Pour les deux ans de son titre, Angèle est revenue sur Ta Reine. Une occasion pour certaines militantes LGBTQIA+ de parler du sexisme racine de l’homophobie. Marie, l’une d’elles, témoigne.

Ta Reine a donné la voix aux couples lesbiens oubliés, à l'occasion des deux ans de la chanson, les militantes veulent se faire entendre. 
Crédit :  Brian Kyed on Unsplash
Ta Reine a donné la voix aux couples lesbiens oubliés, et à l’occasion des deux ans de la chanson, les militantes veulent se faire entendre.
Crédit : Brian Kyed on Unsplash

« Mais tu voudrais qu’elle soit ta reine ce soir, même si deux reines c’est pas trop accepté. » Alors que son tout premier album, désormais certifié disque de diamant, a été un véritable coup de projecteur pour la jeune artiste belge, Angèle revient sur un de ses titres. Comme une célébration anniversaire, elle s’est confiée sur Ta Reine dans une story Insta à l’occasion des deux ans de la chanson. Elle aborde notamment l’importance de ce titre à ses yeux, mais aussi l’écho qu’il a eu auprès de ses fans.

« Il y a deux ans, un soir de début d’été à Bruxelles, j’ai écrit cette chanson sur ce pianoEt ça fait longtemps que je ne l’ai plus chantée alors je ne me souviens plus de mes propres paroles. Elle a toujours autant d’importance pour moi, parce que ça m’a beaucoup aidée de l’écrire. Et franchement, ça a été une chance immense de pouvoir m’exprimer comme ça en chanson. Et puis de savoir que d’autres aussi. Ça, c’est une méga consécration ».

Angèle, dans une récente story Instagram

Quand sexisme et homophobie se confondent

Bien qu’elle n’ait encore affiché aucune étiquette quant à sa sexualité, Angèle se positionne souvent en faveur de la lutte LGBTQIA+, mais aussi en tant que féministe. Une « chose nécessaire » pour Marie. La jeune étudiante, admirative de la chanteuse, est lesbienne. « Un bien vilain mot« , souligne-t-elle en riant. En effet, Marie, 22 ans, mène déjà une vie de militante engagée. Pour elle, le monde évolue, l’homosexualité se démocratise, mais uniquement lorsqu’il s’agit de deux hommes. « Là aussi, ou plutôt là encore, il y a du sexisme. Comme si ce n’était pas assez difficile de ne pas être hétéronormée, il faut en plus que l’on nous barre d’obstacles. Pourquoi deux femmes ensemble ça choque tant que ça ? Pourquoi ce n’est pas rendu aussi visible que deux hommes ? », s’interroge-t-elle, très agacée.

« Je crois qu’il n’y a pas de bon genre pour être gay, quoi qu’il en soit c’est difficile. Mais là où on amputerait stupidement deux hommes d’une masculinité imaginaire façonnée et forcée par la société, on assimile deux femmes à un film de cul. » Marie s’arrête un instant, comme blessée par ses propres mots. La jeune femme semble frappée en plein visage par la réalité qu’elle dépeint une fois de plus. Habituée de ce discours, elle n’en est pourtant pas à son coup d’essai. « Je répète ça à chaque mobilisation, chaque discours, chaque manifestation, mais je ne m’y ferai jamais. Rien ne change à ce sujet, jamais. C’est une très bonne chose que quelques personnes médiatisées s’engagent en faveur des femmes gay.« 

Marie se dit « affligée » par le manque de visibilité donnée aux couples lesbiens. « Déjà, deux femmes ensemble sont assimilées à un fantasme macho et hétéronormé, par conséquent elles n’ont pas d’autre image. Elles ne sont pas vues comme un couple normal, elles ne sont même pas vues du tout ». Pour illustrer son propos, la jeune femme conclut sur une question. « Je suis sûre que vous remarquez, même inconsciemment, les couples d’homosexuels que vous croisez dans la rue. Croisez-vous beaucoup de couple de femmes ? »

Article de Aurélie Rodrigo

Elise Goldfarb et Julia Layani sont deux entrepreneuses féministes qui n’ont certainement pas fini de faire parler d’elles. Après avoir co-fondé le média « Fraiches », elles ont ensuite notamment piloté la stratégie de « Melty ». Le 26 juin dernier, c’est un de leurs nouveaux projets qui a vu le jour, avec la mise en ligne du podcast « Coming Out », sur Spotify.

Crédit : Spotify

A l’occasion de la Pride Month, Elise et Julia ont voulu créer un projet qui fait sens. Comme elles le soulignent au début de chaque épisode du podcast « Coming Out », c’est après avoir participé à plusieurs gay prides à travers le monde que les deux amies ont malheureusement constaté que faire son coming out restait aujourd’hui une étape difficile pour beaucoup. Leur rêve, « ce serait de vivre dans un monde dans lequel on n’aurait plus besoin de faire de coming out », un monde dans lequel l’orientation sexuelle de chacun n’est ni taboue ni source de préjugés et de clichés.

« Coming Out », c’est un podcast original qui donne la parole à treize personnes issues de la communauté LGBTQI+. Les épisodes, qui durent chacun entre 20 et 50 minutes, sont des témoignages sincères, poignants, et porteurs d’espoir au cours desquels des personnalités – certaines connues, d’autres moins – racontent comment elles ont révélé leur homosexualité : d’abord à elles-mêmes, et puis aux autres. On retrouve notamment au micro d’Elise et Julia les témoignages du chanteur Bilal Hassani, du député Mounir Mahjoubi, du journaliste Christophe Beaugrand, mais également ceux de Clovis, trans noir et excommunié de la communauté de témoins de Jehovah à laquelle il appartenait, de Nathan, qui a grandi dans une communauté juive orthodoxe, et de Marie-Clémence Bordet-Nicaise, éduquée dans une famille catholique pratiquante. Chaque histoire est singulière, et témoigne du long parcours auquel certain.e.s doivent faire face avant de pouvoir assumer pleinement leur identité.

https://www.instagram.com/p/CB73svAJWqe/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

Grâce à leur projet « Coming Out », Elise et Julia, avec l’aide de Spotify France, ont pu faire un don de 20 000€ à l’association Le Refuge, qui oeuvre à aider et à protéger les jeunes LGBTQI+ en situation précaire. Un podcast d’utilité publique, et qui ne cesse de faire le buzz, jusqu’à avoir réussi à se hisser en première place du classement des podcasts français sur Spotify.

À écouter, sans modération.

Article de Léah Boukobza

Depuis le 24 juin, TikTok se mobilise fortement à l’occasion du Mois des Fiertés. Cet espace de création souhaite laisser libre court à l’expression de soi et encourage à être fier de qui l’on est, peu importe son identité ou orientation sexuelle. 

Pour le mois des fiertés, TikTok s'associe à la fondation Le Refuge afin de lutter contre l'homophobie et les discriminations. Crédits : ©Teddy Osterblom.
Pour le Mois des Fiertés, TikTok s’associe à la fondation Le Refuge afin de lutter contre l’homophobie et les discriminations. Crédit : ©Teddy Osterblom.

TikTok est une plateforme d’expression créative ouverte à tous. Quelles que soient les opinions, les identités ou encore l’orientation sexuelle, tout le monde est le bienvenu sur TikTok. Il est donc important pour l’application de montrer son soutien envers ceux qui, de par leur singularité, ont besoin d’aide. Pour le Mois des Fiertés, TikTok s’associe à La Fondation Le Refuge pour sensibiliser sa communauté à la lutte contre l’homophobie et les discriminations. Mais aussi et surtout pour exprimer toute la bienveillance nécessaire à la communauté LGBTQ+. 

TikTok x Le Refuge, une campagne de sensibilisation 

Ensemble, la plateforme et la fondation s’unissent et s’engagent dans une lutte visible à l’échelle mondiale. En effet, TikTok est une application très utilisée à travers le globe, et plus particulièrement par les jeunes. Cette campagne permet de sensibiliser la communauté dans ce combat juste pour l’égalité. 

Pour ce faire, un hashtag #FierDeToi a été lancé pour dire en toute sincérité dans sa petite vidéo à quel point on est fier de qui l’on est. Un moyen pour la créatrice Tiktok CamilleTeSigne de célébrer toutes les différences via ce hashtag. La jeune femme a donc publié une vidéo en langue des signes français. En soutien dans cette campagne, Bilal Hassani, qui lui rappelle que tant que l’on croit en soi, tout est possible !

Pour réaliser sa petite vidéo avec son #FierDeToi, une playlist a spécialement été pensée pour l’occasion. Dua Lipa, Hoshi, Lady Gaga ou encore Abba, voilà de quoi encourager la communauté à faire passer son message en agrémentant le tout d’un filtre « Rainbow ». 

Le témoignage en Live d’Alex Goude

Les témoignages se multiplient de plus en plus pour exprimer d’une part son identité, mais aussi le quotidien qui s’en suit. Alex Goude a donc réalisé un Live sur le compte TikTok Le Refuge pour rencontrer la communauté et répondre à leurs questions. 

https://www.instagram.com/p/CB26CcRCX1k/

Durant le Live qui s’est déroulé le 25 juin, un « sticker » donation avait été mis en place. Un moyen de soutenir la fondation pour récolter des fonds. Parce que Le Refuge en a littéralement besoin : elle héberge et accompagne socialement et psychologiquement les jeunes de 18-15 ans LGBTQ+ rejetés par leurs parents, chassés du domicile familial pour leur identité ou orientation sexuelle. L’agent récolté servira à soutenir du mieux possible ces personnes en situation de vulnérabilité. 

Article de Nina Hossein

Laurence Vanceunebrock, députée LREM, a déposé au début du mois, une proposition de loi visant à lutter contre les discriminations LGBTQIA+. Mais un point important est passé inaperçu, celui de l’éducation. Alors bientôt des cours d’orientation et d’identité sexuelle à l’école ?

Un enseignement LGBTQIA+ bientôt obligatoire à l'école?
Crédit : Delia Giandeini on Unsplash
Un enseignement LGBTQIA+ bientôt obligatoire à l’école?
Crédit : Delia Giandeini on Unsplash

Derrière un micro ajusté à la hauteur de sa bouche, Laurence Vanceunebrock porte les lois de demain, attendues depuis bien plus longtemps qu’hier. Sa voix ne tremble pas face à l’hémicycle, où elle exécute les promesses du gouvernement Macron. En effet, face à l’homophobie et la transphobie qui alimentent davantage le harcèlement scolaire, l’Elysée à dit stop. Un premier pas en 2019 pour la tête du pays qui a lancé une campagne de sensibilisation dans les collèges et les lycées. Il était, certes, uniquement question d’affiches et de slogans, mais les efforts se poursuivent. En ce Mois des Fiertés, le magazine Têtu a pointé du doigt la députée LREM Laurence Vanceunebrock.

L’éducation comme solution

Ancienne gardienne de la paix, lesbienne séparée et maman de deux petites filles nées par PMA en Belgique, Laurence Vanceunebrock sait exactement où elle a mis les pieds. En ce mois de juin symbolique, la marcheuse a déposé une proposition de loi visant à éduquer les enfants sur les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre. Pourtant ce volet est passé pour le moins inaperçu. Le sujet principal de cette proposition portait, en effet, sur les thérapies de conversion. Mais la députée voyait déjà plus loin. « C’est à l’école et tout au long de leur parcours scolaire que nos enfants doivent être mis en confiance, notamment dans le cadre des enseignements portant sur la sexualité, pour s’interroger sans crainte sur leur orientation sexuelle ou sur leur identité de genre. Aussi, l’école étant le lieu qui permet d’instruire les futurs citoyens sur la non discrimination, l’article 5 prévoit une information sur le respect des différentes orientations sexuelles, identités de genre et de leurs expression, et indique que les associations de lutte contre les discriminations à caractère homophobe ou transphobe peuvent venir en soutien de ces enseignements. » (Proposition de loi nº 3030)

Thérapie de conversion

On parle de ces pratiques qui prétendent ramener dans le « droit chemin », sous-entendu l’hétérosexualité pour leurs défenseurs . Il est question de traitements dits médicaux qui visent à modifier l’orientation sexuelle d’une personne ou son identité de genre. Souvent les victimes sont assommées de médicaments, reçoivent des électrochocs ou des séances d’hypnose. Quelques fois aussi, on parle de conversion forcée sociale lorsqu’il est question de mariage forcé ou de viol. Aujourd’hui, il n’existe aucun cadre légal interdisant ces pratiques en France. C’est ce que Laurence Vanceunebrock s’applique à corriger dans ce projet de loi. L’enjeu repose également sur la définition claire du terme « thérapie de conversion ». Souvent dans les milieux religieux, pour justifier ces pratiques on observe un énorme glissement de sens de l’expression qui se voit traduite comme un accompagnement.

« Ces pratiques doivent être distinguées de celles ayant pour objectif l’accompagnement et le soutien de personnes ayant des questionnements sur leur orientation sexuelle ou sur leur identité de genre. Si l’accompagnement par la famille ou par des personnes de confiance est souvent nécessaire, il ne doit pas aboutir à la proposition d’une « thérapie de conversion ». D’ailleurs, toute allégation visant à induire intentionnellement en erreur, sur le potentiel succès de ces pratiques, doit être prohibée. »

Proposition de loi nº 3030

Article de Aurélie Rodrigo