Un univers bien à elle, une prestance spectaculaire, mais surtout une voix unique qui nous transporte loin. Sarah Rebecca a le don de nous subjuguer peu importe le registre de musique qu’elle choisit, du gospel à la pop en passant par la folk, tout lui réussit. La preuve : son album éponyme sort ce vendredi, le 19 juin !

L’enfant prodige qui a cru en ses rêves

À l’âge de 5 ans, dans son Mississippi natal, Sarah Rebecca annonce à ses parents que le chant et la musique composeront désormais sa vie. Précoce, la petite fille ne s’est pas trompée, puisque depuis ce jour, la musique ne l’a jamais quittée. Elle commence à l’église au sein d’une chorale gospel, guidée par sa grand-mère, puis s’oriente vers le grunge lorsqu’elle fonde son premier groupe à 13 ans, sous l’influence de groupes comme Nirvana. 

C’est le fait de grandir dans le sud des États-Unis via une éducation très sévère et dévouée aux hommes qui fera d’elle une fervente opposante au patriarcat et une féministe active. Plus tard, elle découvre la folk, avant de poser ses valises à Paris où elle se tournera vers la pop. Elle y enregistrera ses plus gros titres, comme Flash ou encore Diamond Veins

À travers son parcours éclectique, la chanteuse nous donne donc une belle leçon de vie : croire en soi, oser, se diversifier, et ne jamais abandonner.

La consécration : l’album

Sarah Rebecca dévoilera son premier album vendredi 19 juin, chez Alter K. Un disque où se mêlent plusieurs influences pop qui se rejoignent autour d’un mantra : se battre pour devenir « la femme dont elle avait besoin lorsqu’elle était enfant ». 

Si on devait le résumer ? Une voix puissante qui s’envole dans les aigus – bouleversant – et quinze titres qui célèbrent cette aventure qu’est la vie. 

Call Me, un petit bijou

Pour l’occasion, sortira même jour le clip de Call Me. Une chanson au refrain entêtant et aux paroles pleines de sens qui résonnent en nous longtemps après son écoute. 

Le clip, à la scénographie époustouflante, est réalisé par la jeune parisienne Rosalie Charrier, si talentueuse. Le choix des couleurs et l’histoire s’accordent parfaitement à la voix doucereuse de la chanteuse, ainsi que le jeu des acteur.rice.s. Au casting, on y retrouve d’ailleurs Marguerite Thiam (dans le clip Neo Surf de Romain Gavras), Corentin Fila (dans Quand on a 17 ans d’André Téchiné et la série Mortel sur Netflix) et Maxence Danet-Fauvel (dans Skam France). Un plaisir pour les yeux, et les oreilles !

Album Sarah Rebecca, sortie le 19 juin

Article d’Ana Michelot