Pour la Fashion Week qui arrive à grand pas, les deux marques ont décidé de s’associer et de créer trois pièces seventies

The Socialite Family et Roseanna ont décidé d’associer la mode et le design le temps d’une collaboration inédite. Et pour cette collection atypique, elles ont créé le canapé modulable Rotondo, les coussins Carino et le sac Ellisse« Trois modèles d’inspiration seventies qui s’habillent d’un tissu jacquard fort. Un motif léopard provenant des archives de la marque de prêt-à-porter parisienne, qui célèbre dans sa nouvelle collection l’esprit de l’icône italienne Gabriella Crespi. »

Plus qu’une collaboration, un hommage 

Cette collaboration, c’est aussi « un désir mutuel de mettre en avant la personnalité et les valeurs de cette milanaise hors du commun.« 

  • Collaboration The Socialite Family X Roseanna
  • Collaboration The Socialite Family X Roseanna
  • Collaboration The Socialite Family X Roseanna

Pour les deux marques, la collaboration était évidente. « Quand mon amie Anne-Fleur, fondatrice et directrice artistique de Roseanna, m’a dévoilé sa collection automne-hiver 2020 inspirée de la grande designer milanaise Gabriella Crespi, je n’ai pas résisté à l’envie d’en parler en nous réappropriant un tissu jacquard léopard Roseanna« , explique Constance, fondatrice et directrice artistique de The Socialite Family

De son côté, Anne-Fleur, fondatrice et directrice artistique de Roseanna, a « toujours pensé qu’il existait une grande perméabilité entre le monde de la mode et celui du design. Chez Roseanna, nous avons souvent utilisé ou détourné dans nos collections des matières qui flirtaient avec l’ameublement. En découvrant à Milan la reconstitution des appartements aux murs tendus de léopard de Gabriella Crespi, j’ai immédiatement su que j’allais rendre hommage à cette figure du design italien ».

Une capsule responsable 

Cette capsule, d’ailleurs nommée Please Have a seat, est disponible uniquement en pré-commande sur les sites et dans les boutiques The Socialite Family et Roseanna. Pourquoi ? Dans la continuité de leurs engagements actuels, il est important pour les deux marques d’avoir une collection plus « juste, à la commande, sans stock et donc sans gâchis. » 

Collection seulement disponible du 26 septembre au 8 novembre 2020. Alors, dépêchons-nous ! 

Article de Clémence Bouquerod

La marque australo-californienne prouve une nouvelle fois qu’elle sait mêler style et qualité en concevant une gamme de lunettes anti-lumière bleue, pour une protection essentielle devant les écrans.

Vous connaissez sans doute la marque de lunettes australo-californienne pour les avoir repérées sur Beyoncé, Kylie Jenner, Jennifer Lopez, ou plus récemment lors d’une collab’ avec Lizzo, la chanteuse et rappeuse américaine aux morceaux « empouvoirants », dont une partie des bénéfices a permis à l’association Feeding America de fournir un million de repas. Depuis 2004, QUAY (prononcez “Key”) crée des paires au design avant-gardiste et audacieux pour une génération qui sait ce qu’elle veut : de la qualité sans compromettre l’allure. 

Crédit : Maison Paulette x QUAY

L’idée d’une telle ligne émerge sur les routes de festivals australiens, au début du nouveau millénaire. « Inspirés par l’expression brute des artistes et des festivaliers, nous avons commencé à créer des lunettes de soleil cool et abordables, idéales pour sortir du lot« , explique la griffe. Et le résultat est à la hauteur. 

Modèles emblématiques à porter en toutes circonstances, ultra-tendance ou en éditions limitées, lunettes aviateur surdimensionnées, forme œil de chat élégante ou encore verres carrés : l’atout de QUAY, c’est de proposer une diversité de produits qui séduira une large gamme de client·e·s. Une volonté d’inclusivité, qui permet à celles et ceux qui investissent dans une de ses paires d’exprimer leur personnalité.

La collection Blue Light, une gamme dans l’ère du temps

Cet automne, QUAY prouve qu’elle est à l’écoute des besoins actuels en lançant la ligne Blue Light. Des lunettes anti-lumières bleues « munies de verres bénéficiant de la technologie de filtrage de la lumière bleue« , explique la marque. Une technologie qui « contribue à filtrer une certaine sorte de lumière visible à haute énergie (HEV) émise par les écrans numériques« . Car elle prévient, une trop grande exposition sans protection adaptée peut mener à « l’apparition de symptômes tels que des yeux fatigués, une vision trouble et des problèmes d’insomnie« . 

Une option d’autant plus nécessaire que le télétravail se démocratise, et que le temps d’écran s’allonge dans des conditions à domicile parfois moins optimales qu’au bureau ou en cours, crise sanitaire oblige. Opter pour une paire qui atténue l’effet de la lumière bleue, c’est s’assurer un véritable confort au quotidien. Et un style impeccable, grâce à des modèles pointus. 

Nos détails favoris : la transparence des Blueprint, le motif écaille moderne des Hardwire, la finesse des I See You, l’effet structuré des CEO, le dégradé orange grisé des My Type et le côté rétro assumé des On The Fly. Une chose est sûre, QUAY nous en met plein la vue.

Maison Paulette x QUAY, une collaboration évidente

Pour toutes ces raisons, et afin de promouvoir les valeurs de la marque, Paulette s’y est associée lors d’un shoot empreint de liberté, aux looks travaillés qui reflètent les codes mode du moment. Des couleurs pop, une ambiance néon, des imprimés tie & dye qui mettent en valeur les montures négligemment posées sur le nez des mannequins. De quoi donner envie d’agrémenter son powersuit color block ou son hoodie pastel d’un accessoire qui protège autant qu’il habille.

Le credo de QUAY ? « Votre vision a le pouvoir de changer le monde ». Alors, il n’y a plus qu’à.

Collection à retrouver dès maintenant sur le site.

Crédits shooting

Creative Direction: Irene Olczak 
Photographer: Kamila K Stanley 
Photo Assistant: Julia Grandperret 
Filmmaker : Theo Vincent 
Video Assistant: Benjamin Clement 
Stylism: Magali Forey 
Make up Artist: Louise Loctin 
Hair Stylist Anita Bujoli 
Production: Siham Gouy
Project Manager: Megane Bregeon 

Le 17 septembre, H&M et Kangol sortent une collection de 31 pièces. Majoritairement inspirée de l’artiste Mabel, cette collection mise sur un style streetwear et 90’s. 

Kangol x H&M, c’est une collection imaginée main dans la main avec Mabel, nommée Meilleure artiste solo britannique aux BRIT Awards. Les pièces seront dévoilées dans un clip vidéo – qui sera publié le 10 septembre sur Instagram. Et pour rendre l’annonce interactive, l’équipe a imaginé six filtres pour permettre à chacun de « réaliser et partager [son] propre clip ».

Un plaisir partagé

Mabel, Kangol et H&M sont tous ravis de cette collaboration. Hamish Morjaria, responsable des licences chez Kangol, explique : « [La collection] capture parfaitement l’essence de Kangol et nous sommes impatients de voir notre communauté internationale [se] l’approprier. » Pour Emily Björkeheim, responsable du Design Divided chez H&M, c’est une « collaboration rêvée ». Du côté de Mabel, elle est « très excitée par cette collaboration […]. Le streetwear est dans mon ADN, et Kangol est une marque tellement emblématique, je suis flattée ».

Et pour ceux qui comprennent l’anglais, voici une interview de l’artiste : 

https://www.youtube.com/watch?v=VS3K-Gz6nJw&feature=youtu.be

Effet 90’s

Si la collection est directement inspirée du style de Mabel, elle est surtout très inspirée des années 90. On pourra y retrouver notamment le bob iconique de Kangol, une robe stretch en jersey, une doudoune… H&M Kangol, c’est donc « la garde-robe Kangol idéale ; une collection moderne, authentique et fun, composée des must-have de l’automne.« 

Bonus : la version streetwear de la robe nuisette et le pantalon de jogging oversize ont été créés par Mabel elle-même ! 

Clip vidéo publié le 10 septembre sur l’Instagram de Mabel et collection disponible à partir du 17 septembre sur le site d’H&M et Kangol. 

Article de Clémence Bouquerod

Etam et Le Coq Sportif s’allient pour une collection en édition limitée en collaboration avec deux boxeuses professionnelles. 

Etam x Le Coq Sportif

Etam et Le Coq Sportif lancent une collection exclusive de boxe ultra dynamique qui mêle confort, technicité et mode. Elle se compose de brassières, shorts, pantalons, leggings, sweats… Les deux boxeuses Shannon Touré-Yoka et Laela Elksiri ont participé au développement de la collection sur l’aspect technique et en fonction des besoins des boxeuses en général. 

Deux boxeuses talentueuses

Shannon Touré-Yoka commence la boxe dès son plus jeune âge. Nommée double championne de France junior 2018 et 2019, elle devient ensuite championne de France senior 2020 catégorie 69kg à tout juste 18 ans. Elle a également rejoint la famille Le Coq Sportif l’année dernière ! 

Laela Elksiri a pratiqué la boxe anglaise pendant 9 années. Elle devient par la suite coach au Temple Noble Art. En plus d’une quarantaine de combats amateurs élite, elle finit deux fois demi-finaliste des Championnats de France et est médaillée d’Or au tournoi de Setif en 2018.

Etam x Le Coq Sportif 

Etam apporte une expertise corsetier en créant des brassières parfaitement adaptées aux besoins des boxeuses. La griffe française mise sur un confort total, un galbe idéal pour la poitrine, tout en respectant la liberté de mouvement propre à la boxe. Côté mode, les brassières sont logotypes et floquées ton sur ton Etam x Le Coq Sportif

La technicité des matières a été pensée par Le Coq Sportif. Les t-shirts, débardeurs et le hoody sont en coton, la matière star de la marque. Elle est d’ailleurs travaillée avec un traitement de respirabilité avec des zones d’aération. 

Les pantalons, leggings et shorts sont conçus à partir de matière gainante qui ne marque pas au contact de l’humidité ou de la transpiration. Ils sont également dotés d’une ceinture élastique pour un meilleur maintien à la taille. 

La palette de couleur intense et profonde rappelle l’énergie et la vivacité qui nous plonge dans un esprit sportif ! 

La collection est disponible dès maintenant dans 24 magasins Etam (France et Europe) et 8 boutiques Le Coq Sportif (France, Suisse et Espagne). Vous pouvez également la retrouver sur les sites etam.com et lecoqsportif.com

Article d’Alicia Desrivieres

Desigual et María Escoté s’unissent le temps d’une collaboration ultra pop inspirée par un univers urbain, coloré, floral avec des connotations de mangas. En bref, un cocktail bien frais pour la rentrée !

Desigual x María Escoté

Pour cet automne, Desigual et María Escoté lancent une collection audacieuse qui rappelle que la mode est une forme d’expression et qu’il faut s’amuser avec ses formes. On retrouve là un mélange de couleur, d’imprimés fleuris et de passions qui représentent l’optimisme et l’espoir. Le tout, dans un climat actuel difficile soit un joli boost pour le moral de chacun avec une collection aux énergies positives !

María Escoté, la créatrice urbano-pop 

María Escoté est une styliste espagnole qui a lancé sa marque éponyme en 2008. Ses créations ont fait le tour du monde. Elle a habillé les plus grandes, Beyonce, Katy Perry, Miley Cyrus, Zendaya… Elle est connue et reconnue pour son côté rebelle, créatif, passionné, coloré et différent, tout comme ses créations. 

Desigual, la marque extravertie

Desigual est née à Barcelone en 1984 et a vu le jour grâce à Thomas Meyer, avec un but bien précis : « Habiller avant tout des personnes, non pas des corps ». Un univers méditerranéen, libre, authentique, optimiste qui fascine depuis trois décennies. La griffe espagnole pousse à l’amour, à la différence. Leur mantra star depuis 2020 : Love Different

Desigual x María Escoté

Desigual x María Escoté

« J’ai voulu m’inspirer de la décennie des années 90, lorsque j’ai découvert Desigual en me promenant dans ma ville de Barcelone. J’ai toujours été passionnée par l’illustration et la culture asiatique et à cette époque, j’étais obsédée par le manga, voilà pourquoi j’ai toujours rêvé de créer mes propres illustrations. », confie la créatrice espagnole. Une collection vive et lumineuse avec des nuances de rose, rouge, noir, lilas et jaune. 

María Escoté a puisé son inspiration des années 90, son adolescence. Elle utilise ses propres imprimés, totalement exclusifs où elle n’hésite pas à mixer fleurs et pois. La collection se compose de robes cintrées, pièces casuals, des survêtements, des looks total denim, des pulls oversize et des accessoires assortis. 

La collection est disponible en exclusivité monde aux Paulettes ! Profitez de 10% de réduction en vous enregistrant sur le site desigual.com

Article d’Alicia Desrivieres

Au programme de cette collaboration : réédition et mise aux enchères des paires des protagonistes du long-métrage, et collection de prêt-à-porter en exclusivité chez Courir.

C’est une collaboration parfaite pour tous les collectionneurs qui nous lisent. Pour les 25 ans de La Haine, de Mathieu Kassovitz, Reebok réédite et vend aux enchères les trois paires de chaussures portées 25 ans plus tôt par les personnages du film. Peu après, en octobre, la marque sortira aussi une ligne de prêt-à-porter sur son thème. 

Un partenariat évident

Pour Reebok comme pour Mathieu Kassovitz, l’association était « évidente ». Déjà, parce que les protagonistes portaient des Reebok. Mais pas seulement. Selon le réalisateur, « Reebok a été très tôt une marque phare de la nébuleuse du mouvement hip-hop. Accessibles et minimalistes, les paires Reebok étaient l’alternative aux produits plus chers. […] L’association était évidente et simple en 1995, tout comme elle l’est aujourd’hui, 25 ans plus tard. »

La vente aux enchères 

Les paires rééditées NPC Crest OG, Classic Leather OG et NL Paris, noires et blanches
Les paires rééditées NPC Crest OG, Classic Leather OG et NL Paris – © Reebok

Les paires rééditées NPC Crest OG, Classic Leather OG et NL Paris seront disponibles en 25 exemplaires chacune, numérotées et signées par Mathieu Kassovitz. En prime, sachez que la NL Paris a été entièrement redessinée pour l’occasion, à partir des images du film. 

La mise à prix se fera à 120 euros, sur le portail digital de Drouot. Les enchères commenceront le lundi 21 septembre à 10h38 précise, heure à laquelle s’ouvre la première scène du film. Plus que des enchères, cette vente sera un hommage au long-métrage. Une semaine plus tard, les enchères se finiront par trois coups de marteau, portés à 18h22, 20h17 et 22h08, « toujours comme un clin d’œil au rythme de la narration ».

Et en bonus, pour coller aux valeurs du film, Reebok s’engage à verser intégralement tous les fonds levés à l’association ONE, basée à Chanteloup-les-Vignes, qui a pour but d’aider les jeunes « en agissant sur le volet social, l’éducation et l’insertion professionnelle. »

La collection de prêt-à-porter

Dès octobre 2020, vous pourrez également trouver des vêtements, accessoires et paires de chaussures en collaboration avec La Haine, exclusivement chez CourirAu programme :  des pièces sobres, pour coller avec « l’esthétique en noir et blanc de l’œuvre ». 

Pour cette collaboration aussi, Mathieu Kassovitz a eu son mot à dire : « être pleinement impliqué en participant au design des produits m’a permis de donner un vrai point de vue sur la collection. »

Jusqu’ici, tout va bien. 

Article de Clémence Bouquerod

Se réapproprier les insultes LGBTQI+phobes pour en faire une force ? Oui, c’est possible. Et c’est le combat de la nouvelle marque Super Nana Pride. 

Créée par Olivia Ledoux après un débat entre amis début août 2019, cette marque de vêtements à une idée bien précise : imprimer des insultes LGBTQI+phobes sur différents types de vêtements. Le but ? Se réapproprier ces mots, pour les utiliser comme réponse, et mieux, comme force. « Nous décidons de porter fièrement leurs maux et d’y trouver de la beauté alors même que l’on nous menace. »

https://www.instagram.com/p/CELwBcrC0Sw/

Le projet de Super Nana Pride

Leur volonté est de rassembler tout le monde, qu’on appartienne à la communauté, ou non. Comme ils l’expliquent : « ces t-shirts peuvent être portés par tous. […] L’idée n’est pas d’engendrer un clivage communautaire supplémentaire, mais au contraire de trouver une raison de plus de s’unir. » Plus encore : Olivia Ledoux voulait créer un « un objet de militantisme », de « soutien », un véritable « emblème, coloré et beau ».

Sur le long terme, le but de la marque ne sera pas seulement de se réapproprier des insultes. Leur projet s’étend au-delà, avec l’envie de collaborer avec des associations et collectifs LGBTQI+, ainsi qu’avec la volonté d’organiser des évènements plus régulièrement.

Leurs créations 

Au programme : t-shirts, sweats ou bombers aux diverses insultes. On y trouvera notamment des logos vintage ou minimalistes, avec inscrit « Fiotte », « Tarlouze », « Broute Minou », « Tafiole », « Gouinasse », « Tantouze » ou encore « Pédé ». Aucun besoin de rappeler ici que ces insultes sont à but émancipateur. 

Et si, comme Marie Papillon, Marion Seclin, Barbara Buch, Océan ou encore Charlie She, vous voulez afficher fièrement ces insultes pour soutenir la communauté LGBTQI+, il suffit d’aller sur leur site ou leur Instagram

Article de Clémence Bouquerod 

Imaginée et créée pendant cette période particulière, « Fétiche » de Sézane est la collection parfaite pour créer son « vestiaire de rentrée rêvé ». 

https://www.instagram.com/p/CEdr_o_nP7R/

Sortie un jour avant la rentrée, « Fétiche » se compose de pièces incontournables pour la rentrée. Sézane, marque française fondée en 2013 par Morgane Sézalory, a imaginé une collection de « pièces ‘fétiches’ imaginées pour être adoptées, adorer les porter et aimer les retrouver année après année ». De quoi retrouver la mode avec plaisir pour cette nouvelle saison qui approche. 

Les pièces 

Manteaux, blouses, pulls, cardigans, vestes, robes, jupes, pantalons, bijoux… La collection « Fétiche » est assez complète pour renouveler l’intégralité de notre dressing. Beaucoup de pièces sont dans des couleurs douces, telles que le noir, le beige, l’ocre ou le blanc, afin de les accorder avec tout. Mais Sézane a aussi pensé des créations plus audacieuses. Vous pourrez donc retrouver par exemple des imprimés floraux, minimalistes, des rayures, des couleurs, de la dentelle, et même des jupes en cuir. 

La création 

La création de « Fétiche » fut assez particulière dans cette période « chamboulante ». Elle a été le « fruit d’un cheminement de plusieurs mois de recherche ». Mais toujours avec cette volonté de créer une collection plus durable, écologique et qualitative.

Plus qu’un challenge, « Fétiche » fut « un enchainement de longues journées à apprendre, faire, défaire, refaire, améliorer, embellir. Puis soudain un instinct qui sait que même la recette la plus imparfaite est complète, avec l’envie de surprendre encore une fois.« 

Et pour vous procurer cette collection, il suffit d’aller sur leur site. Un réassort arrive très bientôt ! 

Article de Clémence Bouquerod

La marque espagnole propose une collection à la rencontre du chic et du confort pour un style inédit qui attire l’oeil.

A l’automne-hiver 2020, Desigual lance une ligne qui marque. Avec un modèle visionnaire : la veste hybride, dont le design sort clairement de l’ordinaire, et vaut le détour. Elle se compose en haut d’un blazer et en bas d’une veste en jean délavé ou noir. De boutons en laiton et de boutons noirs. D’une manche de costume, d’une de blouson. D’un mélange de denim, 100 % coton, et d’un tissu plat noir plus classique. « Un tailoring confectionné dans le souci du détail : du croisement diagonal de la couture avant à la jonction des manches et du dos de la veste, tout a été entièrement repensé dans ce concept », détaille la marque. 

Le pari est audacieux, mais il est plein de sens et empreint d’une liberté qui s’affranchit des conventions, d’un mélange qui nous ressemble. A la fois mixte et stylée, alliant le « Back to office et le Going out », la pièce maîtresse de cette collection signée de la griffe espagnole incarne ce que l’on voit de plus en plus dans le prêt-à-porter : des frontières de genre et de matières qui s’effacent. Elle permet surtout d’imaginer des tenues qui se distinguent d’une foule parfois uniforme.

Jeu de style et de volumes

A l’origine du concept, il y a la veste trucker, produit phare qui se décline aujourd’hui en plusieurs exemplaires, « mêlant molleton et broderies de style ethnique, des blazers pour homme dissimulant une veste en jean en dessous ou des pantalons façon survêtement sur les côtés pour plus de confort et façon jean sur le centre pour plus de polyvalence », décrit Desigual.

Crédit : Desigual

Cette collection invite au jeu, sans aucun doute, et rappelle que la mode n’a pas forcément à être sérieuse. Sur Instagram, on repère justement des silhouettes pointues qui nous inspirent. Le couple assorti de Young Emperors, la blogueuse tchèque Bé Hà Nguyen qui accessoirise sa veste hybride d’escarpins sous un pantalon noir serré aux chevilles, les Barcelonaises Devermut qui l’enfilent sur un denim blanc taille haute et large, ou un jean foncé flare avec brassière. Les options sont aussi multiples que la création est unique. 

Chez Paulette, on l’aime particulièrement jetée sur les épaules sur un pantalon oversize, pour une allure volumineuse idéale en ce temps bientôt automnal. Ou sur un short en sweat et crop-top, pour pousser le confort à son paroxysme – et en même temps conserver la touche élégante que l’empiècement blazer confère. 

Une chose est sûre, comme l’affirme la marque, « le monde de l’hybride est là pour rester ». 

Collection disponible sur l’e-shop et en boutique.

Article de Pauline Machado

Pull&Bear lance une collection capsule en collaboration avec la plateforme Netflix et plus particulièrement avec la série succès Sex Education. Une série décomplexée de pièces mode, inspirée des looks du programme chouchou des millennials (et des post-ados puisqu’on adore aussi).

Pour notre plus grand bonheur, Pull&Bear et Netlfix s’unissent le temps d’une collection unisexe. Des coupes, formes, couleurs qui s’adaptent parfaitement à notre dressing pour la rentrée, avec un clin d’oeil particulier à nos personnages préférés.

Pull&Bear, la marque générationnelle 

La griffe Pull&Bear est née en 1991 avec cette envie d’habiller des jeunes femmes attentives et hommes réceptifs à leur cadre et mode de vie, avec la volonté de pouvoir compter sur une cible qui communique et vise à fuir les clichés. Des inspirations internationales en passant par des influences streetwear, la marque analyse les dernières tendances tout en les réinventant avec ses propres codes et images.

Pull&Bear évolue coude à coude avec sa clientèle et reste à l’affût des nouvelles technologies, des mouvements sociaux et des dernières actus artistiques. Il est donc naturel qu’aujourd’hui, la marque décide de mettre à l’honneur une série, qui aura marqué toute une nouvelle génération.

Sex Education x Pull&Bear 

Cette collection capsule s’inspire des personnages et des scènes emblématiques pour recréer l’univers de la série via des imprimés, illustrations et photogrammes retrouvés sur les T-shirts et sweats à capuche. Le célèbre logo de la série et celui du lycée Moordale sont au coeur de la collection et se déclinent en plusieurs versions. 

Des lettrages avec des références et citations des personnages mythiques de la fiction viennent alors personnaliser des classiques comme le sweat et le tee. « Free sex advice » ou « I don’t do boyfriends »… Pour quel modèle céderez-vous ?

Des accessoires pour couronner le tout

Pas fini : Sex Education et Pull&Bear proposent une sélection d’accessoires ultra complète. Composée de bobs, casquettes, tote bags, écussons mais aussi des coques de téléphone et chaussettes… Cette ligne viendra ravir ceux qui ne se laissent pas tenter par le prêt-à-porter.

La collection sera disponible à partir du 21 Août dans une sélection de boutiques Pull&Bear et sur l’e-shop.

Article d’Alicia Desrivieres

C’est le début des vacances pour les aoûtiens et l’occasion d’effectuer quelques emplettes estivales de dernière minute. A la rédaction, on a concocté une sélection qui fleure bon les vacances. Pas de panique, il y en a pour tous les goûts et toutes les occasions : des basiques intemporels, en passant par les combishorts, les accessoires ou encore les robes colorées. Prêtes ? Go pour un shopping online de folie.

Le chic de Parisienne et alors

Sous la houlette de Laury Thilleman, ancienne miss France, Parisienne et alors prône une vision slow fashion « éco et tendance », avec la création d’une nouvelle collection tous les deux mois. Tous les moyens sont mis en oeuvre dans l’optique de respecter ces valeurs : une production made in cocorico, des matières en fibres naturelles et des collections capsules, afin d’éviter tout gaspillage !

On a jeté notre dévolu sur un top sans manche à la teinte vert d’eau. A la fois simple et élégant, il conviendra parfaitement pour une sortie nocturne en bord de mer. On a également flanché pour une robe longue de soirée aux détails multiples : décolleté en V drapé, poignets boutonnés et fente sur le côté. Bref, le raffinement et la sensualité sont de sortie !

Les produits sont à shopper juste ici.

L’esprit sud et Méditerranée de Stella and Suzie

Allier sa passion et son métier : voilà le crédo de Margaux, la jeune fondatrice de Stella & Suzie. Tous les mois, ses collections capsules mêlent à la perfection look citadin et bohème, en usant de tissus nobles.

Idéal au retour de plage : une robe ample au motif vichy rose et blanc, non sans un rappel à notre amie Brigitte Bardot. On se laisse aussi tenter par une combishort cintrée, parée de broderie anglaise. On adore le col en V noué, les manches volantes au niveau du torse ainsi que les deux poches italiennes.

Les produits sont à shopper par ici.

L’enivrance bohème de Sahoma

Sahoma est né d’un duo : celui de Charlotte et Maxime. Poussés à l’idée d’entreprendre, ils se sont lancés dans cette folle aventure, en proposant à la clientèle de nouvelles pépites vestimentaires tous les dimanches à 18h sur leur e-shop. Les prix y sont tout doux, représentant à merveille le modèle de Charlotte : « la femme moderne et audacieuse« .

On tombe de suite in love de l’accessoire indispensable pour se mettre en mode Dolce Vita : le chapeau large assorti d’un noeud, aux coloris paille et bleu canard. Et parce que l’on n’en a jamais assez, on ajoute dans sa valise une petite robe d’été fluide et bicolore, avec un décolleté en V et un détail de boutonnage sur le devant.

Les produits sont à shopper par .

La simplicité raffinée des Impertinentes

Les Impertinentes fait des casuals des pièces fortes et même indispensables du dressing. Derrière ces créations se cache Olivia, une dénicheuse de « perles rares », mettant en avant des créateurs et des marques au petit supplément d’âme.

On opte d’abord pour un T-shirt Epaulettes coupe droite au coloris rose pâle. Puis, ni une ni deux, on se rue sur un chemisier léger à manches longues et à rayures. L’idée étant de le nouer en laissant entrevoir le bas du ventre.

En route pour shopper les produits juste .

Ne soyez pas étonné si vous êtes sous les spotlights avec ces pièces à la fois tendances, simples et solaires !

Frida vous propose une nouvelle façon d’alimenter vote garde robe. Pour un abonnement mensuel, recevez quatre pièces mode à porter sans modération!

Frida, ou la nouvelle façon de faire du shopping.
Crédit : Frida
Frida, ou la nouvelle façon de faire du shopping.
Crédit : Frida

Une nouvelle façon de remplir son dressing

Si vous aimez être à la pointe de la mode, si vous êtes des accros du shopping, et si vous vous posez des questions éthiques : on a la solution. Paulette vous présente une nouvelle façon d’alimenter votre dressing. Frida, c’est le nom du service de location de vêtements imaginé par Make My Lemonade. Avec un abonnement mensuel à 89 € par mois, pour recevoir quatre pièces Make My Lemonade. « Le monde de la mode est en pleine révolution. Comme nos clientes, nous tendons vers une consommation plus responsable. L’idée de Frida est d’offrir une nouvelle manière de s’habiller en Make My Lemonade toute l’année. »

Les petits plus

Frida, c’est donc une manière de changer régulièrement son vestiaire sans dépenser trop et en limitant les achats. Une bonne nouvelle pour notre compte en banque, mais aussi pour la planète et peut-être même pour notre conscience… Si une pièce vous plaît vraiment, il est même possible de l’acheter à un tarif préférentiel et de la garder pour toujours.

Citron sur le gâteau, fini les corvées de lessive ! Vous n’avez pas besoin de laver vos articles avant de les retourner, Frida propose un service pressing qui s’occupe de tout. « Les articles sont lavés avec le plus grand soin et vérifiés avant chaque envoi pour que vous puissiez bénéficier de la meilleure qualité et propreté qu’il soit. »

Comment ça marche ?

1 – Choisissez vos vêtements : parcourez la sélection de vêtements disponibles sur leur site et choisissez ce que vous voulez recevoir.

2 – Portez à volonté : tout au long du mois, profitez de vos articles autant que vous le souhaitez. Assortissez les pièces sélectionnées entre elles ou avec votre garde robe juste avant de les renvoyer.

3 – Renvoyez et recommencez : retournez votre sélection pendant que la marque vous prépare la prochaine

Article de Aurélie Rodrigo