On vous liste quelques idées de lieux apaisants où partir se ressourcer sans trop s’éloigner de Paris - et ce, pour rentrer avant le couvre-feu.

On a des envies d’ailleurs mais pas forcément le temps (ni les moyens) d’aller plus loin que l’Île-de-France. Pourtant, on profiterait bien, là-tout-de-suite-maintenant, d’une escapade en terre moins urbaine que notre arrondissement qui grouille de monde et de pollution. Une petite ville, un grand parc, des forêts gigantesques avec des arbres à perte de vue… Le rêve. Ça tombe bien, justement, la région en regorge. Voici donc 5 endroits dépaysants où se diriger pour une journée.

1. Chantilly

Le château de Chantilly © Pixabay

Le château et ses différents musées ont beau être fermés, le déplacement vaut quand même clairement le coup, rien que pour les jardins (payants, en revanche). Chantilly est une ville de l’Oise à une heure de la capitale qui accueille les Parisien·ne·s en quête d’espace, de verdure et d’un charme qui ne s’accompagne pas de rues et magasins bondés. Nous, en gros, qui commençons sérieusement à tourner en rond dans un appart qu’on appelle “cocon” pour ne pas dire minuscule. 

A Chantilly, on flâne, on prend l’air, on s’arrête pour une boisson ou un plat du traiteur local, qu’on déguste sur un banc au soleil, en se disant qu’on reviendra soutenir le domaine une fois que la vie reprendra son cours.

2. Les étangs de Corot

Les étangs de Corot © Stefi123 - Creative Commons

Les étangs de Corot de Ville-D’Avray (Hauts-de-Seine) tiennent leur nom du peintre impressionniste Camille Corot, l’artiste ayant passé une bonne partie de sa vie à s’y asseoir pour représenter sur toile le paysage incomparable des lieux. Aujourd’hui, ils sont l’une des destinations de balade champêtre favorites des promeneurs franciliens et touristes hors-COVID. Un endroit bucolique qui fait office de havre de paix instantané, accessible en transports depuis Paris.

Pour la petite (ou la grande) histoire, on y trouve deux étangs nichés parmi des arbres centenaires, immortalisés dans les œuvres du maître – et exposés jusqu’au Met à New York. Le “vieil étang », créé à la fin du Moyen Âge par les seigneurs pour servir de réserve de pêche, et « l’Etang Neuf » créé par le duc d’Orléans, frère de Louis XIV, pour alimenter en eau le château de Saint-Cloud et son parc.

Après la promenade, en temps normal, on peut poursuivre l’échappée relaxante en passant par le spa Caudalie. Malheureusement fermé pour travaux, on se contentera de rentrer chez soi se faire un masque banane-yaourt maison devant Netflix.

3. La forêt de Fontainebleau

Forêt de Fontainebleau © Pixabay

Le train pour Fontainebleau part de la Gare de Lyon et fait un arrêt direct dans la forêt, parfait pour celles et ceux qui veulent s’échapper de la ville le plus vite possible, sans même remettre les pieds sur le bitume. Quand on s’enfonce entre les arbres depuis les rails, l’odeur agréable de sable humide, de feuilles et de mousse qui court aux pieds des troncs nous saisit pour mieux nous convaincre qu’on a fait le bon choix de décoller de notre canapé et de la saison 3 de Selling Sunset

C’est vaste, silencieux, et ça fait du bien. Les fans d’escalade pourront se laisser aller à leur passion, les novices se faire les mains, et les autres, slalomer entre les rochers pour mieux profiter de l’ambiance mystique sinon féerique de l’endroit. A la fin de l’après-midi, on peut même faire un tour dans le centre de la ville, vers le manège, en attrapant un café/une bière à emporter au troquet du coin.

4. Barbizon

La Grande Rue de Barbizon © Achime Ebenau - Creative Commons

Aussi en Seine-et-Marne, aussi en lisière de la forêt de Fontainebleau, Barbizon était jadis le repaire des Impressionnistes, c’est aujourd’hui le repaire des galeries. Galeries qui ne sont pas considérées comme lieux de culture aux yeux du ministère, mais comme commerces. Une nuance importante puisqu’elle implique, pour le plus grand plaisir de nos âmes en mal d’activités, de rester ouvertes quand les musées affichent portes closes. 

Ces petites boutiques à œuvres d’art sont quasi toutes situées dans la Grande Rue, dans des maisons en pierre, à colombages ou en toit de chaume typiques de la région. On a le choix entre La chaumière des arts, La galaxie des arts, La galerie de Barbizon ou encore La galerie de l’Angélus. Évasion garantie.

5. La forêt de Rambouillet

La forêt de Rambouillet © Pixabay

La forêt de Rambouillet fait 1,5 fois la superficie de Paris, et invite à un dépaysement total. Exactement ce qu’il nous faut pour faire le plein d’oxygène le temps d’une journée off. Sur place, plusieurs options s’offrent à nous. On peut soit se lancer dans une balade tranquille qui ne paralysera pas nos cuisses un peu ramollies depuis notre abandon total du sport à Noël, soit décider de saisir l’occasion pour s’y remettre et opter pour un parcours plus intense, en empruntant l’un des chemins de rando du GR1. 

L’un comme l’autre, c’est certain, seront synonymes d’un bol d’air mérité, parenthèse enchantée dans un quotidien parfois légèrement étouffant (c’est peu de le dire). Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Chronique de Pauline Machado

La nouvelle plateforme en ligne, « Sauve ton hôtel », vient donner un second souffle au secteur du tourisme et de l’hôtellerie français, impacté par la crise du Covid-19. Son objectif ? Plus d’intermédiaire !

La plateforme Sauve ton hôtel à pour vocation de donner un nouveau souffle au tourisme français. 
Crédit : Mara Conan Design on Unsplash
La plateforme Sauve ton hôtel a pour vocation de donner un nouveau souffle au tourisme français.
Crédit : Mara Conan Design on Unsplash

Après trois mois d’arrêt quasi total des hôtels et de l’activité touristique, tout reprend progressivement son cours pour ne pas passer à côté de l’été. Le soleil chaud, les grains de sable, les mojitos en terrasse et même la montagne pour ceux qui le souhaitent, tout y est. Et ne pas passer à côté de notre été, c’est aussi sauver le tourisme, nos hôtels et l’économie du pays de façon plus générale. « Soyons solidaires, allons prendre l’air : soutenons ensemble le tourisme français avec du bon temps retrouvé, des avantages inédits pour en profiter. » C’est là, toute la promesse de la nouvelle plateforme en ligne « Sauve ton hôtel », son objectif : supprimer les intermédiaires.

Sauver le tourisme

« La plateforme a vocation à coordonner une demande, celle des Français souhaitant profiter de leurs vacances dans les meilleurs conditions commerciales, sanitaires et de confort possibles et une offre, celle des hôteliers souhaitant des réservations qui passent directement chez eux, meilleur moyen de pouvoir rouvrir leur hôtel, relancer leur secteur et participer à la reconstruction de notre économie. » Une économie qui repose en effet beaucoup sur le tourisme puisque ce dernier compte, à lui seul, pour 8% du PIB français.

Lien direct entre hôteliers et vacanciers

Ce nouveau site internet a été créé par des acteurs indépendants et engagés du secteur hôtelier. Aujourd’hui, il réunit quelques 130 hôtels autour d’une offre sans intermédiaire, proposant aux vacanciers une façon inédite de partir en voyage en France, tout en soutenant une industrie hôtelière fragilisée. Concrètement, la plateforme présente les établissements partenaires du projet : quelques lignes à son sujet, la date de réouverture, les avantages, s’il y en a, et les mesures sanitaires adoptées.

Article de Aurélie Rodrigo

Besoin de se reconnecter à la nature ? De faire des rencontres humaines ? Tout en ayant une empreinte carbone réduite et un regard différent sur son voyage ? C’est possible, avec l’agence de voyage Double Sens.

Aurélien Seux et Antoine Richard ont fondé en 2006 l’agence de voyage Double Sens avec une ambition commune : voyager différemment et ne plus découvrir une ville ou un bout de pays en participant au tourisme de masse; partir hors des sentiers saturés de monde, et s’imprégner d’une culture de façon plus intime et respectueuse.

@Double sens – Népal

Découvrir un pays avant tout 

Allier vacances, découverte du pays et de sa culture sans contribuer à la pollution excessive de la planète semble être mission impossible. Surtout, depuis qu’une récente étude de Nature Climate Change montre que 8% des émissions de gaz à effet de serre de l’humanité sont dues au tourisme. Que faire ? Ne plus voyager ? Rester dans son pays ou son continent ? Certes, c’est une option. Le train ou le vélo peuvent aussi nous faire voyager même à 100km de chez soi. Mais le dépaysement ne sera pas le même. Avoir la chance de découvrir une culture, un mode de vie et des paysages différents en se rendant directement à la source est une opportunité et une sensation unique. Double Sens propose deux types de voyage. Des séjours participatifs, en contribuant à une action solidaire et en parcourant le pays lors des excursions organisées en parallèle. Ou bien des séjours alternatifs, en participant à la vie locale et en vivant au plus près des communautés, toujours en lien direct avec la nature et la culture du pays. Le tout en petit groupe de 10 personnes maximum.

Prise en charge de 100% des émissions carbone

Avec une année réussie, pleine de voyages et de partage, Double Sens vise encore plus haut pour 2020. Notamment avec une prise en charge de 100% des émissions carbone sur l’ensemble des voyages effectués. Comment ? En passant par un organisme certifié Gold Standard. Double Sens a choisi de passer par l’organisme Microsol qui place des cuiseurs à bois économes auprès des populations les plus vulnérables au changement climatique. Grâce à cette expertise au Pérou, ils améliorent la vie des populations en réduisant de 60% leur consommation de bois. Cela crée également des emplois et l’usage de matériaux locaux renforce l’économie locale. En plus, les bénéficiaires ne souffrent plus des fumées toxiques générées par les foyers de cuisson traditionnels. Depuis 2016, Double Sens est membre d’ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) labélisé Ecocert Environnement.

Si cette façon de voyager vous parle, vous intéresse et vous donne envie de voyager différemment, rendez-vous sur le site pour en savoir davantage sur l’organisation d’un départ. Il faut compter entre 1500€ et 4000€ pour un voyage, vous pouvez retrouver ici, un descriptif de la répartition de votre argent.

Teaser – Double Sens

Pour d’autres vidéos qui donnent envie de voyager et vous donnent un exemple de ce qui peut vous attendre en partant avec Double Sens, rendez-vous sur leur chaine Youtube !

Article de Juliette Boulegon

Les bâtiments blancs et la mer bleue de Santorin font rêver, c’est sûr, mais la Grèce ne se résume pas à cette seule île. Voici une sélection d’endroits moins visités qu’Athènes, Mykonos, Delphes ou Olympie pour votre prochain voyage au pays d’Hercule.

Les Météores

https://www.instagram.com/p/B0waEwyoEId/

Ensemble de monastères orthodoxes orientaux et patrimoine mondial de l’UNESCO, les Météores se trouvent en Grèce centrale. La formation rocheuse offre un paysage étonnant, avec six monastères rescapés (sur les 24 monastères d’origine) au sommet d’immenses piliers naturels.

Le temple de Poséidon

https://www.instagram.com/p/BoxuZuGlJ_W/

Ce lieu de culte de la Grèce antique a été construit entre -444 et -440 avant JC. Aujourd’hui, il est en ruines mais conserve de très belles colonnes. Le temple de Poséidon domine une vue spectaculaire de la mer. Parfait pour une visite depuis Athènes, le coucher de soleil ne laisse pas de marbre mais peut attirer beaucoup d’admirateurs !

Mystra

Mystras © Cecile Cardinale

Mystra est la destination parfaite pour les amateurs de randonnée et de villes médiévales. Après un trajet en voiture de 15 minutes depuis Sparte, la montée au sommet du rocher nécessite une bonne heure. Des églises et des bâtiments datant des XIVe et XVe siècle en ont fait un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, et les monastères Pantanassa et Peribleptos méritent bien le déplacement.

Myrina, Lemnos

Myrina © Zachariou Fotini/Wikimedia Commons

Un port de pêche en activité, Myrina est la capitale de Lemnos, une île assez épargnée des vagues de touristes. Promenez-vous le long du port et admirez les pêcheurs au retour de leur journée de travail ou allez visiter les ruines d’un vieux château vénitien, visible depuis la ville.

Tilos

https://www.instagram.com/p/Blx6QZynnzw/

L’île de Tilos fait partie des îles du Dodécanèse, mais n’avait que 780 habitants en 2011. Cette petite parcelle de terre perdue sur l’eau est connue pour ses paysages verts et riches en faune et en flore. De nombreuses fleurs et oiseaux peuvent y être admirés. Partez en randonnée ou baladez-vous dans les villages environnant avant de vous diriger vers les plages tranquilles. Vous tomberez sur de vieux monastères et les ruines de châteaux médiévaux au détour des chemins de cette réserve naturelle. 

Telendos

https://www.instagram.com/p/2QXgfnm9-l/

L’île de Telendos est à peu près à 1 km de celle de Kalymnos (où la photo ci-dessus a été prise). Telendos n’est pas vraiment plus grande que sa montagne et surtout n’a aucune voiture. Beaucoup n’y vont que pour la journée mais vous pouvez y rester quelques nuits et profiter du calme, de la nature et des randonnées proposées sur place.

Article par Juliette Cardinale