En ce mois international de la masturbation — oui, oui vous avez bien lu —, coup de projecteur (ou coup de « buzzzzz ») sur Sinful, le plus grand webshop d’articles érotiques de Scandinavie créé en 2008 par Mathilde Mackowski. Enhardie par le franc succès de son opération de charme et après 12 ans d’expérience, la businesswoman danoise de 35 ans part désormais à la conquête du point G de l’Europe, en commençant par la France avec sinful.fr. Si en avril, on ne se découvre pas d’un fil, en mai, on fait ce qu’il nous plait. Où sont rangées les piles, déjà ?

©Sinful

N’en déplaise aux gros machos, la masturbation, c’est bien une histoire de femmes. À l’origine de ce mois tout entier dédié aux plaisirs singuliers solitaires (ou à plusieurs), se distingue l’Américaine, Dr. Joycelyn Elders. Conseillère sur les questions de santé à la Maison Blanche sous le mandat de Bill Clinton — ça ne s’invente pas —, elle suggère devant un parterre de conférencier•e•s réuni•e•s aux Nations Unis que  « la masturbation devrait être enseignée à l’école car elle fait partie de la sexualité humaine ». Si sa déclaration passe mal et fait grincer des dents jusqu’à lui couter son poste, elle inspire néanmoins l’industrie du sextoy à sortir du placard pour assumer pleinement sa mission d’intérêt général : répandre le plaisir sexuel, technologiquement assisté. 

Un joujou (pas) comme les autres

Avec pour objectif déclaré d’inspirer les couples et les célibataires à vivre une sexualité plus épanouie et ludique, Sinful a fait mouche en France, l’un des pays hors Scandinavie ayant montré le plus d’intérêt pour le catalogue intime. Afin de favoriser et de fluidifier l’expérience client•e, Mathilde Mackowski a lancé en mars dernier son webshop français Sinful, où l’on retrouve toute l’expertise et les jouets intimes qui ont fait le succès de la plateforme.

Dernière nouveauté à tester sans plus attendre, la ligne de produits intimes Kaerlig comprenant des lubrifiants, un savon intime, un gel bio orgasme ou encore une huile de massage, tous certifiés bio et écoresponsables. De quoi se faire du bien sans faire de mal à la planète. La gamme contient notamment le tout premier lubrifiant au monde ayant obtenu la certification Swan Ecolabe. Écolo jusqu’au bout des doigts. Qui dit mieux ? L’élégante collection de jouets sexuels Velve, comprenant un vibromasseur, un vibromasseur point G, un vibromasseur clitoris, un vibromasseur Magic Wand et un oeuf vibrant télécommandé (tous rechargeables, 100% étanches et sans phtalates). Spécialement développée par la fondatrice de Sinful, elle saura ravir les aventurier•ère•s pour qui l’amour et l’intimité sont un voyage passionnant dont on devrait explorer tous les recoins. 

Plaisir et sobriété avant tout 

Faire évoluer les mentalités par l’érotisme, c’est la révolution tranquille initiée par Mathilde Mackowski et Tonny Andersen (en couple à l’époque, désormais meilleur·e·s ami·e·s et associé·e·s) en créant leur e-shop d’articles érotiques.  « Grâce à Sinful, beaucoup de Scandinaves considèrent l’achat de sextoys et de jouets intimes comme tout à fait anodin et faisant partie intégrante d’une vie sexuelle saine, épanouie et amusante », s’enthousiasme Mathilde Mackowski.

Le positionnement sobre et élégant de Sinful, présentant le jouet érotique comme un produit somme toute ordinaire et sans tabous y est pour quelque chose et participe au succès d’accessoires discrets, élégants, safe et à la pointe des nouvelles technologies. À l’inverse de la plupart des webshops intimes français, Sinful cultive une longueur d’avance. Car, nul besoin de créer un compte pour effectuer des achats, ce qui favorise une expérience client·e simplifiée et discrète.  

©Sinful

En solo ou à plusieurs, dans son lit ou ailleurs, Sinful est la promesse d’un lendemain avec la banane… sur le visage. Alors, pourquoi se priver ? Et durant ce fameux mois de la masturbation, vous recevrez un lubrifiant gratuit pour l’achat de deux produits, compris dans une sélection de 153 articles coquins pour elle et lui. Offre valable jusqu’à épuisement… des stocks !

Article de PK Douglas