VICTORINE, SOUS LE SIGNE DU V


© Séphora Talmud
 
“Bonjour Monsieur,  auriez-vous une baguette magique ?” Quand Victorine, la super héroïne, une sorte de Fée Carabine, entre dans une boutique de déguisements, on peut s’attendre à tout. Même son fournisseur d’artifices est complètement dépassé par cette blonde pimpante et spontanée, prête à tout dézinguer.
 
Paulette : Comment est née Victorine ?
Caroline : J’ai fait de la musique pendant 5 ans avec ma soeur et mon amoureux de l’époque, à Bordeaux. J’étais une sorte de marionnette qui faisait des sottises pour désamorcer la mélancolie de certaines chansons. Je suis devenue agent de ce projet avant de le devenir pour d’autres artistes.
Au départ, la première maquette de Victorine était “T’es loin”, un morceau que j’avais fait avec Victor Dauthereau, un lyonnais, ex-membre de Apple Jelly. ‘Victorine’ vient de la fusion de son prénom et du mien, Caroline. En une semaine, nous avions fait 10 titres, j’écrivais les textes et les mélodies, lui s’occupait des instruments et des arrangements. Plus tard, suite à une rupture sentimentale, mon complice Kim Giani m’ a proposé de chanter “T’es Loin “à l’open-mic du Pop in qu’il co-anime, en m’accompagnant à la guitare. Ce fut un défouloir magique, et ça me permet de continuer à développer, en parallèle, mon travail d’impresario, de rencontrer de nouveaux réseaux, avec une casquette différente, et j’ai énormément de chapeaux et d’accessoires ! Pour moi, c’est un tout, une vaste récréation, où je suis tour à tour maîtresse ou élève selon les situations.
 

Qu’est-ce que c’est que ce clip ?
Le clip de “Désunis de l’Univers” a été réalisé par Manuel Abella (le réalisateur de “Fukushima, femme fontaine” et “T’es loin”). On a tourné une partie dans le sous-sol du Raymond Bar à Paris, qui propose des séances de pole dancing hebdomadaires. Ce soir-là se déroulait une soirée années 80. Les danseuses (Dorothée Blond et Stéphanie Harel) étaient costumées en mini culottes fluo, Carmen Maria Vega en body pailleté outrageusement échancré faisait du hoola hoop, Sophie Marie Larrouy en Tigrou/Madonna ondulait dans un bustier doré façon Gaultier de Guerrisol et Guillemette Foucard avait les nichons argentés dans sa robe de – je la cite- “cosmo-pute”. Il n’en fallait pas plus ! Manu a eu beaucoup de mal à rester concentré, il oubliait de filmer son héroïne, nous avons beaucoup ri au dérushage avec le monteur du clip Guillaume Labrousse… Il y avait beaucoup de zoom avant “nichons”. Ça tétonne?
 

 
Peux-tu raconter l’histoire de “Fukushima, femme fontaine” ?
A la base, c’est une musique de Benoît Chesnel, l’époux de ma grande amie Sophie Arondel. Il lui avait écrit une chanson en japonais en cadeau de mariage et m’avait proposé de la chanter. Je l’ai tellement aimée que je lui ai piquée en y mettant dedans ma petite dépression passagère post-rupture. L’histoire d’une femme qui se noie de chagrin dans l’océan parisien de ses propres larmes. Le titre coquin est un teaser trompeur.
 
Comment décrirais-tu tes concerts ?
Ce sont des jeux collectifs, souvent improvisés. Heureusement que les musiciens sont très carrés derrière afin de pouvoir créer une figure géométrique qui n’existe pas en élargissant le cercle des spectateurs. Donald Abad, performer de génie bogosse, est le lien entre les musiciens et le public. Il accompagne d’accessoires et porte ce que l’on raconte pour le plus grand bonheur de ces dames, ou de ces messieurs, ou encore de ces enfants quand il se déguise en ours sous 37°2. On essaye de faire participer le public sans le mettre mal à l’aise. Nous cherchons sans cesse à casser le mur virtuel scène/spectateur. Le micro est à tout le monde et je suis très partageuse… La troupe donne beaucoup d’énergie, c’est une grande partouze musicale.
 

Justement, présente-nous tes collaborateurs.

Chacun a son ou ses projets solo :
Olivier Mouchard dit “Podure”, le bassiste qui  joue à faire le dur malgré son jeune âge, a un projet qui s’appelle Sundown avec de belles ballades, avant c’etait Ollie Joe. Ecoutez  ‘Tangerine eyes’.
 
Aurélien Hamm dit “Potandre”, qui a arrangé la chanson “Fukushima, femme fontaine”,  joue dans le groupe planant Apes & Horses, et dans le clip de “T’es Loin”.
 
Gaël Etienne, le guitariste-arrangeur de Victorine, est aussi un graphiste surdoué qui a fait les Beaux-Arts, auteur de notre pochette aux inspirations d’Osamu Tezuka, également  co-réalisateur du premier album de Lescop et de Marc Desse.
 
Guillemette Foucard, qui était dans April Shower, fait des choeurs pour Air, Darkel, Nicolas Godin, Dionysos, La Grande Sophie, Mustang, etc.
 
Rémi Foucard, le frère de Guillemette et chanteur lyrique surdoué, également le clavier du nouveau crooner de l’electro, Yan Wagner. Rémi commence à produire les arrangements d’un conte musical, le nouveau projet de se soeur Guillemette.
 
Kim Giani, mon frère spirituel et le batteur du projet, vient de sortir un disque de Blues, la compil Craignos, Les Chansons de Ma Tante, et joue dans Mistinguett avec Carmen Maria Vega.
 
Donald Abad, artiste-plasticien performer, expose dans le monde entier, regardez la capsule où il tente de suivre son chat aveugle en randonnée avec son sac à dos. Quand le chat s’arrête, il pose sa tente. C’est tout Donald !
 
Paulette a demandé aux acolytes de Victorine ce qu’ils pensaient d’elle :
Olivier Mouchard (basse) : “Si Étienne Daho et Iggy Pop avaient eu une fille, elle se serait appelée Victorine. »
Gaël Etienne (guitare) : “C’est le chaînon manquant entre Candy et Carrie, entre Valérie Lemercier et Kurt Cobain, entre France Gall et Philippe Katerine, entre Barbarella et Nono le petit robot !
Guillemette Foucard (chœurs): “C’est une petite blonde survoltée au cœur tendre, la pile électrique du jeu de mots !”
Rémi Foucard (clavier, choeurs) : “C’est Dorothée qui danse pour oublier sa tristesse.”
Kim Giani (batterie) : “Petite chienne.”
Donald Abad (accessoire et décor interactif) : “C’est la maîtresse d’école qui te donne envie de redoubler pour ne jamais grandir.”
Mathias Malzieu, chanteur charismatique de Dionysos, auteur de romans à succès et aussi spectateur assidu des concerts de Victorine, déclare : “Victorine invente la joie mélancolique, entre France Gall punk et Michel Gondry.”
 
 
Quelles Paulette souhaites-tu nous présenter ?
Sophie Marie Larrouy a.k.a. Vaness La Bomba (humoriste, auteur, journaliste, actrice) qui m’avait invitée à jouer un pollen sur Canal + quand elle animait la Matinale, c’était super. Je vous invite à voir son spectacle “Sapin le jour ogre la nuit” inspiré de son enfance alsacienne. Elle co-anime avec Navie, “L’émifion” ; enfin une émission instructive et décomplexante autour du sexe, avec des détails qu’on aimerait entendre plus souvent, comme par exemple : “Comment bien (se) masturber ? Quel sextoy choisir selon son vagin ?”
 
Carmen Maria Vega, ma cliente, la meilleure interprète que nous ayons en France, à voir dans le spectacle musical autour de la vie de Mistinguett actuellement au Comedia. C’est un peu la fille de Joan Jett et de Michel Serrault.
 
Kumisolo, ma soeur jumelle japonaise avec qui je fais la djette dans Les Demoiselles de Roquefort, on anime La Boum du Silencio un samedi après-midi par mois pour les enfants des adhérents avec des thèmes différents, et un karaoké.
 
Linda Bujoli, artiste plasticienne-photographe qui a réalisé le premier clip de mon client et talenteux Yan Wagner Forty Eight Hours. Tout simplement le meilleur chanteur que nous ayons en France, et ailleurs, le nouveau crooner de l’electro… J’ai connu Linda quand elle faisait des photos pour Air. Elle sculpte la lumière et magnifie les visages. Sa sculpture musicale “Land Me”, diffuse un titre de Air magique composé pour elle avec les choeurs de notre Guillemette. Elle m’a fait une série de portraits en Barbarella pubère qui a donné l’idée du clip de “Désunis de l’Univers”, entre Candy et Shining.
 
Si on peut aussi parler des hommes à grand charisme et à forte (é)Paulette ; Le drôlissime et hors norme Raphaël Neal (photographe, acteur, réalisateur) qui a fait mes premières photos de presse, il est d’ailleurs toujours très pressé, et a dû faire plus de 1000 photos incroyables en 2 heures cette fois-là. Son 1er film ‘Fever” sort en France en septembre prochain. Hâte de le voir.
 
Sans oublier Guillaume Léglise, (My Broken Frame) qui a eu la lourde tâche et la patience de mixer ce disque aux cent millions de pistes avec une chanteuse tendue derrière lui.
 
Une dédicace à Paulette ?
Hey Paulette ! Tu bas tous les autres magazines à plate couture.

VICTORINE :: DESUNIS DE L’UNIVERS (EP)
Label Parissi la musique

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *