coup de cœur en cuisine, ils s’unissent tous les trois au fourneau pour une collaboration chocolatée.

La plus irrésistible des brioches

D’abord, un goût commun pour le chocolat, puis une envie de faire plaisir. Sarah et Emmanuel convient Pierre Marcolini dans leur atelier parisien, en compagnie d’Aaron Friedman (leur pâtissier), pour créer une recette collaborative unique en son genre.

Celle de la brioche levantine habituelle est revisitée, et à la place, on découvre une pâte briochée feuilletée garnie d’une crème de chocolat et noix de pécan de la maison Pierre Marcolini. Finalement, la pâte tressée forme un nid qui sera, une fois cuit, recouvert d’un sirop à la fleur d’oranger. S’y ajoutent deux pralinés maison, signé Marcolini. L’un, aux pistaches d’Iran. L’autre, aux noisettes du Piémont.

Le jardin de Pâques - © Géraldine Matens
Le jardin de Pâques - © Géraldine Matens

Quels goûts auront les œufs cette année ?

Enfin, au cœur du jardin de Pâques, au creux du nid de la brioche, se trouvent les œufs. Trois petits œufs de Pâques signatures. De quoi régaler chacun·e d’entre vous, avec des goûts différents et tous aussi fondant et onctueux les uns que les autres.

Vous êtes curieux·se ? Allez, on vous dit tout… La praline et la nougatine remplissent le premier oeuf fermé par une coque en chocolat blanc. Il y a aussi l’œuf au chocolat au lait. Sa praline s’ajoute à la nougatine aux noix de pécan. Par ailleurs, le dernier a la coque en chocolat noir. Il est également praliné et sa nougatine est à la noisette et aux brisures de caramel.

Il faut reconnaître que cela fait envie. Le Jardin de Pâques sera vendu uniquement entre le 26 mars et le dimanche 4 avril chez Babca Zana (65, rue Condorcet – 75009 Paris) et Pierre Marcolini (89, rue de Seine – 75006 Paris). Alors, n’attendez pas qu’il n’y en ait plus… Nous, on salive déjà.

Vendu pour 6 personnes à 32 € dans les boutiques de Babca Zana et Pierre Marcolini.

Un article de Margot Hinry

Et vous, vous offrez quoi pour la fête des Mères ? Vous avez déjà fait les roses, les bijoux, les albums photos. Mais est-ce que vous connaissez les déclarations d’amour à savourer de chez Bonne Maman ?

Coffret bonne maman

Pour la fête des Mères, les mamans de toute la terre méritent de l’amour, des mots doux et des gourmandises.

Bonne fête Maman !

Mais non, mais non, pas de panique. Vous n’avez pas oublié la date. C’est nous qui sommes (très) en avance. Et pour cause ! Afin d’exprimer son amour de dix façons différentes, Bonne Maman sort le coffret « 10 façons de dire je t’aime ». Tel un calendrier de l’avent miniature, dix cases dissimulent une jolie pensée et un dessert sucré.

Un coffret d’amour au goût de lavande

Depuis le mois de mars, ce coffret exclusif est en vente sur le site de Bonne Maman pour 19,90 €. Des mariages de saveurs surprenants, des recettes délicates et exclusives, le tout pour ravir les papilles de celle qui vous aime depuis le premier jour. Parce que depuis toujours et que cette année encore plus, les Mamans sont sur tous les fronts, il est temps de les remercier !

Coffret Bonne Maman
© Bonne Maman

Façon 1, façon 2, façon 3, ...

S’il existe un nombre incalculable de façons d’exprimer son amour, Bonne Maman a décidé d’éclairer la journée de toutes ces femmes de 10 manières différentes. Dites-lui avec une confiture d’ananas, de fruit de la passion ou encore de fraise à la verveine ! 

P.S : pour celles et ceux qui se demandent, la fête des Mères c’est toujours bel et bien le 30 mai 2021.

Le coffret est en vente sur la e-boutique Bonne Maman juste ici.

Un article de Margot Hinry

Bold Woman Dinner by Veuve Clicquot, c’est l'occasion de mettre en avant des femmes audacieuses, et surtout l’occasion pour vous de déguster un panier gastronomique pour deux personnes… Intéressant, non ?

Bold by Veuve Clicquot - © Veuve Clicquot

Dans le cadre du programme Bold by Veuve Clicquot, la marque de champagne, toute une communauté de femmes « qui osent et font bouger les lignes dans le monde de la gastronomie » vient à votre rencontre. Bold Woman Dinner, ce sont des apéros gastronomiques en visio, où vous aurez la chance de rencontrer et d’interagir avec ces femmes, si audacieuses.  Rendez-vous en avril pour vivre cette expérience inédite !

Bold Woman Dinner by Veuve Clicquot, d’où ça vient ?

Bold Woman Dinner a été créé en 2019 par la maison de champagne. À la base, cela a été imaginé dans le cadre de Bold by Veuve Clicquot, un mouvement lancé par la marque pour inspirer les femmes à suivre leurs rêves et à rester audacieuses – à l’image de madame Clicquot, qui a repris les rênes de la Maison après le décès de son époux en 1805. À noter qu’à cette époque, les femmes n’avaient toujours ni le droit de travailler, ni le droit d’avoir un compte bancaire. Bold by Veuve Clicquot, c’est aussi les Bold Woman Awards, qui récompensent les femmes audacieuses, les entrepreneuses, celles qui sortent des clous…

Plus qu’un programme, c’est aujourd’hui toute une communauté de femmes qui se serrent les coudes. Une chose est sûre : la sororité a de beaux jours devant elle.

Bold Woman Dinner, ça consiste en quoi ?

Pour celleux d’entre vous qui seraient interessé·e·s, Bold Woman Dinner, c’est un e-apéritif gastronomique pour deux, avec « la cuvée emblématique de la Maison, Veuve Clicquot Brut Carte Jaune », et un panier élaboré par les cheffes, au prix de 110€. Pour ce prix-là, vous partagerez aussi une discussion avec 8 femmes inspirantes, dont des cheffes étoilées, des journalistes, ou des entrepreneuses. Vous retrouverez par exemple Stephanie Le Quellec, Julie Mathieu ou encore Julia Bijaoui… Débats, échanges et partages d’expériences seront au rendez-vous, le tout autour du thème de l’ « Audace à Table », et de la place des femmes dans la gastronomie.

Veuve Clicquot Brut Carte Jaune - © Veuve Clicquot
Veuve Clicquot Brut Carte Jaune - © Veuve Clicquot

« Quels sont les challenges d’aujourd’hui et de demain ? Comment combattre le syndrome de l’imposteur et s’affirmer dans cet univers, à l’époque réservé aux hommes ? Comment faire preuve de créativité et d’audace dans ses projets, tout en préservant sa vie personnelle ? La crise va-t-elle faire émerger une nouvelle façon d’aborder la cuisine ? Autant de défis et de questionnements qui seront abordés par ces femmes inventives et passionnantes », précise la marque.

Bold Woman Dinner, pourquoi ?

Les 8 femmes du prochain Bold Woman Dinner - © Veuve Clicquot
Les 8 femmes du prochain Bold Woman Dinner - © Veuve Clicquot

Vous l’aurez compris, le but, c’est de « mettre en lumière des femmes audacieuses, qui apportent un nouveau regard dans l’univers créatif et technique exigeant qu’est la gastronomie. » Et nous, on ne peut qu’encourager ce type de projet. Ça va même plus loin que ça : « cette communauté de femmes audacieuses associe des talents venus de différents horizons gastronomiques pour créer une dynamique inédite, déclencher une prise de conscience, insuffler une énergie nouvelle qui profite à toutes. Chacune a ses compétences, chacune a ses convictions, chacune a son style… Entrepreneure. Auteure. Cheffe. Sommelière. Restauratrice… Ces femmes ont en commun un esprit avant-gardiste, une détermination, une volonté d’aller toujours plus loin. Ensemble, elles cultivent l’audace d’affirmer leurs ambitions et de prendre en main leur destin. »

Que c’est inspirant ! Si vous voulez participer à l’un de ces e-apéritifs et/ou avoir plus d’infos sur les intervenantes, ça se passe par ici. Mais attention, il faut pour ça habiter à Paris ou en région parisienne…

Article de Clémence Bouquerod

Pour vous faire votre repas plaisir de la semaine – et surtout savoir où le commander, on vous a préparé une sélection des meilleurs restaurants parisiens en livraison.

Cela fait déjà plusieurs mois que les restaurants sont fermés. On sait, cela commence à faire sacrément long. Alors, pour continuer de se faire plaisir – mais surtout pour les soutenir dans cette période difficile, on commande toujours autant ! Après notre sélection de restaurants asiatiques puis chinois, notre sélection truffée… On vous propose aujourd’hui une sélection plus générale. De quoi vous régaler, peu importe vos envies !

Jura Streat Food, par Substance – Cuisine moderne

Chez Substance, le chef Mathias Marc s’est laissé imprégner d’une nouvelle inspiration : le Jura, sa région natale. Vous pourrez déguster un super burger à la viande de Montbéliard – très fort en fromage, et un Hot Fish, hot-dog à la saucisse frite de brochet et écrevisse, très frais avec sa coriandre et ses cacahuètes… On valide.

Sushi Shop X Polaroid – Cuisine japonaise

Plus besoin de les présenter… Cette fois-ci, Sushi Shop fait fort avec sa collab avec Polaroid. Sans même parler de la boîte colorée (et très Instagrammable), on vous la conseille pour ses goûts si particuliers. Entre sushis classiques, vous pourrez retrouver un goût de truffe, du maïs et du boeuf. Et autant vous dire que c’est incroyable.

Mantchouk, par Petrossian – Cuisine russe et arménienne

Le restaurant Petrossian et son équipe a dévoilé récemment une nouvelle carte, plus intime et proche de leurs origines : Mantchouk. Celle-ci propose des petits plats russes et arméniens, particulièrement bons. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça change de nos commandes habituelles.

Laïa – Cuisine du Sud

Envie d’une cuisine réconfortante et savoureuse ? Laïa est fait pour vous. Sa promesse ? Une cuisine du Sud (Espagne, Italie, Provence, …), cosmopolite et authentique, avec un menu unique et différent chaque semaine. De quoi ne jamais manger la même chose… En plus, le chef n’est autre que Marco Bernardo, ancien du Four Season George V ! 

Le Minotaure, par Burger Theory – Cuisine végétarienne

Minotaure - © Burger Theory

Si on aime déjà Burger Theory, on les aime davantage depuis leur sortie de Minotaure, leur nouveau burger à la fausse viande végétale, créé par Les Nouveaux Fermiers – les spécialistes du sujet. Parfait pour les végétarien·ne·s d’entre nous. Et succulent. Il convaincrait presque les grands carnivores…

Epoca Paris – Cuisine italienne

Envie d’un plat de pasta délicieux et surtout premium ? Vous êtes au bon endroit. Epoca Paris, c’est notre référence de brasserie italienne. Et on vous conseille particulièrement les Paccheri à la langoustine et bisque de crustacé…

Mezzencore – Cuisine méditerranéenne

Fan de libanais, mais marre des prix exorbitants de cette cuisine ? On vous recommande Mezzencore. Point bonus pour le jeu de mot, et pour leur box sandwich pita et mezzé… Digne d’un vrai repas méditerranéen. Gros coup de cœur pour leur Labné.

Clasico Argentino – Cuisine sud-américaine

Empanadas - © Clásico Argentino

C’est notre adresse favorite pour les empanadas. Et on ne rigole pas avec les empanadas, chez Paulette. Elles tuent – littéralement. Chez Clasico Argentino, elles sont faites artisanalement par deux chefs argentins passionnés. Et ça se sent.

Marvelous – Cuisine américaine

Marvelous - © Marvelous

Burger, hot-dog, quesadilla, wrap, … Marvelous est LE fast-food américain par excellence. On peut y trouver de tout et pour tous les goûts. Parfait si vous aviez un carving particulier. 

Paris-Boca – Cuisine argentine

Fugazzeta - © Paris-Boca

Vous ne vous y attendiez pas : Paris-Boca propose des pizzas made in Argentina. Car oui, c’est l’une des spécialités du pays. Et là-bas, on l’appelle Fugazzeta. Et c’est d’un gourmand ! On ne vous dit pas…

New Soul Food – Cuisine africaine et antillaise

Cuisine "Afrodisiaque" - © New Sool Kitchen

Le projet New Soul Food a mis quatre ans à mijoter. Et ce n’est pas pour rien. Aujourd’hui, ce nouveau concept a vu le jour. Les plats y sont « afrodisiaques » et surtout particulièrement bons. Au programme ? Du poulet braisé, des côtelettes d’agneau, de la sauce à la noix de coco… Un pur délice.

Alors, on commande où cette semaine ?

Article de Clémence Bouquerod

Vous êtes un·e grand·e fanatique de truffe, mais vous ne savez pas où en manger sans vous ruiner ? Voici une sélection de la Team Paulette.

Ah, comme on vous comprend ! Nous aussi, on est des grand·e·s fans de truffe. Et le problème est le même pour tout le monde. Il est presque impossible d’en trouver à moindre budget. Mais chez Paulette, on aime se faire plaisir. Et quoi de mieux qu’un date avec soi-même, accompagné d’un bon plat truffé ? Voici nos adresses préférées où s’en procurer sans dépenser son livret A.

Les produits Petrossian

L’épicerie fine Petrossian nous propose de nombreux ingrédients pour pimper nos recettes maison, mais avec un petit côté 5 étoiles – et à moindre prix ! Au programme, trois possibilités : des produits pour l’apéro, le plat, ou des condiments. Le tout, évidemment truffé. À l’apéro, on retrouve de la crème d’artichaut et du tarama à la truffe. Côté plat, direction l’Italie ! Tagliatelles, Stringozzi, préparation de risotto, sauce pesto et sauce au champignons à la truffe d’été seront à retrouver pour notre grand plaisir. De quoi nettement améliorer son plat de pâtes carbo de la flemme – même si c’est aussi excellent, on est bien d’accord… La touche secrète ? Petrossian propose également une huile et un vinaigre à la truffe blanche, ainsi que de la fleur de sel à la truffe noire. De quoi faire durer le plaisir plus longtemps !

Prix compris entre 11 et 30€. À retrouver en ligne ou dans leurs points de ventes.

Hot-dog à la truffe – Artisan de la truffe

Flemme de cuisiner ? On vous comprend. Et si vous voulez manger de la truffe en mode street-food, cette idée est faite pour vous. L’épicerie et restaurant l’Artisan de la Truffe – qui propose déjà de nombreux produits et plats à la truffe – a créé un hot-dog truffé. Au rendez-vous ? Une saucisse de francfort, sauce moutarde et champignon, truffe fraîche tranchée, relish, chutney maison et oignons frits. Et ce mélange de goût, on est sûr·e·s que vous ne le connaissez pas. Mais pourquoi avoir créé un tel produit, qui allie exception et fast-food ? Tout simplement parce que l’Artisan de la Truffe se décarcasse pour rendre la consommation de ce produit de luxe accessible à tous. Bonus : le hot-dog peut se manger en marchant ! Parfait en ce moment…

Disponible à 9€ (ou 10€ avec boisson), à emporter ou en livraison.

Précédent
Suivant

Pizza à la truffe – Dans votre restaurant italien préféré

Si vous aimez ce met d’exception, vous savez qu’il se marie particulièrement bien avec une pizza. Notre petite favorite ? La T’art’ufa du restaurant Magna Paris, dispo en livraison ou à emporter. C’est en réalité une Pizza Portafoglio [ndlr, une pizza pliée en 4], très goûteuse avec ses copeaux de truffe. On vous recommande aussi la Tartufata du restaurant La Brigata, disponible en livraison. De la même trempe et à Paris, il existe également l’éternel – et iconique – groupe BigMamma, Dalmata ou encore Gruppomimo, le petit nouveau. À savoir que si vous n’aimez pas les pizzas, vous pouvez également choisir des pâtes, risottos ou Antipasti à la truffe. Et si vous n’êtes pas sur Paris, il ne reste plus qu’à appeler votre restaurant italien favori, et à vous laisser guider !

À partir de 12€.

Nous, on salive déjà. Si vous avez d’autres bonnes adresses à recommander, n’hésitez pas !

Article de Clémence Bouquerod

Le géant de la réservation de restaurants en ligne a enquêté avec ses professionnel·le·s sur la place des femmes dans la gastronomie en 2021.

Nous sommes le 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes. À cette occasion, The Fork [ndlr, le « leader de la réservation de restaurants en ligne »] a enquêté auprès de sa communauté de professionnel·le·s. Le but ? Obtenir leurs impressions concernant la place des femmes dans la gastronomie d’aujourd’hui. Pour cela, iels ont réalisé un sondage et se sont entretenu·e·s avec Hélène Darroze, figure emblématique de la gastronomie. Et ces chiffres encourageants ne pouvaient pas mieux tomber !

Image d'illustration d'une femme cheffe - © Alyson Mcphee
Image d'illustration d'une femme cheffe - © Alyson Mcphee

Les chiffres

Selon The Fork, « on constate aujourd’hui une véritable montée en puissance des femmes dans le secteur ». En pratique, on compte aujourd’hui 39 femmes étoilées dans le Michelin en France. Elles étaient seulement 33 en 2020, et 27 en 2019. Déjà mieux, soit, mais toujours dérisoire. Surtout lorsqu’on sait qu’en tout, 638 restaurants ont été étoilés. Hélène Darroze, elle aussi, se félicite de cette légère amélioration : « la place des femmes est de plus en plus prépondérante en cuisine, j’en veux pour preuve le Guide Michelin UK qui a récompensé 2 femmes, Clare Smyth et moi-même, avec l’obtention des 3 étoiles ». Mais comme pour nous, son enthousiasme reste contenu : « bien évidemment, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir car seulement 7 femmes ont obtenu cette distinction dans le monde ».  

La véritable bonne nouvelle, elle, se trouve dans les effectifs des restaurants. En 2021, « dans la majorité des brigades, les femmes représentent entre 31 et 50% des effectifs. Par ailleurs, 51,3% de ces femmes déclarent avoir connu une évolution professionnelle positive ces 5 dernières années ». Et ça, c’est une nette amélioration – et c’est surtout encourageant pour la suite.

© Instagram The Fork
© Instagram The Fork

Les raisons de ces améliorations

Aucun doute, ces chiffres mériteraient encore de gonfler. Mais, qu’est-ce qui a permis cette nette amélioration ? Déjà, la prise de conscience de la situation par certain·e·s chef·fe·s. Et la prise de conscience de la différence des deux cuisines. « Chaque cuisinier a son propre ADN. [La cuisine au féminin est], je pense, une cuisine moins technique où l’émotion est plus vive. Ma cuisine est très personnelle, instinctive, elle va chercher au fond de ma sensibilité », explique Hélène Darroze.

 

L’augmentation de la médiatisation des femmes cheffes aurait également eu un rôle important. Selon 64,5% des sondé·e·s, les programmes grand public, la sortie de livres et de biographies auraient eu un réel impact. Aujourd’hui, on peut parler de « véritable phénomène de société et surtout un engouement des Français pour la gastronomie permettant de mettre en avant les chef·fe·s et leur savoir-faire ».

Le futur des femmes dans la gastronomie

Hélène Darroze - © The Fork
Hélène Darroze - © The Fork

Le but, c’est également d’encourager plus de jeunes filles à se lancer dans cette voie ! Et ça, c’est le rôle de notre figure emblématique : « c’est un métier qui demande un énorme investissement personnel : le nombre d’heures, le travail en coupure et le soir. Heureusement, la passion est là qui nous porte, mais cela passera aussi par un changement des mentalités. Les femmes doivent être sûres de leur potentiel, croire en leurs rêves et ne surtout pas se culpabiliser », rappelle la cheffe Darroze.

Envie de découvrir ce secteur ? The Fork X Mentor Show propose, à l’occasion de cette journée, un jeu concours. Le concept ? En participant, vous aurez peut-être la chance de gagner une masterclass d’Hélène Darroze. Pour participer, rendez-vous sur Instagram ou Facebook.

Et pour soutenir les femmes déjà existantes, The Fork nous partage sa liste de cheffes talentueuses à suivre : Hélène Darroze, Anne-Sophie Pic, Kwen LiewJoe Ascione, Jessica Prealpato, Mi-Ra Kim, Ghislaine Arabian, Chiho Kanzaki, Kelly Rangama, Charlotte Thiercelin, Amandine Carreau, ou encore Beatriz Gonzales.

Article de Clémence Bouquerod

Sara Boukhaled est la créatrice de la pâtisserie Maison Gazelle, située dans le 11ème arrondissement de Paris. Et on a eu la chance de l’interviewer. Vidéo.

Une partie de l'équipe de Maison Gazelle (de gauche à droite : Perrine cadieu , Sara Boukhaled, Elsa Renard, Fatima Sfiny) - © Clémence Bouquerod
Une partie de l'équipe de Maison Gazelle (de gauche à droite : Perrine Cadieu , Sara Boukhaled, Elsa Renard, Fatima Sfiny) - © Clémence Bouquerod

La pâtisserie Maison Gazelle a été créée il y a environ trois ans. Depuis, Sara Boukhaled, le projet et son équipe [ndlr, composée à 90% de femmes !] ont beaucoup évolué. D’une simple idée aux cartes de grands restaurants, leurs cornes de gazelles réinventées sont désormais disponibles dans leur boutique-atelier-bar à lait d’amande. Non, non, vous ne rêvez pas : la pâtisserie propose aussi du lait d’amande fait sur place ! Impressionnant, n’est-ce pas ?

Vous voulez en savoir plus sur cette belle aventure ? On a eu la chance d’interviewer l’inspirante Sara Boukhaled, pour qu’elle nous raconte son histoire.

Envie de goûter ces fameuses cornes de gazelles signatures ? Vous pouvez vous rendre sur leur site internet, ou aller les chercher en click & collect dans leur magasin, au 2 rue Jean Macé, dans le 11ème arrondissement.

Vidéo réalisée par Clémence Bouquerod

Les cornes de gazelle signatures - © Clémence Bouquerod