Nous voulons tout.e.s faire plaisir à nos proches en leur offrant ce qui leur correspond le plus. Mais il est parfois difficile de célébrer ce moment sans participer à une sur-consommation de cadeaux. Voici une petite sélection des alternatives qui plairont à vos proches (ou à vous-même) et à la planète !

Aider les artisans

En cette période festive où tout vous pousse à consommer pour être certain d’avoir le meilleur cadeau, cela devient compliqué de penser à la provenance et l’éthique d’un produit. Si vous souhaitez offrir en respectant l’environnement, en ayant connaissance du traitement des travailleurs et en appréciant la qualité du produit, Etsy est un premier pas ! Un site réservé aux artisans débutant.es ou confirmé.es, qui permet d’exposer leur travail et de le vendre. Une boutique artisanale en ligne où vous pourrez acheter de tout : d’un mug original, à des illustrations uniques, en passant par une tenture en macramé. Bref, il y a de quoi trouver son bonheur et celui de vos proches !

Consommer responsable

S’il est plus simple pour vous de vous rendre dans un magasin physique, essayez de reconnaitre les marques qui donnent à des associations. Par exemple, des entreprises ont adhéré au collectif 1% pour la planète qui reverse 1% de leur chiffre d’affaire pour la planète. Des centaines de marques en font parties, notamment le groupe Léa nature. La marque propose la gamme de cosmétiques, So bio qui sera parfaite si l’un de vos proches apprécie les soins et souhaite débuter une nouvelle routine beauté plus respectueuse. Côté bijoux, les marques s’engagent aussi. Aglaïa & co est une entreprise française qui fabrique artisanalement des bijoux de qualité et dont 5% du montant de leur vente est reversé à des associations. Si choisir entre cosmétiques, bijoux ou objets de déco est trop difficile, Leaves and Cloud recense le tout dans un seul site. Le concept est simple : mettre en avant les marques qui se mobilisent pour une consommation différente. En plus, pour noël le site propose de gagner une box zéro déchet afin de découvrir au mieux les produits alternatifs et écologiques !

Des marques de vêtements éthiques

Si vous aimez particulièrement les vêtements et les belles pièces, mais qu’il est difficile de se repérer dans cette industrie extrêmement polluante. Ce secteur contribue significativement aux émissions mondiales de gaz à effet de serre avec 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an. Il existe, cependant, certaines marques qui tentent de faire changer les choses ! Sézanne, par exemple. Sa fondatrice Morgane Sézalory a créé son association Demain, qui entend récolter des fonds, puis les redistribuer à plusieurs associations. Sinon, acheter de la seconde main reste l’alternative la plus évidente. Crush On a développé une boutique en ligne afin de rendre la mode vintage plus accessible. Des centaines de pièces uniques et originales sont à découvrir. De quoi faire plaisir aux adeptes de mode, en réduisant leur empreinte carbone.

À part ces quelques suggestions, un tas d’autres existent ! Tout cela est un début pour comprendre l’importance et l’enjeu de se renseigner avant de consommer. Faites-vous plaisir, faites plaisir à vos proches et faites plaisir à la planète pour Noël ! ⭐︎

Article de Juliette Boulegon

Vous ne connaissez pas encore Rusmin ? Il est temps que ça change ! Le 14 novembre, cette jeune marque d’upcycling présente à Paris sa toute nouvelle collection d’automne. Une collection capsule exclusive réalisée en collaboration avec la boutique de mode végan Manifeste011.

À l’occasion de ce lancement, on vous emmène dans l’univers de cette marque/média qui allie le cool à l’éco-responsabilité, prône le self-love et nous fait rire et réfléchir (en plus de nous habiller) !

Rusmin : penser la mode différemment avec des vêtements upcyclés

En mars 2019, les jumelles franco-brésiliennes de 21 ans Yasmin et Rubi Pigeon lancent ensemble Rusmin. Cette marque/média d’upcycling présente à travers ses collections et ses contenus vidéo la possibilité d’une mode consciente, fun et éco-responsable.

La marque récupère ainsi des vêtements existants (en fripes, chez leur grands parents, leurs amis) ou des matières premières (chutes de tissus, serviettes de bains, rideaux et bien plus) afin de leur donner une nouvelle vie en les transformant en pièces originales. Deux pulls trouvés en fripe sont ainsi déconstruits pour en former un unique, coloré et ultra désirable. Une serviette de bain devient un pantalon au look incroyable.

Quand on sait que l’industrie du textile est la deuxième industrie la plus polluante, l’upcycling s’impose comme une approche écologique fondamentale, à contre-courant du mouvement de la fast-fashion. Le bonus ? L’éco-responsabilité de Rusmin s’allie à la grande créativité et à l’indéniable sens du style de ses fondatrices.

Un style ultra-créatif nourri d’influences pop

« Rusmin c’est un mix & match de toutes les références de ma soeur et moi en grandissant, que ce soit Next sur MTV, Lizzie McGuire, les Destiny’s Child… Les années 90 en général sont des grandes inspirations qu’on essaye évidemment de moderniser avec ce que l’on porte aujourd’hui », nous confie Rubi. « La mode pour nous c’est plutôt le style, comment les gens vont s’approprier les vêtements. »

Juxtaposition de matières, imprimés animaliers, couleurs vibrantes, une touche de kitsch et d’esprit nineties. Voila le style Rusmin. Et ce n’est pas fini ! Au delà de leur production de vêtements upcyclés, Rusmin est aussi un média éco-conscient engagé.

Un média éducatif drôle et décomplexé

Sur leur site, on peut trouver deux types de contenus. Des vidéos qui nous emmènent dans les coulisses de la marque, sur leurs shootings, ou nous montrent leurs trouvailles de fripes en voyage, le tout avec une bonne dose d’humour. On trouve aussi des vidéos plus engagées : elles nous expliquent ce qu’est la « fast-fashion », nous emmènent à la marche du climat ou encore déconstruisent la vision de la « femme française ».
Le résultat ? On rit beaucoup et on apprend. Et c’est exactement le but : nous montrer que l’éco-responsabilité c’est totalement possible et plutôt cool d’ailleurs !

Une marque en évolution et une collection capsule inédite

Pendant l’été, Yasmin décide de se concentrer sur son autre passion, la musique, et doit renoncer à Rusmin. C’est à ce moment là que Rubi, désormais seule aux commandes, est contactée par la boutique de mode vegan et responsable Manifeste011, fondée par Maud et Judith Pouzin (elles aussi jumelles).

«Elles sont venues vers moi pour m’expliquer qu’elles aimeraient faire de nouvelles pièces à partir des invendus de leur boutique et leur donner une nouvelle vie. Je me suis dit que c’était une bonne idée pour relancer Rusmin toute seule, c’était comme un signe ! »

Le résultat ? Une collection capsule composée de 5 pièces upcyclées, streetwear et « gender fluid ». Des coupes larges et confortables, des détails surpiqués qui ornent des basiques, pour un look pointu et décontracté.

Lancée le 14 novembre, cette collection est disponible sur commande uniquement (et c’est par ici) !

Pour en savoir plus sur cette nouvelle pépite cool et engagée dans le paysage de la mode française, rendez-vous sur le site Internet de Rusmin ou leur page Instagram !

Article d’Alexandra Hostier

Ce 22 octobre, la marque Maje lance First Stone, une collection capsule de vêtements en denim fabriqués de manière éco-responsable.

C’est un tout nouvel engagement (et pas des moindres) pour la marque parisienne fondée il y a 20 ans, qui s’engage sur le chemin d’une mode durable.

Maje « First Stone » – Capsule Collection

Le jean, première pierre sur le chemin de l’engagement éco-responsable

Tout projet commence par un premier pas, une première pierre pour paver la voie à construire. Sur ce chemin vers une mode durable, Maje s’est attelée à ce qu’elle a jugé être le plus urgent : le jean. La fabrication de cet indispensable de toute garde-robe est en effet généralement très polluante. En adoptant de nouvelles techniques de délavage pour First Stone, Maje déclare avoir considérablement réduit ce coût environnemental : l’utilisation d’eau serait réduite (jusqu’à 95 %), ainsi que l’utilisation de produits chimiques (jusqu’à 50 %) et l’utilisation d’énergie (jusqu’à 79 %). La marque l’admet volontiers, il reste évidemment beaucoup de chemin à parcourir. Mais elle a choisi de débuter ici.

Cette collection Denim comporte blouson oversize frangé, pantalon taille haute, short évasé, mini-jupe brodée, robe babydoll, robe trompe-l’oeil et chemise en viscose.

Sur son site, la marque présente ses engagements pour l’avenir en objectifs chiffrés :

Les objectifs pour l’hiver 2019 :

  • Jeans eco-wash : 95 % de la collection
  • Manteaux en laine recyclée : 47 % de la collection
  • Fausse fourrure : 100 % de la collection

Les objectifs pour l’été 2020 :

  • Jeans eco-wash: 100 % de la collection
  • T-Shirts en coton organique: 70 % de la collection
  • Viscose FSC ou EcoVero: 5 % de la collection
  • Polyester recyclé: 5 % de la collection

Maje s’engage également sur le cycle de vie de ses vêtements en nouant un partenariat avec le leader mondial du marché de la mode d’occasion, la plateforme Vestiaire Collective. La marque souhaite ainsi encourager une consommation plus raisonnée en alliance avec leur production plus responsable.

First Stone, l’officialisation de cette transition

Contrairement à de nombreuses marques, Maje n’a pas rédigé de Manifeste pour ce nouvel engagement. Elle ancre sa démarche en présentant une collection capsule incarnée par trois femmes engagées pour la protection de l’environnement : Nuria, Michaela et Bianca. Trois femmes créatives et solaires, toutes porteuses de projets qui agissent concrètement pour l’environnement et qui avancent, elles aussi, pas à pas et pierre après pierre, vers un nouveau modèle.

BIANCA VALLE / 25 ans / Etats-Unis
Artiste, écrivain, nutritionniste, Bianca Valle transmet sa philosophie : c’est en apprenant à prendre soin de soi que l’on apprend à mieux traiter notre planète.

NURIA VAL / 30 ans / Espagne
Fondatrice en 2018 d’un label de cosmétiques qui célèbre la beauté naturelle et connecte les gens à l’environnement à travers une gamme de produits exclusivement végétaux.

MICHAELA THOMSEN / 28 ans / France
Elle lance en 2018 avec sa soeur une marque de beauté made in France et 100 % naturelle avec la conviction que respecter sa peau et l’environnement ne sont qu’une seule et même chose.

Maje leur fait nous raconter leur « first stone » à elles aussi, la manière dont leur cheminement vers le changement a débuté. Une façon de nous faire réfléchir et avancer nous aussi vers un engagement concret pour l’environnement. Sur ce chemin là, il semble bien nécessaire que nous posions toutes et tous notre première pierre.

Pour plus d’informations et pour suivre l’avancée du projet, rendez-vous sur Maje.com dès le 22 octobre

Article d’Alexandra Hostier

Consciente des grands enjeux environnementaux actuels, la marque Leon & Harper promet en cette rentrée 2019 de faire de l’éco-responsabilité une priorité et donne un nom à cet engagement : « Born Again ».

« Habiller les femmes sans déshabiller la planète » : telle est la nouvelle devise de la marque parisienne créée en 2010, qui devient plus green que jamais cet automne avec le manifeste « Born Again ».

Une marque engagée pour une mode durable depuis ses débuts

Depuis son lancement, tous les t-shirts de Leon & Harper sont fabriqués en coton biologique. Lors du lancement de sa première boutique en 2013, la marque avait fait le choix d’offrir des shopping bags en tissu réutilisable plutôt que des sacs plastiques. Et elle collabore avec le Pérou depuis sa collection Automne-Hiver 17, afin de promouvoir l’artisanat local et leur savoir-faire en matière d’alpaga. Avec « Born Again », Leon & Harper va encore plus loin.

« Born Again », qu’est-ce que c’est exactement ?

L’industrie du textile est la deuxième industrie la plus polluante du monde et Leon & Harper est décidée à agir face à ce constat. « Ignorer cette réalité, feindre qu’elle ne nous concernerait pas, ou se lamenter de notre impuissance à agir ne sont pas pour nous des options », déclare ainsi le fondateur Philippe Corbin.

https://www.instagram.com/p/B20xjpKgxAW/

Publié sur le site de la marque, le manifeste « Born Again » constitue un engagement fort de la part de Leon & Harper. Celui de faire de l’éco-responsabilité une priorité dans tous les aspects de leur activité, depuis la création de leur produits jusqu’à leur distribution, en passant bien sûr par leur fabrication. « Born Again » c’est :

  • L’affirmation d’une vision renouvelée, d’une véritable prise de conscience de la nécessité d’agir aujourd’hui pour préserver demain.
  • La conviction que la mode ne peut plus s’affranchir des exigences et des limites d’un futur dont nous sommes tous responsables et qu’elle doit par conséquent devenir éco-responsable.
  • La promesse de faire l’éco-responsabilité une priorité dans tous les aspects de leur activité et sur toute la chaine de production.

« Nous ne prétendons pas être irréprochables. Nous ne renions rien de nos exigences en matière de création et de qualité. Nous ne pouvons pas tout, mais nous avons conscience qu’en faisant de l’écologie notre priorité, nous pouvons beaucoup. Nous pouvons faire mieux, fabriquer de meilleurs vêtements, des vêtements qui respectent aussi bien les femmes que l’environnement », affirme Philippe Corbin.

Comment se traduit concrètement cet engagement ?

« Born Again » c’est enfin un vêtement, qui respecte aussi bien les femmes que l’environnement. C’est ainsi le choix des matières plus écologiques pour la fabrication des pièces (coton biologique, introduction de la laine recyclée dans la collection Automne 19).

Cet engagement s’incarne aussi dans le choix des packagings, avec l’utilisation d’emballages en plastique recyclé et biodégradable et le choix de cartons recyclés pour toutes leurs livraisons – cartons dont la taille est adaptée au contenu.

Finalement, c’est un engagement qui parle du fonctionnement de l’entreprise toute entière : une entreprise qui imprime moins et sur du papier recyclé, par exemple. Un renouveau que l’on souhaite à tout le milieu de la mode, pour un futur dans lequel l’industrie pourra bel et bien « habiller les femmes sans déshabiller la planète ».

La collection Automne 19, ainsi que plus d’informations sur cet engagement green sont disponibles sur le site de la marque.

Article d’Alexandra Hostier

H&M lance cet automne sa dixième collection Conscious Exclusive engagée pour une mode durable. Inspirée par le surréalisme et l’élégance envoûtante des grandes fêtes des années 1960, cette collection montre que éco-responsabilité et glamour peuvent être indissociables.

Composée d’essentiels de soirée mais aussi de pièces classiques plus versatiles, le point fort de cette collection est l’utilisation de toutes nouvelles matières innovantes et durables. En plus du laiton et du zinc recyclés, la collection valorise une toute nouvelle fibre de lyocell appelée TENCELTM X REFIBRATM partiellement fabriquée à partir de déchets de coton.

Conscious Exclusive : des collections alliant élégance et engagement

Avec les collections Conscious Exclusive, H&M célèbre l’arrivée de la nouvelle saison en associant responsabilité et raffinement. Ces collections récurrentes sont en effet composées de pièces haut de gamme qui valorisent les innovations en termes de mode durable (via des manières de produire utilisant moins de ressources naturelles ou encore l’utilisation de nouvelles matières éco-responsables).

« Les collections H&M Conscious Exclusive ont chacune été novatrices à leur manière. Il est donc très enthousiasmant de présenter notre dixième collection car cette saison, nous intégrons pour la toute première fois du laiton et du zinc recyclés ainsi que du lyocell TENCELTM X REFIBRATM, une fibre de lyocell en partie composée de chutes de coton recyclé », déclare Ann-Sofie Johansson, Creative Advisor chez H&M.

Il est important de noter que la majorité des innovations lancées avec les collections Conscious Exclusive (nouvelles matières, techniques de fabrications) ont été intégrées aux autres collections de la marque, preuve d’un engagement fort qui s’inscrit dans la durée.

Conscious Exclusive – Automne 2019 : des pièces originales, glamour et intemporelles

Lancée le 26 septembre, cette ligne explore le thème de la fête sous l’angle des bals glamour des années 1960. Dotée de touches de surréalisme, elle comporte aussi bien des accessoires (boucles d’oreille ou épingles à cheveux en zinc et laiton recyclés), des pièces de soirée originales (top aux extravagantes manches à volants, costume en velours réalisé à partir de polyester recyclés) que des essentiels du quotidien intemporels et travaillés (robes romantiques, tricots fins fabriqués à partir de mélanges de fibres de lyocell TENCELTM et de laine).

Une collection éco-responsable et désirable qui nous donne une folle envie d’aller valser entre amies dans l’un de ces bals masqués. Au niveau des prix, les accessoires vont de 12,99 € à 49,99 €, et il faut compter entre 49,99 € et 199 € pour les vêtements.

Alors, on danse ?

La collection Conscious Exclusive est disponible depuis le 26 septembre, exclusivement sur le site de la marque H&M.

Article d’Alexandra Hostier

Les salles de sport parisiennes Episod lancent leur première collection capsule, une ligne de vêtements conçue de façon éco-responsable pour nous accompagner partout, à la salle comme à la ville.

Possédant 4 clubs (nommés « hubs ») dans Paris depuis son ouverture en 2017, Episod continue de se dépasser et de réinventer l’univers du sport en salle avec le lancement de sa première collection capsule de vêtements et accessoires en octobre.

Céline Wiselink et Marie-Anne Tessier (les fondatrices de Neoness) ont voulu dépasser le concept de la salle de sport classique et ont conçu Episod comme un véritable lieu de pause au milieu de nos journées au rythme effréné. La particularité d’Episod est de centrer l’expérience du sport en salle non pas sur la performance mais sur l’expression personnelle et la reconnexion à soi.

« Shape your story » : le sport comme outil d’expression personnelle

Episod propose un nombre limité de types de sport (six), sélectionnés pour leur efficacité et complémentarité. Le but n’est pas tant d’augmenter sa masse musculaire rapidement que de développer ses capacités physiques et son mental de manière durable.
Chez Episod, on ne va pas à la salle pour observer les autres et se comparer à son voisin, mais bien pour soi, pour exprimer ses émotions dans le sport et se dépasser. Et tout est conçu pour : des salles à l’éclairage tamisé, avec de légers néons de couleur et la musique à fond, une atmosphère pensée pour que l’on se focalise non pas sur les autres mais sur le dépassement de soi.

https://www.instagram.com/p/Byzji1pivip/

Une collection capsule éco-responsable au design soigné

Avec le lancement de cette première collection capsule, Episod s’engage sur le terrain de la mode et choisit de le faire avec une production éco-responsable.

Leurs usines de production ont ainsi pris 3 engagements importants. Tout d’abord celui d’une meilleure gestion des ressources naturelles, avec une production textile utilisant 7 fois moins d’eau. Ensuite, concernant les matières utilisées, les pulls sont fabriqués en matière 100% recyclée et avec 85% de coton bio. Enfin, le dernier engagement est celui de l’origine : toutes les chaussettes sont ainsi garanties « Made in France ».

La collection est composée de tshirts, pulls, tote-bags, chaussettes et casquettes, des produits déclinés aux couleurs du club. Episod a fait appel au street artiste parisien et Directeur Artistique de la marque « Shoes Up » William Roden, pour la conception d’un design exclusif « Shaped by Episod ».  Street, confortable et désirable, une collection engagée que l’on a envie de porter à la salle comme en ville, tout au long de la journée.

Avec des prix allant de de 5€ à 60€, la collection sera disponible en octobre dans tous les hubs Episod. Retrouvez ceux de Paris à Bourse, Place de Clichy et République. On y va tous en petites foulées ?

Article d’Alexandra Hostier

La marque française Des Petits Hauts nous fait souvent craquer pour ses pièces intemporelles et élégantes. Dans une démarche responsable, elle dévoile une collection capsule en partenariat avec Fairly Made.

En parallèle de sa collection Automne-Hiver 2019, Des Petits Hauts dévoile une collection capsule avec Fairly Made. Des pièces élégantes et éthiques, dans les tons de bleu marine et de blanc pour s’accorder avec toutes vos tenues. Un pas de plus dans la bonne direction pour l’industrie de la mode qui est parmi les plus polluantes de la planète.

Une collection éthique

C’est une collection qui revient aux origines de la marque parisienne, des petits hauts à craquer, faciles à mettre avec tout, élégants et surtout qui font du bien à porter. Pas de doute sur l’origine d’un produit ou les conditions de travail des ouvrier.es employé.es à sa fabrication, chaque pièce Des Petits Hauts x Fairly Made peut être entièrement tracée. Les fondatrices de Fairly Made se déplacent pour aller visiter les usines où sont fabriqués leurs produits, en France, Inde et Chine, et sont toujours en contact avec elles.

Les créatrices de Des Petits Hauts ont rencontré Camille Le Gal et Laure Betsch en septembre 2018. Et si la marque s’intéressait à la production durable, ce sont les fondatrices de Fairly Made qui ont pu l’accompagner dans ce voyage. Fairly Made aide des entreprises qui désirent mettre en place une production plus éthique, plus écologique, plus humaine – en somme plus responsable. L’organisme propose une bibliothèque de matériaux durables et fait bien attention à chaque étape de la production. Entre autres, Camille Le Gal et Laure Betsch ont aussi collaboré avec les Galeries Lafayette sur l’initiative Go For Good pour une mode durable.

Et écologique

Cette collection engagée est fabriquée à partir de coton biologique, de laine éco-responsable, ou de vêtements recyclés. Les petits boutons ont, grâce au savoir faire Fairly Made, été créés à partir de sciure de bois et d’acétate bio-sourcé tandis que certains fils sont issus de bouteilles en plastique recyclées. Dans l’optique de limiter le gâchis, les chutes de tissus des blouses sont récupérées afin de créer des chouchous.

Article de Juliette Cardinale

Début septembre à Paris, le salon Who’s Next (leader de la mode féminine en Europe) a accueilli un nouvel arrivant. « Impact » : un nom percutant pour ce nouvel événement hybride très attendu, engagé en faveur d’une mode éco-responsable.

Du 6 au 9 septembre dernier, l’événement a réuni les acteurs de la filière désirant agir pour la transition de l’industrie de la mode. Entre conférences et workshops, l’objectif était de discuter des initiatives à impacts positifs possibles dans l’univers de la mode éco-responsable, mais aussi de commencer à agir concrètement et à les mettre en place.

@impact.wsn

Un slogan centré sur l’action : « Act Now for Positive Fashion »

Du vendredi 6 au lundi 9 septembre, se sont déroulés Porte de Versailles 4 jours de rencontres et d’engagements articulés autour de 4 grandes thématiques (et leurs objectifs) :

« Slow is beautiful » : encourager la « slow fashion », un mode de production, distribution et de consommation mieux maîtrisé.
« Made By » : se tourner vers les conditions de fabrication, valoriser une production plus responsable et transparente, mettre en lumière les savoir-faire des acteurs de la filières, l’importance des matières premières.
« The future is now » : parler de la place et du rôle primordial de l’innovation, accélérateur de cette transition vers une mode durable.
« Old is the new black » : mettre en valeur le marché de la seconde main, du recyclage et de l’upcycling.

Entre discussions nécessaires et applications pratiques

L’événement était ainsi composé de nombreux talks et conférences. Sur l’économie circulaire, la nécessité de l’insertion sociale dans la mode ou encore le marché de la seconde main, animés par des acteurs de ce changement comme la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin, le Groupe Galeries Lafayette, Anti_Fashion ou encore la marque Le Slip Français.

Mais « Impact » rimait également avec ateliers tenus par des partenaires engagés, pour initier concrètement les participants en douceur au mode de vie « slow ». Entre grand marché vintage, cours d’upcycling, de teinture naturelle ou de yoga, les visiteurs enthousiastes ont pu toucher à différents aspects de ce mode de vie plus respectueux et responsable.

Avec « Impact », Who’s Next s’est engagé concrètement pour la mode éco-responsable et après cette première édition percutante, l’événement revient l’année prochaine plus motivé que jamais à faire évoluer la mode (et nous avec) !

Plus d’informations sur le site de l’événement https://impact.wsn.community/

Article d’Alexandra Hostier

« Moins acheter. Bien choisir. Faire durer. » est une des devises de Vivienne Westwood. Les Galeries Lafayette parisiennes ont lancé leur campagne « Changeons de mode » pour une industrie de la mode plus durable avec une conférence de la reine de la mode punk. Elle y a décrit son économie mondiale idéale et prouvé qu’elle était toujours aussi punk que dans les années 70.

Le changement climatique est bien là et beaucoup de consommateurs font plus attentions à ce qu’ils achètent. Du coup, de plus en plus de marques changent pour une production durable. Mais Dame Vivienne Westwood s’intéresse à l’environnement et l’avenir de la mode depuis des années. Il est donc logique qu’elle soit l’invitée des Galeries Lafayette pour lancer la campagne « Changeons de mode ». L’événement, qui s’est tenu le 4 septembre 2019 en compagnie de l’activiste américaine Kimberly Drew, fait suite à l’initiative Go for Good des Galeries entamée à l’été 2018.

Vivienne Westwood est une créatrice de mode célèbre depuis des dizaines d’années. De sa petite boutique à King’s Road à Londres, où elle a habillé les membres des New York Dolls et des Sex Pistols, elle a façonné la scène punk des années 70. Au cœur du mouvement, Westwood voit « la jeunesse et la colère contre l’âge ». Les jeunes en voulaient à la génération responsable de la guerre du Vietnam mais qui était toujours au pouvoir. Avec son compagnon de l’époque et manager des Sex Pistols, Malcolm McLaren, elle a utilisé les vêtements pour transmettre ses idées politiques.

Au cours de sa carrière de créatrice de mode, son style a évolué mais est toujours resté fidèle au punk. Elle n’a cessé d’utiliser sa plate-forme pour partager ses idées politiques et elle s’est notamment intéressée à la préservation de la planète. Vivienne Westwood a lancé un site web militant climaterevolution.co.uk pour partager ses réflexions, analyser et trouver une solutions aux problèmes environnementaux. Elle estime que tout le monde doit se soucier du changement climatique, car il impactera riche ou pauvre sans discrimination. Et si rien n’est fait, il sera bientôt trop tard. Elle conseille donc, entre autres, de réduire sa consommation ou de faire des achats responsables et de ne pas utiliser de voiture.

S’engager pour le climat

Westwood voit un problème principal dans le monde actuel, et c’est le « dollar pourri ». Les gouvernements ne cherchent qu’à faire du profit et le système crée de la pauvreté et de la criminalité. Et s’ils sont à l’origine du crime, les politiciens sont donc eux-mêmes des criminels. Elle n’a pas peur d’interpeller les dirigeants, que ce soient les suspects habituels comme Donald Trump et Boris Johnson ou des politiciens plus appréciés comme Barack Obama.

Vivienne Westwood a créé une bannière qui résume sa vision du monde pour son talk aux Galeries Lafayette. Au cœur de sa philosophie se trouve ce qu’elle appelle “1 World Rent. » Elle estime que les humains ne sont que des locataires sur Terre le temps de leur vie. Dans son monde idéal, la terre ne devrait ni appartenir aux individus (capitalisme) ni à tout le monde (communisme) mais à personne. On ne ferait que louer des terres à un gouvernement responsable qui détiendrait l’autorité et la confiance d’une démocratie et s’assurerait que la planète est protégée. Elle s’est penchée sur la manière de rendre heureux les agriculteurs et ceux qui vivent de la terre : ils ne se verraient pas retirer leur terrain et pourraient l’utiliser à perpétuité tant qu’ils le traitent avec respect.

Se battre pour le futur

Malgré les difficultés, Vivienne Westwood reste positive et continue de se battre. Elle se sent “terriblement fatiguée parfois,” elle est de nature optimiste et quand elle se sent possédée par une idée, elle se doit d’agir en conséquence. Elle a « beaucoup de raisons de vivre » et se soucie des autres. En fin de compte, elle « croit en la vie ». Les jeunes militants comme Greta Thunberg l’impressionnent. La jeune suédoise « est merveilleuse » et « sert la cause de la démocratie » en donnant un but aux gens.

Tout en appréciant la devise « réduire, réutiliser, recyler », elle veut se concentrer sur « réduire », en particulier dans la production de la mode. La saison prochaine, Vivienne Westwood réduira sa collection de moitié et la fera produire en Italie (l’essai au Royaume-Uni n’a pas été concluant) pour que moins de personnes doivent se déplacer. Si elle continue à travailler dans le milieu de la mode, c’est qu’elle veut créer une entreprise de mode modèle pour l’avenir. Elle voudrait qu’une fois développée à un certain point, on ne puisse plus agrandir une marque et que l’on doive reverser ses profits à des œuvres de bienfaisance. Westwood est également convaincue que les matériaux très coûteux en ressources ne sont pas nécessaires (jean, cotton…). Elle a donc aussi arrêté de fabriquer des jeans et conseille aux clients d’aller dans des magasins de seconde main.

Article par Juliette Cardinale