TESS : POP INGÉNUE


Photos : Elodie Daguin

Repérée sur YouTube par les producteurs de Lilly Wood and The Prick, Choke Industry, cette jeune réunionnaise de 22 ans (qu’on vous présentait ici) est érigée au rang de nouvelle sensation électro-pop de ce début d’année. Pudique, elle se confie sur ses débuts de chanteuse.

Avec son visage poupin et sa voix douce, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Quand on la rencontre dans l’écrin charnel de l’Hôtel Grand Amour, Tess est encore sous le coup de l’émotion. Cette carrière de chanteuse lui est tombée dessus par hasard. De la génération 2.0, elle a commencé à chanter pour le plaisir en postant ses reprises sur YouTube ou Facebook. « J’avais envie de faire comme tous les youtubers de ma génération, explique-t-elle. Ce n’était pas un rêve de petite fille. J’ai découvert ma voix à 14-15 ans seulement et je n’imaginais pas devenir chanteuse. C’était simplement un hobby. »

Malgré elle ou non, l’histoire s’écrit désormais à toute vitesse. Son entourage pro peut se vanter d’avoir déniché une faiseuse de tubes. Elle reconnaît : « Je me laisse porter et c’est comme ça pour tout. Les propositions viennent le plus souvent d’eux, mais j’ai toujours mon mot à dire. » Qu’il s’agisse du choix des visuels, de la réalisation des clips avec Théo Gottlieb et de son featuring avec le Californien A.Chal, elle se sent suffisamment protégée pour leur faire confiance. « Quand j’ai posté mes reprises sur internet, je n’attendais rien en retour. Alors quand on m’a proposé de travailler dans la musique, j’étais sur la réserve ; et puis je les ai rencontré, j’ai vu qu’ils étaient sérieux, et je me suis dit pourquoi pas. » C’était aussi simple que ça. Pourvu qu’elle ait son diplôme de kiné.

> RITOURNELLES ACIDULÉES

Tess Océane Joffroy a grandi à la Réunion, mais s’est récemment installée en métropole pour se consacrer pleinement à son projet musical. Finis les après-midis à lézarder sur la plage qui rythmaient jusqu’alors son quotidien. Tess n’en oublie pas pour autant ses racines, puisque son premier clip « Love Gun » a été tourné sur sa terre natale au milieu de paysages à couper le souffle. Loin d’avoir grandi dans un milieu artistique, elle se passionne toute petite pour la danse, à l’âge de 4 ans, avant de se tourner vers l’apprentissage de la guitare classique, au collège. « J’avais 13 ans. J’ai pris des cours pendant trois ans mais je n’étais pas hyper douée, s’amuse-t-elle. J’ai très vite délaissé mon instrument pour me consacrer au chant. »

Elle écrit ses premiers textes au lycée. « A force de travailler, c’est devenu de plus en plus naturel. Aujourd’hui, c’est très instinctif. » Elle ne force jamais l’inspiration et préfère s’isoler pour composer ses chansons, dans son salon ou même dans sa douche. Elle ne saurait trop intellectualiser les choses ou identifier ses sources d’inspiration, entre réel et imaginaire. A peine esquisse-t-elle un attrait pour les films fantastiques et futuristes. « Le dernier que j’ai vu au cinéma, c’est Passengers et j’ai adoré. » Dans son premier EP, il est surtout question d’amour : édulcoré quand elle rêve du prince charmant (« Endlessly » et « I Will Follow You ») ou plus frivole, tiraillée entre désir et attirance (« Love Gun »). « C’est un thème universel et suffisamment vaste pour qu’il y ait toujours matière à explorer », se rassure-t-elle.

Certains diront qu’elle est fleur bleue, d’autres qu’elle est naïve, mais c’est justement cette fraîcheur qui la rend si attachante. Parmi ses influences, elle cite pêle-mêle Sia, Rihanna, Birdy ou Lorde, mais aussi Ed Sheeran, The Weeknd, Drake ou Bruno Mars. Dans sa musique, l’électro-pop drague le RnB sauf son côté clinquant. « J’essaie de rester naturelle, de ne pas trop en faire ni de surjouer. Je suis la même sur scène et dans la vie de tous les jours. » A l’hypersexualisation de la pop, Tess préfère véhiculer une image juvénile, celle d’une jeune femme sage à peine sortie de l’adolescence, qui refuse d’utiliser son corps comme un produit marketing. Pas si fragile !

TESS :: EP « T.E.S.S »
Polydor
Sortie le 20 janvier 2017
Facebook : https://www.facebook.com/TessOfficial/
Instagram : https://www.instagram.com/tessofficial/

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.