A Paris, ce n’est pas nouveau, il est presque impossible de s’ennuyer. Alors pour tou.te.s ceux et celles qui n’ont pas pu profiter des Journées du patrimoine, voici notre sélection pour ce week-end. 

Exposition sur l’amour, Chanel, Banksy ou encore pièces de théâtre féministes et brunch-théatre : il y en a pour tout le monde ! 

La Beauté se cultive – Jardin des plantes – 5ème arrondissement

  • Affiche de l'exposition "La Beauté se cultive"
  • Pièce de théâtre "La folle et inconvenante histoire des femmes"
  • Affiche de l'exposition "The World of Banksy"

Vous voulez comprendre comment la prestigieuse marque Chanel crée ses cosmétiques ? A La Beauté se cultive, vous aurez votre réponse – en partie. Cette exposition vise à expliquer le lien entre la nature et la marque, et comment celle-ci a choisi les actifs de certains de ses cosmétiques iconiques. Vanille, café, camélia, solidage et anthyllis… vous retrouverez leur histoire et à quoi ils servent. Le tout dans un cadre magnifique. Mais dépêchez-vous, l’expo ne dure que jusqu’à dimanche ! 

La folle et inconvenante histoire des femmes – Théâtre le Funambule – 18ème arrondissement

Attention, gare au coup de cœur ! Cette pièce de théâtre féministe dépeint avec humour et dérision l’histoire des femmes dans le monde. De la préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Entre faits réels et récits inventés, nous assistons au monologue d’une femme engagée, qui vous fera rire à en pleurer, voire pleurer tout court. Et ça fait un bien fou.  

The world of Banksy  Espace Lafayette-Drouot – 9ème arrondissement 

Avis à tou.te.s les fans d’art contemporain : l’expo The World of Banksy est faite pour vous. L’artiste anonyme et iconique y est parfaitement représenté. Au programme, plus de 100 œuvres exposées et une expérience immersive dans son monde. Et aux vues des conditions particulières, il est aussi possible d’y aller de nuit. Cool, non ? 

Paname Comedy Brunch – Paname – 11ème arrondissement 

  • "Paname Comedy Brunch"
  • Exposition "De l'Amour"

Allier brunch et humour, c’est possible. Et c’est tous les week-ends au Paname. Cela fonctionne comme un café-théâtre mais, à la place d’un apéro et de planches, vous boirez du café, du jus d’orange et mangerez des pancakes et des œufs bénédicte (ou ce qui vous fera plaisir sur la carte). Tout ça devant des humoristes de talent, comme – peut-être – Paul Mirabel, Laura Domenge ou Kyan Khojandi. 

De l’Amour – Palais de la découverte – 8ème arrondissement

Au lieu de se terminer le 30 aout, De l’Amour a été prolongée jusqu’au 27 septembre, de quoi en profiter encore un peu ! Exposition mi-scientifique, mi-littéraire, elle nous présente l’amour et tente de nous l’expliquer – même si c’est mission quasi impossible. Entre art et poésie, tous les grands romantiques dans l’âme l’adoreront.

Attention cependant à bien vérifier si une réservation est nécessaire. Et surtout… ne pas oublier de porter son masque, et d’emmener son fidèle gel hydroalcoolique ! 

Article de Clémence Bouquerod 

Aux manettes du projet « BAN », deux fervents défenseurs de l’art que sont Marie Benaych (commissaire d’exposition) et Henrike Stahl (photographe). Fière d’un succès retentissant lors d’une première édition à l’Orfèvrerie à Saint-Denis, l’expérience « BAN » est renouvelée pour un second round. Intrigué(e) ? Éléments de réponses dans l’article ci-dessous.

« BAN », c’est d’une part une exposition

La dénomination « BAN » n’a cessé de fluctuer à travers les âges. D’abord considérée comme un commandement, puis comme une obligation, elle s’apparente aujourd’hui à une faction, un groupe.

Le leitmotiv des artistes ? Esquisser leur propre définition et vision du « BAN » des temps modernes. Douze photographes professionnels ainsi que les joueurs du Red Star Lab se sont armés de leur créativité pour répondre à l’interrogation : « qu’est-ce qu’être au ban ? ».

Le résultat ? Des productions picturales et écrites empreintes d’une diversité socio-culturelle, qui régit et unit la société. C’est bien la preuve que la différence et l’égalité se complètent en parfaite symbiose.

Seconde édition de l’exposition « BAN »

Confinement oblige, la seconde édition qui devait prendre place à Pantin aux Magasins généraux, s’est vue suspendue.

« BAN », c’est d’autre part une vente solidaire « 12 photos 12 associations »

Le concept est simple : chaque artiste a pour mission de choisir l’une de ses œuvres, corrélée à une association bénéficiaire. Fruit d’un engagement personnel ou d’un lien avec la photographie en question, cette dernière recevra l’ensemble des bénéfices.

Par ailleurs, en plus de leur domaine d’action, l’ensemble des associations mises en lumière à travers cette vente solidaire luttent contre l’épidémie du coronavirus. Par exemple, on peut citer La Maison des Femmes de Saint-Denis, qui reçoit les victimes de violences ; Just Kids Project, favorisant l’intégration des enfants migrants par le prisme du football ou encore Tous Unis Contre le Virus, soutenant le triptyque composé des soignants, des chercheurs et des malades.

En attendant une réouverture prochaine, on se rue sur leur site, dans l’optique de dénicher un florilège d’informations croustillantes !

Merci présente sa nouvelle exposition, Baroudeurs, qui se tiendra sous le dôme du concept-store jusqu’au 15 mars prochain. 

Exposition « Baroudeurs » – MERCI

Avis aux globe-trotters ! L’exposition Baroudeurs chez Merci célèbre la liberté et l’indépendance avec un vestiaire féminin et masculin entièrement nomade : il est conçu pour être confortable et suivre les mouvements du corps.

Un vestiaire outdoor

Toutes les marques exposées comportent des pièces outdoor comme Patagonia, Salomon, les souliers Birkenstock, les bottines Blundstone ou Palladium. On y découvre aussi des pièces très mode, comme des combinaisons Overlover, des vêtements vintage d’Imparfaite ou des lunettes rétro de Curtler and Gross. 

À l’occasion de cette expo, Merci nous révèle ses propres créations totalement dans le thème : des casquettes au style camouflage, des t-shirts confortables et idéals pour les voyageurs, et des chaussettes imprimées ultra-cool ! Mais aussi des gourdes, des kits de voyage et de randonnée, des vélos et trottinettes qui viennent des marques les plus innovantes du moment.

Les produits en exclu 

Pour les 150 ans de la marque Blundstone, un modèle spécial est vendu exclusivement chez Merci le temps de l’exposition Baroudeurs. La librairie OFR prend place sous l’escalier de la coupole du magasin. Elle présente une expo photo, une sélection de livres, de vestes vintage, et des objets choisis avec soin.

L’e-shop de prêt-à-porter et d’accessoires vintage Imparfaite s’installe au centre de la coupole, un vestiaire spécialement pensé pour les baroudeuses !

Jerome Dreyfuss sort, exclusivement pour l’occasion, une version de son célèbre modèle « popoche » en seulement 20 exemplaires. Il est proposé en cuir d’agneau, façon croco et couleur kaki.

Article d’Alicia Desrivieres

L’exposition Alaïa x Balenciaga se situe au coeur du Marais et sera ouverte jusqu’au 28 juin. 

ALAÏA x BALENCIAGA – Fondation Azzedine Alaïa

Alaïa x Balenciaga

Azzedine Alaïa et Cristóbal Balenciaga sont bien plus que des couturiers, ils sont deux grands architectes de la mode. Des coupes pointues, sophistiquées à chacun leur manière.

Monsieur Alaïa a toujours été un collectionneur de culture passionné. Il se nourrissait d’art, de mode, d’architecture mais aussi de musique et de théâtre. Il a décidé de fonder l’Association Azzedine Alaïa afin de protéger son oeuvre et sa collection d’art. Son partenaire et peintre Christoph von Weyhe ainsi que Carla Sozzani l’ont aidé a créer cette fondation : La Fondation Azzedine Alaïa. 

En 1968, Cristóbal Balenciaga ferme les portes de sa maison de couture. Azzedine Alaïa rachète des robes du créateur pour des prix intéressants. Il acquiert également des robes de créateurs renommés comme celles de Madeleine Vionnet et d’Elsa Schiaparelli. Il en fait toute une incroyable collection.

A l’entrée, on observe de grands voiles blancs qui encadrent et mettent en valeur les créations des deux créateurs. Comme un labyrinthe de haute couture. 

Un face à face époustouflant

Tout au long de cette exposition, les oeuvres des deux créateurs sont l’une face à l’autre. Balenciaga créait des cols détachés, sans que le cou viennent les toucher. Les épaules sont arrondies, les volumes étonnants. Son tissu phare, le gazar, une soie spécialement créée pour lui. Alaïa aimait et admirait le corps des femmes. Il tenait toujours à mettre en valeur leur taille. Il voulait que ses robes s’adaptent au corps, du plus fin au plus généreux. Ils jouaient tous les deux sur les coupes, les formes et les différents dérivés du noir.

On est transporté par l’univers de Cristóbal Balenciaga et d’Azzedine Alaïa.

L’exposition Alaïa et Balenciaga Sculpteurs de la forme est ouverte tous les jours de 11h à 19h jusqu’au 28 juin 2020. Elle se trouve au 18 Rue de la Verrerie – Paris 75004. 

Article d’Alicia Desrivieres