YES S CLUB FAIT DANSER LES COOL

Photo, Pierre Lucet Penato

Avis à toutes les Paulette qui veulent se déhancher sur le dancefloor, retenez bien leur nom ! Avec leurs sonorités électro pop décalées et inspirées par LCD Soundsystem, The Rapture, Blur, Calvin Harris, The Kills et Beastie Boys, les Yes S Club assouvissent tous vos désirs de danses endiablées. À découvrir de toute urgence !

Paulette : Vous vous êtes rencontrés sur les bancs de l’école. Comment a démarré l’aventure Yes S Club ?
Gautier : On était dans la même promo à l’Esra Paris. On faisait nos prods chacun de notre côté. À la sortie de l’école, on a commencé à faire une ou deux chansons ensemble. Puis on a rencontré notre label, Raindrop.
 

Justement comment est née cette rencontre avec Raindrop ?
Quentin : Raindrop m’a contacté par le biais de Myspace et m’a proposé de passer les voir à leur studio. Pendant quelques mois, j’ai bossé seul avec eux. Mais comme le projet avec Gautier se développait de plus en plus et qu’il m’intéressait davantage, on a fait un "échange standard" avec le label entre mon projet et celui du Yes S Club.
Gautier : Ils étaient aussi venus nous voir à notre premier concert en 2009 et ça leur avait plu donc on n’a pas eu trop de souci à intervertir les projets.

Vous avez sorti votre premier single en mai 2010, puis l’album en novembre 2011. Que s’est-il passé pendant cette année et demie ?
Quentin : On a refait notre album. En fait, on est arrivé dans ce label sans véritables projet ni morceaux. La première année, on a fait beaucoup de concerts. On s’est aussi séparé de notre guitariste. On a donc revu tous nos arrangements et refait notre album une 2e fois.

Vous êtes à la fois électro, pop avec une touche de rock. C’est une volonté de brouiller les pistes ou c’est pour toucher plus de monde avec votre musique ?
Quentin : On a envie d’être apprécié. Après ce mélange correspond aux styles de musique qui nous plaisent.

Sur scène, vous allez désormais être rejoints par un bassiste et des choristes. Pourquoi avoir fait un tel choix ?
Quentin : C’est ce qui correspond le plus à l’album. On veut vraiment restituer l’album sur scène, en lui apportant un côté "live". Sur l’album, il y a aussi beaucoup de basses électriques et de chœurs.
Gautier : Au début, on cherchait un autre guitariste pour remplacer le premier. Mais comme on a pas mal épuré l’album, les guitares sont passées en second plan. La basse était pour nous évidente, mais on ne voulait pas passer en formation à 3 par risque de briser l’équilibre.

"SUR SCÈNE ON FAIT LE SHOW !"




Un argument infaillible pour venir vous voir sur scène ?
Gautier : C’est de la musique cool. Si vous avez envie de voir de l’électro joué, alors il faut venir nous voir ! C’est un vrai show !

Quelle est la suite de l’aventure Yes S Club ?
Gautier : L’idéal, ce serait une tournée. On aimerait bien faire plus de concerts à 2 ou en grosse formation.
Quentin : On entame aussi une série de remixes. On veut rester dans la création. Et on continue nos DJ sets.

Une dédicace aux Paulette ?

Quentin : Continuez à lire Paulette les Paulette, parce que c’est chouette !
Gautier : Ah, ça c’est bien mec !

 
YES S CLUB :: NOTHING VENTURED, NOTHING
GAINED

Raindrop

Sortie novembre 2011

Site
Myspace
Facebook

Concert :
21/01 : Bus Palladium, Paris

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW