THE CARRIE DIARIES, VRAIMENT NÉCESSAIRE ?


Pour toute une génération de Paulette (et de Georges, avouons-le), Sex And The City fait office de véritable culte. Avec ses histoires d’amours 2.0 (en 1998, déjà !) et son humour potache, Carrie Bradshaw et sa bande de célibattantes réinventaient les relations hommes/femmes. En 2013, The Carrie Diaries, revient sur les jeunes années de l’héroïne. Nécessaire ?

 
Depuis 2010 et la sortie de l’horripilant (voire xénophobe) Sex And The City 2, on pensait avec raison que les aventures de Carrie Bradshaw, l’héroïne de la célèbre série de HBO (interprétée par Sarah Jessica Parker), avaient touché le fond, ne voyant plus forcément d’avenir à ses aventures de new-yorkaise embourgeoisée. Mais, magie des fictions, quand le futur n’est plus à explorer, reste le passé. C’est d’ailleurs l’idée qu’ont eu Josh Schwartz et Stephanie Savage (Gossip Girl, New Port Beach) en imaginant les jeunes années de Carrie Bradshaw dans le Manhattan des années 80, celui de Madonna et de l’effervescence des magazines de mode.

 
Soyons clairs : revenir sur l’adolescence de Carrie Bradshaw (interprétée ici par Anna Sophia Robb, excellente !) n’a, a priori, pas grand intérêt. Mais la force de la nouvelle série du duo Schwartz/Savage, diffusée depuis le 14 janvier sur la chaîne américaine CW, est justement de réinventer le personnage. Il ne faudrait donc pas se laisser berner par la facilité apparente du prequel mais plutôt y détecter une volonté de la part des réalisateurs d’offrir une seconde jeunesse à un personnage de série devenue culte. L’occasion pour le spectateur de constater qu’adolescente, Carrie avait les mêmes préoccupations : la mode, les magazines féminins et les garçons. Sauf qu’ici, elle ne peut avoir de découvert à la banque et peut être privée de sortie. Fichus 18 ans !

 
Parfois légèrement soupe-au-lait, son seul vice pour le moment, The Carrie Diaries captive au bout du compte par sa façon de mettre en scène les errances sentimentales de son héroïne. Un procédé que les deux réalisateurs avaient déjà parfaitement réussi avec Gossip Girl, mais surtout, Newport Beach. Pas de raison donc pour eux de changer de méthode.

Alors, bien sûr, les aficionados de la série originale ont mûri et n’ont que faire d’un soap adulescent, mais The Carrie Diaries est assez bien ficelé pour être le soap qui nous manquait : celui qui, par sa légèreté, son second degré et sa sensibilité, mérite bien plus qu’un simple coup d’œil. 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *