TALENT D’ACTRICE : LOLA NAYMARK

Dans la pièce-événement de Laclos mise en scène par John Malkovich, Lola Naymark interprète Emilie, une des nombreuses conquêtes de Valmont. A découvrir depuis la mi-janvier au Théâtre de l’Atelier.

Paulette : Peux-tu nous raconter un peu le travail avec John Malkovich ?
Lola : Le casting a été l’essentiel du travail. Il a cherché à constituer une troupe, au-delà des individualités. Il nous laisse beaucoup de libertés, c’est difficile à gérer, il ne dit pas grand-chose, mais parfois, il va dire une toute petite chose, et on se rend compte qu’avec ça, on a tout compris ! Il a une confiance totale en nous. Et sur scène, il se passe quelque chose de nouveau tous les soirs.
 
Les Liaisons dangereuses : quel est ton rapport à ce texte ? Crois-tu que la façon d’aimer au XVIIIe siècle et celle d’aujourd’hui soient si différentes ?
Je l’ai lu, peut-être un peu trop jeune. Je trouvais les relations fascinantes, ça me bouleversait, et je ne m’en blase pas. En tout cas, ce n’est pas un texte anodin, ça ne peut pas glisser sur nous. Je pense que c’est intemporel, il dit des choses tellement justes sur la fierté, l’orgueil, mais cela laisse peu d’espoir. Ces personnages ont la folie d’être capables d’en mourir, ils sont prêts à aller jusqu’au bout… Je regarde toujours le public à la phrase "L’amour n’est pas une émotion appropriée, surtout au sein d’un mariage", voir les couples à ce moment-là, c’est bouleversant de vérité. En tout cas, je suis très fière de faire partie de ça, cette aventure.
 
"ACCEPTER DE JOUER NUE N’A PAS ÉTÉ ÉVIDENT"
 
Dans la pièce, tu joues nue. Comment as-tu vécu cela ?
Ça n’a pas été un choix dictatorial de metteur en scène. John m’a même laissé décider de me mettre nue ou non. Je trouvais ça injuste d’ailleurs, c’était une trop grande responsabilité de faire ce choix, que quel qu’il soit, il serait jugé. Mais j’ai compris que je me posais de fausses questions. Finalement j’ai accepté, ça n’a pas été violent, j’y étais préparée. De plus, Yannick, mon partenaire (Valmont) est quelqu’un de très respectueux et bienveillant. J’ai une confiance sans borne en lui, ça m’a beaucoup aidé. Parfois les gens partent à ce moment, ils ont du mal avec le nu et la sexualité sur scène.
 
Photo, Maxime Stange
 
Que vas-tu voir au théâtre ? 
Je vais voir plutôt des textes plus que des metteurs en scène en particulier (même si j’aime beaucoup Joel Pommerat ou Thomas Ostermeir). J’’adore aller à l’Odéon, aux Bouffes du Nord. Mais cette année, comme je joue tous les soirs, je ne peux rien aller voir.
 
"J’ADORERAIS JOUER SIMONE DE BEAUVOIR OU ELLA FITZGERALD"
 
Et la journée, qu’aimes-tu faire ?
Etre sur scène tous les soirs demande beaucoup d’énergie donc je me lève tard, mais j’essaie de ne pas culpabiliser. Au début, je ne parlais que de ça, la pièce, je devais être insupportable. Maintenant je suis capable de m’intéresser aux autres (Rires). J’essaie de faire des choses, déjeuner avec mes amis, aller au cinéma… Drive a été un de mes coups de cœur, je suis allée le voir le jour de sa sortie c’est dire ! Et plus récemment j’ai beaucoup aimé La Taupe.

Sinon, j’adore marcher dans Paris, me balader, je ne prends presque plus le métro d’ailleurs, j’adore découvrir de petits bistrots. J’adore Paris !  Et ensuite, je pars au théâtre vers 18h, j’aime trainer là-bas, voir les techniciens réparer des petits trucs, sentir nos costumes en train d’être lavés. J’y fais ma sieste, je lis. Je profite de cette ambiance.

 
Quel est ton rapport à la mode ?
Ca dépend des jours… Disons que comme tous les soirs, pour la pièce, je porte un costume (corset), la journée, je n’ai pas très envie de faire des efforts la journée. Il fût un temps où je pouvais aller en jogging à la fac, mais j’ai progressé. Ma mère est très chic, élégante, elle m’a beaucoup inspirée. Et puis je vois ça comme un jeu, je m’en amuse et je m’y prête volontiers, en plus j’ai la chance qu’on me prête des vêtements, j’assiste à des défilés. D’ailleurs en ce moment, c’est la fashion week, je pense aller voir celui de Jean-Charles de Castelbajac ; c’est un ami. Je pense qu’il prépare un grand show !
 
Quelles sont tes projets ?
J’ai tourné dans le film d’Anne Fassio, L’Amérique (réalisatrice de Je déteste les enfants des autres) qui sortira en juillet, et j’ai joué dans le court-métrage Arthur Flèche, pour Canal+, aux côtés de Yann Barthès, qui sera présenté à la semaine de la critique à Cannes. J’ai aussi écrit un court-métrage que j’aimerais réaliser, et j’ai d’autres idées d’écriture. Sinon, mon physique me permet de jouer beaucoup dans des films d’époque mais je voudrais quelque chose de plus contemporain, peut-être.

Au théâtre, je voudrais continuer d’explorer des grands textes. J’adorerais jouer Ella Fitzgerald, et Simone de Beauvoir. J’aime aussi beaucoup Marilyn, Gena Rowlands, Elizabeth Taylor. Les destins incroyables me fascinent. D’ailleurs, j’ai fait des études de philo, et ce qui me passionnait le plus, c’était d’imaginer la vie des philosophes.

 
> Informations pratiques
Les Liaisons dangereuses
Jusqu’à septembre 2012
Théâtre de l’Atelier
à Paris (prolongations à prévoir) puis tournée
en France en 2013.

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW