Entre un service « à la demande » et l’arrivée de nouvelles marques beauté éthiques, les Galeries Lafayette se démarquent aujourd’hui avec la promesse d’une consommation plus responsable. On vous explique.

Cette promesse écoresponsable a été imaginée pour « les femmes et les hommes soucieux de réduire leur impact sur l’environnement ». Et ce n’est pas un, mais deux projets qui répondent à cette demande : le service Galeries Lafayette « à la demande » et l’arrivée de nouveaux produits de beautés. 

« A la demande »

Le service Galeries Lafayette « à la demande » est en réalité une collection capsule de vêtements en coton biologique appelée Go For Good. C’est un « mixte de basiques du quotidien », comme des sweats ou des t-shirts entre le beige et le noir. Vient s’orner sur les pièces un nouveau logo, un G enlacé dans un cœur, « spécialement créé pour la collection ».

Collection "Go For Good" des Galeries Lafayette
Collection « Go For Good » des Galeries Lafayette – © Galeries Lafayette

Jusqu’ici, rien de bien nouveau, me direz-vous ? La particularité de cette collection capsule, c’est que les pièces sont fabriquées à la demande. Si cela demande de la patience d’attendre quelques semaines avant de recevoir son article, c’est évidemment plus écologique et permet de lutter contre le gaspillage textile. Et bonus : les vêtements Go For Good sont fabriqués au Portugal, pour « favoriser le proche import ».

Collection disponible sur leur site internet jusqu’au 30 septembre. 

La Beauty Galerie

Si vous ne le saviez pas déjà, de nouvelles marques ont fait leur arrivée aux Galeries Lafayette : Axiology, Indie Lee, Maison Louis Marie, On the Wild Side ou encore Pai. Toutes des marques de soin, maquillage ou parfum. Leur point commun ? elles sont toutes -ou presque- vegan, 100% naturelles, éthiques et écoresponsables.

Beauty Galerie aux Galeries Lafayette – © Galeries Lafayette

Ces nouvelles marques sont dispos sur leur site mais aussi en magasin, pour tou.te.s les curieux.euses qui voudraient aller voir les produits en vrai !

Article de Clémence Bouquerod