Si les femmes peinent à prendre leur place en politique, les élections municipales de cette année 2020 se sont avérées prometteuses. Des candidates certes, qui aujourd’hui ont été élues maires de grandes villes françaises. 

Si les femmes peinent à prendre leur place en politique, les élections municipales de cette année 2020 se sont avérées prometteuses. Crédits : ©Letsbefrank_art.
Dans cinq des dix plus grandes villes de France, ce sont désormais des mairesses qui ont été élues. Crédits : ©Letsbefrank_art.

Cette année, l’enjeu était de taille. 20 ans après l’adoption de la loi sur la parité en politique, seulement 17 % des maires sont des femmes. Comme expliqué dans l’émission Hashtag de France Culture intitulé « Il y a plus de femmes mères que de femmes maires« , la parité a été assimilée et contrôlée pour ce qui est de la constitution du conseil municipal. Ce qui n’est pas le cas pour le poste de maire. 

Petit point sur ces premières femmes maires

Retour en 1945 alors que la France sort à peine de la Seconde Guerre mondiale. Les femmes obtiennent le droit de vote, mais aussi de se présenter aux élections. Candidates et électrices se mobilisent massivement dans les élections municipales qui se profilent. Les hommes manquent à l’appel et pour cause, ces derniers ne sont pas encore rentrés de la guerre ou sont encore détenus prisonniers. 

Le nombre de femmes élues à cette époque reste inconnu. En effet, ce n’est qu’en 1947 que les statistiques du ministère de l’Intérieur prennent en compte ce nombre. Pourtant, lors des élections municipales de 1945, fait historique, la participation des femmes est, dans certaines villes, aussi importante que celle des hommes. Ça ne sera malheureusement plus jamais le cas. Mais on retiendra leurs noms grâce à divers articles d’archives : Odette Roux (Sables-d’Olonne), Célina Roye (Saint-Omer, Pas-de-Calais) et pour finir Madeleine Ainoc à Echigey dans le Côte-D’Or, où le conseil municipal se composait exclusivement de femmes !

2020, place aux femmes pour le monde d’après ? 

Pour les élections municipales de 2020, 23 % des femmes étaient tête de liste. Si le pourcentage reste encore faible, il progresse néanmoins, comparé aux 17 % de 2014. Aucun hasard lorsqu’on entend partout que les Verts ont aussi fait de gros résultats puisque ce sont eux qui ont présenté le plus de femmes tête de liste. 39 % donc chez Europe Écologie Les Verts, suivi de près par les Insoumis (37 %) puis le parti communiste (31 %). 

Si après le confinement, on espérait tous un monde d’après plus prometteur, on peut déjà se féliciter de ces deux avancées – tant sur le plan de l’écologie que de l’égalité des genres. Car aujourd’hui, cinq des dix plus grandes villes de France ont élu des femmes. Paris, Marseille, Strasbourg, Lille et Nantes, mais aussi tant d’autres villes qui se féminisent petit à petit. 

Un petit espoir de plus pour construire ce monde d’après aussi inclusif, égalitaire et écologique que possible ! 

Article de Nina Hossein