Mutations sociétales, crise sanitaire ou positivisme… Quelques 150 mots, tous très représentatifs de cette nouvelle année, sont déjà entrés dans le dictionnaire. Voici cinq termes qui ont marqué les six premiers mois de 2020.

1 – Hygge

Définition : un art de vivre à la danoise, valorisant ce qui procure bien-être et réconfort, les plaisirs simples du quotidien.

Présenté que la véritable recette danoise du bonheur, le hygge est une des tendances qui a marqué 2020. Avec l’émergence du développement personnel au coeur de notre société, l’art de vie asiatique cède sa première place à la formule scandinave. On parle de néo-bien-être. Longtemps concentré sur la sagesse et la sérénité chinoise, il est aujourd’hui question de profiter des petits plaisirs de la vie. S’enrouler dans un plaid avec un chocolat chaud au coin du feu, discuter avec des amis ou passer en revue sa série Netflix favorite. Un exercice plutôt tentant puisque depuis quelques années les pays scandinaves trônent à la tête des nations les plus heureuses du monde. Une mutation sociétale qui témoigne de cette perpétuelle quête du bonheur qui nous habite, mais qui ne cesse d’évoluer avec son temps.

C’est quelques 6 095 619 publications, toutes aussi chaleureuses, qui se bousculent sous le #hygge d’Insatgram.
Post de lady.agi

2 – Distanciation sociale

Définition : fait de maintenir une distance de sécurité entre les personnes pour des motifs sanitaires.

Très en phase avec le contexte actuel, la distanciation sociale a fait son entrée dans le dictionnaire. Elle a marqué la crise sanitaire provoquée par le Covid-19. Cette notion inédite et jusque là inconnue a rapidement bousculé notre quotidien. Au-delà d’un simple geste barrière, cette nouveauté est venue redéfinir les comportements de notre société. Poignées de mains, bise à la française, verre en terrasse, seflies, voilà que toutes nos habitudes quotidiennes sont remises en question.

3 – Féminicide

Définition : Meurtre d’une femme ou d’une jeune fille, en raison de son appartenance au sexe féminin.

Triste nouveauté cette fois, mais nécessaire. Elles étaient 121 en 2018, 149 l’an passé, elles sont déjà 40 cette année. Rebecca, Mariette, Régine, Sabrina, Florence, Priya, Aurélia … Toutes ont rendu leur dernier souffle sous les coups de leur conjoint ou ex-compagnon, certaines sous les yeux de leurs enfants. C’est un fléau de notre société, il porte un nom, il a désormais une définition reconnue.

4 – Gréviculture

Définition : (péjoratif) Tendance à recourir de manière quasi systématique à la grève, lors d’un conflit social, et à instituer ainsi un rapport de force avec le patronat, ou, plus généralement, la direction d’une entreprise, comme préambule à tout dialogue et à toute négociation.

Gilets Jaunes, enseignement public, réforme des retraites, cette année n’a pas été pauvre en contestations sociales, grèves ou manifestations. Résultat, une nouvelle tendance fait son apparition dans le dictionnaire, on parle de « culture de la grève ». Un mouvement que l’on peut lier à un autre terme nouvellement défini, le dégagisme. Une « attitude d’insoumission et de rejet prônant l’éviction, par la voie des urnes ou la révolte, des détenteurs du pouvoir sans nécessairement vouloir prendre leur place ». Un mot qui nous renvoie également à la crise des Gilets Jaunes, et leur appel à un référendum.

5 – Pansexuel

Définition : relatif à la pansexualité, attirance sexuelle indifférente du sexe ou de l’identité.

Enfin, le dernier en date, mais pas des moindres. Alors que les langues se délient, que les différences se laissent entendre, plus que jamais chacun peut être libre de son orientation sexuelle. Un phénomène qui laisse place à la nomination d’attirances, de caractéristiques ou de qualifications jusque là passées sous silence. « Pan » signifie « tout », et tout est là. La pansexualité dépasse les genres, c’est une orientation sexuelle qui ne tient compte ni de l’enveloppe anatomique, ni du genre. A ne pas confondre avec la bisexualité.
Témoignage :

Article de Aurélie Rodrigo.