Avoir un look d’enfer sans essayer toutes sa penderie ? Ne plus se prendre la tête pour assortir le haut avec le bas ? Les avantages d’une combi sans les inconvénients ? La classe d’un tailleur sans le côté strict ? Salut Beauté vous apporte la solution à toutes ces envies avec leurs uniformes.

Certaines d’entre nous ont déjà rêvé de pouvoir se lever le matin, prendre dans sa penderie une tenue qui lui vaudra les plus beaux compliments à la machine à café, et le tout en moins de 5minutes. Pour celles qui cherchent encore la solution, bien nous l’avons. Salut Beauté est la réponses à ces heures perdues devant sa penderie avec le dilemme « être stylée… mais confortable… mais quand même avec un look qui dénote … mais sans les contraintes » etc etc.

Salut Beauté consiste en des uniformes atypiques et uniques créés pour sublimer TOUTES les femmes. La marque française propose ainsi différentes coupes pour s’adapter au mieux aux goûts de chacune. Tous inspirés de tenues de travail, les uniformes présentent chacun des caractéristiques différentes. Pantalon coupe droite, large, taille haute ou évasée. Une veste ajustée, manches larges ou avec une ceinture… nombreuses sont les alternatives qui vous sont proposées. A vous de choisir parmi les différents ensembles lequel vous correspond le mieux. A porter avec des basket ou des talons, là encore, à vous d’accessoiriser votre tenue pour un total look à votre image.

Une marque dans l’air du temps

Mathilde et Sarah (aka Brenda & Brenda), sont les deux créatrices derrière la marque Salut Beauté. Une rencontre survenue alors qu’elles travaillaient dans la même entreprise. « On était binôme en marketing digital et ça a été un vrai coup de coeur professionnel. Suite à ça on a eu une idée, qui est de faire une marque de prêt-à-porter qui fait uniquement des ensembles haut et bas assortis. Pourquoi ? Parce que c’était hyper puissant hyper pratique on se prenait pas la tête pour accorder le haut avec le bas. » explique Mathilde. Une aventure pleine de challenges pour les deux entrepreneuses qui n’avaient rien à voir avec le milieu du textile et du prêt-à-porter. Mais des défis à relever qui les amènent à trouver des solutions modernes et responsables pour leur marque.

En pleine recherche de fournisseurs, Mathilde et Sarah on décidé de se tourner vers le Upcycling (récupérer des matériaux ou des produits dont on ne se sert plus pour créer des objets ou produits de qualité supérieure, ndlr). « On a réalisé pendant cette recherche de tissu qu’il y a de nombreux fabricants qui avaient des stocks de tissus inutilisés parce qu’ils produisaient trop et que les marques achetaient que ce qu’elles avaient commandé. Ce qui est génial, c’est qu’on parle ici de matière déjà produite qui était vouée à attendre ou à être jetée. C’est de très belles matières à prix cassé, ce qui n’est pas négligeable. » Une façon pour les créatrices de Salut Beauté d’acquérir des produits de qualité pour leur marque tout en évitant de produire d’avantage. « C’est ce qu’on appelle la solution Win Win. L’upcycling c’est vraiment une méthode écolo et en plus interessante pour tout le monde, pour le consommateur et pour nous. » affirme Mathilde.

Salut Beauté, c’est aussi un message à faire passer aux femmes. De 17 à 97 ans, il n’y a pas d’âge pour porter ces uniformes. « On veut que les femmes osent, on veut pas qu’elles se disent « ça c’est pas pour moi » » déclarent les deux créatrices. Leur crédo c’est le « pointu accessible ». Des ensembles avec des coupes franches et audacieuses mais qui sont justement là pour souligner le corps de toutes les femmes.  » L’idée c’est que selon Salut Beauté n’importe qui, n’importe quel corps peut porter des vêtements osés parce que si ils sont bien coupés et bien ils vont sublimer toutes femmes « .

Alors si, comme chez Paulette, vous êtes tombées sous le charme de ces uniformes à la fois tendances et conforts, pratiques et stylés, rendez-vous sur le site Salut Beauté dès à présent. Vous pouvez aussi retrouver les Brenda au Pop Up du 30 Janvier au 2 Février prochain au 12 rue dupetit-thouars 75003 Paris.

Article de Charline Bouzon.