Après un an de tournage aux quatre coins du globe, les femmes de la team Vans se dévoilent dans un long métrage 100% féminin. Talentueuses et courageuses dans Credits, nos skateuses confirment la place des femmes dans cette discipline. 

Credits met sur le devant de la scène les femmes de la team Vans. Crédits : ©Shari White.
Credits met sur le devant de la scène les skateuses de la team Vans. Crédits : ©Shari White.

Il était temps et Shari White l’a fait. La réalisatrice de Credits fait briller les skateuses de la Team Vans dans son long métrage. Durant une quinzaine de minutes, nous découvrons des jeunes femmes intrépides. Parmi la dizaine de skateuses, on retrouve notamment Una Farrar, Breana Geering et Fabiana Delfino. 

https://www.instagram.com/p/B_Qj45hgjHE

Credits, une belle leçon de vie

Ce long métrage est là pour célébrer la diversité de l’énergie et des personnalités de la communauté mondiale du skate féminin. Un point d’honneur pour attribuer à ces femmes le mérite dont elles ont le droit. Car oui, jusqu’à présent, les skateuses étaient présentées dans les sections « crédits » à chaque fin de vidéo. Aujourd’hui, la team Vans féminine s’impose du début à la fin.

Entre les figures, les gamelles et les rires, Credits met en avant des jeunes femmes liées d’amitié. Des skateuses tenaces, qui ne lâchent jamais. « C’est ça le skate ! Le rire et l’amitié, ainsi que les batailles. J’espère que les spectateurs auront un aperçu de ce sentiment » témoigne la réalisatrice Shari White. Et c’est que l’on en retient : après être tombé, il faut se relever et re-essayer. Continuer jusqu’à y arriver !

Una Farra réalise la figure du ollie. Crédits : ©Shari White.
Una Farrar réalise la figure du ollie. Crédits : ©Shari White.

Un film pour voyager autrement

Credits est aussi un moyen de découvrir des paysages autrement. D’observer des spots dont on n’aurait pas idée. Dans un esprit vintage, Credits nous plonge dans le skate des années 90. On voyage avec la Team entre les États-Unis et le Canada en passant par Melbourne en Australie et Barcelone en Espagne. 

Voilà enfin de quoi promouvoir la place des femmes dans le skate et donner un peu plus envie aux jeunes filles de s’y mettre !

Article de Nina Hossein.

La semaine dernière, la team Paulette a chaussé ses Vans les plus cool pour prendre la direction du skatepark Cosanostra de Chelles pour assister à la quatrième manche des Vans Park Series.  C’était le dernier jour de l’événement, celui de la finale des qualifications avant les championnats du monde. 

On vous dresse le décor : un magnifique bowl flambant neuf, un pop up store, un stand custo, des foodtrucks, des gens relax un peu partout, des performances incroyables … Bref, tout ce qu’il faut pour passer un moment génial – et il l’a été.  L’ambiance était au top, exactement ce qu’on attend quand on parle skate : good vibes only, créativité et énergie. Si comme moi, vous n’aviez jamais assisté à un événement comme celui-ci, faîtes-moi confiance, c’est à ajouter dans votre to do ! C’est un sport impressionnant et agréable à regarder. 

Les Vans Park Series, c’est avant tout une compétition en plusieurs étapes et c’est la première fois que l’une d’elles avait lieu en France ! C’est une super avancée pour l’histoire du skate dans notre pays. Même le célèbre Tony Hawk était présent pour assurer les commentaires, ouais… ça ne rigole pas !

Championne à… 10 ans !

On a assisté aux victoires de l’Américain Cory Juneau chez les hommes et de la Japonaise Kokona Hiraki chez les femmes. Elle n’a d’ailleurs que 10 ans, ce qui fait d’elle la plus jeune skateuse jamais sélectionnée  sur le Vans Park Series tour. Voici un petit aperçu de sa performance de folie : 

Les Vans Park Series c’est un circuit mondial de bowl, une discipline olympique. Le Cosanostra park de Chelles sera peut-être le skatepark qui représentera Paris 2024 et si c’est le cas, soyez sûrs qu’on ira y faire un tour ! 

Article de Loïse Dewildeman