La marque scandinave Samsøe Samsøe au style intemporel et sophistiqué a ouvert sa toute première boutique française dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés : une nouvelle automnale qui n’est pas pour nous déplaire.

La marque aux designs et finitions soignés, installe cette première boutique dans la continuité d’une stratégie d’ouverture au marché français, entamée il y a quelques années.

Une marque internationale enracinée dans la subtilité et l’éthique scandinave

Les origines de la marque remontent ä 1993, lorsque les frères Klaus et Preben Samsøe ouvrent une petite bijouterie à Saké dans le quartier latin de Copenhague.
En 2000, Peter Sextus et Per Ulrik Andersen prennent sa direction, la transformant en une maison de mode internationale spécialisée dans les vêtements, les chaussures et les accessoires contemporains pour hommes et femmes.

Fidèle à son héritage, Samsøe & Samsøe mêle street style de Copenhague avec un esprit typiquement scandinave. Les collections transcendent les tendances en s’inspirant de la tradition du design renommée du Danemark pour créer une mode minimaliste, abordable et accessible. Des tissus haut de gamme, des détails fonctionnels et ludiques, des finitions sur mesure et des silhouettes emblématiques confèrent aux gammes une approche vestimentaire subtile, personnelle et sophistiquée. Les modèles vous suivent sans effort dans votre quotidien, du bureau aux soirées, de la semaine au week-end, pour un look intemporel, pratique et élégant.
Basée dans le quartier branché de Copenhague de Nørrebro, Samsøe & Samsøe est actuellement vendue dans plus de 40 magasins en propre, 2000 espaces de vente au détail dans 22 pays, ainsi qu’en ligne.

Samsøe Samsøe, lancée à la conquête du marché français

Ouverte fin septembre, la boutique de 100 mètres carrés est située au 27 rue Saint-Sulpice dans le quartier animé de Saint-Germain-des-Prés et propose du prêt-à-porter, des chaussures et des accessoires pour hommes et femmes.

Cette actualité reflète la récente orientation stratégique de la marque sur le marché français. En décembre 2018, Samsøe Samsøe avait ainsi installé son showroom de vente mono-marque permanent dans le Marais, à Paris. En janvier 2017, elle lançait sa collection printemps-été 2017 avec deux corners au Printemps Haussmann, suivie d’un partenariat avec la boutique Merci en automne-hiver 2017. On peut également noter que pour l’automne-hiver 2019, Samsøe Samsøe sera disponible aux Galeries Lafayette Haussmann et au Bon Marché à Paris.

« Nous sommes très engagés à renforcer notre présence en France car il s’agit d’un marché essentiel pour notre croissance future. Obtenir l’approbation de l’une des capitales mondiales de la mode et l’une des principales destinations shopping est d’une importance capitale pour une marque émergente comme Samsøe Samsøe », a déclaré Peter Sextus, PDG de Samsøe Samsøe.

Retrouvez la boutique Samsøe Samsøe au 27 Rue Saint-Sulpice 75006 Paris.

Article d’Alexandra Hostier

Pour la première fois, une exposition consacrée à la photographe chinoise Luo Yang, icône de la contre-culture de son pays, s’installe à Paris. À découvrir en novembre 2019 à Maison Dentsu.

Exposée à Pékin, Berlin ou Hong Kong, Luo Yang est l’une des grandes stars de la photographie chinoise actuelle. Elle a obtenue la consécration en 2018 lorsqu’elle a été nommée l’une des 100 femmes les plus influentes du monde par la BBC. La photographe est à l’avant-garde de la contre-culture chinoise et n’hésite pas à prendre des clichés engagés et poétiques qui se dévoileront aux yeux des Parisiens en novembre 2019 à Maison Dentsu, au 176 rue de Rivoli, lors d’une rétrospective inédite.

Photo Jian Shan par Luo Yang (2017)

Une vision brute de la femme chinoise

Cette exposition intitulée « GIRLS » présente des photographies de jeunes femmes prises sur plus de 10 ans. Les premiers clichés de la série ont été capturés en 2008, un an avant que la photographe n’obtienne le diplôme de l’Académie des Beaux-Arts de Shanghai. On y découvre la féminité à la chinoise, la place des femmes dans cette société encore très traditionnelle mais qui a beaucoup évolué en une décennie. Identité féminine, style, genre, sexualité… les Chinoises brisent les codes et se dévoilent complètement devant l’objectif de Luo Yang.

L’exposition est proposée par Maison Dentsu, en partenariat avec Moonduckling. Maison Dentsu s’engage pour l’égalité homme-femme et est cosignataire de la charte #jamaisSansElles. Ouvert cette année, cet espace est un lieu de création, d’exposition et de partage. « GIRLS » sera ouvert au public les samedis 9 et 16 novembre, entre 10 heures et 18 heures, sur rendez-vous. Il faut s’inscrire par mail à l’adresse communication@dentsuaegis.com . Un événement à ne surtout pas manquer pour découvrir les femmes de Chine sous toutes leurs coutures.

Article de Juliette Cardinale

Le Ground Control, lieu prisé des parisiens pour aller boire un verre ou manger un morceau, s’engage pour la planète à travers une série d’événements en octobre 2019 .

Si certaines marques s’engagent contre le cancer du sein à l’occasion d’octobre rose, le Ground Control s’intéresse à la mobilisation citoyenne contre le changement climatique et l’injustice sociale en octobre 2019. Du 2 au 27 octobre, une série d’ateliers et d’événements permet aux militants et curieux de réfléchir sur des sujets pressants.

Ground Control @Georges Saillard

Ne pas perdre espoir dans un monde qui sembler aller vers sa fin, soumis à des inégalités sociales très importants et à des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes. Le Ground Control refuse de baisser les bras et veut lutter contre « un système enfermé dans ses croyances et son impuissance à changer rapidement à la fois sur le plan de l’environnement et de la justice sociale. » Il fait appel aux « opti-pessimistes », terme inventé par le sociologue et philosophe Edgar Morin. Il faut être prêt pour le pire comme le meilleur, voir la réalité en face mais croire en une prise de conscience efficace.

Des rendez-vous immanquables

Parmi ces « opti-pessimistes », on trouvera le photographe Samuel Turpin. Pour l’exposition « Humans & Climate Change Stories 2 » du 2 au 27 octobre, il a suivi 12 familles sur 10 ans et montre à travers ses clichés l’impact du changement climatique et les solutions mises en place localement. L’auteur de science fiction Alain Damasio rencontrera le philosophe Bernard Stiegler lors de la nuit des idées le jeudi 17 octobre, puis reviendra le lendemain pour une soirée « Très humain » qui lui sera consacrée. Science, musique et littérature seront au rendez-vous. Julien Vidal, créateur de l’initiative « ça commence par moi » sera présent en seconde partie de soirée de la nuit des idées.

Autres activités à ne pas manquer : rencontre avec des associations autour des marches pour le climat le jeudi 10 octobre. La boum des enfants le samedi 19 octobre, un rendez-vous mensuel au Ground Control, invite cette fois-ci les petits à réfléchir sur la mobilisation générale. Découvrir le rapport de peuples d’Amazonie avec la nature le jeudi 24 octobre. Le CNRS fête son anniversaire, il soufflera ses 80 bougies de recherche le 25 octobre. Le samedi 26 octobre, on s’intéresse aux médias indépendants et engagés qui permettent de relayer des informations vérifiées aux militants et diffuser leurs causes au grand public.

Ground Control @Georges Saillard

Situé près de Gare de Lyon, le Ground Control est un espace de partage où se mêlent générations, groupes d’amis et collègues en afterwork. Lieu de solidarité et d’exposition, le Ground Control est résolument engagé depuis sa création. Des grandes ventes solidaires sont souvent organisées, les déchets non recyclables sont très limités et les produits consommés proviennent de circuits courts.

Pour découvrir l’intégralité des événements et réserver sa place c’est par ici.

Article de Juliette Cardinale

Du homard dans une brioche, ça vous étonne ? Le lobster roll est une recette testée et approuvée aux Etats-Unis. Moïse Sfez s’est d’abord installé dans le Marais pour la faire découvrir aux Parisiens et a maintenant un second comptoir à Saint-Germain. 

On se moque souvent des Parisiens pour qui, si c’est sur l’autre rive, c’est trop loin. Eh bien, rive gauche, réjouissez-vous ! Le Homer Lobster, qui régale le Marais depuis maintenant 3 ans, a ouvert une seconde adresse à Saint-Germain. Au menu, des lobster rolls (sandwiches au homard) pour régaler vos papilles dans un cadre épuré facile à Instagrammer.

En réalité plus proche d’Odéon, le restaurant se trouve au 15, rue de l’Ancienne Comédie. A deux pas du Procope, mythique café-restaurant parisien, vous pouvez maintenant découvrir la fusion de la gastronomie et street food à l’américaine. Vous y serez accueilli.e avec le sourire par Moïse Sfez ou son équipe qui n’hésiteront pas à vous guider dans vos choix ni à vous parler de l’histoire de Homer Lobster.

Il y a dix ans, Moïse Sfez découvre avec joie le lobster roll à New York. Il travaille par la suite avec des grands chefs mais garde en tête l’idée de proposer ce plat à des clients français. Il ouvre alors en 2016 son restaurant, le Homer Lobster, au 21 rue Rambuteau à Paris. Il régale locaux et étrangers, et remporte le prix du championnat du monde du lobster roll à Portland en 2019.

Les lobster rolls sont servis dans une brioche artisanale, toastée mais qui reste moelleuse. Le Homer Lobster Saint-Germain propose la recette de lobster roll classique américaine, le « classic » , et la version de Moïse Sfez avec du beurre citronné, le « connecticut » , qui lui a valu son prix à Portland. Deux recettes sont uniques à ce comptoir : le « miso-yuzu » et le « safran » . Toutes deux viennent de ses expériences personnelles, la première d’un voyage au Japon où il a goûté un plat de coquilles Saint-Jacques au miso yuzu et la seconde après avoir dégusté un homard à la sauce safranée à Cannes.

Le restaurant propose aussi une limonade maison rafraîchissante et de la bière personnalisée. En accompagnement, des chips au vinaigre classique ou à la truffe, pour accentuer la fusion gastronomie-street food. Au moment du dessert, n’hésitez pas à craquer pour la brioche Nutella afin de finir sur une touche sucrée délicieuse.

Article de Juliette Cardinale

Après un grand succès à Nantes, Le Reflet ouvre en octobre 2019 au cœur du Marais. L’établissement sera le premier restaurant « extraordinaire » de la capitale, c’est à dire qui emploie en milieu ordinaire des personnes atteintes de trisomie 21.

Un restaurant dans un quartier prisé de la capitale française, une carte qui change régulièrement et des employés souriants… C’est ce que propose le restaurant Le Reflet, qui s’annonce comme le nouveau rendez-vous parisien d’exception. Sa particularité ? Il emploie huit personnes avec une trisomie 21 et ouvre le 8 octobre 2019 au 11, rue de la Braque.

Le Reflet Paris

C’est une recette testée et approuvée à Nantes avec le premier restaurant Le Reflet, ouvert il y a 3 ans. A Paris, on retrouvera le chef Ibrahima Sylla aux fourneaux. Il concoctera des menus de 3 entrées, 3 plats et 3 desserts à partir des aliments de saison, entre cuisine de marché et influences du monde.

Optimisé pour les employés

Le Reflet Paris compte porter bien haut l’étendard de l’inclusion et inspirer les autres entreprises à employer des personnes avec une trisomie 21. Pour faciliter les choses à tous, chaque client pourra passer commande à travers une carte et un tampon. Les assiettes sont designs et permettent aux employés de les prendre en main plus facilement.

Le Reflet Paris

C’est en 2014 que commence l’aventure Le Reflet à Nantes. Flore Lelièvre décide comme projet de fin d’études de trouver une solution aux difficultés d’emploi en milieu ordinaire des personnes trisomiques. Elle est inspirée par son frère, lui aussi porteur de ce handicap. Après des appels au don et des levées de fonds, le restaurant Le Reflet est inauguré à Nantes en 2016. Grâce à son succès, « nous prouvons chaque jour qu’un restaurant de qualité peut employer des personnes handicapées et avoir un modèle économiquement viable », explique Flore Lelièvre.

Article de Juliette Cardinale

L’enseigne américaine Anthropologie débarque enfin à Paris en septembre 2019. Elle installe deux boutiques de mode, déco et lifestyle pour vous faire craquer.

Un espace au design romantique où l’on peut trouver des vêtements, des meubles, des accessoires, de la déco ou des produits de beauté… En somme, un méli-mélo de produits pensés pour un lifestyle féérique. C’est ce que propose le label Anthropologie dans ses deux premières boutiques parisiennes. L’une est au cœur du Marais, la seconde à côté d’Opéra.

Vendredi 20 septembre 2019, les Parisiens amateurs de la marque Anthropologie ont été comblés. La première boutique du label a ouvert ses portes vers un univers bohème-chic au 21 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie dans le Marais. Et pour s’implanter en beauté dans la capitale française, Anthropologie en ouvre une seconde ce vendredi 27 septembre, au 38 avenue de l’Opéra.

Un intérieur pensé pour Instagram

Les Parisiens connaissent déjà Anthropologie grâce à ses corners au BHV et aux Galeries Lafayette Haussman. Mais ces deux nouveaux espaces, chacun d’environ 300 m², permettront d’entrer complètement dans l’univers de la marque et de prendre des photos parfaites pour Instagram. Les clients pourront déambuler parmi les collections de la maison mais aussi celles d’autres marques. Portes d’entrées sur un monde de plantes et de déco onirique, les magasins auront tout de même leurs particularités. Dans celui du Marais, l’artiste Florence Balducci a recouvert les murs d’illustrations spectaculaires.

Anthropologie a été créée en 1992 dans l’état de Pennsylvanie, aux Etats-Unis par Dick Hayne. Le fondateur avait étudié, on s’en doute, l’anthropologie à l’université et décidé de l’écrire à la française – probablement pour un effet plus chic. La chaîne de boutiques recense plus de 200 espaces dans le monde entier, et fait partie du groupe URBN avec Urban Outfitters, Free People, BHLDN et Terrain.

Article par Juliette Cardinale

La quatrième édition du SMMMILE FESTIVAL débarque à Paris en septembre. Au programme, trois jours de repas vegans, de concerts et d’ateliers.

Être vegan, ce n’est pas seulement manger de la salade, contrairement à ce qu’une partie de la population semble encore penser. Du 13 au 15 septembre 2019, le SMMMILE festival – Vegan and Pop s’installe à La Villette pour le prouver. On y retrouvera de la musique, de la nourriture, des tables rondes, des ateliers… de quoi bien remplir trois journées 100 % vegan !

SMMMILE FESTIVAL

De la musique et des activités

Pour ceux qui veulent danser, le festival accueille des concerts live ou des DJ sets. On retrouvera, entre autres, la rappeuse Dope Saint Jude ou le duo de r’n’b Juicy. La Villette se transformera en dancefloor pour les adeptes du clubbing avec une soirée queer Gang Bambi la première nuit. Le lendemain, DJs, comédiens et activistes se succéderont sur scène. Et pour clouer le festival, c’est le poète et compositeur Fred Nevché qui sera au micro.

Des tables-rondes et des ateliers seront organisés avec Audrey Pulvar, Julien Vidal et bien d’autres pour réfléchir sur le monde dans lequel on vit et notre façon de consommer. Des initiatives éthiques seront exposées, de la mode éco-responsable aux snacks végétariens.

Un menu 100 % vegan

Un grand espace repas viendra s’installer devant la Grande Halle de la Villette. Quinze restaurateurs proposeront leurs mets vegans délicieux. Entre autres, les chefs étoilés Sylvestre Wahid et Julien Dumas vous feront déguster leurs créations. Non loin, un marché de vins et fromages vegan vous permettra de mettre la main sur des produits jusqu’ici inédits en France.

Un festival accessible à tous

Une partie « LITTLE SMMMILE » pour enfants est prévue, afin de venir en famille et de leur faire découvrir l’ambiance positive du festival à travers des ateliers ludiques.

Le festival s’adapte à tous les budgets et propose différents billets. Ainsi, les petits moyens peuvent prendre un pass trois jours gratuit ou choisir de donner entre 5 et 30 €, suivant leurs possibilités. Et pour les portefeuilles mieux garnis, un pass trois jours « SUPPORTER » coûte, au choix, entre 35 et 1,171.34€ et donne accès à un atelier payant. Attention, certains ateliers ou menus sont à réserver en supplément.

Article par Juliette Cardinale

Une Silent Party sur les quais de Seine pour profiter du coucher de soleil un rosé à la main, le bon plan pour finir l’été en beauté.

Krys Amon on Unsplash

La Summer Closing envahit les quais de Seine pour marquer la fin de l’été, le samedi 31 août 2019. Gratuite et ouverte à tous, cette soirée silencieuse se déroulera dans un espace de plus de 1200 m² face à la piscine Joséphine Baker, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Les fêtards pourront profiter du DJ set de leur choix grâce aux casques sans fil qui font toute l’originalité des Silent Party. De 18 heures à 2 heures du matin, les danseurs se trémousseront sur deux ambiances très différentes. D’une part, une scène techno-house avec le DJ The Mekanism, régulièrement vu à Paris (sa ville d’origine) mais qui enflamme aussi les soirées d’Ibiza. De l’autre, une scène hip-hop avec le DJ Officiel de Booba, Medi Med, qui a aussi collaboré avec Jay Z ou Rihanna. Transats, rosé et cocktails permettront d’admirer le coucher de soleil.

En partenariat avec la Mairie de Paris

Cette Summer Closing, c’est une manière de dynamiser la vie parisienne sans gêner les riverains, qui ne verront que des danseurs se balancer au rythme de leur casque. La soirée a permis à l’agence événementielle Events2gether de remporter un appel à projet de la Mairie de Paris. Co-organisée par Thomas Blumenthal, vous croiserez peut-être au détour de la soirée l’acteur qu’on a pu apercevoir dans Les Choristes (Christophe Barratier, 2004), La Crème de la crème (Kim Chapiron, 2014) ou plus récemment dans le court-métrage Le Septième Continent (Noé Debré, 2018). Events2gether organisera, en partenariat avec la Mairie de Paris, 11 autres événements au cours de l’année dans des lieux atypiques. Alors ouvrez l’œil.

Article par Juliette Cardinale