Comme tous les ans, le Festival Halloween Disney se tient jusqu’au 1er novembre. De quoi effrayer les petit·e·s comme les grand·e·s ! 

Ah, Halloween ! Quel regret de ne pas le fêter plus, et surtout de ne pas le fêter comme lorsqu’on était petit·e. Contrairement aux USA, cela ne fait pas partie de la culture française, et les villes ne jouent pas vraiment le jeu. Mais pour avoir un vrai Halloween, rien de mieux que d’aller à Disneyland, pour profiter des décorations, des méchants de Disney et des attractions pimpées. De quoi se faire une belle frayeur ! 

Les attractions

Passer Halloween à Disney, c’est surtout pour profiter des attractions, qu’on se le dise. Et c’est le meilleur moment pour les redécouvrir. Oui oui, je vous parle bien à vous, qui n’y êtes pas allé·e·s depuis vos dix ans ! Pour se faire peur, on recommande la Twilight Zone Tower of Terror – située dans le Parc Walt Disney Studio, où vous aurez l’impression de chuter de treize étages. Dans le Parc Disneyland, vous pourrez également vous balader dans la maison hantée Phantom Manor. Brrrrr.

La décoration 

On l’avoue, ce qui manque beaucoup à Halloween, c’est la déco. Citrouilles, squelettes, le parc respecte tous les clichés qu’on adore. Et du côté de Frontierland, « des ‘Catrinas’ (squelettes féminins inspirés de la culture mexicaine) mesurant environ 3 mètres de haut ont pris place dans les décors. Pas moins de 13.262 fleurs composent les guirlandes automnales et 175 mètres de guirlandes géantes illuminent les lieux.« 

Mais comment parler décoration sans parler des mascottes du parc ? Et pour l’occasion, les « vilains » de Disney ont fait leur grand retour. De quoi faire un selfie avec Maléfique, Cruella ou encore Jafar ! Admettez-le, vous en rêviez. 

Le shopping

Qui dit Halloween dit aussi déguisement. Les boutiques Disney se sont donc mises au goût du jour, et ont échangé leurs costumes de princesses pour les costumes des méchantes reines et autres sorciers. Et même les restaurants sont dans le thème ! 

Vous aussi, vous avez soudainement envie d’y aller pour retourner en enfance ?

Article de Clémence Bouquerod