Après un an de tournage aux quatre coins du globe, les femmes de la team Vans se dévoilent dans un long métrage 100% féminin. Talentueuses et courageuses dans Credits, nos skateuses confirment la place des femmes dans cette discipline. 

Credits met sur le devant de la scène les femmes de la team Vans. Crédits : ©Shari White.
Credits met sur le devant de la scène les skateuses de la team Vans. Crédits : ©Shari White.

Il était temps et Shari White l’a fait. La réalisatrice de Credits fait briller les skateuses de la Team Vans dans son long métrage. Durant une quinzaine de minutes, nous découvrons des jeunes femmes intrépides. Parmi la dizaine de skateuses, on retrouve notamment Una Farrar, Breana Geering et Fabiana Delfino. 

https://www.instagram.com/p/B_Qj45hgjHE

Credits, une belle leçon de vie

Ce long métrage est là pour célébrer la diversité de l’énergie et des personnalités de la communauté mondiale du skate féminin. Un point d’honneur pour attribuer à ces femmes le mérite dont elles ont le droit. Car oui, jusqu’à présent, les skateuses étaient présentées dans les sections « crédits » à chaque fin de vidéo. Aujourd’hui, la team Vans féminine s’impose du début à la fin.

Entre les figures, les gamelles et les rires, Credits met en avant des jeunes femmes liées d’amitié. Des skateuses tenaces, qui ne lâchent jamais. « C’est ça le skate ! Le rire et l’amitié, ainsi que les batailles. J’espère que les spectateurs auront un aperçu de ce sentiment » témoigne la réalisatrice Shari White. Et c’est que l’on en retient : après être tombé, il faut se relever et re-essayer. Continuer jusqu’à y arriver !

Una Farra réalise la figure du ollie. Crédits : ©Shari White.
Una Farrar réalise la figure du ollie. Crédits : ©Shari White.

Un film pour voyager autrement

Credits est aussi un moyen de découvrir des paysages autrement. D’observer des spots dont on n’aurait pas idée. Dans un esprit vintage, Credits nous plonge dans le skate des années 90. On voyage avec la Team entre les États-Unis et le Canada en passant par Melbourne en Australie et Barcelone en Espagne. 

Voilà enfin de quoi promouvoir la place des femmes dans le skate et donner un peu plus envie aux jeunes filles de s’y mettre !

Article de Nina Hossein.

La marque de skateboard Santa Cruz a lancé sa nouvelle collection féminine. Pour sa campagne, elle a décidé de faire appel aux skateuses du collectif Realaxe Girls Skate Crew. L’occasion pour Paulette de parler avec elles de la place des femmes dans le milieu du skate.

Le collectif Realaxe Girls Skate Crew est né en 2014, à l’initiative de trois skateuses passionnées, Sophie, Corinne et Kate. Leur but était de renforcer la place des femmes dans le milieu, souvent très masculin, du skate. Une association qui n’a cessé de grandir pour soutenir les filles qui osent se lancer dans la discipline. Aujourd’hui, le collectif propose des cours de skate tous les mardis à l’EGP (Espace de Glisse Parisien), des Girls Session gratuites tous les mois (ouvertes à toutes et à tous), mais également des initiations.

L’association souhaite également affirmer la place des femmes au sein des compétitions. Pour Randja Kanouni, représentante de Realaxe « La place des femmes dans le skate n’est pas encore équivalente à celle des hommes. On note, par exemple, la sous-représentation des femmes dans le matériel. Il est compliqué d’avoir des chaussures de skate dans de petites pointures, en-dessous de 39, à moins de prendre des modèles pour enfants ». Randja souligne également la différence, souvent importante, entre les récompenses financières attribuées aux hommes et celles des femmes.

« Dans le milieu des compétitions, on entend sans cesse parler de différences de niveau, ça s’est même vu en cette fin d’année à la SLS (Street League Skateboarding, ndlr) où les notes attribuées aux femmes étaient en moyenne de 3 points inférieures à celles des hommes, ce qui a fait débat et conflit à ce moment-là », explique Nour Ramdaoui, skateuse de l’association. Autre problème souligné par le collectif : il y a encore des compétition où la catégorie féminine n’existe tout simplement pas.

La nouvelle collection Santa Cruz : se sentir représentée et changer les mentalités

En lançant sa nouvelle collection Santa Cruz souhaite ainsi voulu donné « un nouveau souffle à son vestiaire féminin« . Une initiative appréciée par les skateuses de la part d’une marque « historique dans le monde du skate et qui a sa crédibilité dans le milieu« , souligne Randja Kanouni. Pour Pauline Cavallo, aka Pandora Wylde, « C’est touchant car on se sent délaissée, par les marques de skate. On doit skater avec des fringues aux coupes masculines, de couleurs classiques. Niveau image on est donc vues comme « garçonne ». Cette marque veut montrer qu’on peut être sexy en skatant, et même remarquées ».

Une collection qui est aussi là pour changer les mentalités et les préjugés sur le milieu du skate. « Le fait de féminiser davantage les vêtements de skate permet d’ouvrir les horizons de ce milieu. Je pense aussi que ça permet de moins juger les gens qui skatent, tout le monde est invité à être soi-même », explique Ambre, skateuse. Les femmes sont donc maintenant libres de choisir des vêtements pensés pour elles, et non pour des hommes.

La marque permet ainsi aux femmes de se sentir représentées et visibles dans le monde très masculin du skate. Une façon, aussi, de montrer une nouvelle facette de ce sport très loin des clichés « voyous » et « underground » encore trop présents dans les esprits, selon le collectif Realaxe.

La collection Santa Cruz est disponible sur le site. Et si, comme résolution en 2020, vous avez décidé de vous mettre au skate (casque fortement recommandé pour les débutant.es) alors n’hésitez pas à vous rendre aux cours d’initiations proposés par l’association, toutes les informations sont sur leur page Instagram.

Article de Charline Bouzon