TOTAL WARR, UN DUO COMPLÈTEMENT DINGO


Elodie Daguin  pour Paulette

Kiki et Guigui forment le duo parisien Total Warr. Adeptes des parcs d’attraction et de chasse et pêche, ils concoctent ensemble une pop maison et hypersexuée.

Cités par le Sunday Times comme un des groupes français à suivre en 2012 et comparés par ce dernier aux MGMT, on peut dire que les deux garçons ont le vent en poupe. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter, après deux EP aux influences diverses (Animal Collective, François Feldman, Bon Iver, Cut Copy) les gais lurons s’apprêtent à sortir un maxi au printemps.
 

Paulette : Vous étiez potes avant de monter le groupe ?
Guigui : On se croisait à plusieurs soirées mais à chaque fois on était saouls. Une fois, on devait l’être un peu moins puisqu’on a bien discuté et décidé de créer un groupe ensemble.
Kiki : On a fait ça sur un coup de tête et ensuite, tout est allé très vite ! Quelques semaines plus tard, on sortait déjà un EP !
 

"QU’EST-CE QUI EST PLUS DRÔLE QU’UN DAUPHIN OBÈSE QUI RIGOLE ?"
 
Un EP signé chez Hi-Scores (Canada), qui est une sous division du label Last Gang… Pas mal pour un début ! 
Kiki : Dès qu’on a eu nos premiers morceaux, on les a envoyés à quelques labels et Hi-Scores nous a immédiatement proposé de signer. Sauf que 3 semaines plus tard, je devais partir à New York pour au moins 3 mois ! On a été pris de court. Du coup, même si le label était chouette et qu’on a eu des bonnes parutions dans la presse et sur les blogs, c’était difficile pour nous de faire la communication autour d’un groupe qui était tout frais !
Guigui : Ce n’est que quand Benjamin est revenu de New-York qu’on a pris le temps de vraiment lancer le projet et qu’on a sorti un second EP, "Please Never Come Back Again".
Kiki : Mais cette fois-ci, c’était du côté du label que ça bloquait. On a donc décidé de quitter ce label et de sortir notre maxi en indépendant au printemps. On verra bien ce qui se passe mais on aimerait vraiment trouver une licence française à l’avenir.

Le single de votre deuxième EP s’intitule "Sexual" et, contre toute attente, vous avez réalisé le clip à Disneyland pour ce titre. C’est un peu bizarre…
Kiki : Et oui, on est plein de surprises ! En fait on voulait quelque chose de niais, de drôle, pas prise de tête, à notre image quoi !
Guigui : On a tourné ce clip à très gros budget – comme vous pourrez le voir – le jour de la rentrée des classes. Dans le RER on était comme des fous, tout le monde était triste et nous on allait au pays de Mickey, c’était magique !
Kiki : Comme on n’avait vraiment pas d’argent on a fait ça avec une vieille caméra VHS mais, ce qu’on ne savait pas, c’est que quand tu l’éteins et que tu la rallumes, la caméra rembobine de 10 secondes ! On a donc perdu plein de scènes, notamment celle où on faisait une farandole avec les jumeaux maléfiques d’Alice aux pays des merveilles. Y a pas à dire, on était dégoûtés.

Pourquoi aimez-vous autant les animaux ?

Kiki : Un soir qu’on se parlait sur g-tchat on a fait un jeu. On a commencé à taper "Le plus gros" dans Google, avec un nom d’animal derrière. On s’est tellement marrés en regardant ces photos d’animaux que c’est devenu culte entre nous. Qu’est-ce qu’il y a de plus drôle qu’un dauphin avec un double menton qui rigole ? C’est d’ailleurs avec cette photo qu’on fait une pochette d’EP.


C’est bizarre que vous vous appeliez Total Warr alors que votre univers est très enfantin ?
Guigui : On aime bien avoir un décalage entre l’esprit Disney et  nos paroles qui sont juste horribles. On parle de la solitude, du fait de ne pas répondre au téléphone, on est totalement nihilistes comme mecs en fait !
Kiki : Au début on voulait faire un groupe de hard rock et on avait pensé à Mega War, puis à Total War. Mais Total War existait déjà –,et ils font un peu peur d’ailleurs, une de leurs chansons s’appelle "Kill your local drug dealer". Donc on a décidé de mettre deux "r" à Warr et de faire une haute d’ortographe.

Comment se passe le processus de création ?
Kiki : C’est tout simple, on est chacun dans notre coin et, dès qu’il y en a un qui a une idée, on l’enregistre, on met de la guitare et du synthé dessus et, une heure plus tard, on a une nouvelle chanson ! Et c’est moi qui chante, car Guigui chante faux. Je peux le dire, de toute façon il ne s’énerve jamais.
Guigui : Si, je me suis énervé une fois, en 1997. Ma mère m’avait poussé à bout alors je lui ai dit "Non mais oh !". C’était très violent.
Kiki : À la base, on est tous les deux batteurs, ce qui est le plus difficile c’est de jouer un morceau au clavier ou à la guitare !
Guigui : Alors en concert, je mets des gommettes de différentes couleurs sur mes touches pour ne pas me tromper !

Une indiscrétion pour Paulette ?
Guigui : On vient de finir la B.O d’une sex-tape qui sera publiée sur le Tag Parfait . Attention, site interdit aux moins de 18 ans.
Kiki : La chanson "Sexual" est un mix entre le générique des Entrechats et la chanson de fin de Grease, "We go together".



TOTAL WARR :: PLEASE NEVER COME
BACK AGAIN (EP)

Hi-Scores

Site
Facebook
Twitter

Concerts :
13/03 : Le Baron, Paris
17/03 : Le Point FMR avec Juveniles, Paris
7/04 : Festival Panoramas à La Renaissance, Morlaix

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *