À l’occasion de la sortie de leur livre, nous avons interviewé Céline et Margaux, les femmes derrière le podcast Entre Nos Lèvres. Elles nous ont raconté leur histoire et comment, après une simple soirée pyjama, elles sont devenues podcasteuses, écrivaines et militantes.

Depuis février, le livre Entre Nos Lèvres, issu du podcast éponyme, est disponible en librairie. Sa particularité ? Il peut se lire de deux façons : par étapes de vie ou par témoignages. Et à l’occasion de cette sortie, on a rencontré les deux créatrices du podcast, compte Instagram militant – et maintenant du livre, Céline et Margaux. Militantisme, bienveillance, intimité, … elles nous ont raconté leur histoire. Interview.

Pour les retrouver, direction leur compte Instagram ! Et pour vous procurer leur livre ou écouter leurs podcasts, c’est par ici.

Vidéo réalisée par Clémence Bouquerod

De la recherche à la création de vêtements, Priya Ahluwalia met toutes ses compétences à disposition pour sortir des collections uniques pour l’homme moderne. Elle va jusqu’à puiser dans ses origines que l’on retrouve en photographie dans son livre Jalebi. 

Crédits : ©Laurence Ellis.

La jeune créatrice utilise son double héritage indo-nigérian et ses racines londoniennes pour créer des collections uniques. Ce patrimoine mixte, on le retrouve dans le tome de photographie Jalebi. Un ouvrage pour rendre compte du travail de la créatrice. 

Jalebi, un livre source d’inspiration

Les couleurs sont étonnantes et les photos éblouissantes de beauté. Des portraits, des textiles et des scènes du quotidien, voilà en image la vie en Grande-Bretagne de la communauté Punjabi dans le Southall. 

Crédits : ©Laurence Ellis

Ces photos ont été prises par Laurence Ellis. Avec son appareil, elle s’immisce dans le regard de Priya Ahluwalia afin de comprendre l’origine de ses idées. En image, on retrouve la beauté de la diversité, mais aussi et surtout l’enrichissement qu’apporte l’immigration à une communauté. Des moments de vie, des instants en famille, Jalebi nous plonge directement dans le quotidien des Punjabis. 

Un tome aussi engagé que les créations

Priya Ahluwalia prend soin de concevoir des vêtements en matières recyclées. Consciente des enjeux climatiques et environnementaux qui se jouent, elle tente au maximum de redonner vie aux tissus dans des créations toujours colorées. Cet engagement, on le retrouve avec Jalebi.

Crédits : ©Laurence Ellis.

En effet, l’ensemble des bénéfices de Jalebi, ainsi que les ventes de tirages photographiques, sera reversé au Stephen Lawrence Charitable Trust et aux Southall Black Sisters

Article de Nina Hossein

On parle globalement du féminisme, mais ce mouvement international est mutli-forme. Féminismes dans le monde – 23 récits d’une révolution planétaire dresse les portraits de ces féminismes autour d’entretiens passionnants. 

Féminismes dans le monde - 23 récits d’une révolution planétaire dressent les portraits de ces féminismes autour d’entretiens.   Crédits : ©Lindsay Lamont
L’ouvrage Féminismes dans le monde dresse les portraits d’un mouvement hétérogène. Crédits : ©Lindsay Lamont

Cet ouvrage met en lumière le concept pluriel de la révolution féministe à travers le monde. Un mouvement qui gronde de part et d’autre du globe sous diverses formes et sur divers combats. Pauline Delage, sociologue et Fanny Gallot, historienne ont œuvré ensemble pour nous livrer cette petite pépite qu’est Féminismes dans le monde. Respectivement spécialisées dans le domaine des violences faites aux femmes et des inégalités de genre dans les conditions de travail – et de fait la participation des femmes dans les conflits ouvriers, elles nous offrent un tour d’horizon très complet de ces différentes facettes du féminisme. 

Faire entendre les voix de ces femmes en mouvement 

Féminismes dans le monde, c’est un recueil de témoignages pour rendre compte d’un mouvement hétérogène dans ses formes et ses revendications. Chercheuses, journalistes, sociologues ou encore militantes, toutes racontent leur engagement dans cette cause internationale. Une lutte qui puise sa source de manière générale dans un événement commun : un acte de violence sexuelle. Poignant quand on prend également conscience des raisons de l’ampleur de #MeToo.

Les mobilisations féministes sont aussi la conséquence d’un contexte politico-juridique local. Cet ouvrage donne donc la parole à ces femmes engagées dans une lutte parfois compliquée. Parce que oui, cette mobilisation s’avère plus difficile selon le pays dans lequel elles vivent. Pour s’en rendre compte, les récits ont été récoltés en Chine, en Argentine, en Équateur, en Russie ou encore en Thaïlande. 

https://www.instagram.com/p/CAatI0ZAC7f/

Comment ce mouvement prend-il de l’ampleur ?

Les manifestations se multiplient et se connectent également à d’autres mouvements sociaux, à l’exemple du féminisme écologique ou de féminisme décolonial pour ne citer qu’eux. Et s’il y a bien un moyen de faire raisonner encore plus fort les prises de position et les mobilisations, c’est en utilisant les réseaux sociaux. Oui, Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat sont des outils dont profitent ces causes. Un moyen pour chacune d’entre nous de relayer les combats, de mieux se solidariser et de ne plus jamais rester effacées dans ce système patriarcal. Tous ces mécanismes, Pauline Delage et Fanny Gallot les mettent en lumière dans cet ouvrage qui décortique habilement les panoramas du féminisme.

Article de Nina Hossein

Illustration de JUSTINE MÉNAGE

Petit guide pour sauver le monde

Par Marine Stisi

Le jour où j’ai refermé Dans la forêt de Jean Hegland (probablement quelques heures après l’avoir ouvert), j’ai su que quelque chose en moi avait profondément changé. J’ai alors entrepris de l’offrir à un maximum de personnes, car je ne pouvais pas être seule à ressentir ça : un réel chamboulement interne et une soudaine remise en question personnelle. Dans la forêt est l’histoire d’un monde, le nôtre, qui, du jour au lendemain, sans explication, cesse de fonctionner. Nell et Eva, deux adolescentes orphelines, décident de rester dans leur maison familiale au cœur de la forêt, refuge d’un monde dans lequel il n’y a plus ni électricité ni eau courante, et que les gens ont déserté, subitement. Qu’est-il arrivé ? On ne le saura pas. Malgré tout, il faut continuer à vivre. Tenter de renouer avec la nature environnante, car c’est elle, et elle seule, qui pourra les sauver. Écrit en 1997, ce roman est plus que jamais actuel, à l’heure où cette question est sur toutes les lèvres : est-il encore temps de sauver notre monde ? Et si oui, quels virages doit-on prendre ? Jamais un livre n’avait autant questionné mon moi profond, mon rapport à la planète, au milieu qui nous entoure. Et je crois que je ne m’en suis toujours pas remise. Quoi qu’il se passe, il reste dans un coin de ma tête, toujours.

Dans la forêt, Jean Hegland, Éd. Gallmeister, 9,90 €

Dans la forêt, Jean Hegland

Les abysses de l’autre chambre 

Par Marine Nina Denis 

À 36 et 19 ans, Marine et Ondine n’ont a priori rien en commun, si ce n’est leurs prénoms d’inspiration aquatique. La première, transparente et vide de toute énergie, cherche à vivre une première relation sexuelle. La seconde, lolita pétillante, danse dans un bar pour gagner sa vie et rêve d’ailleurs. Deux femmes modernes à la recherche d’elles-mêmes. Je me suis laissé happer par les mots, si bien choisis, de Diane Schmidt et par ses phrases incisives. Je me suis reconnue en Marine et Ondine, ses héroïnes tragiques. J’ai eu envie de leur tendre la main, mais aussi de sombrer avec elles. Construit sous la forme de deux monologues mis en regard, L’autre Chambre est un ovni littéraire : entre roman illustré et poésie en prose, il invite à plonger dans un voyage introspectif. Bouleversant, vraiment.

L’autre Chambre, Diane Schmidt, Éd. Envolume, 14 €

L’autre Chambre, Diane Schmidt

From Ireland with love

Par Juliette Minel

Nous sommes dans les années 50, la toute timide et introvertie Eilis Lacey est contrainte de quitter Enniscorthy, son petit village du sud-est de l’Irlande (l’une des régions les plus pauvres d’Europe), pour émigrer à New York et trouver du travail afin d’aider financièrement sa mère et sa soeur. Ses premiers pas à Brooklyn ? Pesants, solitaires ; sa famille lui manque, le mal du pays la ronge. Nous sommes en 2013, je fais mes études dans le sud de l’Irlande, à Cork, je lis Brooklyn pour un cours de littérature irlandaise, et je suis chamboulée. Cette histoire de déracinement, de pays d’adoption, de raison, de concessions, mais aussi d’amour, d’indépendance et de confiance en soi me parle tellement ! D’une justesse bouleversante, le texte est si simple, presque naïf, d’une beauté sans fioriture. Certainement pour laisser entièrement la possibilité à l’histoire de s’épanouir – tout comme Eilis. Nous sommes en 2019, je suis à Brooklyn, Brooklyn rangé dans ma valise, Eilis dans ma mémoire humide depuis des années. La boucle est bouclée. Ici, je comprends que chacune de notre côté, chacune à notre façon, nous avons effectué un voyage initiatique qui a mené à l’émancipation tant attendue, pourtant inespérée.

Brooklyn, Colm Tóibín, Éd. 10 / 18, 8,10 €

Brooklyn, Colm Tóibín

Article du numéro 44 « Émotions »