Dans le monde entier, de nombreuses femmes subissent la précarité menstruelle. Cette année, le gouvernement français compte mettre à disposition des protections hygiéniques gratuites. 

La précarité menstruelle touche un nombre considérable de femmes aujourd’hui. 1,7 million de Françaises, exactement. Pour s’y attaquer, le gouvernement a décidé de mettre en place des distributeurs de protections hygiéniques dans six collèges de Loire-Atlantique. Elles seront donc gratuites et en libre-accès dans les toilettes des établissements.

Le département lutte contre la précarité menstruelle

Le conseil départemental de la Loire-Atlantique va fournir des protections de qualité en coton bio, respectueuses du corps des jeunes filles et de l’environnement. De plus, des kits seront distribués aux élèves de 6ème pour leurs premières règles.

L’idée ? Que tous les établissements publics et privés de Loire-Atlantique puissent bénéficier de cette évolution par la suite. 

Une campagne de sensibilisation sera organisée du 27 au 29 avril prochain dans tout le département. Une collecte de protections hygiéniques aura également lieu pendant une semaine entière. Une place achetée au Grand T – Théâtre de Nantes subventionnera un paquet de serviettes hygiéniques !

Des protections hygiéniques pour les femmes précaires 

Les cabinets de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes, et de Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, ont annoncé mercredi 12 février qu’une mesure sera bientôt testée contre la lutte de la précarité menstruelle. En effet, des protections périodiques seront distribuées gratuitement pour les femmes en situation de précarité. 

Un dispositif de cartes prépayées sera installé pour les femmes sans domicile fixe qui leur permettront de retirer des protections hygiéniques dans des distributeurs en libre-accès. Par ailleurs, dans certains collèges, le gouvernement apportera des solutions afin de lutter contre le manque d’information sur la menstruation. Une bonne nouvelle !

Où en est-on dans le monde ? 

Mardi 25 février, l’Écosse a été le premier pays à voter une loi qui standardise la menstruation. Désormais, les serviettes hygiéniques et les tampons sont gratuits dans divers emplacements dédiés, comme des centres de jeunesse ou des pharmacies. 

Au Royaume-Uni, les femmes les plus démunies ont également accès à une carte prépayée qui leur donne le droit de retirer trois articles par jour, dont des protections hygiéniques, de l’eau et de la nourriture. En Allemagne, certains cafés et musées laissent en libre-service des protections périodiques. Depuis 2017, la Corée du Sud, elle, mène de nombreuses interventions pour les mineurs précaires, avec toujours ce système de cartes. Quant aux États-Unis, certains États fournissent des protections menstruelles aux collégiennes. Parmi eux ; la Californie, le Wisconsin, l’Illinois et l’État de New York.

Une belle avancée qui, on l’espère, se démocratisera de plus en plus !

Article d’Alicia Desrivieres

Vendredi 29 novembre, jour de la consommation par excellence. À cette occasion, l’association Règles Elémentaires propose une alternative. Lutter contre la précarité menstruelle en créant un collecte de protections intimes. 

Le but de ce Red Friday est de récolter des protections intimes qui seront ensuite récupérées et distribuées par l’association Règles Elémentaires. À partir du 28 novembre et pendant toute la durée du weekend, vous pourrez déposer vos dons dans des boites de collecte devant l’hôtel The Hoxton à Paris. Serviettes, tampons, cups ou même lingettes intimes peuvent être donnés durant ces 60 heures de collecte.

Cette action solidaire est soutenue par le média Wondher. Autre soutien de l’événement, Camille Aumont Carnel, de la page Instagram @jemenbatsleclito. La militante féministe animera d’ailleurs une conférence, autour de la précarité menstruelle, qui marquera le début de la collecte. Elle se clôtura le dimanche après midi à 15h avec un Tea Time et un atelier pour réaliser des kits menstruels.

Selon une enquête de l’IFOP, plus d’1,5 millions de femmes en France n’ont pas les moyens financiers de s’acheter suffisamment de protections hygiéniques. Un situation qui touche les sans-domiciles fixes, les travailleuses pauvres mais aussi des étudiantes. L’association Régles Elémentaires organise régulièrement des collectes à travers la France pour venir en aide à ces femmes. Grâce à leurs actions, les bénévoles ont déjà aidé plus de 35 000 femmes à travers la France.

Alors si toi aussi tu veux participer, n’hésite pas à aller déposer tes dons dans les boites de collecte de l’hôtel The Hoxton. Pour celles et ceux qui ne sont pas à Paris vous pouvez envoyer vos dons à l’adresse suivante : Règles Élementaires – Les Grands Voisins, 74 avenue Denfert Rochereau 75014 Paris.

Article par Charline Bouzon