Mécène de l’école de mode gratuite et inclusive Casa 93, l’enseigne spécialisée dans le sportswear et les sneakers continue sa course et réalise un pas de plus dans l’engagement, un pas de plus dans l’encouragement des jeunes talents, un pas de plus dans l’avenir d’une mode plus responsable.

A vos marques… Prêts…? Partez ! Courir présente sa nouvelle campagne intitulée Creative women Lab à travers : « 4 femmes, 4 univers, 1 point commun : une créativité débordante« . Un projet visant, chaque semestre (non, pas de partiels ici on vous rassure), à augmenter la visibilité de quatre super nanas inspirées et inspirantes. Voici, en avant première, les portraits des femmes passionnées et engagées qui inaugurent cette initiative haute en couleur.

Rubi Pigeon alias Rusmin

« Mes inspirations dans la vie c’est les relations humaines, je pense l’impossible, les formes, les reflets des lumières, les couleurs.« 

Rubi, une ancienne élève pétillante de Casa 93 vient tout juste de créer sa marque remplie de tissus recyclés, de pièces customisées et de vêtements réinventés. Un label qui révèle sa sensibilité au sujet des enjeux environnementaux. Mais avec Rusmin, pas question de nous faire culpabiliser ! Au contraire, son objectif est simplement de prouver qu’il est possible d’être stylé·e en ayant une consommation responsable.

Insta : @rubipigeon

Hemma Lange

« Je suis assez inspirée par l’Afrique du Nord ou l’extrême Orient. J’aime tout ce qui est broderies, tout ce qui est couleurs, tout ce qui est seconde main.« 

De Toulon en Australie, d’Australie à Lyon, de Lyon à Paris, de Paris à Lisbonne… Une chose est sûre, ce qui inspire cette styliste et visual merchandiser aujourd’hui basée à Marseille, c’est bel et bien les voyages. D’ailleurs, son kiffe c’est surtout les voyages dans le temps, d’où sa passion pour la mode vintage qui l’a naturellement conduite vers la pratique de l’upcycling. Bien plus qu’un procédé, il s’agit d’un mode de vie que cette avant-gardiste a d’autant plus expérimenté pendant le confinement (oui même posée, son imagination ne s’arrête pas) et qui lui a permis de collaborer avec les marques Courir et Converse. Le #createathome est lancé, opération digitale validée !

Insta : @hemmalange

Kitesy Martin

« A chaque collection, j’ai un thème différent mais j’ai un fil conducteur qui est un peu le streetwear et qui est plutôt un univers unisexe.« 

Avec Kitesy, streetwear et vintage ne font qu’un. C’est pourquoi en 2018, suite à ses études d’arts appliqués et dix années dans l’univers du stylisme, elle crée finalement sa propre marque de bijoux responsables. Une gamme à son image, originale, urbaine, rétro et surtout qui respecte l’environnement.

Insta : @kitesy_martin_bijoux

Marianna Ladreyt

« Je suis super fascinée par les mythologies grecques, les drapés. Mais aussi le workwear, des mondes qui n’ont rien à voir et ça fait comme un choc des Titans. »

La créatrice méditerranéenne puise ses inspirations dans l’histoire grecque. Des récits intemporels, qui font toujours autant rêver, tout comme les pièces de sa marque éponyme qu’elle a créée deux ans auparavant. Ce n’est que le début, hâte de voir ce que cette Vénus des temps modernes nous réserve dans les jours, les mois , les années à venir…

Insta : @mariannaladreyt

« Chez courir on aime les personnes qui se dépassent au quotidien ! Celles qui ont des projets plein la tête et qui mettent tout en oeuvre pour les concrétiser. Celles qui ont des idées et qui veulent les emmener toujours plus loin… Et si vous étiez la prochaine ?«  Comme Courir, on espère de tout coeur que le semestre prochain, c’est vous qui ferez partie du nouveau quatuor des super nanas à la créativité sans limite. You can do it !

Crédit : Cartoon network

Un article signé Exaucée Nzoigba

Courir souffle ses 40 bougies et lance 4 collaborations exclusives pour célébrer les 4 décennies ! 

Courir x Andrea Crews

L’enseigne a été fondée en 1980 et représente aujourd’hui LA référence sneakers en France. Elle propose aussi du prêt-à-porter et des accessoires de différentes marques. Le label français est attentif aux dernières tendances et crée régulièrement des collaborations inédites avec ses partenaires. C’est également une marque affirmée et engagée, notamment envers l’égalité des sexes. 

4 Collaborations inédites 

À l’occasion de cet évènement, Courir nous propose 4 collaborations simultanément et revient sur ces 4 dernières décennies, inspirées des jeux-vidéos, du cinéma, de musique, de mode et surtout, d’émotions.

On commence avec les années 80, l’année de naissance du label, mais aussi d’un jeu vidéo arrivant de Tokyo : PAC-MAN. Véritable icône de la pop culture. Courir s’associe à Puma pour donner naissance à une réinterprétation moderne d’un des modèles iconiques de la marque : la Ralph Samspon. Ainsi, tous les éléments propres au jeu vidéo sont réunis sur la célèbre paire. 

Pour les années 90, Courir et Reebok célèbre le cinéma et rendent hommage au film La Haine, à travers une ligne unisexe composée de sneakers, prêt-à-porter et accessoires.

Les années 2000 sont placées sous le signe de la musique électro, avec Ed Banger Records et Adidas ! Ici, la Superstar est revisitée avec un moule shell-toe, transformé en clavier de piano. 

Cette dernière collaboration illustre les années 2010, sur la sneaker Nike Blazer. Elle représente l’univers d’Andrea Crews, la mode et l’upcycling. Cette paire est limitée à 100 exemplaires et totalement unique, puisqu’elle est customisée à l’aide de la technique d’hydropeinture. 

Rendez-vous sur le site Courir pour découvrir en détail ces collaborations. 

Article d’Alicia Desrivieres

Le leader de la sneakers en France soutient l’émergence de nouveaux talents autour d’une problématique globale au monde de la mode : la durabilité. 

La première édition avait accueilli plus de 600 candidatures, 15 projets sélectionnés, 3 finalistes et un gagnant : Benoit Tudoret. Courir remet une nouvelle fois le couvert avec une édition qui se tiendra du 6 avril au 27 juin 2020. Le concours est destiné au grand public, âgé de plus de 18 ans. Le lauréat, désigné en septembre prochain, remportera la somme de 8 000€ et l’opportunité de participer à une collaboration Courir.

Crédit : COURIR

Un sneaker écoresponsable et esthétique

Deux thématiques sont à retrouver dans chaque candidature : la dimension sustainability et l’esthétique. Les chiffres en matière écologique, restent alarmants dans l’industrie de la mode. Même si des solutions émergent, elles restent néanmoins minoritaires.

Dans ce contexte, les candidats devront proposer un projet viable et une réponse concrète aux problèmes de la durabilité. Et, ils devront intégrer aussi dans leur projet les dimensions esthétique et mode nouvelles avec une identité et un modèle qui leur seront propres. Sur un support numérisé et accompagnés d’une description, les projets seront présentés sous la forme de composition artistique : croquis, dessins, graphisme, etc. 

Pour rappel, le concours est ouvert du 6 avril au 27 juin 2020 et les délibérations se feront en septembre prochain. A vos crayons et papier, créez !

Article de Sofia Rogozarski

En ville, à la campagne, pour une séance de sport ou pour se rendre au travail, la basket s’affiche sur tous les pieds. Elle demeure indémodable et c’est particulièrement le cas pour l’une d’entre elles. La Superstar est la basket qui a su perdurer dans le temps… 50 ans déjà qu’Adidas a su nous séduire. Alors, pour célébrer l’occasion, la marque s’est associée à Courir pour une collection exclusive. 

Courir réinvente la Superstar et l'orne de détails denim.
Courir réinvente la Superstar et l’orne de détails denim. Photo : ©Jeremie Mazuka / Agence : Green Garden.

Emblématique de la marque aux trois bandes, la Superstar est un modèle mythique qui a fait son apparition dans les années 70. Conçue pour le basket-ball, cette paire de sneakers a finalement su conquérir un large public. Aujourd’hui, on la retrouve notamment aux pieds de Pharrell Williams ou encore David Beckham. Pour ses 50 ans et pour notre plus grand plaisir, Courir sort en exclusivité la collection Adidas Denim. 

Le jean, un incontournable du vestiaire

Lui aussi demeure indémodable depuis son apparition en 1873. Eh oui, vous avez bien entendu, le jean n’est pas tout jeune. Le denim a su s’imposer dans toutes les pièces vestimentaires : pantalon, robe, chemise ou encore veste, certain le porte même en total look. 

Le jean est un indispensable de la garde robe. Il arrive également sur les Superstar.
Le jean est un indispensable de la garde robe. Photo : ©Jeremie Mazuka / Agence : Green Garden.

Courir a alors associé le denim à la Superstar pour une touche ultra tendance. 

La Superstar Denim, c’est quoi ? 

Modèle exclusif aux détails denim, la légendaire paire de sneakers fait donc peau neuve. Elle se pare d’un denim brut pour habiller ses trois bandes et l’arrière de la paire. De quoi apporter une touche casual à nos tenues de ville printanières.

Pour ses 50 ans, la Superstar fait peau neuve avec ses bandes denim.
Pour ses 50 ans, la Superstar fait peau neuve avec ses bandes denim. Photo : ©Jeremie Mazuka / Agence : Green Garden.

Un pack complet avec Adidas Denim

Parce qu’on en a pas assez d’une, Courir propose un pack Adidas Denim complet. Il comprend une Americana, une Continental 80 et une Stan Smith. Le denim de chaque paire se décline du denim brut au denim washed.

Pour découvrir sans plus attendre cette collection inédite, rendez-vous sur l’e-shop.

Article de Nina Hossein.

En 2019, avec la campagne « Respect the Icons », Reebok rend hommage à la Club C, sa basket culte lancée dans les années 80, qui reste une référence à ce jour.

Ce mois-ci l’hommage prend la forme de la création d’un club de membres en exclusivité avec les magasins COURIR, portant le nom de l’iconique sneaker. Le « Club C » est lancé !

« Les icônes transcendent les générations, les genres, les sous-cultures et les classes sociales. Une chaussure est érigée au rang de légende grâce à l’identité, à la personnalité et au style unique de celui ou celle qui la porte. C’est ainsi que la Club C est devenue une légende. Elle a acquis ce statut dans les années 80 et continue de le porter fièrement aujourd’hui », explique la marque.

D’abord imaginée comme une chaussure de tennis avec son design fonctionnel et sa silhouette épurée, la Club C a su s’imposer dans le quotidien de tous. Une paire de chaussures accessible, dont le style peut nous suivre du court de tennis à la rue, du studio à la scène, d’un look sophistiqué à une allure décontractée. Indémodable, incontournable, elle se réinvente pour mettre en valeur la singularité de chacun.

Plus qu’une simple basket, Club C ouvre les portes d’un club exclusif

Cet octobre, Rebook poursuit cet hommage et va encore plus loin en lançant le premier club de membres de l’histoire de la marque. Un club nommé le « Club C », qui promet d’offrir des avantages iconiques.

Avec le « Club C », les sneakers Reebok deviennent bien plus que de simples chaussures, uniquement faites pour être portées. Elles permettent aussi d’écouter de la musique sans limites, de regarder des séries à volonté, ou encore de rouler en vélo électrique. Tout ça grâce à une paire de basket ? Oui, mais pas n’importe laquelle ! Une Club C bien sûr, achetée dans un magasin COURIR, en France entre le 1er et le 31 octobre 2019.

Cet achat vous ouvre les portes du Club. Reebok s’est ainsi associé avec la plateforme de musique Deezer, les vélos et les trottinettes électriques en libre-service JUMP by Uber, l’offre 100 % cinéma séries OCS, le jeu vidéo de danse Just Dance d’Ubisoft et bien d’autres partenaires. Ceux-ci offrent leurs services pour une durée limitée contre l’achat d’une Club C en octobre, dans la limite des quantités disponibles. Toutes les Club C chez COURIR seront vendues avec un ornement particulier, la « sneaker crown ». Le numéro d’identification unique au dos de chaque « sneaker crown » permet de s’enregistrer sur le site développé pour l’occasion et ouvre l’accès au club et à tous les avantages des partenaires.

Arborer une paire de Club C n’aura jamais été aussi iconique ! Vous pouvez foncer en acheter dans toutes les boutiques COURIR de France, jusqu’au 31 octobre.

Article d’Alexandra Hostier