Dans un style propre au photographe de rue JR, ils ont rendu hommage aux soignants en première ligne dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19.

L'Opéra Bastille de Paris placardé de quelques 500 visages de soignants.
Crédit :  @protegetonsoignant sur Instagram
L’Opéra Bastille de Paris placardé de quelques 500 visages de soignants.
Crédit : @protegetonsoignant sur Instagram

Quelques 500 visages, tous en noir et blanc, placardés sur l’Opéra Bastille à Paris. Depuis vendredi, ils sont là, ces portraits des soignants. Des hommes, des femmes. Médecins, infirmiers, anesthésistes… Certains arborent un sourire, d’autres non. Certains porte même le masque, symbole de cette lutte contre la pandémie de la Covid-19, celle qui ébranle le monde depuis le début de l’année.

Après les favélas brésiliennes, il se concentre sur un hommage aux soignants. Dans un style qui lui est propre, JR s’associe au collectif Protège Ton Soignant. Et le résultat est à couper la souffle. C’est une nouvelle étape de son projet international Inside Out, celle-ci pose ses valises dans la capitale de l’Hexagone. Jusqu’à la fin du mois, il sera donc possible d’admirer une tout autre version de la façade habituelle de l’Opéra Bastille à Paris, recouverte de ces 500 portraits géants.

https://www.instagram.com/p/CCYUYyToMtb/?utm_source=ig_embed

« L’art a le pouvoir de changer notre façon de voir le monde »

Inside Out, c’est « un projet global permettant de transformer les messages personnels en œuvres d’art » porté par l’artiste JR. Sa philosophie de vie? Rappeler que « l’art a le pouvoir de changer notre façon de voir le monde ». Il utilise la photographie comme vecteur de changement en mettant littéralement un visage à un problème. Son équipe parcourt le monde entier en prenant des portraits de personnes et en les imprimant sur du papier à grande échelle pour ensuite les publier dans les espaces publics. C’est ce qu’il a fait ici. Le problème? La Covid-19. Le visage? Ceux des milliers de soignants qui ont oeuvré sans faille durant cette crise mondiale.

Article de Aurélie Rodrigo.