TALENT D’ARTISTE : CLAIRE PÉROT

Stage Entertainment France – Photo: Brinkhoff / Mögenburg

Après avoir endossé le costume de Sally Bowles dans la comédie musicale Cabaret de 2006 à 2008, Claire Pérot a interprété Constance Webert dans Mozart l’Opéra Rock et joué dans différents films comme À bout portant de Fred Cavaye.

Depuis le 6 octobre, elle est de nouveau Sally Bowles au Théâtre de Marigny au côté d’Emmanuel Moire. Verdict : la jeune et jolie jeune femme est stupéfiante, à suivre de très très près ! (Et à retrouver dans le numéro 2 Paulette de ce mois-ci).

 
Paulette : Tu es à la fois actrice, chanteuse, danseuse… Quel est ton parcours ?
Claire : Quand j’étais petite, je faisais ce que beaucoup de petites filles font à côté de l’école : des cours de danse, des cours de violon, de la gym, du piano. J’ai commencé le théâtre vers l’âge de 13 ans et puis j’ai eu la chance, quand j’étais au collège, d’avoir un prof de musique un peu mégalo qui montait des comédies musicales. Du coup j’ai découvert l’univers de la scène assez tôt.
Ma famille était plutôt réticente, je me suis donc accrochée à l’école et j’ai eu mon Bac. Origine de Seine et Marne, je suis partie à Paris après mon Bac en faisant croire à mes parents que j’allais à la fac mais, en réalité, j’ai frappé aux portes et j’ai obtenu du boulot super vite, j’ai bossé dans les bars pour me faire un peu d’argent pendant que je courais les castings et décrochais des tournages. Je me suis créé un petit réseau assez rapidement.  
 
 
Y-a-t-il un domaine où tu te sens plus à l’aise ? Le chant, la comédie ?
Non pour moi c’est indissociable, en fait que ce soit la comédie, le chant, la danse, après d’autres modes d’expression pour d’autres artistes, c’est juste un moyen de s’exprimer, c’est le support qui change. Je me considère comme une interprète, si vraiment on devait m’englober dans un terme, ce serait la comédie ! Je suis une interprète, après je rajoute une mélodie si j’ai envie de chanter, je rajoute mon corps si j’ai envie de danser. Je serais vraiment, vraiment très malheureuse si on me demandait de choisir. C’est comme si tu me disais "Je t’autorise à parler mais tu ne peux pas utiliser la voyelle A, c’est impossible !"
 
Tu vas faire un album avec Olivier Dahan. C’est davantage de la chanson là non ?
Ça fait 15 ans que j’ai l’opportunité de faire un disque et 15 ans que je dis non pour la simple et bonne raison que je ne trouvais personne qui comprenait mon projet. Olivier et moi on est sur la même longueur d’onde et on fait ce qu’on appelle un album concept. Il y a un fil rouge dans les chansons : Marilyn Monroe. On parle ainsi de la féminité, l’amour, la dépendance, la déchéance, l’abandon, la mère, le père, l’envie d’enfant autour du thème de Marylin mais sans jamais la citer, il faut vraiment être averti !
 
Pourquoi Marilyn ?
On lui a trop posé cette question de choisir, comme on me l’a posé à moi. Pourquoi choisir entre la force et la fragilité, le faste et la réalité ? Tout ça en une personne, en une vie, ce n’est pas possible. Je suis fascinée par ces psychologies.
 

Est-ce que tu peux me citer tes trois comédies musicales préférées ?
– La plus visionnaire pour moi c’est Starmania
– La plus sexy, la plus glamour, la plus cabaret, Chicago
– La plus libertaire : Hair !
 
Quand tu as appris que tu allais jouer le rôle de Sally Bowles, comment as-tu réagi ?
C’était une énorme surprise, ce qui est rigolo c’est que je passais les auditions pour le Roi Lion et on m’a appelé un jour en me disant "Écoute désolé mais les auditions du Roi Lion sont arrêtées parce que les travaux au Théâtre Mogador ont pris du retard, par contre si tu veux, il y a une audition pour Cabaret ". À ce moment je jouais dans Peter Pan au Théâtre des Variétés et je demande à mes collègues et ils me disent "Oh mais ya rien pour toi, ya que des rôles pour femme !".
J’ai toujours eu les cheveux très courts, voire le crâne rasé, j’étais un peu garçon manqué. Je suis allée à l’audition parce que je mets un point d’honneur à aller là où on m’appelle et la petite punkette que j’étais a été retenue pour revenir à la deuxième audition ! Je ne connaissais pas du tout Cabaret. On m’a donc passé le script, on me dit "Tu lis, tu apprends telle et telle scène pour le rôle de Sally Bowles". Je lis, je m’effondre en larmes, je commence à me renseigner, je vais sur Internet, je vois un film avec Liza Minnelli et je me dis "Putain, c’est énorme !". Après avoir passé la 2e audition j’ai attendu 1 mois et demi  la réponse. Quand je l’ai eu ça a été un choc émotionnel, ça a changé ma vie.
 

"LE RÔLE DE SALLY A CHANGÉ MA VIE"


Lorsque vous saluez le public à la fin du spectacle vous êtes tous très émus, t’arrives t-il de rester dans ton rôle quand tu rentres chez toi ?
Tant que je suis sur scène, je suis vraiment dans une émotion très particulière, mais dès que je sors du Théâtre, je ne suis plus dans Cabaret. Si nous sommes comme ça c’est par respect de l’œuvre car même si le spectacle est terminé, il vient quand même de se passer quelque chose pendant deux heures et demie qui ne peut pas être négligé sous prétexte que tout à coup le public applaudit à tout rompre. Si je te parle pendant une heure d’avortement, de mort, de guerre et de prostitution, je ne vais pas m’en aller en disant "Allez salut les copains !"

Un dernier mot pour Paulette ?
Sam Mendes insiste beaucoup sur le fait que Cabaret est une pièce de théâtre, un démantelé de numéros musicaux et donc, pour tous ceux qui hésiteraient encore, il ne faut pas croire que c’est une comédie musicale bâclée comme il y en a des tonnes parce que je sais qu’il y a beaucoup de gens qui sont ralentis par ça ! C’est vraiment, en toute objectivité, un beau spectacle, une expérience émotionnelle, venez !
 
 
> Paulette a vraiment eu un gros coup de cœur pour Cabaret, n’hésitez pas une seconde, allez-y, vous ne serez pas dèçu(e)s ! Toutes les informations ici cabaret-lemusical.fr
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *