La marque brésilienne Havaianas a décidé de réinventer son modèle traditionnel et de le mixer avec le style des sandales japonaises dont ils s’étaient inspirés à l’époque. 

En 1962, Havaianas invente la Tradicional, premier modèle de tong telle qu’on la connaît aujourd’hui. Leur inspiration ? La Zori, sandale traditionnelle japonaise, dont la semelle est faite en paille de riz. Mais le riz, très peu pour Havaianas. Avec la Tradicional, ils avaient déjà eu l’idée du caoutchouc, plus résistant – surtout au vu du climat tropical du Brésil. 

Aujourd’hui

60 ans plus tard, Havaianas décide de rendre hommage à « la tong la plus vendue au monde » et à la sandale japonaiseEt Tradicional Zori ont ainsi donné TradiZori. Tong « unisexe novatrice », la TradiZori répond à la fois à un besoin de praticité, de confort mais aussi de style, grâce à sa « silhouette cubique unique« .  « Le processus de création a commencé lors d’un voyage au Japon où j’ai vu plusieurs personnes porter des Zoris avec des kimonos traditionnels au milieu de Tokyo. Compte tenu de l’origine d’Havaianas et de son lien organique avec la culture japonaise, j’ai immédiatement été inspiré », explique Leonardo Boin Fujisaka, responsable du design chez Havaianas.

Traditional noirs, et chaussettes Havaianas
Tongs TradiZori et Tradicional noirs, et chaussettes Havaianas – © Havaianas

L’avenir

Pour Fernanda Romano, directrice marketing monde pour Havaianas, « TradiZori représente l’avenir de Havaianas. Nous remettons en question l’idée que les tongs ne se portent qu’à la plage et amorçons un changement de perception. Tout en rendant hommage à l’héritage de la marque, cette nouvelle silhouette s’écarte radicalement des styles classiques de Havaianas et introduit véritablement une nouvelle forme d’expression culturelle.« 

En bonus, pour aller avec les Tradizori et surfer sur la tendance claquettes-chaussettes, Havaianas lancé également des chaussettes, « qui s’emboitent comme un gant ».

La Tradizori est disponible en sept coloris, et sur leur site internet. 

Article de Clémence Bouquerod

Porter des sandales tropéziennes lorsque les températures remontent, ce n’est pas qu’une tendance. Petit à petit, la chaussure s’est inscrite dans nos quotidiens estivaux. Pour K. Jacques, ces créations sont le fruit de trois générations au savoir-faire unique. 

K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.
K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.

L’aventure débute en 1933 à Saint-Tropez. Et ça, ce n’est étonnant pour personne. La famille K. Jacques se lance dans la conception de sandales estivales. Du cuir, des matériaux méticuleusement sélectionnés, des modèles intemporels et épurés, les sandales tropéziennes ont su perdurer. Trois générations se sont succédé dans la fabrication artisanale de ces chers souliers que nous avons tous et toutes portés déjà une fois.

Immersion dans l’atelier K. Jacques 

Si la sandale est simple et élégante, le travail à fournir pour la conception est signe de patience et de méticulosité. Il faut en moyenne 60 minutes de travail pour chaque paire. Cela comprend 46 opérations différentes, toutes réalisées à la main par les 28 artisans de la maison. Un travail rigoureux qui a su faire de K. Jacques une marque de mode de luxe. 

La marque puise parfaitement son imagination de ce lieu qui lui est cher. Saint-Tropez, ce petit village de pêcheur où la famille y grandit depuis toujours est plein d’authenticité, de savoir-vivre et de beauté. Des critères que l’on retrouve dans la sandale qui a résisté à la dictature du temps. 

https://www.instagram.com/p/BpZ0smAll0N/

K. Jacques obtient un label d’État

Fort de son succès, la marque a su s’exporter à travers le monde. Les tropéziennes sont sur tous les pieds en été, déclinées à l’infini avec des paires au look toujours plus raffiné. Il est en plus possible de personnaliser sa sandale pour se chausser d’un modèle unique. Ce savoir-faire à la « Made in France » est récompensé en 2011. En effet, K. Jacques obtient le label « Entreprise du Patrimoine vivant ». Un faire-valoir important pour le chausseur qui diffuse cet art de vivre à la tropézienne à travers des créations de qualité, élégantes et durables. 

Vous pouvez retrouver les sandales tropéziennes sur l’E-shop !

Article de Nina Hossein.