TALENT D’ACTRICE : HANDE KODJA

 
Photos de Rudy Mignardot

Marieke a 20 ans. Elle vit avec sa mère qui est incapable d’éprouver des sentiments depuis la mort de son mari écrivain. Le jour, Marieke travaille à Bruxelles dans une chocolaterie. La nuit, elle s’évade dans les bras d’hommes beaucoup plus âgés qu’elle. Avec eux, elle se sent forte, aimée et libre…

Paulette : Pas trop dur de jouer des scènes d’amour avec des "papis" ?
Hande Kodja : C’était compliqué pour moi de me mettre dans le personnage, forcément, dans ce genre de cas, on n’y va pas en criant de joie ! Mais j’ai beaucoup discuté de ce rôle de femme-enfant avec la réalisatrice, Sophie Schoukens et, avec le temps, les choses se sont faites naturellement…
Au final, les scènes d’intimité sont très bien filmées, avec une jolie lumière et c’est très bien comme cela car a me tenait à cœur que ce soit esthétique.
 

 

C’est dur de sortir d’un tel personnage une fois le tournage fini ?
Assez oui. C’est la fin d’un cycle. Mais j’ai eu la chance d’être bien entourée. Si j’avais été avec des déséquilibrés, là ça aurait été différent ! Et puis ça fait quand même trois ans que le film a été tourné, de l’eau est passée sous les ponts depuis. Il faut savoir que la France a été le dernier pays a en acheté les droits ! 
 
Prochainement, tu seras à l’affiche de The Unlikely Girl, réalisé par Wei Ling Chang, encore une histoire d’amour un peu tordue. Tu reçois beaucoup de propositions de ce genre ?
(Rires) Et oui, on me propose pas mal de rôles comme ça… Dans The Unlikely Girl je joue une nana qui débarque dans la vie d’un couple, qui chamboule tout et qui disparait.
Finalement on ne sait pas si c’était vrai ou pas, si c’était vraiment elle ou non.

Photos, Rudy Mignardot 

Quel serait ton rôle idéal ?
Un rôle sur la musique, j’aimerais jouer une pianiste. J’ai fait 12 ans de piano et 4 ans de violon. Ma mère m’a poussé dans cette voie, elle m’a un peu forcé à en faire, et finalement, j’ai pris goût et j’ai continué. Je ne fais plus de piano –car je n’en ai pas dans mon appartement- mais la musique est là, c’est une place très importante dans ma vie.
 
Et si je te demande de me citer ta chanson favorite tu me réponds ?
 
La mode aussi c’est important pour toi, tu as d’ailleurs fait de très jolies photos avec la collection JC/DC.
Oui j’adore les créations de Jean-Charles de Castelbaljac. Je le connais bien d’ailleurs, c’est une très belle personne. J’aime aussi beaucoup les pièces de Sonia Rykiel, pour ne citer qu’eux. De manière générale j’aime la mode depuis que je suis toute petite. J’adorais me déguiser, je mettais les vêtements de ma mère, je sortais avec deux oranges sous mon chemiser et je me tartinais les lèvres de rouge !
C’est là tout le début du jeu, j’ai toujours aimé l’art de la transformation, c’est une façon de se présenter au monde sous un autre angle.
 
Quels sont tes projets à venir ?
Je vais jouer dans le dernier film de Danielle Thompson, Des Gens Qui S’Embrassent, aux côtés de Monica Bellucci et Kad Merad. J’y joue une sorte de Paris Hilton, aux antipodes de mon rôle dans Marieke.
Je serai également dans le film Hope de Séverine Lathuillière sur la fin de la civilisation. 
 

Et la réalisation, ça te tente ?
Une voix m’y pousse alors je vais sûrement passer derrière la caméra… Si je me mets à la réalisation ça donnera certainement un film mystique, on verra.
 
Je m’excuse d’avance pour cette question mais, en tant que Belge, peut être as-tu une blague sur les Français à nous raconter ?
Ah ah, je n’en ai pas ! J’oublie tout le temps les blagues. J’adore rire pourtant, mais je n’en retiens aucune !
 
Un petit mot pour les Paulette alors ?
Oui, ça oui, les Paulette, sachez qu’une vie ne vaudrait d’être vécue sans Marieke !

Pour suivre les actualités de Hande, c’est par ici !

 
MARIEKE, de Sophie Schoukens
Avec Hande Kodja, Barbara Sarafian, Jan Decleir
Sortie le 28 mars 2012

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *