Au début du mois de septembre, Nike a dévoilé sa campagne pour les chaussures D/MS/X. Les chaussures sont aussi colorées, jeunes et audacieuses que leur ambassadrice, la chanteuse Rimon. Nous avons parlé de musique et de mode avec l’auteure-compositrice-interprète.

A 21 ans, Rimon est une artiste à suivre sans attendre. Installée à Amsterdam, la jeune femme a sorti son premier EP BBYGIRL FOCU$ en novembre 2018. De la soul au hip-hop en passant par l’electro, elle mêle ambiances et émotions. Adepte du streetwear depuis ses plus jeunes années, elle est maintenant le visage de la campagne D/MS/X de Nike.

Quelle est ton rapport au streetwear et à Nike ?

J’ai grandi avec le streetwear. J’étais un garçon manqué à l’époque, alors j’adorais les survêtements et les vêtements confortables. Quand j’étais jeune, nous n’avions pas beaucoup d’argent à la maison. Je me souviens très bien du moment où, chaque année, ma mère m’achetait de nouvelles Nike Airforce. J’étais vraiment heureuse de montrer mes nouvelles chaussures le lendemain à l’école.

Quel vêtement ou paire de chaussure emportes-tu partout ?

J’emporte toujours un sweat à capuche avec moi, surtout quand je voyage. Même l’été, parce que le temps aux Pays-Bas est toujours imprévisible, et un sweat à capuche permet de rester au chaud et confortable.

Comment décrirais-tu ton style, de musique comme de mode ?

C’est un mélange de beaucoup d’influences. En fait, j’aborde la musique et la mode de manière très similaire. Je puise vraiment dans chaque inspiration, chaque influence, et j’en fais ma propre création. J’aime mélanger un style simple et sensuel, et c’est pareil pour la musique. J’aime chanter mais j’aime aussi le rap, et j’essaie de combiner ces deux univers car ils forment mon identité.

Où puises-tu ton inspiration ?

N’importe où… Mais surtout d’événements et de situations réels, des choses que je traverse personnellement ou que vivent les gens qui m’entourent. Quand il s’agit de mode ou d’esthétique, je consulte Pinterest et j’ai tout un dossier Instagram avec beaucoup d’images qui m’inspirent. Ces derniers temps, je me suis beaucoup intéressée aux tribus africaines et à leurs traditions et vêtements.

Comment était ton adolescence ? Tu faisais du sport ?

J’étais une ado rebelle, j’adorais provoquer et dépasser les limites juste pour voir ce qu’il se passerait. Et j’adorais le sport ! Lorsque j’étais au lycée, j’ai été acceptée dans la « classe sportive », une classe spéciale pour les personnes qui veulent se concentrer sur le sport en plus des études. Je dansais et je jouais au handball.

Quand as-tu décidé de te consacrer à la musique ?

Je pense que j’avais autour de 18 ans quand j’ai vraiment commencé à prendre la musique au sérieux. Je me suis rendu compte qu’il était assez facile de sortir de la musique et de trouver des fans grâce à Internet et aux services de streaming. Et c’est là que j’ai commencé à voir les opportunités qui s’offraient à moi.

Propos recueillis par Juliette Cardinale