« Bombo », ou quand l’autre nom de la déesse des sorcières Hécate est choisi par trois amies pour représenter leur toute nouvelle marque de petites culottes. Un projet saupoudré de féminisme et d’un brin de magie.

La première collection Bombo, composée de 3 modèles (Joyeux Sabbat, Noctambelle et Hocus Pussies) a été lancée le 30 septembre dernier. Nous en avons profité pour discuter un peu avec ses trois magiciennes de créatrices.

Bonjour les filles ! Sur Instagram, vous définissez Bombo comme une marque de « dessous pour sorcières culottées ». Quand et comment l’idée Bombo est-elle née ?

Tout est parti d’une sensibilité commune sur les questions féministes, notamment concernant la sexualité des femmes et du constat que le féminisme était trop souvent mal compris. Il y a un an et demi, on a eu envie de créer un projet ensemble autour de ça, quelque chose qui touche à l’intimité des femmes. C’est là que l’idée de la petite culotte est arrivée !

C’est en se penchant sur notre identité de marque qu’on a ensuite intégré l’image des sorcières. On était déjà fascinées par cette figure et par l’écho féministe qui s’en dégage depuis l’incroyable expo “Présumées Coupables”, qu’on avait fait pu voir aux Archives Nationales. Et c’est de là qu’est venu notre nom. Eh oui, Hécate, la déesse des sorcières, se faisait aussi appeler Bombo la Triple. Et, coïncidence ? On est trois !

Comment définiriez-vous l’ADN de Bombo en 3 mots ?

Féminisme, créativité, éthique.

C’est quoi pour vous être une sorcière ? Vous considérez-vous comme telle ?

Pour nous, une sorcière est une femme libre qui n’a pas peur de transgresser les normes établies quand celles-ci sont incohérentes avec ce qu’elle est vraiment. C’est à dire une femme qui a le droit de jouir, de vieillir, d’avoir des enfants ou non, de se marier ou non, et tant d’autres choses ! C’est cet esprit d’indépendance et de rébellion qu’on a envie de transmettre à travers Bombo. On se sent nous-mêmes sorcières, parce qu’on se retrouve dans ces valeurs-là.

Votre première collection a été réalisée en collaboration avec l’illustratrice Céline Katze. Que représente l’art pour Bombo ?

L’émancipation du corps de la femme passe aussi par la manière dont il est représenté. L’art est pour nous un moyen d’expression privilégié pour explorer de multiples représentations des corps féminins dans leur diversité. On connaissait déjà le style d’illustrations de Céline Katze et on aimait son interprétation des corps féminins, à la fois très simple et sensuelle. L’art fait partie de l’ADN de Bombo. On souhaite que chaque nouvelle collection soit une nouvelle collaboration. Pour montrer une variété d’interprétations et construire une communauté riche et diverse.

Bombo est une marque éthique Made in Marseille. Comment se traduit concrètement cette démarche ?

  • On a choisi de privilégier les savoir-faire locaux et de s’inscrire dans un cycle de production court.
  • Nos culottes sont fabriquées principalement en coton bio certifié OKEO TEX. Ce label garantit les conditions de travail des personnes qui le produisent ainsi qu’une non-utilisation de produits toxiques.
  • On pratique également la transparence sur nos coûts et sur notre marge. Chaque « Bombolita » a le droit de savoir combien sa petite culotte a coûté à fabriquer !
  • Et rien n’est perdu, tout se transforme : on réutilise nos chutes de tissus pour faire des petits chouchous !
  • En partisanes de la slow fashion, on a fait le choix de fabriquer des petites culottes de qualité, qui durent dans le temps et sont toute douces avec votre intimité.

Retrouvez Bombo et ses créatrices lors de leur Witchy Party, la soirée de lancement de leur première collection organisée le 23 octobre à Paris. Vous pourrez y découvrir Joyeux Sabbat, Noctambelle et Hocus Pussies, leur trois nouveaux modèles !

Propos recueillis par Alexandra Hostier

La marque sloggi souffle ses 40 bougies en septembre 2019. Pour marquer l’occasion, les culottes de grand-mère sont à l’honneur dans un clip à l’inspiration années 90 qui vous restera en tête.

En 2019, sloggi se joue du cliché de la “culotte de grand-mère” et dévoile une version revisitée de sa fameuse petite culotte « BASIC ». Elle s’appelle “The 79” pour marquer l’année de création de la marque il y a quarante ans et est disponible en blanc, noir ou bordeaux. La petite culotte est taille haute, bien entendu, mais plus échancrée que sa grand-mère. Elle se trouve dans un étui aux allures de cassette de musique des années 70 et s’accompagne d’un clip déjanté, pour sa part bien ancré dans les années 90. 

Granny Got Big Pants

La chanson, Granny Got Big Pants, réécrit les paroles de l’incontournable Baby Got Back, par Sir Mix-a-lot, sortie en 1992. Si le rythme a fait ses preuves, les paroles ne vont pas vous décevoir. Une grand-mère y chante « Mamie a une grosse culotte » et fait l’éloge de son confort. Entourée d’influenceur.ses et de danseur.ses du monde entier, elle se trémousse dans un clip à l’esthétique nineties.

Sloggi profite ainsi du retour de la mode du pantalon taille haute, qui s’est imposée il y a quelques années. Fini les strings en dentelle qui dépassent des pantalons taille basse et bonjour le confort d’une petite culotte douce qui ne gratte pas le fessier. Une promesse que sloggi remplit déjà depuis 1979.

Il y a quarante ans, c’est la petite culotte en coton avec de la fibre LYCRA® qui a fait le bonheur de bien des femmes. Cette culotte blanche, BASIC, a mis sloggi sur le radar des marques à suivre pour le plus grand plaisir de bien des femmes. Confortables, douces et discrètes, les culottes BASIC ont conquis de nombreuses générations de consommatrices. Sloggi est la marque de culottes la plus vendue au monde, preuve d’un succès qui perdure.

Article de Juliette Cardinale