TAO LIN, SUJET LITTÉRAIRE NON IDENTIFIÉ


Richard Yates est le 2ème roman de Tao Lin, auteur américain d’origine taïwanaise. Le monde du livre considère ce livre comme un mélange de Bret Easton Ellis et Douglas Coupland compte tenu de la façon dont est traité le concept de Génération Y.

Je ne suis pas une très grande fan des assimilations entre écrivains, même si je comprends le principe de comparaison et d’inspiration, mais étant lectrice assidue des deux auteurs cités, je n’ai pas pu m’empêcher de vouloir satisfaire ma curiosité !

> La génération Y dans toute sa splendeur
Haley Joel Osment et Dakota Fanning, respectivement 21 et 16 ans, se rencontrent on ne se sait trop comment sur le chat Gmail (aka Gtalk) et démarrent une relation virtuelle. Après s’être rencontrés "IRL"(In Real Life), les voici qui alternent les trajets New-York – New Jersey pour se voir, entretenant leur relation longue distance grâce aux outils virtuels.

Incompréhension, distorsion de la réalité mais également sentiments, mensonges, spleen, poussées suicidaires, tout ce qui a l’air très clair entre eux en ligne l’est tout de suite beaucoup moins dans la vraie vie. Tao Lin nous propose alors de suivre Haley Joel Osment et Dakota Fanning en train d’essayer de composer avec ces dimensions parallèles, virtuel vs. réel.

> Un livre dérangeant
Autant le dire directement, on est ici en présence d’un roman très particulier, dérangeant, presque choquant, non pas par son sujet mais plutôt par son non-sujet, sa non-histoire et surtout par son non-style.

Tao Lin signe ici un concept plus qu’un roman, une idée d’écriture plus qu’un livre. Le style est minimaliste, voire plus que pauvre, et excessivement répétitif : par exemple, les noms des deux protagonistes sont toujours cités en entier, phénomène énervant dès le début du roman puis très vite complètement hypnotique.

L’histoire n’en est pas une, on n’assiste finalement qu’au déroulé d’une relation entre deux adolescents, une relation pas très intéressante et qui tourne franchement en rond. Pour finir, n’essayez pas de trouver un rapport entre le titre et le sujet car, mis à part quelques allusions à des romans de Richard Yates, il n’y a aucun lien.

> Richard Yates l’OLNI
Richard Yates est un livre difficile à lire car lassant et qui peut très vite tomber des mains.
J’ai personnellement dû m’accrocher pour le finir, même si l’image donnée des relations pouvant exister entres les individus de la génération Y, cette génération ayant grandi avec l’avènement du tout numérique, est très fidèle à la réalité.

Richard Yates est un OLNI, un Objet Littéraire Non Identifié, et je crois qu’en face d’un tel roman, on ne peut que crier au scandale ou crier au génie.  Je réserve encore un peu mon jugement mais je crois que le plus effrayant dans ce livre, en dehors du style qui écorche mon côté littéraire, est la mise en lumière du vide intersidéral de certaines relations de nos jours.
 

RICHARD YATES, de Tao Lin                        

Publié le 5 janvier 2012
Ed. Au Diable Vauvert
20 €

Blog

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW