TALENT D’ACTRICE : NINA MEURISSE


Nina Meurisse est actuellement à l’affiche de Mains armées, de Pierre Jolivet, aux côtés de Leila Bekhti et Rochsdy Zem. Fraîche, enjouée, pétillante, cette jeune femme a tout de la copine accessible et de la comédienne prometteuse.
Une vraie Paulette simple et brillante qui n’a sans doute pas fini de faire parler d’elle !
 
Paulette : Nina, peux-tu nous parler du film, de ton rôle?
Nina Meurisse : C’est une histoire de flics, qui se passe à Marseille, c’est une enquête policière et, en parallèle, l’histoire d’un père et sa fille qui se rencontrent. Moi je joue une des flics de la brigade, au début de sa grossesse, mais elle essaie de le cacher. J’ai vraiment adoré le tournage. J’étais la seule fille dans un groupe de mecs, j’ai dû apprendre à manier une arme, à dégainer… Je trouve ça génial, c’est le quotidien d’un personnage, c’est par là qu’on le comprend vraiment, par ses gestes de tous les jours. Ce n’est pas évident de manipuler un flingue, mais c’est l’avantage de ce métier : découvrir des choses que tu n’aurais jamais l’occasion de faire dans ta vie !
 
Quel est ton parcours?
J’ai passé un casting à 11 ans, dans mon école pour le film Saint-Cyr. J’ai été prise, c’était avec Isabelle Huppert. J’ai adoré cette expérience. Mais je n’avais pas trop envie de continuer car il y avait beaucoup de jalousie dans mon école… Finalement, j’ai continué, dans un film d’Ursula Meier. Une fois le bac en poche, j’ai fait un conservatoire d’arrondissement, puis je suis partie quelque temps en Biélorussie pour apprendre. Et je tourne plutôt pas mal depuis que l’école est finie.
 
Que fais-tu quand tu n’es pas en tournage ?
J’ai repris la fac cette année, en cinéma, pour éviter de me regarder le nombril. Comédien, ce n’est pas comme un musicien, tu n’as pas de gammes à faire tous les jours, pas de training quotidien. Tu dois attendre que l’on te "désire", moi ça me rend déprimée, idiote. Là, au moins, ça m’occupe ! Et puis je me sens plus crédible, parce que parfois on te parle d’un vieux film, que tu ne connais pas du tout. Et tu te sens un peu bête… Là j’apprends. Sinon, j’essaie de me remettre à la musique ; j’aimerais bien faire un album mais je ne veux pas être ce cliché de la comédienne qui veut tout faire !  J’ai une vraie peur de la scène. Je n’y prends pas tellement de plaisir. Au théâtre par exemple, je me sens vraiment à nue, j’ai cette l’idée d’être épiée de partout. Mais j’adorerais rencontrer un metteur en scène qui me dise "ça va bien se passer" et qui me mette en confiance pour ça. J’ai aussi l’envie de réaliser, d’être à l’origine d’un projet.
 
"J’AURAIS PU DEVENIR PATISSIERE OU CHEF OPERATRICE"

Qu’aurais tu fait si tu n’avais pas été comédienne?
Un métier au contact des gens je pense, pourquoi pas avoir un salon de thé, faire des pâtisseries… Ou chef opératrice, m’occuper de la lumière. J’aime la technique. J’aime l’idée de travail que ça implique. Au ciné on te dit parfois "T’es jolie", c’est un peu simple, il y a moins l’idée de "travail" et parfois ce n’est pas parce que tu travailles que tu vas réussir.
 
En tant que jeune comédienne, ressens-tu une "concurrence", les exigences du milieu t’obligent-elles à faire plus attention à ton image par exemple?
C’est sûr que dans mes choix je fais attention, j’essaie de faire des choses différentes pour ne pas qu’on me colle une étiquette, parce qu’on a tendance à le faire, surtout en France.
Je sais que je passe après d’autres filles plus bankables ; parfois quand je passe un casting, j’ai conscience que c’est parce que telle ou telle avant moi avait refusé ou n’était pas disponible. Je ne peux que le constater, je suis impuissante face à ça. Ce sont les distributeurs qui mettent cette pression, les réalisateurs aimeraient parfois travailler avec d’autres gens. Mais tant mieux pour toutes ces comédiennes qui cartonnent, elles le méritent !


 

Sur le physique, j’aime prendre soin de moi, avec ou sans cinéma. En tournage, bien sûr, je vais faire attention, je vais bien dormir, bien manger, faire un peu de sport, mais c’est surtout parce que je me sens mieux comme ça de toute façon. Quant aux soirées, avant premières etc., ça m’amuse beaucoup maintenant. Porter de belles robes qu’on te prête, bien sûr que c’est agréable, je joue le jeu. Mais dans ma vie de tous les jours c’est jean baskets ! Souvent il faut être en représentation, mais moi je ne sais pas me vendre. Faire la cour, non. Je pars dès que le film est fini.
 
"JE JOUE SOUVENT LA FILLE AU GROS BONNET SUR LA TETE, Ça M’AMUSERAIT DE JOUER UNE LOLITA"

Quelles sont tes aspirations du moment, les gens que tu admires, avec qui tu voudrais travailler?
J’aime beaucoup Wes Anderson, Inaritu, Audiard, Despleschin.  Mais après je me laisse porter.  J’aimerais aussi faire quelque chose de drôle, d’autant que dans la vie je le suis plutôt. Ou bien une fille déjantée. Un rôle de lolita aussi, ce serait nouveau, parce que je fais souvent la fille au gros bonnet sur la tête ! Je n’ai aucun côté lolita dans la vie, ça m’amuserait d’explorer ça.
 
Quel conseil donnerais-tu à une toute jeune fille qui voudrait devenir comédienne?
Je l’encouragerais, mais je la préviendrais qu’il faut avoir une endurance. Ensuite, plus tu vis de choses, plus tu apprends pour ton métier. Ce sont les drames ou les bonheurs de ta vie qui te nourrissent dans ton jeu. Il faut rester très attentif à ça, et aussi savoir être entourée de gens qui ne te font pas croire que les étoiles sont au bout de ton doigt. Il faut se dire que le cinéma, c’est véritablement un travail d’équipe : les maquilleurs et les gens de la lumière vont t’embellir, le cadreur va savoir te mettre en valeur, etc. C’est important d’en avoir conscience.
 
Quels sont tes projets, tu pars en vacances cet été ?
Non, pas de vacances, il faut que je finisse des travaux dans mon nouvel appartement… et je vais tourner un long-métrage de Pierre Godeau. Je serai aussi prochainement à l’affiche du film d’Agnès Jaoui et d’Hervé Lasgouttes, Crawl.

Un dernier mot pour Paulette ?
"Plein de bonnes choses à vous les Paulette ! Je suis abonnée, j’espère le voir en kiosques très vite ! "
 
Mains armées, de Pierre Jolivert
Sortie le 11 juillet 2012

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *