YUKSEK SANS COMPROMIS

 

Différent du premier opus sorti en 2009, Yuksek signe un deuxième album pop indie-rock/electro qui lui tenait à cœur, Living on the edge on time.

Le public et les critiques, un peu déroutés à l’annonce de ce choix artistique fort (morceaux dansants avec une mélodieuse écriture pop), sont conquis et accueillent énergiquement ses live innovants, beaucoup plus joués qu’à l’époque du premier album où il était seul sur scène. Mention spéciale à l’interprétation live du titre "Off The Wall"  coécrit avec Kim Giani.  
 
Paulette : Sur scène tu es accompagné de ton acolyte Clément Daquin, de ALB, au clavier et à la basse, et de Léonie Pernet, à la batterie et aux percussions. Pourquoi ce changement de composition ? 
Pour cet album, je m’assume un peu plus. Je ne voulais plus jouer seul sur scène. J’ai fait 4 ans de tournée solo et je voulais arrêter cet écueil du featuring parce qu’aucun des artistes ne pouvait évidemment se déplacer à tous les concerts. Les Chromeo vivent à Montréal, Shitdisco en Écosse, les Bewitched à Reims… Au départ, pour le deuxième album, je pensais faire un truc à la Hot Chip avec des synthés, des boîtes à rythme, un truc organique avec de la voix et ça s’est révélé très "live" à l’enregistrement. J’ai fait l’album seul mais comme un groupe. 
 
Est-ce que tu peux nous faire un petit historique de Yuksek ? Tu es passé en quelques années de DJ à méga producteur…
J’ai sorti des maxis en Allemagne et dans des labels étrangers. J’ai fait des remix et beaucoup de live à l’international. J’ai dû tourner six-sept fois en Australie. Mais ma musique avait peu d’échos en France… Mon premier album, Away from the sea, est sorti chez Universal en 2009 et a rencontré un franc succès auprès du grand public. Mais je n’ai jamais souhaité faire partie des cliques porteuses de la French Touch. Depuis la sortie du deuxième album je vois l’évolution du public et je suis content. Les gens qui aimaient le côté plus dur du premier album s’y retrouvent. Le live est à cheval entre la version du deuxième album, plus musclé, et du premier, plus musical. C’est très fédérateur.

 

Photo Universal

Parlons de tes collaborations : The Krays, avec Brodinski, et Peter & The Magician, avec Stephen, ex Aeroplane
C’est un peu la récré ! Brodi je l’ai rencontré il y a quelques années. Il avait 17 ans, il en a 24 aujourd’hui. Ce mec est charmant. Il m’a filé une démo et évidemment je ne l’ai pas écoutée. Mais il  insisté, m’a dit qu’il avait des idées pour faire de supers morceaux et on a fait des trucs ensemble dont "Bad Runner". C’est une superbe rencontre. Je le considère comme mon petit frère. Quant à Stephen je l’ai rencontré à Calvi On The Rocks il y a deux ans. En tant que DJ, je suis resté à fond sur la nu-disco, c’est d’ailleurs pour ça qu’on a formé un groupe ensemble. Par contre avec la nu-disco il faut faire attention à ne pas tomber dans de la house 90’s naze… Pour les collaborations, je choisis toujours des gens que j’ai rencontrés avec qui il s’est passé un feeling. Cela n’a rien à voir avec la musique, même si ce sont tous des musiciens talentueux comme The Shoes  ou les Bewitched qui sont aussi des amis !
 
Le nouveau clip du single Always on the run, réalisé par Skinny pour Partizan, tu l’as un peu supervisé ou pas du tout ?
Mon image ne m’intéresse pas énormément. Je pense que le clip est mort depuis Spike Jonze, Gondry et Oizo. Je crois que Mr.Oizo partage cette idée. J’aime beaucoup le clip de Justice pour "Audio Video Disco". J’aurais aimé avoir un clip comme ça. So-Me a réussi à magnifier ce qui se passe en studio quand tu composes un titre comme ça. C’est un univers très spécial. Mes clips sont rarement réussis. Mon rêve serait de rencontrer un vidéaste hyper doué, que je créé la musique et que lui créé l’image en même temps.
 

 
Quels sont tes projets ?
Je ne pense pas faire de troisième album pour l’instant. L’avantage, c’est que je suis en licence chez Universal. Ils n’ont pas de droits de regard sur ce que je fais. Je pense continuer la production. Et même si j’ai accumulé pas mal d’argent grâce à des synchro et que j’ai assez pour vivre sans souci encore quelques années, il va falloir que je prenne la production comme une activité sérieuse… Je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir choisir les gens avec qui je vais bosser. C’est un luxe. Encore une fois, je ne peux pas produire un groupe pendant deux ou trois mois si je ne l’aime pas personnellement … C’est le temps que j’ai mis à produire les Birdy Nam Nam ou les Bewitched… Mon intérêt est d’être sur tous les fronts de la musique. Je pense à Mark Ronson. Il fait partie de ces mecs qui savent produire des albums pour d’autres personnes, qui font des albums pour eux-mêmes qui n’ont pas de prétention particulière, ils sont juste bons. Enchaîner avec des DJ set et des live, c’est ce que j’aime aussi.
 
Une dédicace à Paulette ?
Paulette, c’était le prénom de la femme de ménage de ma grand-mère à Compiègne. C’était un peu ma nounou aussi. Bonne fête Paulette !
 
Bonus
> 5 groupes conseillés par Yuksek
The Horrors : Je le dis et je le répète, leur album Skying est un chef-d’œuvre. C’est un des meilleurs groupes à l’heure actuelle.
The Shoes : C’est les copains ! Ils sont très bons.
Local Natives : J’ai été subjugué par leurs concerts. Je les ai vus deux fois, ils sont doués.
Zombie Zombie : C’est les copains ! Etienne et Neman sont sur le point de sortir un album de fou !
ALB : C’est les copains ! Ils ont sorti un album en juin dernier : "Mange-Disque". J’ai fait un remix d’une de leurs chansons.

 

YUKSEK :: LIVING ON THE EDGE ON TIME
Universal 
 
 
Concerts
9/11 : L’Antipode, Rennes
10/11 : Le Confort moderne, Poitiers
11/11 : La Sirène, La Rochelle

12/11 : Festival Les Indisciplinés, Lorient 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *