https://giphy.com/gifs/mikado-boss-serie-26BGQEZqEXDTkfNS0

Le chocolat, la petite gâterie qui ne cesse d’émoustiller les papilles des gourmands, fut au centre de toutes les attentions ce week-end, à l’occasion du Salon du Chocolat.

Pour prolonger l’effet enivrant de la fève, la rédaction a concocté le top des adresses, pour les Paulette chocovores. Il y en aura pour tous les goûts : des créations classiques aux association les plus excentriques. Attention, âmes sensibles s’abstenir…

Comme un retour en enfance avec le riz au lait du Ritz

François Perret, tout fraîchement élu meilleur pâtissier du monde, met au centre de son travail les plaisirs ludiques, dans un écrin raffiné. On a craqué pour le trompe-l’oeil du fameux gâteau édenté rectangulaire. Ici, le biscuit sablé XXL est surmonté d’une généreuse plaque de chocolat au lait. Mais la madeleine de Proust se niche à l’intérieur : un riz au lait doux et crémeux, qui se marie à merveille avec du caramel doré… Ce voyage régressif coûtera aux amateurs 23 euros.

On ne retombera pas comme un soufflé au Beefbar

Le restaurant Beefbar, en plus d’exceller dans le choix des viandes, sait aussi ravir les palais avec des desserts de haute voltige. A la rédac’, on s’est tout bonnement laissé tenter par le soufflé au chocolat à 70 % de cacao et sésame, accompagné d’une glace basilique et gingembre pour la touche de fraîcheur. Tout y est, tant sur les saveurs explosives et pep’s, que le visuel, avec le dessert assis dans une petite cassolette cuivrée. Son prix : 22 euros.

Rendez-vous au Season, la deuxième maison des Paulette avec le gâteau choco’ n’ peanut

Pour un aller direction la Big Apple, on se hâte au Season, un lieu à la fois urbain et chaleureux. On n’a pas échappé à la dégustation de cette création ô combien divine, avec l’alliance fondante du chocolat et du beurre de cacahuètes. Pour deux généreuses tranches de gourmandise, il vous faudra dépenser 7 euros.

Le dessert d’exception : la sphère chocolat chez Neva Cuisine

Dans un cadre de bistrot décontracté et jeune, Yannick Tranchant propose à ses hôtes une sphère en chocolat façon poire Belle-Hélène. S’esquisse alors devant nos yeux ébahis toute une scénographie : le chocolat chaud de la casserole se déverse sur la coque, qui à son tour s’écroule et laisse entrevoir une surprise. La glace vanille, le caramel, les amandes effilées, le crumble au chocolat et les morceaux de poires permettent un véritable jeu de textures et de sensations en bouche. Bonus pour le chocolat grand cru de Papouasie. Son prix : 15 euros.

https://www.instagram.com/p/BC29xuVEDAJ/?igshid=1d86qe2xy5kjn

Une ganache détonnante chez Oursin, le spot de Jacquemus et Kaspia

Ambiance méditerranéenne dans ce restaurant qui vient tout juste de faire son entrée au sein des Galeries Lafayette des Champs Elysées. Le décor y est pur et chic, avec des teintes neutres et des ornements en référence direct au paysage grec. On est sûr que les Paulette se délecteront du dessert couture et plaisir : une ganache au chocolat noir, myrtille et sorbet yaourt. Du fruité et de la légèreté : que demander de plus ?

En mode foodporn avec le moelleux au chocolat des French Bastards

L’univers des French Bastards, c’est le plaisir gustatif avant tout, avec 0 culpabilité. Dans leur boulangerie-pâtisserie solaire du quartier d’Oberkampf, une création sucrée nous a tapé dans l’oeil : le moelleux au chocolat avec un coeur coulant et généreusement parsemé de noisettes torréfiées. Un classique remis au goût du jour dans une dynamique Rock’n Roll.

Avec l’hiver qui approche à grandes enjambées, on peut dorénavant réchauffer notre corps à coups de desserts bien chocolatés, et ça sans se priver !

Article de Marion Tabard