Désactivé sans explication sur Instagram, le compte de la marque de sextoys We-Vibe vient rejoindre ceux de Dame Products, Wild Flower Sex et bien d’autres. Las de la censure du plaisir féminin et du maintien de la suprématie du regard masculin, la marque de jouets sexuels Womanizer s’associe au réseau social Jodel pour une campagne publicitaire.

© Womanizer

Un plaisir féminin au second plan

Sur les réseaux sociaux, les publicités pour produits destinés au plaisir féminin ne font pas long feu, et sont parfois supprimés sans justification. Ajoutons à cela le rejet du mamelon féminin alors que le masculin est accepté sans sourciller ou encore les comptes Instagram de ces marques qui ne sont pas vérifiés. Face à leurs concurrents qui mettent en avant le plaisir masculin, les marques cherchant à combler les femmes sont clairement désavantagées.

Des actions contre la censure

C’est en tout cas la vision du groupe WOW Tech, à qui appartiennent les marques Womanizer (spécialisée dans le plaisir féminin) et We-Vibe (spécialisée dans les vibrateurs pour couples). Après avoir vu le compte Instagram de la marque We-Vibe désactivé sans explication, WOW Tech a décidé de réagir face à ce double standard. Le 9 août 2019, Womanizer lance une campagne publicitaire avec Jodel, un média social populaire parmi les étudiants, pour la promotion de son dernier produit, le Womanizer Starlet 2.0., un sextoy minimaliste.

Le réseau Jodel, créé en 2014, permet d’échanger anonymement avec les utilisateurs qui se trouvent dans un rayon proche. Son fondateur, Alessio Avellan Borgmeyer, a déclaré « nous ne pensons pas que la sexualité et les sex toys devraient être tabous plus longtemps. Nous sommes heureux et fiers de pouvoir faire quelque chose pour changer la société et faire sourire les gens ». Un sentiment évidement partagé par le groupe WOW Tech, qui déclare être prêt à se battre pour changer les choses.

Article de Juliette Cardinale