C’est LA pâtisserie du moment, elle est dans toutes les bouches et sur notre feed Instagram. Voici la seule, l’unique : la babka.

La babka, c’est cette petite brioche d’origine polonaise dont le nom signifie « grand-mère« . Elle est traditionnellement tressée et garnie de fruits confits ou d’amandes. Mais aujourd’hui, de nombreux·se·s pâtissier·e·s la revisitent : chocolat-noisettes, noix de coco-dattes ou encore framboises, voici nos préférées.

Mami

Besoin de réconfort ? Mami est là pour vous. Cette boulangerie levantine située dans le 11ème arrondissement de Paris, propose une sélection de babkas aux parfums régressifs et (tellement) gourmands. Chocolat – pécan, cannelle ou encore caramel cacahuètes. Définitivement un des spots préférés de la team Paulette !

44 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris.

Babka Zana

Babka halva citron de chez Babka Zana © babkazana.com

Sûrement le spot le plus en vogue pour déguster une babka à Paris en 2021. Sous forme de roll ou façon cake, les parfums sont à tomber ! Du classique chocolat-noisettes, fleur d’oranger-pistache ou encore cannelle à la petite touche d’originalité avec la version halva citron.

Cet été, la nouveauté, c’est la collaboration avec Glazed, qui donne lieu à trois créations glacées : un ice-cream sandwich composé d’une babka fourrée d’une crème glacée thina-chocolat, un babka sundae sauce chocolat-noisettes réalisé avec la pâte à tartiner de la célèbre maison À la Mère de Famille et enfin, une crème glacée infusée à la babka. On en a l’eau à la bouche chez Paulette.

65 Rue Condorcet, 75009 Paris.

Mamiche

La babka chocolat de chez Mamiche © Facebook – Mamiche

Cette petite boulangerie de quartier a été l’une des premières à populariser la brioche dans la capitale. Une seule version est disponible, à la coupe ou en format familial : la babka chocolat. C’est l’une des plus moelleuses et réconfortantes qu’on ait pu goûter. Le petit plus : c’est la fleur d’oranger dans la pâte, croyez-nous, ça fait toute la diff’ !

32 rue du Château d’eau, 75010 Paris.

Salatim

La babka perdue de chez Salatim © Facebook – Salatim

Quand on entre chez Salatim, on a directement l’impression de voyager à Tel-Aviv. Et pour cause, la babka a très vite été adoptée en Israël. Yariv Berreby, chef du restaurant, nous partage ainsi avec générosité la recette ancestrale de sa grand-mère. Quatre versions à déguster de toute urgence : chocolat-noisettes et pâte de dattes, pistache, cannelle ou encore halva. On vous laisse choisir, nous, on n’y arrive pas !

15 rue des Jeuneurs, 75002 Paris

Adar

La babka choco – noisettes à retrouver chez Adar © Adar Paris

Peut-être la plus audacieuse de Paris, avec des parfums plutôt (très) originaux. Après avoir goûté la version classique, chez Babka Zana ou Mamiche, foncez chez Adar pour une explosion de saveurs. Babka coco-dattes, chocolat-cacahuètes et plus étonnant encore : babka mandarine-kumquat.

49 passage des Panoramas, 75002 Paris.

Chez Meunier

La babka pistache de chez Meunier © Facebook – Chez Meunier

Vous l’attendiez tou·te·s (et nous aussi), voici enfin une option aux fruits rouges avec la babka aux framboises de la maison Meunier. Et ce n’est pas tout, vous pouvez y savourer les saveurs classiques : chocolat ou pistache mais aussi une version inédite : spéculos. Bref, chez Meunier, c’est beau, c’est bon et en plus c’est bio, que demander de plus ?

10 Place d’Italie,75013 Paris – 18 Rue Rambuteau, 75003 Paris ou encore 35 boulevard Haussmann, 75009 Paris.

The French Bastards

Clairement la boulangerie la plus gourmande de Paris. Beurre AOP, crème et chocolat noir Ariaga 59 % sont à retrouver dans leur (incroyable) babka. On est en plein dans la culture food porn avec une brioche généreuse qui nous rappelle nos goûters à la sortie de l’école. Le réconfort à son paroxysme, quoi !

61 rue Oberkampf, 75011 Paris

Et pourquoi pas la faire vous-même ?

Vous n’y aviez peut-être pas pensé et pourtant, avec un peu d’entrainement (ou pas), vous pourriez vite devenir un·e spécialiste. Voici quelques recettes pour impressionner vos ami·e·s au prochain brunch : la classique, la version simplifiée et pour finir, la version vegan (on ne vous oublie pas les vegans). À vos fourneaux !

Article de Clara Schnebel

Les co-fondateurs de BigMamma, chaîne de restaurants italiens, lèvent 20 millions d’euros de fonds pour leur nouvelle appli. Sunday, c’est le paiement QR Code qui va révolutionner l’addition !

© Sunday

« Laissez, c’est pour moi. 
-Non, tu plaisantes, je vous invite.
-Ok, on coupe en 3 ? 

-L’addition s’il vous plaît ! »

Avec sa nouvelle appli pour faciliter le paiement, la chaîne française attire les gros investisseurs. C’est une levée de fonds exceptionnelle qui mise sur le sans contact.

Un concept pratique qui réinvente le paiement

C’est sur un pari onéreux, mais prometteur, que misent Victor Lugger et Tigrane Seydoux (co-fondateurs de BigMamma) ainsi que Christine de Wendel (ex-COO de Mano Mano). L’objectif, c’est de rendre le paiement physique aussi efficace que le digital.

Alors, comment ça marche ? Sunday, c’est un scan de QR code présent sur la table qui permet de régler l’addition en moins de dix secondes, sans serveur. Ainsi, le trio s’inspire de ceux qui n’avaient pas attendu la crise sanitaire pour se lancer, comme Paypal, Lydia, Amazon, Lyfpay, et bien d’autres. Puis, il  développe un concept pour les restaurants.

Une solution pour gagner en rapidité et en efficacité

Le concept était testé depuis près d’un an dans les restaurants de la chaîne. Le résultat est sans appel, puisque les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Et c’est un gain de 15 minutes en moyenne par encaissement pour les client·e·s et pour le staff du restaurant. S’ajoutent à cela une augmentation des pourboires (40 % en plus), le partage simplifié des additions entre convives et un panier moyen qui, lui aussi, gonfle de 10 %. Pour couronner le tout, BigMamma relève une rotation des tables de 12 % de plus qu’avant.

Le cœur des restaurateurs et des investisseurs conquis par l’appli

Selon les fondateurs, en ce moment-même, des milliers de restaurants et hôtels du monde entier s’équipent déjà de Sunday. Parmi vos spots culinaires favoris, vous pourrez retrouver le futur du paiement dès la réouverture des restaurants chez PNY, Eataly, Burger King et tous les établissements du groupe Bertrand.

Parce que cette innovation attire, les investisseurs jettent leur dévolu dessus. Et pas n’importe lesquels ! 20 millions de fonds relevés grâce, entre autres, au célèbre financier Xavier Niel, à Olivier Bertrand, mais aussi au fonds américain Coatue Management et bien d’autres.

Mangez, scannez, partez!

Les entrepreneurs parient dès le départ pour une ouverture à l’international, avec des bureaux de Sunday déjà implantés à Paris, Madrid, Londres et Atlanta. Le retour des restaurants après la crise du Covid-19 promet un moment clé pour l’expansion de l’application. En plus du plaisir de revenir manger en terrasse, nous pourrons écourter ces fameux allers-retours pour la note, la machine à carte, la facture… 

On ne sait pas vous, mais nous, ça nous donne encore plus hâte de retrouver nos restos…

Un article de Margot Hinry

L’éternelle fête des amoureux·ses est une occasion parfaite pour s’offrir un bon restaurant et couper avec la routine. Mais ce n’est pas parce qu’on la passe en solo qu’on va se priver !

Malgré les vagues de froid, la Saint-Valentin annonce la dernière ligne droite de l’hiver. Et même si on n’a personne auprès de qui se réchauffer, on en profite pour se gâter. On vous donne quelques conseils pour célébrer ce Self Love Month.

On se retrouve autour d’un repas exceptionnel 

Qui dit Saint-Valentin dit souvent dîner au restaurant. Avec la situation actuelle, on préfèrera plutôt rester bien au chaud à la maison. On garde donc ses chaussons et on se fait livrer de bons petits plats. C’est parfait, car le chef Juan Arbalaez, bien connu des habitué·e·s de l’émission Quotidien, a pensé à nous ! En effet, les créations de son restaurant Levain sont disponibles à la livraison.

Avis aussi aux fans inconditionnel·le·s de gastronomie italienne : les restos du groupe Big Mamma restent ouverts en click&collect. A Lille, Lyon ou Paris, plus besoin de faire la queue pour s’offrir les plats traditionnels si chers à nos coeurs. Une occasion en or de se célébrer autour de leurs mythiques pasta aux truffes.

Plutôt gastronomie homemade ? Le chef Simone Zanoni reprend du service au George V pour la Saint-Valentin. Lors d’un Pop Up évènement au coeur de l’hôtel mythique, on retrouve ses plats fétiches, pré-préparés. On s’offre alors un repas haut de gamme, en pièces détachées. Une fois notre toque de chef·fe enfilée, on se prépare un menu quatre étoiles rien que pour soi. 

Enfin, pour le dessert, on s’offre des chocolats à la hauteur de notre parfaite imperfection. On craque pour les petits coeurs hauts en couleurs du chocolatier Pierre Marcolini. Une soirée de célébration de soi-même qui se termine donc sur un note douce et funky, parce qu’on le mérite bien.

On s’offre une nuit d’hôtel 

Quitte à se délecter d’un moment gourmand, autant le faire dans un cadre incroyable. C’est en tout cas ce que propose l’hôtel parisien Le Hoxton. Justement, un programme « fromage, champ’ & soin visage » a été pensé exprès. Pour 249 € on s’octroie une nuit en chambre Roomy, un menu mac’n’cheese truffe ou lobster, le tout accompagné de chips homemade à la truffe et de champagne rosé. Pourquoi ne pas en profiter pour inviter son ou sa meilleur·e ami·e, qui est aussi solo ? Et pour une soirée pyjama réussie, rien de tel qu’un masque pour le visage, également inclus.

Entre Nice et Paris, les hôtels Amour sont également une valeur sûre pour une nuit inoubliable. Ils proposent en plus une offre spéciale en ce moment. Avec la chambre est incluse une bouteille de champagne, et ses verres gravés. De quoi faire enfin un stock de photos pour alimenter son feed Instagram jusqu’à l’été ! 

Aux plus aventurier·e·s, le Love Hotel Paris propose des chambres exotiques et particulièrement sexy. Cerise sur le gâteau, la boutique de l’hôtel vend également une sélection de sextoys, idéal pour les têtes en l’air qui les auraient oubliés. 

Même en dehors de Paris, les établissements se démènent pour nous faire passer la meilleure soirée possible. Alors on se rend illico presto sur le site Staycation pour prévoir sa nuit loin du quotidien.

Même sans Valentin, pas question de se faire une soirée morose ! Et vous, comment avez-vous prévu de vous faire plaisir ? 

Un article par Shad De Bary 

De plus en plus, la notion de « bien manger » s’invite dans les assiettes. En effet, mettre la main à la pâte et mitonner de bons plats homemade s’avère être une véritable passion pour certains Français. Bonne nouvelle : en un clic, le savoir-faire, les recettes et les tips les plus croustillants des chefs sont accessibles. On lève le voile sur la crème de la crème des cours de cuisine online.

MasterClass : un brassage culinaire & multiculturel

Chez MasterClass, on recense du contenu en streaming, en survolant une multitude de thèmes allant de l’écriture, à la musique, sans oublier la cuisine. De ce coté-ci, les vidéos inspirantes et qualitatives permettent aux cuistots dans l’âme de découvrir les faces cachées de la mixologie avec Lynnette Marrero et Ryan Chetiyawardana ou encore de confectionner les plats de la mamma, dans un élan contemporain avec le maître italien Massimo Bottura.

Au niveau du prix, l’abonnement annuel est à 200 euros et donne un accès complet à toute la plateforme et son contenu.

Pour les amateurs de TopChef : Le Programme Mentor by Philippe Etchebest

On ne le présente dorénavant plus, le chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France Philippe Etchebest est bien connu du petit écran. L’idée de la tête toquée avec Le Programme Mentor ? Proposer un package complet comprenant une méthode d’organisation, des conseils sur l’équipement essentiel et des fiches recettes détaillées pas-à-pas. A nous les ravioles de fromage surplombées d’un œuf poché et arrosées d’un bouillon de légumes ou encore le moelleux au chocolat et son cœur fondant. On en bave déjà…

La cerise sur le gâteau ? Cette formation ludique et interactive est entièrement gratuite. Et promis, on ne raconte pas de salades !

Foodtube : le cours So British signé Jamie Oliver

Jamie Oliver se hisse sans doute comme l’un des chefs préférés de Grande-Bretagne. Ce qui fait sa renommée auprès du grand public ? Sa simplicité, sa créativité et sa bonne humeur sans bornes.

Après des recueils de recettes ou des shows télévisuels, l’homme des fourneaux s’est lancé dans la folle aventure YouTube, en dégainant sa chaîné dénommée Foodtube. Il y partage des centaines de recettes et conseils sur les découpes ou les techniques de base. Faire une julienne de légumes ? Réaliser un œuf poché ? Mitonner des œufs brouillés ? Grâce à Jamie Oliver, ces réalisations n’auront plus de secrets pour nous.

I-Chef : une échappée pluridisciplinaire par l’atelier des Chefs

L’objectif d’i-Chef ? Concocter et expliquer des recettes en live et en stéréo devant les apprentis cuistots. Chevronné ou expert dans l’art de la livraison, on trouvera forcément de quoi pimper les repas du quotidien, en fouillant dans ce grimoire de plus de 1600 recettes.

Le leitmotiv de l’atelier des Chefs demeure avant tout la promotion d’un mode de vie sain combinant plaisir et santé, tout en s’accommodant au rythme des saisons, aux régimes variés, et aux bourses de chacun.

Ces mets healthy et appétissants sont disponibles en optant pour un abonnement tout doux de 3 euros par mois.

L’excellence culinaire est dorénavant à portée de main : on sort son smartphone, sa tablette ou son ordinateur et on est parti.e.s pour une séance gourmande et animée !

Le Refugee Food Festival remet le couvert pour une cinquième édition. Au programme : de la découverte, du partage et surtout beaucoup de gourmandise. Bien plus qu’un simple évènement, il s’agit d’une ode à la convivialité et à l’appréciation de patrimoines culinaires différenciés. Intrigué.e ? On n’attend plus et on lit ce qui suit !

Refugee Food Festival : késako ?

Contrairement à ce que sa dénomination laisse présager, le Refugee Food Festival ne se limite pas à un évènement annuel. Ce temple de la food se scinde en cinq pôles : à l’event se greffent un restaurant d’insertion prénommé La Résidence et situé au Ground Control ; un service traiteur ; une formation en cuisine et des évènements gourmands en continu durant l’année.

Le noyau dur du projet : contribuer à l’évolution positive des mentalités sur les réfugié.e.s, booster l’insertion professionnelle de pépites en devenir et rassembler les individualités multiples, tout ça à travers le prisme de la table.

La saison 2020 : un festival automnal

Habituellement orchestrée lors de la Journée Mondiale des réfugiés, l’édition 2020 organisée dans 15 villes de l’hexagone se voudra cette fois automnale. Le principe demeure le même : une cinquantaine de cuisinier.e.s réfugié.e.s feront tinter les casseroles dans les cuisines de restaurateur.ice.s français.e.s.

Et pour les food lovers se trouvant sur la capitale, voici le lieu coup de cœur où se réfugier le temps de quelques bouchées. On réserve son 24 octobre (à partir de 12h) chez Polpo, avec aux manettes de cet embarquement vers l’Amérique du Sud : Yann Lesueur et Luis Angel Ramirez Gamarra, chef refugié péruvien. Au bout de la fourchette : un ceviche à vous émoustiller le palais, une paëlla aux fruits de mer et, pour les becs sucrés une création au Dulce de Leche.

Plus une minute à perdre, embarquement immédiat vers une Odyssée gustative en cliquant par ici.

Véritables spots des vacances, les rooftops ont fait office de seconde maison durant la période estivale. Il est vrai que l’expérience est plus qu’appréciable : un verre de Spritz à la main, une vue panoramique à couper le souffle sur Paris et quelques grignotes pour chapeauter le tout. On fait le point.

S’octroyer une expérience iodée signée Tortuga

Il a affolé la jungle urbaine parisienne avec Créatures ; Julien Sebbag revient en force sur le toit des Galeries Lafayette avec Tortuga, un nouveau concept à l’identité toujours aussi marquée. Ici, le noyau dur demeure le maître des mers qu’est le poisson, mais pas n’importe lequel. En effet, ne seront dressés dans nos assiettes que des produits salins saisonniers, locaux et issus d’une pêche sauvage.

Aux fourneaux, le chef prend parti pour des techniques de cuisson ancestrales et des saveurs aux couleurs des contrées bordant le Pacifique. On débute le voyage en se délectant d’un pepsy tartare de thon rouge de Méditerranée, escorté de kiwi jaune, de menthe et de zaatar. On continue l’escapade en se laissant séduire par le poisson mystère (selon l’arrivage), fumé, fourré au romarin et rôti en croute de sel. On atterrit en douceur grâce à l’onirique tarte déstructurée à la poire pochée, hibiscus et prune en cristaux.

S’enivrer de mets raffinés et asiatiques avec MUN

Depuis le 8 septembre dernier, s’est invité au 52 avenue des Champs-Elysées un toit-terrasse singulier : MUN. Ce bijou à l’initiative de Laurent de Gourguff et Paris Society, incite les habitants de la ville lumière à se fondre dans un décor et à participer à un voyage initiatique sur les routes d’Asie.

En terrasse, on s’installe à l’une des tables et l’on profite d’une vue à 360 degrés en dégustant un divin cocktail passé au shaker par Aurélien Fleury.

A l’intérieur, on est plongé.e dans une ambiance tamisée, emplie de tissus texturés et de motifs fleuris. Pour remplir les estomacs affamés :  Julien Chicoisne et Roland Puse. Ces derniers s’évertuent à revisiter les classiques bien connus des consommateurs. Au sushi-bar sont ainsi mis en lumière sashimis, california rolls, gyozas et même yakitori au charbon de bois. Par ailleurs, l’expression « circuit-court » ne tiendrait pas mieux ses promesses que dans ce cas précis, puisque la base des assiettes provient du potager de la terrasse.

Découvrir le lieu intimiste de l’Hôtel de Crillon, Bonsoir Paris

Pour célébrer comme il se doit la réouverture de l’institution du Crillon, l’écrin végétal accolé à la Suite Bernstein ouvre exceptionnellement ses portes au grand public, pour un instant de gourmandise et de délectation en petit comité.

Tout en s’émerveillant d’une vue panoramique « waouh », on sirote l’un des rafraîchissants cocktails standards réalisés par les mixologues de la Maison. Et quand la faim se fait sentir, pas de panique, on se laisse séduire par la planche du chef composée de 6 tartines. On vous glisse même les associations préférées de la rédaction : fromage frais, figue, miel et pignons de pin ; légumes grillés et ricotta au pesto ; et enfin saumon fumé, fromage frais et concombre.

Il y a quelque chose qui nous dit que vous allez apprécier prendre de la hauteur…

Pour encore plus d’adresses décadentes, rendez-vous sur Paulette Map.

https://www.instagram.com/p/CE13tBThTM1/