La griffe se met au vert ! Petit à petit, en redoublant d’efforts, de nouvelles techniques et d’inventions sont utilisées. Chanel transforme sa collection croisière en une mode un peu plus responsable. 

Source – Instagram © Chanel

Un petit pas pour l’humanité mais un grand pas pour la marque.

Une saison en Provence

La collection croisière 2021-2022 de Chanel était renversante. Un brin de soleil, de légèreté et d’Histoire. Au cœur de Baux-en-Provence dans la Carrière des Lumières, le défilé croisière était diffusé le 4 mai dernier. Si vous l’avez manqué, la marque a pris soin de le rediffuser sur son site Internet – et ça vaut le détour.

Plus précisément, ce show est un clin d’œil direct à Jean Cocteau, grand ami de Gabriel Chanel. Ce dernier avait filmé des scènes du film Le testament au sein de ces carrières de granit blanc. Virginie Viard, la directrice artistique de Chanel indique, dans la note d’intention du défilé, que « la simplicité, la justesse, la poésie du film de Cocteau m’ont donné envie d’une collection très nette, d’un bicolore très tranché, fait de blanc éclatant et de noir profond »

Comment le tweed de Chanel devient écolo

Au milieu de ces couleurs et de ce blanc, on retrouve des tissus écolos. Parce qu’entre les énergies vertes et la compensation de carbone, Chanel accorde beaucoup d’importance à l’éthique et à l’écoresponsabilité de ses créations. Ainsi, comme l’explique Bruno Pavlovsky, président des activités mode de Chanel, dans une interview pour Le Monde, « dans cette collection, sur une centaine de tissus, vingt-huit sont entièrement écoresponsables, et particulièrement des tissus emblématiques de la maison, tels que le tweed ou ceux développés par la maison Lesage« .

Et en effet, pour la première fois, les célèbres tailleurs en tweed sont repensés et conçus différemment. La Maison Lesage travaille alors désormais plus de 70 % de fils recyclés et certifiés par le label GOTS (Global Organic Textile Standart). La traçabilité du textile de la griffe reste fondamentale pour cette marque ancestrale, connue pour vendre le plus de prêt-à-porter dans le monde.

Un effort durable et éthique que l’on salue et que l’on encourage ! Qui sait, peut-être que d’ici 2025, Chan el deviendra la première maison de luxe 100% écolo ?

Article de Margot Hinry