La Biennale de danse s'adapte à la situation sanitaire. De quoi ravir les amateurs de cet art pluriel de toute la France !

Biennale de danse du Val-de-Marne 2021

Particulièrement impactée par la pandémie, l’industrie de la culture a dû s’adapter. La Biennale de danse du Val de Marne profite de l’occasion pour passer au digital. On vous présente le rendez-vous culture du mois de mars, accessible à tou·te·s.

5 séances à ne pas manquer

Alors que les salles de spectacles restent fermées, la Biennale propose des shows à distance. Le festival organisé par La Briqueterie programme en effet des séances de visionnage de ses spectacles phares. Les représentations passent donc au format vidéo, et seront mises en ligne à 20h30 tous les mercredis du mois de mars. 

Les festivités débutent avec une représentation du Gran Bolero du chorégraphe madrilène Jesús Rubio Gamo. Une interprétation de l’oeuvre de Maurice Ravel à retrouver le 3 mars. La semaine suivante, on découvre un documentaire sur Graces, de l’italienne Silvia Gribaudi. Celle-ci interroge avec humour le culte du corps, accompagnée de trois danseurs représentant les trois grâces, filles de Zeus.

Changement de format le 17 mars, avec une projection de Vidéo-Danse. Un ensemble de créations qui cherche à définir les espaces propices à l’expression artistique, fort à propos quand la fermeture des salles semble s’éterniser. 

Le 24 mars, Seydou Boro réalisera une performance titrée KOTÉBA. Cet artiste aux multiples facettes s’inspire d’un rite, le Bôugô pour chercher des façons de « dire l’indicible ». Et pour finir en beauté, un documentaire sur le chorégraphe Christos Papadopoulos sera diffusé le 31 mars.

Biennale x Seydou Boro
KOTÉBA par Seydou Boro

Des ateliers pour faire partie de la troupe

Et pour celles et ceux qui ont la bougeotte, des ateliers sont organisés tous les jeudis soirs à 19 heures. On retrouve les chorégraphes du 4 mars au 1er avril dans une série d’ateliers en anglais et en français. Chacun·e aura alors l’occasion d’interagir avec le public et de le faire danser ! 

Le 4 mars, Christos Papadopoulos et Georgios Kotsifakis présenteront leur univers hypnotique, qui se concentre sur la fragilité des connections humaines. Puis David Drouard et Mika Florestan proposeront une immersion dans leur univers énergique et urbain le 11 mars. 

Biennale x Christos Papadopoulos
ION de Christos Papadopoulos

Le 18 mars, Christian Ubl partagera son univers teinté de carnavals et de fêtes, pour un instant de liberté. Toujours dans un esprit vivant, Meytal Blanaru pratique une danse inspirée de méthodes somatiques. Un atelier pour aider à prendre conscience de son corps donc, à retrouver le 25 mars.

Enfin, après la diffusion de son Gran Boléro, on retrouve Jesús Rubio Gamo qui développe son univers très physique dans un atelier en anglais. Et pour clôturer cette Biennale, une émission de radio est prévue le dimanche 4 avril à 19 heures. De quoi nous donner envie de danser ! 

Biennale x Jesus Rubio Gamo
Le "Gran Bolero" de Jesús Rubio Gamo 

Les informations et inscriptions sont à retrouver sur le site de La Briqueterie

Un article de Shad De Bary

Revêtir le justaucorps, chausser les pointes, fouler le parquet et s’appuyer à la barre… Les danseuses classiques ont retrouvé le sourire malgré l’épidémie de Covid-19 qui les cloisonne. Et pour cause, la Maison Repetto propose à tous ceux qui le souhaitent de découvrir une activité en pleine expansion. Danseuses, sportives confirmées ou débutantes, venez découvrir les Fit’Ballet en live. 

Repetto lance sa collection Athleisure pour pratiquer le Fit Ballet. Crédits : ©Repetto.
Repetto lance sa collection Athleisure pour pratiquer le Fit Ballet. Crédits : ©Repetto.

La Maison Repetto a vu le jour en 1947. Dans un atelier à proximité de l’Opéra national de Paris, Rose Repetto se lance dans la confection de ses premiers chaussons de danse. Elle met au point un savoir-faire unique avec le « cousu retourné ». Avec leur semelle cousue à l’envers puis retournée, les chaussons et les chaussures de la marque offrent un confort et une souplesse inégalés. Cette technique permet à la Maison Repetto de s’inscrire parmi les meilleures dans l’univers de la danse. 

La Maison Repetto est connue pour ses tenues de danse élégante et confortable. Crédits : ©Repetto.
La Maison Repetto est connue pour ses tenues de danse élégantes et confortables. Crédits : ©Repetto.

Danser pour se libérer

La danse est un sport, mais elle est avant tout un art. Elle permet au corps de s’exprimer et surtout de se libérer. Cette activité possède de multiples aspects positifs et aide notamment à découvrir, accepter et aimer son corps. Entre grâce et légèreté, la féminité en sort grandie. Alors, pour s’assurer que personne ne perde ce goût de liberté menacé par l’épidémie, la Maison Repetto offre des cours en live de Fit Ballet. 

Le Fit Ballet permet de libérer son corps en pratiquant une activité physique. Crédits : ©Repetto.
Le Fit Ballet permet de libérer son corps en pratiquant une activité physique. Crédits : ©Repetto.

Le Fit Ballet, la nouvelle activité tendance

Inspirée par le ballet, la barre au sol et le yoga, le Fit Ballet a été imaginé par Octavie Escure, ballerine, chorégraphe et professeure. La grâce et les positions de la danse classique s’allient parfaitement au fitness. Et le Fit Ballet saura entretenir votre cardiaque et tonifier vos muscles. À la fois doux pour le corps et rapides pour garder le rythme, les exercices reprennent les grands basiques de la danse classique : pliés, dégagés, sauts de chat et grands jetés.

https://www.instagram.com/p/B-FxC4Hp62N/?utm_source=ig_web_copy_link

Nul besoin de prouver une technique exemplaire, le Fit Ballet s’adresse à tous les niveaux, petits et grands. Pour cette activité, rien de mieux qu’une tenue confortable : un legging, une brassière Hi-stretch surmontée d’un top à nouer Repetto et une paire de demi-pointes « Dance Fit ». Et pour répondre à nos besoins, Repetto lance sa nouvelle collection Athleisure à shopper directement sur l’e-shop.

Athleisure, la nouvelle collection Fit Ballet lancée par Repetto. Crédits : ©Repetto.
Athleisure, la nouvelle collection Fit Ballet lancée par Repetto. Crédits : ©Repetto.

Le rendez-vous live à ne pas manquer ! 

Tous les samedis à 11 heures, sur le compte Instagram de la marque, participez en live à un cours de Fit Ballet. Octavie Escure assure une classe d’environ une heure durant laquelle la jeune danseuse parvient parfaitement à motiver ses troupes. Séduite par cette activité, la team Paulette y participera de nouveau samedi prochain ! 

Article de Nina Hossein


A 26 ans, elle compte 600 000 followers sur Instagram et s’illustre activement sur la scène artistique de la danse. Et pourtant, Jeny ne s’attendait pas à pouvoir bénéficier de la convivialité des réseaux sociaux pour mener ses projets et voir ses rêves les plus fous se réaliser en si peu de temps. Entre une récente collaboration avec NIKE, un passage chez Ellen DeGeneres et sa nouvelle entreprise, la jeune femme a pris le temps de nous confier ses motivations au quotidien et les raisons de cette passion.

Pendant le match de la NBA à Paris, les danseuses ont endiablé le terrain de basket en bougeant en sneakers Nike Blazer – disponibles sur le site.
Crédit : Nicolas Gouhier

Parce que la danse a rendu sa vie plus simple, nous dit-elle, Jeny a choisi d’en faire profiter le monde entier. Petite, elle a commencé à bouger au moindre son qu’elle entendait. Parce que la danse a toujours fait partie de sa « maison » et qu’elle n’a jamais pu s’empêcher de traduire ses émotions au travers de ses mouvements, Jeny est passée d’amatrice à professionnelle très rapidement. Qu’importe les barrières financières ou les premiers conseils de ses parents, Jeny a choisi de pousser son rêve toujours plus loin et d’intégrer des formations adaptées à ses danses préférées. « Ma culture m’a orientée vers la danse Afro puis vers le hip hop, et c’est entre nous ce que je préfère mais j’ai aussi pratiqué le contemporain ou encore le moderne jazz » nous explique-t-elle dans le canapé avec quelques sucreries, tandis que la compétition du Paris Ring retentit dans le gymnase parisien.

Crédit : KCoulliau

Récemment recrutée par Nike comme nouvelle ambassadrice, Jeny peut se vanter de son parcours de danseuse et influenceuse. Alors qu’elle enseigne la danse de façon peu institutionnelle à Bruxelles, elle est repérée sur Instagram où elle partage ses chorégraphies avec son élève Anna – une blondinette âgée de 10 ans qui n’a pas peur de bouger à ses côtés. Leurs vidéos plaisent sur les réseaux et deviennent virales au point d’attirer l’attention de l’animatrice Ellen DeGeneres en Californie. Quelques semaines après, le sympathique duo rejoint les studios de Los Angeles pour présenter leur collaboration et leur amour pour la danse. Les scores et vues explosent, la notoriété de Jeny aussi : sa carrière d’experte et de professeure est lancée.

https://www.instagram.com/p/B4VRzYjnVrl/?utm_source=ig_web_copy_link

Et tandis que Jeny lance son entreprise à Bruxelles, une école nommée @afrohousebelgium, les inscriptions se multiplient et les projets parallèles affluent. Repérée pour ses talent de danseuse par Nike notamment, la demoiselle fait aussi du bruit de par son engagement. Oui, car Jeny veut danser mais pas seulement : elle espère venir en aide et utiliser son influence pour faire passer un message important auprès des enfants. Pour commencer, ils doivent pouvoir accéder à l’éducation et profiter d’une bonne alimentation. Jeny voyage au Congo et constate que les enfants qui dansent à ses côtés dans les rues portent des haillons. Elle décide donc de créer son association @dance_4kids et de donner des cours à ses élèves en Belgique contre l’achat de vêtements pour les plus jeunes qu’elle tente d’aider à l’étranger. Elle fait expédier des valises et autres donations, en les encourageant à danser à ses côtés et partager ce qu’ils ressentent vraiment.

https://www.instagram.com/p/B73-7XNHtRe/?utm_source=ig_web_copy_link

Puis contactée par NIKE, elle nous rencontre à l’occasion du PARIS RING – une compétition populaire et locale de basketball dans le 19ème arrondissement car « danse et ballon rouge brique font bon ménage ». Puis Jeny, et elle insiste là-dessus, partagent la même passion pour les Air Jordan que les joueurs de basket. Elle s’apprête à danser au beau milieu du terrain, avec son équipe d’amateurs, contre trois autres crews comme elle. Et si la team gagnante se voit le droit de performer pendant l’incontournable match de la NBA en sneakers Nike Blazer (disponibles sur le site Nike) à L’AccorHotels Arena, Jeny y voit avant tout la possibilité de s’amuser et d’y faire de nouvelles rencontres. « Je veux continuer à enseigner, à œuvrer pour les plus jeunes et surtout… à danser ! » : ça en fait des raisons de suivre ce prodige, et de près.

Pendant le match de la NBA à Paris, les danseuses ont endiablé le terrain de basket en bougeant en sneakers Nike Blazer – disponibles sur le site.
Crédit : Nicolas Gouhier
Pendant le match de la NBA à Paris, les danseuses ont endiablé le terrain de basket en bougeant en sneakers Nike Blazer – disponibles sur le site.
Crédit : Philippe Montigny

Article de Margaux Rouche

Dans le monde d’aujourd’hui, la danse est toujours vue comme une activité de fille alors que les garçons joueraient plutôt au foot… La Coupe du monde féminine de football a bien prouvé à ceux qui en doutaient que les femmes avaient leur place dans cet univers et #boysdancetoo montre que les hommes appartiennent aussi au monde de la danse. Voici une liste de 6 danseurs à suivre sur Instagram pour être inspiré.e et émerveillé.e.

Le 22 septembre, Lara Spencer, animatrice de l’émission Good Morning America, s’est moquée de l’emploi du temps du Prince George, et surtout de la danse classique qu’il « adore vraiment ». Ses commentaires à l’égard du prince britannique ont mis la communauté de la danse en colère et de nombreux danseurs ont partagé leurs histoires de harcèlement (ou simplement des images de leur art) sur les réseaux sociaux accompagnés de #boysdancetoo (les gaçons dansent aussi). Lara Spence s’est excusée (au moins deux fois) mais le #boysdancetoo a continué de se répandre, montrant l’ampleur de la discrimination envers les hommes danseurs. Lundi, 300 danseurs ont participé à un flashmob devant les studios de GMA à Times Square, New York. Et sur Instagram, des danseurs masculins prouvent tous les jours que, oui, #boysdancetoo.

Benjamin Millepied @benjaminmillepied

https://www.instagram.com/p/BzCjH7RFN9j/

Benjamin Millepied est un danseur et chorégraphe français. Bien qu’il soit surtout connu pour avoir réalisé les chorégraphies du film Black Swan (2010) et y avoir tenu un rôle de danseur, Millepied a une carrière impressionnante. Il rejoint le New York City Ballet en 1995 et en devient premier danseur en 2002. Il fonde ensuite la compagnie L.A. Dance Project en 2011 et devient directeur de la danse du Ballet de l’Opéra de Paris en 2014 (jusqu’en 2016). Tout au long de sa carrière, il a créé des chorégraphies pour de nombreuses compagnies prestigieuses.

Hugo Marchand @humarchand

https://www.instagram.com/p/B1JX-0dA6fV/

Hugo Marchand a rejoint le Ballet de l’Opéra de Paris en 2011 et a accédé au rang très prestigieux de Danseur Etoile en 2017. La même année, il remporte un Benois de la Dance, l’un des plus grands concours de ballet au monde, qui se déroule à Moscou.

Shale Wagman @shalewagman

https://www.instagram.com/p/B0L8hJ5lSPS/

Shale Wagman n’a peut-être que 19 ans, mais il a remporté le prix du meilleur jeune talent au Prix de Lausanne 2018. Le jeune Canadien vient de terminer sa première saison de danseur professionnel au Ballet Mariinsky à Saint-Pétersbourg.

Sean Lew @seanlew

https://www.instagram.com/p/B1ovgq8HcxA/

Danseur et chorégraphe américain, Sean Lew n’a que 17 ans. Il a fait sensation sur Internet en dansant sur Applause de Lady Gaga, puis il est apparu dans Glee (à seulement 8 ans). Il est extrêmement populaire en ligne et ne cesse d’émerveiller ses abonné.es.

Hamilton Evans @mrhamiltonevans

https://www.instagram.com/p/B1mLwPeFn8o/

Si vous n’aimez pas le ballet, Hamilton Evans partage des vidéos de ses cours de danse hip-hop. Chorégraphe et professeur de danse, il vit à Los Angeles et enseigne au Playground & Millennium Dance Complex.

The Williams Family @thewilliamsfam

https://www.instagram.com/p/B03nOLeJlSQ/

Quoi de mieux qu’un danseur ? Quatre, probablement. La famille Williams a un compte Instagram sur lequel quatre frères aiment danser ensemble et créer des chorégraphies.

Et voilà, du classique au moderne en passant par le hip-hop, des danseurs vedettes aux talents en devenir… Ce ne sont, bien sûr, qu’une petite sélection des – très – nombreux danseurs talentueux qui réalisent leurs rêves et exposent leur talent sur Instagram.

Article par Juliette Cardinale