Pour annoncer la réouverture de son monde enchanté, Disneyland Paris a réalisé une vidéo publicitaire des plus remarquées. La raison ? C’est un homme qui interprète le célèbre titre Un jour mon prince viendra.

Une publicité surprenante pour la rouverture de Disneyland Paris.
Crédit : Cody Board on Unsplash
Une publicité surprenante pour la réouverture de Disneyland Paris.
Crédit : Cody Board on Unsplash

Mickey a rangé ses gants, les princesses ne paradent plus, le château a remonté son pont-levis. Depuis le mois de mars dernier, Disneyland Paris a fermé ses portes, lui aussi. La pandémie de Covid-19 ne s’est pas arrêtée aux pieds du monde enchanté de la capitale. Mais pas de panique, la date de réouverture au public est déjà programmée, et c’est pour très bientôt ! Dans sa dernière campagne publicitaire, la première destination touristique de l’Hexagone se dit prête à accueillir de nouveau ses adeptes. Et ce n’est pas la seule chose que l’on retient de cette vidéo.

Un jour mon prince viendra…

Alors que la grande horloge semble tout juste avoir sonné minuit, le noir de la nuit est brisé par les lumières du grand château Disney. De nouveau éclairé par les spots de son majestueux jardin, il apparaît progressivement dans cette vidéo, petit bout par petit bout. La caméra tourne autour de l’édifice quelques instants avant que la musique ne démarre. « Un jour mon prince viendra, un joour on s’aimera, dans son châteauuu... » Quoi de plus classique pour annoncer la réouverture du portail enchanté ? Et bien la particularité cette fois, c’est que ce titre est interprété par un homme.

Une version pro-LGBT+ de l’hymne Disney ?

Ce titre iconique du film d’animation Blanche-Neige et les Sept Nains, ici entonné par une voix masculine, renvoie à une seule question : s’agirait-il d’une version gay ? Un prince charmant, à dos de son cheval blanc, qui vendrait sauver… un homme ? Du jamais vu dans l’univers hétéronormé de Disney où la femme occupe une place particulièrement conservatrice, et par conséquent, l’homme aussi.

Un effort jugé trop faible par le média gay Têtu. « Si cette initiative est évidemment un pas dans la bonne direction, il faut rappeler que la représentation efficace des personnes queers est un problème récurrent chez Disney. L’entreprise cumule déjà plusieurs accusations de queerbaiting à son actif et s’est fréquemment montrée frileuse quant à ses tentatives d’inclusivité. » Un premier pas qui fait pourtant écho à Out, un court-métrage signé Pixar sur le coming-out.

Article de Aurélie Rodrigo