Les mots ont parfois plus d’impact qu’on ose le croire. Alors non, ils ne laissent pas de marques bleues ou violacées sur notre corps. Par contre, ils peuvent rester en nous de manière indélébile. S’en soigner devient un véritable combat quand leur lame lacérée nous a touché.e. Et alors, mêmes les paroles les plus douces auraient du mal à tout effacer. On se définit à travers eux, on se constitue sous leur poids.  

Illustration de @la_vouv

Les mots ont résolument un impact, et la bienveillance ne doit jamais être prise à la légère. On retrouve @loisedewildeman, notre social media manager et directrice artistique digitale, témoignant de cette douleur infligée par les mots.

« Plus violents qu’un coup, plus blessants qu’une insulte, les mots sont une arme redoutable. (Trop) vite dits, ils continuent souvent de résonner pendant des années. « Tu es moche », « Tu es grosse », « Tu ne sers à rien », « Personne ne t’aime et ne t’aimera jamais », « Je ne comprends pas ce que ce garçon peut bien te trouver ». Ces mots vivent encore en moi, presque 7 ans après qu’ils aient été prononcés.

Avec le temps et grâce au travail de ma thérapeute, je commence à m’en détacher. Mais je les subis toujours, ils me font mal, ils s’attaquent à mon amour propre, à toutes mes relations. Il m’arrive de les oublier, puis ils reviennent envahir mes pensées à la moindre erreur, et exacerbent ma culpabilité. Ils ont une réelle emprise sur moi et je sais que le chemin à parcourir pour qu’ils n’en aient plus est encore long.

Il se peut qu’un jour, vous ayez dit une chose qui blesse quelqu’un aujourd’hui encore. Avoir conscience du poids de ses mots est une incroyable qualité, c’est savoir se maîtriser et respecter la personne à laquelle on s’adresse même lorsque la colère semble plus forte. 

Alors, faisons attention à tous ces mots que l’on dit « sans vraiment les penser » ou en pensant que demain, ils seront oubliés. Si c’est à vous qu’ils ont été adressés et que vous ressentez le besoin d’en parler, ne minimisez pas notre douleur et n’ayez pas honte de vous faire aider. »