L’année passée, on participait au Paris On Air, un événement tenu par NIKE autour du Grand Paris. Nombreux sont les jeunes talents à avoir rejoint la Cité de la Mode, sur les quais de la capitale, en espérant gagner une compétition… et pas n’importe laquelle. Après ce weekend créatif, un artiste voit aujourd’hui ses dessins prendre forme jusqu’à la création d’une véritable sneakers désormais mise en vente. Rencontre avec Lou Matheron, petit prodige et designer d’un jour chez NIKE pour cette édition 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=iooNt6M4ufU

Elle est toute jeune et photographe de formation. Elle aime le streetwear, les baskets, les décors urbains mais surtout elle aime Paris. Il apparaissait donc évident pour Lou de rejoindre le challenge Paris On Air et tenter sa chance, aux côtés d’un joli quota de talents créatifs – tous motivés à l’idée de designer la prochaine sneakers NIKE PARIS ON AIR. Lou Matheron a joué le jeu, a pu s’exprimer sur ces planches mises à disposition par la marque américaine, elle a choisi son modèle et a laissé son esprit s’évader avec quelques collages, crayons et inspirations. Et aujourd’hui, la jeune femme peut être fière d’elle : sa vision Grand Paris de la Vapormax a vu le jour, a pris forme et se retrouve maintenant aux pieds de modeurs pointus. Nous avons pu poser quelques questions à Lou, car on l’envie secrètement. Imaginer une basket pour NIKE, c’est quand même plutôt cool sur un CV créatif à 23 balais seulement. Et sa VAPORMAX PLUS PARIS “WORK IN PROGRESS” – elle est vraiment canon.

Pourquoi avoir choisi de participer au concours PARIS ON AIR?

LOU : Cela fait un bout de temps que je suis fan de sneakers et en particulier de NIKE. Je suis de base photographe mais j’ai toujours pensé que ma créativité, la créativité en général, ne s’arrête pas à un unique champs d’action. Quand j’ai entendu parler de ce concours, j’ai pensé que ce serait une chouette occasion de découvrir une autre manière de créer et donc un nouvel univers.

Pourquoi la Vapormax Plus?

J’avais tout d’abord imaginé mon concept sur un Air Max Plus (la TN), qui est pour moi la paire de Paris par excellence. Mais une fois arrivée au workshop, ce modèle n’était pas disponible pour la customisation. J’ai donc choisi la Vapormax Plus pour aller dans ce sens d’évolution, comme le Grand Paris, car on peut la considérer comme une version « upgrade » de la TN. 

As-tu pensé ton design de shoes comme tu penses une photo ?

Non pas du tout ! Dans mon travail photographique je « pense » très peu avant de shooter. J’aime plutôt la spontanéité, les photos prises sur le vif, comme une célébration de l’instant présent. Au contraire, réfléchir à ce design m’a pris pas mal de temps et j’ai fait beaucoup de tests avant d’envoyer mon premier dessin ! C’était la première fois que je faisais ça donc je voulais vraiment m’appliquer et prendre mon temps.

Tu as gagné… ça fait quoi ? Qu’est-ce que tu ressens face à cette « victoire » mêlant streetwear, arty et urbanisation?

Evidemment, je suis super heureuse ! Je ne m’y attendais pas du tout car, en toute honnêteté, j’ai participé à cet atelier – juste pour l’expérience du workshop – mais je ne m’attendais pas du tout à gagner. Je suis très contente que mon design ait pu toucher autant de monde même si la relation entre basket, grand Paris et « chantier » n’est pas évidente au premier abord. Et ravie de devenir petit à petit une sorte d’exemple pour d’autres jeunes créatifs, en montrant que tout est faisable, qu’il faut étendre ses horizons, aller découvrir de nouvelles choses… car ça peut marcher ! 

24 ans et ta paire de NIKE… mais ton entourage a réagi comment?

Tout le monde est très fier ahah ! C’est surtout grâce au soutien de mes proches que j’ai pu gagner, notamment pendant la phase de vote lorsque nous étions trois finalistes. Je leur en suis éternellement reconnaissante. 

Du coup, quels sont tes plans maintenant?

Et bien la vie ne s’arrête pas de tourner ahah ! Je suis photographe en freelance, je bosse sur divers projets en continuant à m’amuser avec d’autres activités en parallèle. J’espère continuer à collaborer avec Nike d’une manière ou d’une autre, en tout cas je ne compte pas les lâcher tout de suite ! 

Une interview menée par Margaux Rouche, avec NIKE PARIS ON AIR