Marque phare des 90’s, avec ses chaussures à plateformes devenues iconiques, No Name n’a pas fini de casser les codes.

Pour le printemps-été 2021, la marque française a décidé d’en mettre plein les yeux avec des sneakers fidèles à son ADN. D’épaisses semelles crantées, des plateformes, et même des patchworks en denim, dignes d’un épisode de Friends ou de Dawson. Sauf que lorsque ces séries étaient diffusées pour la première fois, la mode écoresponsable n’était un sujet pour(presque) personne.

Bien dans son époque, No Name a développé, pour sa nouvelle collection, plusieurs modèles de sneakers dans des tissus durables. C’est le cas de la Flex Ripple, la jogger à semelle bicolore de la griffe, et de la Arcade Fly, nouvelle venue dans la collection, dont les mailles souples et respirantes ont été conçues à partir de bouteilles en plastique recyclé. Et quand No Name imagine des sneakers à base de denim, la marque se tourne naturellement vers l’upcycling : pour réaliser ces mosaïques uniques, elle récupère en friperies d’anciens jeans auxquels elle offre une nouvelle vie. On a plutôt envie d’en faire partie.

Photo de gauche
Chemise en viscose et lin LGN Louis-Gabriel Nouchi
Robe en jersey de coton Maison-Cléo
Lunettes de soleil en acétate biologique et verres organiques Aude Herouard
Chaînette de lunettes en acrylique Emmanuelle Khanh
Sneakers Flex Ripple en jean recyclé No Name

Photo de droite
Top en soie mélangée Sonia Rykiel
Pantalon en latex Avellano
Sneakers Flex Ripple en cuir velours et mesh fabriqué à partir de plastique recyclé No Name

Photo de gauche
Top et pantalon en viscose mélangée Valentine Witmeur Lab
Sneakers Arcade Fly, tige fabriquée à partir de plastique recyclé No Name

Photo de droite
Chemise en coton Asos
Maillot de bain en polyamide Billabong
Lunettes de soleil en acétate biologique et verres organiques Aude Herouard
Ceinture en cuir synthétique Elisabetta Franchi sur Zalando.fr
Sneakers Arcade Fly, tige fabriquée à partir de plastique recyclé No Name

Cardigan et pantalon en viscose mélangée Valentine Witmeur Lab
Sneakers Arcade Fly, tige fabriquée à partir de plastique recyclé No Name

Photos Faustine Martin

DA Irène Olczak & Magali Forey

Stylisme Magali Forey

Modèle Julia Marroni

Maquillage & Coiffure Emilie Green

Production Mathilde Garbé

Merci à Aussih

Texte Tanissia Issad

No Name x Paulette 2021

La marque native de Barcelone continue son engagement vers une mode plus durable en dévoilant une capsule éthique et définitivement fun. 

Desigual s’engage pour la planète. Bien connue pour son esthétique pop singulière, elle renouvelle aussi ses efforts pour une mode responsable en présentant une collection en fibres durables.

La marque espagnole n’est est pas à son coup d’essai en ce qui concerne la mode éthique. En effet, elle lançait déjà en 2020 une collaboration avec la marque Ecoalf, spécialisée dans les matières recyclées. Elle en tire alors une collection de manteaux et de doudounes en fibres à base de « déchets » et de denim upcyclé. La capsule « We love the world » est d’ailleurs une suite logique de cette première collaboration. Elle présente donc encore une fois une sélection qui mêle vêtements techniques et prêt à porter en jean. On y trouve des pièces sportswear en fibres recyclées et eco-friendly, pour un confort optimal.

Une  sélection qui se compose également de denim upcyclé. Rendant hommage à son modèle emblématique, la marque reprend alors la veste en patchwork denim qui a fait son succès en 1984. Une capsule à découvrir absolument, conservant savamment  son héritage vintage et l’esprit bohème chic des plages espagnoles. On craque en particulier pour les vestes imprimées Disney, à l’occasion de l’anniversaire des 85 ans de Donald Duck. 

Et si le fil conducteur cette nouvelle collection est de « permettre à la vie de continuer à être cool », la marque sait nous garder en haleine. Car la sélection prêt-à-porter estivale est prévue en capsules mensuelles,  qu’on a déjà hâte de découvrir. Des pièces colorées, des imprimés rétros, des coupes fluides, telle est la promesse de Desigual. En un mot : le vestiaire idéal pour se sentir comme à Ibiza ! On vous en donne un aperçu ci-dessous : 

On retrouve donc dès maintenant une capsule débordante d’énergie positive sur le site de Desigual.

Un article de Shad De Bary

Nouveau projet de FreakyDebbie, papesse du streetwear, la marque Freaky Rework propose une sélection de pièces uniques, street et colorées. Cette collection responsable se base aussi sur une production en upcycling, qui lie la mode de seconde main et le recyclage.

La créatrice parisienne Freaky Debbie fait d’abord ses marques au coeur de l’écurie Andrea Crews, pionnière de l’upcycling en France. Par la suite, elle se lance dans des projets personnels toujours urbains et responsables. Après avoir lancé la marque Pantheone, l’agence créative House of P, et la branche femme de Tealer, la surdouée dévoile donc une nouvelle marque à l’esthétique vibrante.

En collaborant avec l’e-shop vintage Tony la Fripe, le jeune label présente une première collection de vêtements et d’accessoires divers, définitivement rétro. En se basant premièrement sur des invendues de grandes marques sportives, la créatrice repense une sélection pleinement singulière. Avis alors aux nostalgiques du streetwear des années 80 et 90 ! Le design géométrique et le jeu des logos insufflent un dynamisme et une fraîcheur à cette sélection de pièces à l’esprit vintage.

D’ailleurs, la créatrice a su choisir des égéries dans cet esprit espiègle et frais : CookieTheGod et Poupie, étoiles montantes du hip hop français. Cette dernière s’est aussi démarquée dans la saison 8 de The Voice, et a depuis collaboré avec Ben Mazué et Jul. On les retrouve alors dans une campagne haute en couleur qui saura rendre le sourire aux amateurs de mode urbaine.

La collection est déjà disponible sur leur shop.

Un article de Shad De Bary

Aux oubliettes les normes de genre et les a priori sur l’upcycling ! Le label unisexe ALTER, fondé en 2018 par la jeune créatrice de mode monégasque Pauline Ducruet, dépoussière le vestiaire féminin et masculin avec des vêtements aussi luxueux et désirables qu’éco-responsables et durables. Un tour de force qu’elle a présenté au Palais de Tokyo, en février dernier lors de la fashion week de Paris. Rencontre avec une designer qui a des convictions.

ALTER collection SS20

PK pour Paulette : Ton label ALTER semble se nourrir de la rencontre entre les « extrêmes » – masculin et féminin, rigidité et fluidité, matière luxe et upcycling. Pourquoi cette passion pour le mélange des genres ?

Pauline Ducruet, fondatrice : J’ai toujours aimé les contrastes dans mon style personnel, surtout dans les matières, en associant le côté luxueux de la soie et l’aspect beaucoup plus street et brut du denim. Je pense que cela vient aussi, en partie, du fait d’avoir grandi à Monaco et d’avoir ensuite déménagé à Paris, puis à New York. Le contraste est fort entre le côté très luxueux et lumineux du Rocher qui clashe avec d’autres grandes villes, plus brutes.

PK : Adolescente, tu pratiquais la gymnastique, le plongeon et l’art du cirque, comment passe-t-on de sportive à créatrice de mode, et qu’as-tu conservé de tes amours passées ?

P : Je pense que le fil conducteur est la performance et le travail en amont d’un concours, d’un spectacle ou d’un défilé. Ça signifie préparer pendant de long mois le moment où l’on va présenter le fruit de sa créativité et de son travail. L’esthétique et la création ont finalement toujours fait partie de ma vie. 

Pauline Ducruet, fondatrice d’ALTER

PK : Alors que nous traversons une crise globale sans précédent qui pousse l’industrie de la mode à évoluer encore plus vite, quelle est selon toi la marche à suivre pour une mode éco-responsable et durable ?

P : Pour moi, l’éco-responsabilité devrait faire partie intégrante de chaque marque, grande comme petite. C’est notre devoir en tant qu’industrie ultra polluante de faire en sorte que les choses bougent. Une meilleure traçabilité des tissus est pour moi indispensable, ainsi qu’un ralentissement du rythme des collections, qui ne sert ni aux créateur•trice•s, ni aux client·e·s. 

PK : Quels sont les projets à venir pour Alter, et comment peut-on soutenir ta marque ?

P : Les choses se sont un peu ralenties ces derniers temps. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, car, comme je le disais, je travaille sur une nouvelle collection en accord avec des valeurs d’éco-responsabilité et de durabilité. Pour ce qui est des collections disponibles actuellement, vous trouverez la collection Printemps/Été 2020 en ligne sur notre site alter-designs.com. Pour la collection d’hiver que j’ai présentée en février au Palais de Tokyo à Paris, nous allons prendre le temps de la produire pour l’année qui arrive. 

En attendant vous pouvez aussi nous suivre sur notre compte Instagram @alterdesigns_ !

Propos recueillis par PK Douglas

Avoir un look d’enfer sans essayer toutes sa penderie ? Ne plus se prendre la tête pour assortir le haut avec le bas ? Les avantages d’une combi sans les inconvénients ? La classe d’un tailleur sans le côté strict ? Salut Beauté vous apporte la solution à toutes ces envies avec leurs uniformes.

Certaines d’entre nous ont déjà rêvé de pouvoir se lever le matin, prendre dans sa penderie une tenue qui lui vaudra les plus beaux compliments à la machine à café, et le tout en moins de 5minutes. Pour celles qui cherchent encore la solution, bien nous l’avons. Salut Beauté est la réponses à ces heures perdues devant sa penderie avec le dilemme « être stylée… mais confortable… mais quand même avec un look qui dénote … mais sans les contraintes » etc etc.

Salut Beauté consiste en des uniformes atypiques et uniques créés pour sublimer TOUTES les femmes. La marque française propose ainsi différentes coupes pour s’adapter au mieux aux goûts de chacune. Tous inspirés de tenues de travail, les uniformes présentent chacun des caractéristiques différentes. Pantalon coupe droite, large, taille haute ou évasée. Une veste ajustée, manches larges ou avec une ceinture… nombreuses sont les alternatives qui vous sont proposées. A vous de choisir parmi les différents ensembles lequel vous correspond le mieux. A porter avec des basket ou des talons, là encore, à vous d’accessoiriser votre tenue pour un total look à votre image.

Une marque dans l’air du temps

Mathilde et Sarah (aka Brenda & Brenda), sont les deux créatrices derrière la marque Salut Beauté. Une rencontre survenue alors qu’elles travaillaient dans la même entreprise. « On était binôme en marketing digital et ça a été un vrai coup de coeur professionnel. Suite à ça on a eu une idée, qui est de faire une marque de prêt-à-porter qui fait uniquement des ensembles haut et bas assortis. Pourquoi ? Parce que c’était hyper puissant hyper pratique on se prenait pas la tête pour accorder le haut avec le bas. » explique Mathilde. Une aventure pleine de challenges pour les deux entrepreneuses qui n’avaient rien à voir avec le milieu du textile et du prêt-à-porter. Mais des défis à relever qui les amènent à trouver des solutions modernes et responsables pour leur marque.

En pleine recherche de fournisseurs, Mathilde et Sarah on décidé de se tourner vers le Upcycling (récupérer des matériaux ou des produits dont on ne se sert plus pour créer des objets ou produits de qualité supérieure, ndlr). « On a réalisé pendant cette recherche de tissu qu’il y a de nombreux fabricants qui avaient des stocks de tissus inutilisés parce qu’ils produisaient trop et que les marques achetaient que ce qu’elles avaient commandé. Ce qui est génial, c’est qu’on parle ici de matière déjà produite qui était vouée à attendre ou à être jetée. C’est de très belles matières à prix cassé, ce qui n’est pas négligeable. » Une façon pour les créatrices de Salut Beauté d’acquérir des produits de qualité pour leur marque tout en évitant de produire d’avantage. « C’est ce qu’on appelle la solution Win Win. L’upcycling c’est vraiment une méthode écolo et en plus interessante pour tout le monde, pour le consommateur et pour nous. » affirme Mathilde.

Salut Beauté, c’est aussi un message à faire passer aux femmes. De 17 à 97 ans, il n’y a pas d’âge pour porter ces uniformes. « On veut que les femmes osent, on veut pas qu’elles se disent « ça c’est pas pour moi » » déclarent les deux créatrices. Leur crédo c’est le « pointu accessible ». Des ensembles avec des coupes franches et audacieuses mais qui sont justement là pour souligner le corps de toutes les femmes.  » L’idée c’est que selon Salut Beauté n’importe qui, n’importe quel corps peut porter des vêtements osés parce que si ils sont bien coupés et bien ils vont sublimer toutes femmes « .

Alors si, comme chez Paulette, vous êtes tombées sous le charme de ces uniformes à la fois tendances et conforts, pratiques et stylés, rendez-vous sur le site Salut Beauté dès à présent. Vous pouvez aussi retrouver les Brenda au Pop Up du 30 Janvier au 2 Février prochain au 12 rue dupetit-thouars 75003 Paris.

Article de Charline Bouzon.

La créatrice de robe de mariée, Laure de Sagazan, propose grâce aux oubliés de dentelle de ses robes, une ligne de 3 culottes et un ensemble caraco-shorty. Une belle façon de recycler des chutes de qualité, pour le plus grand bonheur de nos fessiers.

Pour être la plus belle même sous la robe

Soucieuse de l’environnement et des dégâts causés par le monde du textile, Laura de Sagazan a eu cette brillante idée de ne plus gaspiller. Surtout lorsqu’il s’agit de tissu d’une telle qualité. Dentelles et soies sont upcyclées pour créer de nouvelles pièces, et pas des moindres : des dessous délicats qui ajouteront une final touch idéale pour un jour spécial (ou pas!). Les trois culottes et caraco-shorty seront disponibles dès le 1 février 2020. Des pièces délicates et raffinées, pour s’habiller mieux et responsable.

Laure de Sagazan, des robes de mariée made in France

Créée en 2011, sa marque de robe de mariée s’inscrit vite comme une des références parisiennes. Les modèles créés tournent autour d’un style rétro remis au goût du jour. Pas de tulles, ni de froufrous délirants, mais de la délicatesse et un style impeccable. Avec toujours, une touche de dentelle raffinée qui vient recouvrir à la perfection un bout de peau tout en transparence. Toutes les pièces sont réalisées sur-mesure dans un atelier-showroom du 10ème arrondissement de Paris.

Les ateliers parisiens

La collection de dessous sera disponible dès le 1er février 2020, dans le showroom de la maison et sur le e-shop de la marque. Dès 35 euros.

Article de Juliette Boulegon

La créatrice de bijoux upcyclés et la styliste ont choisi de collaborer ensemble afin de développer une collection capsule de mini sacs à mains originaux et 100% upcyclés. 

Place à la mode responsable 

Leur collaboration donne naissance à des sacs à main chinés et pimpés de bijoux, de bracelets, de montres désassemblées et de perles. Finalement, pour le rendre unique ! Une collection capsule composée de 14 mini sacs, dont chaque pièce porte le nom d’une personnalité qui a inspiré sa création.

Une collab intelligente 

Ces deux stylistes travaillent dans un milieu qui semble de prime abord très polluant. Mais sensibles à l’écologie et à l’éthique dans leur travail, il semble qu’elles aient trouvé un bon compromis. La mode upcyclée. Une mode qui récupère des matières déjà existantes pour en faire de nouveaux produits originaux. Elles font de leur passion un engagement, poussent les gens à consommer intelligemment et à cesser petit à petit de s’intéresser à la fast-fashion. C’est leur engagement commun. Pour Iris Gonzales, mettre en lumière et réinterpréter les aspects que le monde de la mode juge cheap ou beauf, c’est son cheval de bataille. Sa force, c’est le mélange des univers. Dingue de haute-couture comme de sportwear, Iris adore mixer les styles qui n’ont à priori rien à voir.

Kitesy Martin, un nouveau genre de bijou 

Diplômée des Arts Décoratifs de Paris, Kitesy Martin est styliste depuis presque dix ans. Elle a travaillé pour de grandes maisons telles que Balenciaga, Lacoste ou Balmain. Après ces quelques années de travail en entreprise, elle décide de se mettre à son compte et de développer sa marque de bijoux. Son choix est alors de chiner dans les brocantes, les vide-greniers/dressing, les pièces rares, les bijoux oubliés pour leur redonner une vie. Toutes ces pièces sont en laiton plaqué ou plaqué argent. Elle assemble et crée alors des bijoux que l’on ne retrouvera nul part ailleurs. Tout est mixé avec goût et délicatesse pour sublimer votre style.

https://www.instagram.com/p/B2G7V5KCzW8/
@Kitesymartinbijoux

Les sac seront en ligne dès dimanche 1er décembre sur le e-shop de Kitesy Martin !

Article de Juliette Boulegon

Vous ne connaissez pas encore Rusmin ? Il est temps que ça change ! Le 14 novembre, cette jeune marque d’upcycling présente à Paris sa toute nouvelle collection d’automne. Une collection capsule exclusive réalisée en collaboration avec la boutique de mode végan Manifeste011.

À l’occasion de ce lancement, on vous emmène dans l’univers de cette marque/média qui allie le cool à l’éco-responsabilité, prône le self-love et nous fait rire et réfléchir (en plus de nous habiller) !

Rusmin : penser la mode différemment avec des vêtements upcyclés

En mars 2019, les jumelles franco-brésiliennes de 21 ans Yasmin et Rubi Pigeon lancent ensemble Rusmin. Cette marque/média d’upcycling présente à travers ses collections et ses contenus vidéo la possibilité d’une mode consciente, fun et éco-responsable.

La marque récupère ainsi des vêtements existants (en fripes, chez leur grands parents, leurs amis) ou des matières premières (chutes de tissus, serviettes de bains, rideaux et bien plus) afin de leur donner une nouvelle vie en les transformant en pièces originales. Deux pulls trouvés en fripe sont ainsi déconstruits pour en former un unique, coloré et ultra désirable. Une serviette de bain devient un pantalon au look incroyable.

Quand on sait que l’industrie du textile est la deuxième industrie la plus polluante, l’upcycling s’impose comme une approche écologique fondamentale, à contre-courant du mouvement de la fast-fashion. Le bonus ? L’éco-responsabilité de Rusmin s’allie à la grande créativité et à l’indéniable sens du style de ses fondatrices.

Un style ultra-créatif nourri d’influences pop

« Rusmin c’est un mix & match de toutes les références de ma soeur et moi en grandissant, que ce soit Next sur MTV, Lizzie McGuire, les Destiny’s Child… Les années 90 en général sont des grandes inspirations qu’on essaye évidemment de moderniser avec ce que l’on porte aujourd’hui », nous confie Rubi. « La mode pour nous c’est plutôt le style, comment les gens vont s’approprier les vêtements. »

Juxtaposition de matières, imprimés animaliers, couleurs vibrantes, une touche de kitsch et d’esprit nineties. Voila le style Rusmin. Et ce n’est pas fini ! Au delà de leur production de vêtements upcyclés, Rusmin est aussi un média éco-conscient engagé.

Un média éducatif drôle et décomplexé

Sur leur site, on peut trouver deux types de contenus. Des vidéos qui nous emmènent dans les coulisses de la marque, sur leurs shootings, ou nous montrent leurs trouvailles de fripes en voyage, le tout avec une bonne dose d’humour. On trouve aussi des vidéos plus engagées : elles nous expliquent ce qu’est la « fast-fashion », nous emmènent à la marche du climat ou encore déconstruisent la vision de la « femme française ».
Le résultat ? On rit beaucoup et on apprend. Et c’est exactement le but : nous montrer que l’éco-responsabilité c’est totalement possible et plutôt cool d’ailleurs !

Une marque en évolution et une collection capsule inédite

Pendant l’été, Yasmin décide de se concentrer sur son autre passion, la musique, et doit renoncer à Rusmin. C’est à ce moment là que Rubi, désormais seule aux commandes, est contactée par la boutique de mode vegan et responsable Manifeste011, fondée par Maud et Judith Pouzin (elles aussi jumelles).

«Elles sont venues vers moi pour m’expliquer qu’elles aimeraient faire de nouvelles pièces à partir des invendus de leur boutique et leur donner une nouvelle vie. Je me suis dit que c’était une bonne idée pour relancer Rusmin toute seule, c’était comme un signe ! »

Le résultat ? Une collection capsule composée de 5 pièces upcyclées, streetwear et « gender fluid ». Des coupes larges et confortables, des détails surpiqués qui ornent des basiques, pour un look pointu et décontracté.

Lancée le 14 novembre, cette collection est disponible sur commande uniquement (et c’est par ici) !

Pour en savoir plus sur cette nouvelle pépite cool et engagée dans le paysage de la mode française, rendez-vous sur le site Internet de Rusmin ou leur page Instagram !

Article d’Alexandra Hostier

Votre cuisine Ikea a bien vieilli et vous voulez du changement, mais n’avez ni le cœur à tout jeter ni les moyens pour en racheter une nouvelle ? Pour le bien de la planète et pour celui de votre porte-monnaie, plutôt que de se débarrasser de votre ancienne cuisine, Superfront vous propose… de la métamorphoser !

L‘entreprise suédoise créée en 2013 par le couple Monica & Mick Born, apporte toutes les solutions pour upcycler sa cuisine Ikea. La rendre plus design, dans un budget abordable et dans le respect de l’environnement ? Grâce à Superfront, c’est possible et très simple !

Tous les produits de la marque sont pré-percés pour s’adapter parfaitement aux modèles Ikea. Il vous suffit ainsi de garder la structure et les caissons de base du géant du mobilier suédois, puis de venir les habiller des éléments Superfront en toute simplicité.
Superfront propose ainsi façades de portes et de tiroirs en MDF laqué mat (avec ou sans motif), plinthes, poignées en cuivre, laiton ou cuir, plan de travail en marbre de Carrare ou en pierre calcaire du Portugal… une infinité de combinaisons possibles, pour un résultat ultra-tendance.

Comment créer quelque chose d’unique et d’élégant à un prix raisonnable ?

C’est la question que se posèrent Monica & Mick Born, alors qu’ils rénovaient leur premier appartement et rencontraient des difficultés à faire coïncider leurs idées de design avec leur budget limité. Leur solution ? Utiliser les structures Ikea qui se trouvaient déjà dans leur appartement et concevoir leurs propres façades pour les habiller, en les faisant fabriquer par la menuiserie située près de chez eux. D’ailleurs, la couleur qu’ils avaient choisie à l’époque (un vert très pâle intemporel) a été conservée et se trouve dans leur palette de teintes actuelle : elle correspond à la nuance Aerugo Green.

Après avoir observé sur le marché un réel manque de design bien pensé à des prix raisonnables, le couple se lance. S’en suivent plusieurs mois de travail intensif, puis les premiers produits Superfront arrivent sur le marché en mars 2013. L’accueil est triomphal ! Pourquoi payer une fortune pour un meuble du commerce quand on peut créer soi-même quelque chose de bien plus unique à un prix raisonnable ? Ils ont su répondre à un véritable besoin.

Un engagement : des meubles qui durent longtemps et vieillissent élégamment

Un engagement qui se retrouve dans le choix de matériaux. Superfront propose ainsi des matériaux massifs, authentiques et non traités qui se recouvrent d’une jolie patine avec le temps. Par exemple le laiton, le cuivre, le cuir végétal tanné, la pierre ou encore le bouleau. En créant des éléments de design durables, l’objectif est d’économiser les ressources environnementales ainsi que celles des consommateurs.

Superfront souhaite allier prix raisonnables et design de qualité. La marque utilise des formes géométriques simples et des couleurs intemporelles. Mais ses designs comportent également des touches uniques, ne pouvant être reliées aux tendances du moment, et constituent ainsi des pièces véritablement originales.

En plus de son e-shop, Superfront a récemment ouvert un pop-up store exceptionnel à Paris, jusqu’au 30 novembre. Pour pouvoir observer leurs designs de vos propres yeux, foncez au 132 rue de Turenne dans le 3ème arrondissement de Paris ! Entre cuisines, buffets, penderies et tables d’appoint, vous y trouverez forcément ce dont vous avez besoin.

Grace à Superfront, on sait désormais comment faire pour métamorphoser ce que l’on possède déja en meubles uniques et élégants, tout en respectant notre budget et l’environnement !

Retrouvez Superfront au Pop-up / Shop & Showroom au 132 rue de Turenne 75003 Paris

Article d’Alexandra Hostier

Le jeudi 3 octobre, la boutique de mode responsable végan Manifeste011 organise pour la deuxième année un événement au profit de l’école CASA93, en présentant à la vente des pièces exclusives issues de la collection collective des étudiants

https://www.instagram.com/p/B2gvNOkgOMg/

Formation engagée, la CASA 93 est une école de mode pas comme les autres : gratuite et accessible à tous, elle donne une chance aux jeunes talents quelles que soient leur difficultés scolaires ou financières. Elle valorise également une mode éco-responsable, humaine et solidaire.
Une vision de la mode qui s’incarne dans la collection collective constituée de pièces uniques upcyclées, réalisée chaque année par ses étudiants. Cette année, la direction artistique de la collection a été confiée à Christelle Kocher (fondatrice du label KOCHÉ).

Le 3 octobre de 19h à 22h, Manifeste011 présente lors d’un événement ouvert à tou.te.s la deuxième collection collective des étudiants de la CASA93.

Au Programme :
  • Défilé de rue pour présenter la collection collective réalisée par les étudiants
  • Rencontre avec les étudiants créateurs
  • Vente inédite des 5 pièces exclusives issues de la collection collective des étudiants
  • Musique avec le Dj set d’Andres Komatsu (Nein Records)
  • Sans oublier de quoi s’hydrater avec ChariTea & Grolsch, au bar
Une vente de pièces upcyclées exclusives

Un jury composé de journalistes mode (Mélody Thomas -Marie-Claire, Alice Fantastique Pfeiffer – Inrocks style, Caroline Hamelle de Lopez – Grazia) et de clients de la boutique (Lucas Debort – client de Manifeste011) a choisi 5 looks de la collection collective qui seront présentés et vendus le soir de l’événement.

Lors de la soirée, vous pourrez rencontrer tous les créateurs de cette collection collective et en particulier Olga Pham, Manuel Soto et Joannes Sanches, les étudiants qui ont réalisé les 5 looks retenus par le jury.

La vente durera jusqu’au 4 novembre à la boutique Manifeste011 et les bénéfices seront intégralement reversées à l’association ModaFusion qui porte le projet CASA 93.

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur l’événement Facebook

Alors, RDV le jeudi 3 octobre
chez Manifeste011
au 14 rue Jean Macé, 75011 Paris
de 19:00 à 22:00

Article d’Alexandra Hostier