Se sentir bien dans sa lingerie est essentiel au quotidien. De plus en plus les femmes réclament un confort optimal, encore plus quand elles ont subi une opération mammaire. C’est ce que prône Yes, la nouvelle collection post-mastectomie d’Etam et Même.

Se sentir bien dans sa lingerie est essentiel au quotidien. C’est ce que prône Yes, la nouvelle collection post-mastectomie d’Etam et Même. Crédits : ©Etam et Même.
Etam x Même sortent une collection de lingerie post-mastectomie pour garantir le confort aux femmes. Crédits : ©Etam et Même.

Être bien dans son corps, c’est aussi se sentir à l’aise dans sa lingerie. Rien de plus compliqué quand on vient de subir une opération mammaire. Parce que chez Etam il est important que les femmes vivent en harmonie avec leur corps et lui donnent autant d’amour que possible, la marque française de lingerie lance sa nouvelle collection.

Yes accompagne les femmes post-mastectomie 

Telle une onde de positivité, la nouvelle collection Yes post-mastectomie garantie confort et maintien aux femmes ayant subi une opération. Etam y a mis du cœur pour que toutes puissent bénéficier du savoir-faire centenaire des experts corsetiers. Qu’importe la morphologie de la poitrine, ici les poches sont adaptées aux prothèses, les armatures sont souples et le maintien agréable pour aider les femmes à reconquérir leur corps et leur féminité. 

Une initiative soutenue par Même

Il s’agit de la première marque de soins dermo-cosmétiques dédiée aux personnes concernées par le cancer. Alors lorsqu’Etam lance sa nouvelle collection Yes, Même ne peut que s’associer dans cette belle initiative.

https://www.instagram.com/p/CAGN1H3oLWU/

Pour l’occasion, la marque offre un vernis au silicium pour les mille premières pièces de la collection. Sa formule est respectueuse de la santé et renforce les ongles fragilisés par la chimiothérapie. Voilà de quoi embellir nos mains cet été !

Article de Nina Hossein.

La créatrice de robe de mariée, Laure de Sagazan, propose grâce aux oubliés de dentelle de ses robes, une ligne de 3 culottes et un ensemble caraco-shorty. Une belle façon de recycler des chutes de qualité, pour le plus grand bonheur de nos fessiers.

Pour être la plus belle même sous la robe

Soucieuse de l’environnement et des dégâts causés par le monde du textile, Laura de Sagazan a eu cette brillante idée de ne plus gaspiller. Surtout lorsqu’il s’agit de tissu d’une telle qualité. Dentelles et soies sont upcyclées pour créer de nouvelles pièces, et pas des moindres : des dessous délicats qui ajouteront une final touch idéale pour un jour spécial (ou pas!). Les trois culottes et caraco-shorty seront disponibles dès le 1 février 2020. Des pièces délicates et raffinées, pour s’habiller mieux et responsable.

Laure de Sagazan, des robes de mariée made in France

Créée en 2011, sa marque de robe de mariée s’inscrit vite comme une des références parisiennes. Les modèles créés tournent autour d’un style rétro remis au goût du jour. Pas de tulles, ni de froufrous délirants, mais de la délicatesse et un style impeccable. Avec toujours, une touche de dentelle raffinée qui vient recouvrir à la perfection un bout de peau tout en transparence. Toutes les pièces sont réalisées sur-mesure dans un atelier-showroom du 10ème arrondissement de Paris.

Les ateliers parisiens

La collection de dessous sera disponible dès le 1er février 2020, dans le showroom de la maison et sur le e-shop de la marque. Dès 35 euros.

Article de Juliette Boulegon

Princesse tam.tam dévoile une collection tam.tam shaker pleine de couleurs, d’imprimés et de bonne humeur et avec une offre en prime !

La marque rend hommage à celle qui a séduit le tout Paris et bien au-delà pendant les Années Folles. Celle qui lui a inspiré son nom. La chanteuse et danseuse Joséphine Baker. En effet, la meneuse de revue a tenu le rôle principal du film Princesse Tam Tam d’Edmond T. Gréville. Fidèle à son personnage sur scène, Joséphine Baker y est sensuelle, exotique et admirée par la société parisienne. Dans la nouvelle collection de Princesse tam.tam, elle se retrouve vêtue de sa fameuse jupe de bananes à côté d’un léopard, tel celui qui l’accompagnait sur scène aux Folies Bergères.

Une collection colorée

Le tam.tam shaker c’est un assortiment de pièces colorées, aux imprimés originaux. En plus de Joséphine Baker, des œillets, un imprimé léopard et bien d’autres dansent sur des culottes avec froufrous et des leggings pour sortir. Pour compléter la petite tenue, Princesse tam.tam propose des soutiens-gorge aux couleurs assorties et avec des détails de dentelle.

Princesse tam.tam marque l’occasion avec une offre 1+1= 3. L’occasion de se faire plaisir sur la collection colorée et mélanger les imprimés à réduit. Le personnage sauvage incarné sur scène par l’américaine naturalisée française est vu comme raciste sous la lorgnette de notre époque, mais il n’empêche que Joséphine Baker est considérée comme beaucoup comme une figure incontournable des années folles et a beaucoup œuvré contre les discriminations. Afro-américaine et amérindienne, elle s’est échappée de plusieurs mariages malheureux et s’est engagée dans la Résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale.

La collection tam.tam shaker est accompagnée d’une campagne de pub au naturel. Les mannequins ont de la cellulite apparente et des plis du ventre normaux dans des positions assises. Fidèle à l’engagement pris il y a quelques mois par Princesse tam.tam de présenter des femmes sous leur vrai jour.

Article de Juliette Cardinale