WOOLRICH, UN SAVOIR-FAIRE ANCESTRAL


Cet article est un publi rédactionnel

Vous le savez, chez Paulette, on a le béguin pour les marques au savoir-faire ancestral et à l’héritage riche comme Aigle ou encore Saint-James. Mais si le Made in France a la côte et que l’on est un peu chauvins, cette fois pourtant, on quitte l’hexagone pour vous parler de l’inspirante histoire de la marque américaine Woolrich.

1830. Duunstable, comté de Clinton en Pennsylvanie. L’immigrant anglais John Rich s’installe au Moulin du village et se met à produire de la laine (de qualité) qu’il fournit aux fermes voisines. Petit à petit, il se met à confectionner des chaussettes, puis des gilets de laine et enfin, des chemises en flanelle, qu’il écoule en masse dans la région.

La chemise, particulièrement, est un véritable succès. A carreaux rouge et noir et en laine épaisse, la “Buffalo check” devient la tenue de travail fétiche de tous les Américains qui travaillent en outdoor, et ce pour plusieurs années, jusqu’à ce qu’elle devienne, vers 2010, le symbole de toute la communauté hipster. Et oui, la chemise de bûcheron à carreaux que l’on connaît aujourd’hui, c’est un Woolrich qu’on la doit !

Patriotique, durant la première et la seconde Guerre Mondiale, la compagnie Woolrich soutient les soldats américains en envoyant des milliers de couvertures en laine en Europe et en leur fournissant des vêtements chauds. Une fois la guerre finie, ces vêtements imperméables serviront également à plusieurs explorateurs partis à la conquête de l’Antarctique.

Dans les années 70, Woolrich se spécialise dans les parkas, doudounes et vêtements chauds, pour lutter contre les vents et températures les plus extrêmes. Résistant aux intempéries, la parka Woolrich dite “Arctic Parka”, devient au fil des années de plus en plus élégante, jusqu’à adopter dans les années 80 les codes du prêt-à-porter. Cintrée, chic et fonctionnelle, elle est aujourd’hui la parka de référence pour de nombreux Américains. Si vous souhaitez découvrir la collection Woolrich, c’est par là.


Pour le lookbook de la collection automne-hiver 2016, la photographe Jackie Nickerson s’est appuyée sur l’ADN et l’héritage de Woolrich afin de capturer l’essence même de la marque. Grands espaces, retour au source… La simplicité et le naturel dominent. On n’a jamais autant eu envie d’être en hiver #winteriscoming.

Site

Page Facebook

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW