Pour nous apporter joie et sérénité pendant cette période compliquée, Volvo Car France réunit des petites idées qui aident à passer le temps.

Confinement, 3e round. Depuis plusieurs semaines maintenant, on doit de nouveau rester à la maison pour endiguer la propagation du virus. Nos journées sont rythmées par le boulot, les balades dans un rayon de 10 kilomètres et les activités qu’on a bien pu trouver pour passer le temps. Binge-watching de séries en tout genre, jardinage, astuces self-care, DIY… Chacun·e y va de ses précieux rituels qui occupent l’esprit et les mains, permettent de s’évader par la pensée d’une période pas toujours rose et surtout : font du bien.

Seulement, à force de répéter les mêmes choses jour après jour, on commence clairement à être à court d’imagination. On tourne en rond, on ressasse nos souvenirs de terrasses, et pour remédier à cette nostalgie qui s’installe, on finit par scroller sur les réseaux sans y trouver le réconfort recherché. Critique. Heureusement, c’est là que Volvo Car France intervient, et nous sort de notre ennui grâce à une initiative qui nous parle : une campagne intitulée #MieuxVivreChezSoi. Exactement la bouffée d’air dont on a besoin en ce moment !

#MieuxVivreChezSoi, ces petites idées pour égayer nos journées

Soucieux de notre bien-être depuis sa création, en 1927, le constructeur automobile d’origine suédoise a à cœur de nous « rendre la vie plus belle ». En ces temps difficiles, alors que se déplacer est quasi impossible, l’entreprise décide donc d’agir pour « élargir nos horizons ». Le tout, depuis le confort de son intérieur. 

Comment ? Lors du premier confinement, elle lançait les Masterclass lagom (du terme suédois qui définit l’art d’être heureux). Aujourd’hui, Volvo Car France propose une multitude de petites idées destinées à mieux vivre les restrictions sanitaires, et surtout, relaie celles de créateurs et créatrices de contenus du 17 au 26 avril sur son compte Instagram. On y retrouve, entre autres, les conseils de l’entrepreneuse et blogueuse mode @fannyb, du kitesurfeur @antoineauriol ou encore de l’ambassadrice Volvo Car France Elodie Gossuin.

Des moments tout doux, créatifs, sportifs, à tester solo ou en famille, pour retrouver le sourire et tenir les quelques semaines qu’il nous reste à patienter. Une façon de « garder le moral afin de voir le verre à moitié plein », assure la marque, de se nourrir des chouettes habitudes des autres et aussi, d’ouvrir le dialogue par écrans interposés. En 2021, après une année mouvementée, on prend. Et pour celles et ceux qui les auraient loupées en ligne, on vous liste les recommandations des influenceurs et influenceuses juste ici.

Les conseils des influenceurs et influenceuses

@fannyb : La couette sous la fenêtre

« Prenez une couette ou un matelas, posez-vous sous votre plus jolie fenêtre, sortez votre vaisselle préférée, servez-vous un bon café et croquez dans un croissant, ouvrez la fenêtre, respirez et kiffez ce rayon de soleil. Parce qu’en ce moment, on a besoin de joie et d’ondes positives dans nos vies de confinés. »

@merystache : S’acheter des fleurs

« Mon astuce pour mieux vivre mon isolement et sortir de la monotonie : s’offrir ou, pour les plus chanceux·ses, se faire offrir de belles fleurs, par unité ou en bouquet, pourvu qu’elles soient belles et colorées, qu’elles prennent place dans un beau vase, et que vous les remplaciez autant que possible ! En plus ma fille Inaya adore ça et c’est une bonne occasion de faire une activité toutes les deux.  Même avec un petit budget, je suis sûre que vous trouverez de quoi vous faire plaisir… »

@estelle : Créer avec ses 10 doigts

« J’ai toujours aimé créer, j’étais artiste peintre quand j’étais plus jeune, et la création me manque ! J’ai profité de ce confinement pour m’initier à l’argile autour de petits objets de forme organique, et c’est très facile de découvrir cela à la maison avec l’argile autodurcissante ! Un peu de temps devant soi, ses 10 doigts, un bloc d’argile, quelques jours de séchage, et ça fait un bien fou ! Même si on est novice, on peut se faire plaisir, se vider la tête, et réaliser une envie que l’on avait depuis longtemps. Et même faire de petits vases, en réutilisant des bouteilles usagées. »

@elodiegossuin : Une promenade en famille

« Mon bol d’air frais en famille, ce sont nos balades en forêt à proximité de la maison, pour mieux se retrouver, décompresser et se reconnecter. »

@evacolasoff : Avoir le temps de prendre soin de soi

« Personnellement j’essaie d’avoir une meilleure routine beauté, et capillaire, de mieux m’hydrater et de mieux consommer afin de profiter de cette période pour me ressourcer et prendre plus de temps pour moi, ce qui me permet aussi d’être plus productive et créative dans mon travail ! Je profite des rayons du soleil dès que je peux, j’allume des bougies et je mets en marche mon vaporisateur d’huiles essentielles pour me créer un vrai cocon et me sentir bien. Mon astuce également, c’est de lire régulièrement des citations positives pour méditer et me sentir plus apaisée. »

@antoineauriol : Se mettre au yoga

« Cela fait maintenant près de 10 ans que je me suis mis au yoga. Cette discipline m’apporte une sérénité, un bien-être intérieur qui me rappelle que le plus important dans la vie, c’est d’être connecté à ses valeurs, et en accord avec qui l’on est réellement. Afin d’embellir mon quotidien – et le vôtre  – voici donc un petit geste simple qui a de grands bénéfices : s’asseoir en tailleur et respirer profondément (en position ‘lotus’ ou ‘demi-lotus’ pour celles et ceux qui le peuvent). Prendre le temps de ne rien faire, c’est TOUT faire car cela signifie s’écouter, se relâcher, se connecter à soi-même puis à sa journée. Aujourd’hui tout va très vite, alors profitons d’être à la maison pour prendre notre temps et se sentir vraiment bien ! »

@monsieurkool : Une balade printanière avec son chien

« Nous sommes confinés pour la 3ème fois et j’ai la chance d’être à la campagne. Ma ‘petite idée’ plaisir qui permet d’embellir mon quotidien est très simple. Quotidiennement et pour une petite heure, je prends Brooklyn et pars me balader dans les paysages printaniers de la campagne environnante (évidemment dans un rayon autorisé !!!). »

@sebastienclosuit : Se projeter à l’aide d’une Bucket List

« J’aime écrire ma ‘bucket list’ des choses à faire dans ma vie pour éveiller en moi mes rêves et m’évader. Vous me connaissez, j’adore bouger et essayer de nouvelles activités : sous l’eau, sur terre ou dans les airs. Ma bucket list ne finissait pas de grandir mais j’ai enfin réussi à la finir. » 

La petite idée de la rédac’

Chez Paulette, on a aussi pris le temps de réfléchir à ce qu’on pourrait vous conseiller, et notre réponse tient en deux mots : self-love. Penser à soi et à ses besoins, avancer à son rythme, s’accorder des pauses, ne pas être trop exigeant·e avec soi-même. Miser sur tout ce qui nous apporte de la joie – un peu comme Marie Kondo mais sans la corvée du rangement – et ressentir les bénéfices de cette approche indulgente rapidement. 

Plus qu’un tips pour s’occuper, c’est un état d’esprit qui permet d’appréhender avec davantage de bienveillance les semaines à venir. Et qui, on vous le garantit, fera la différence au quotidien.

Retrouvez toutes les petites idées Volvo Car France sur leur site, ou sur le compte Instagram Volvo Car France.

Un article de Pauline Machado

À l’occasion du reconfinement, on vous a concocté une sélection aux petits oignons des meilleurs restaurants asiatiques qui livrent ou font des click and collect ! 

Les meilleurs restaurants asiatiques qui livrent sur Paris

Afin de soutenir les restaurants et se régaler en même temps, la rédaction vous propose ses spots asiatiques favoris pour passer le confinement le palais comblé. Et si vous aimez spécifiquement la cuisine chinoise, on vous conseille aussi ici.

Tiger Tiger

Le petit nouveau de MAMAHUHU s’appelle Tiger Tiger. Actuellement ouvert sous forme de pop-up – avant son ouverture officielle, il est disponible en livraison et click & collect. Au rendez-vous ? Un cha chaan teng [ndlr, restaurant de quartier typique de Hong Kong] moderne et français. On y retrouve de délicieux wontons, du porc croustillant, du boeuf mariné, ou encore du poulet rôti à la cacahuète… Et nous, on est fan !

Adresse : 15 Rue René Boulanger, 75010 Paris

Tiger Tiger - © Quentin Tourbez
Tiger Tiger – © Quentin Tourbez

INÉ Paris

INÉ Paris c’est LA nouvelle adresse pour nos midis pressés. En effet, cette adresse propose des bentos faciles à manger, pratiques et surtout goûtus – et délicieux ! Au choix, un au poisson, un à la viande ou un végétarien. Le tout, accompagnés de petits légumes de saison et de riz. On y retrouve de nombreux goûts différents, pour un midi équilibré !

Adresse : Popu-up au Broken Arm Cafeteria au 12 Rue Perrée, 75003 Paris

INÉ Paris
INÉ Paris

Côté Sushi X Chic des Plantes

Plus besoin de présenter Côté Sushi… Par contre, on tenait à vous parler de sa collaboration avec Chic des Plantes, marque d’infusions de haute qualité. En résulte une box de 39 pièces de sushi, california, maki… Tous plus originaux les uns que les autres. Le thème récurrent ? Vous l’aurez deviné : les plantes ! C’est pourquoi les sushis sont revisités avec du basilic, des poivrons, de la betterave – en petite touches, rassurez-vous. Le tout, accompagné de l’infusion « Belle Plante » et du bouillon bio « Le Sud ». Parfait pour les beaux jours qui arrivent !

Disponible dans tous les Côté Sushi jusqu’au 6 juin.

Côté Sushi X Chic des Plantes
Côté Sushi X Chic des Plantes

Kitchen Galerie Bis

C’est notre petite triche de la journée. Pas seulement un restaurant asiatiquecar le chef trouve son inspiration dans toutes les cuisines du monde, on vous recommande Kitchen Galerie Bis pour son menu de raviolis croustillants, oscillants entre la France et la Thaïlande. « Si les recettes sont métissées, l’Asie a la part belle dans les assiettes» C’est elleux qui le disent !

Adresse : 25 rue des Grands Augustins, 75006 Paris

Kitchen Galerie Bis
Kitchen Galerie Bis

Dumpling Queen

Autre petit de MAMAHUHU, Dumpling Queen est spécialisé – comme son nom l’indique, dans les Dumpling et les Bao. Street-food taïwanaise, ces deux mets sont comme des explosions en bouche. Les goûts y sont puissants, les farces excellentes… Et vous pouvez même y trouver du poulet frit ! Point bonus pour le jeu de mot avec Dancing Queen… (Ça y est, vous avez la chanson en tête ?)

Adresse : 22 rue de L’Echiquier, 75010 Paris

Dumpling Queen
Dumpling Queen

Mamibaba by Quinsou

Mamibaba, c’est un pop-up du restaurant gastronomique Quinsou, par Antonin Bonnet. Avec cette nouvelle carte, le chef a voulu mettre la cuisine coréenne à l’honneur. La spécialité ? Les Mandoo-Guk, raviolis coréens. Excellents, et très originaux ! On craque pour le Yughoe, version coréenne du tartare de boeuf. Bref, de la cuisine fusion comme on l’aime !

Mamibaba by Quinson
Mamibaba by Quinson

The Hood Paris

Bobun revisité, poulet frit vietnamien, ban mi à l’aubergine rôtie… On ne compte plus les merveilles culinaires que nous proposent The Hood Paris pour nos déjeuners d’affaires (comprenez zoom) à la livraison ou en clic and collect. Le restaurant propose même des sauces maison, à acheter en quantité pour remplir son frigo et s’assurer d’être équipés pour le plat suivant. La spécialité de la maison The Hood Paris ? Le Pandan chiffon cake – il nous aurait bien fallu trois parts de ce gâteau nuageux et délicieux.

Adresse : 80 Rue Jean Pierre Timbaud, 75011 Paris

The Hood Paris

Double Dragon 

Avis aux amoureux·se·s du piment ! Le Double Dragon est une cantine asiatique ultra-branchée, créée par deux soeurs franco-philippines. On relève : la food très épicée. Le click and collect est mis en place sur le site, le take away, ainsi que la livraison dans tout Paris. 

Adresse : 52 rue Saint-Maur, 75011 Paris

Double Dragon

Petit Bao

Le Petit Bao a pour concept le partage. L’idée, c’est de prendre un panier bao et un plat par personne, puis de tout partager. Et si vous ne savez pas choisir, le site vous propose des plats signature. La livraison, le take away et le click & collect sont disponibles ! 

Adresse : 116 rue Saint-Denis, 75002 Paris

Petit Bao

YOOM

Yoom at Home est la petite soeur du restaurant Yoom – adulé à Paris pour avoir conçu une carte spécialement dédiée aux Dim Sum. L’établissement propose désormais un menu surgelé à livrer, partout en France. De chouettes kits afin de réchauffer soi-même et traditionnellement ces délicieuses petites bouchées et vapeurs asiatiques. Cuisinées à la main, avec une pâte extra fine qui laisse place aux saveurs des garnitures, elles viendront donc régaler petits et grands un soir de semaine ou le weekend. Des menus pour deux, trois voire toute la famille on par ailleurs été développés. Notre chouchou ? Les raviolis truffe noire édaname, sans hésiter. Alors, on essaie ? Vous pouvez commander à emporter ou vous faire livrer directement à la maison !

Rendez-vous sur le site Yoom at Home pour passer commande !

Yoom
Yoom

LiLi Peninsula Hotel

LiLi, c’est la fusion entre l’art de vivre à la française et la food cantonaise totalement maîtrisée par un chef hong-kongais. Pendant cette période, le restaurant vous propose une sélection de plats à emporter sur le site. 

Adresse : 19 Avenue Kléber, 75016 Paris

LiLi Peninsula Hotel

Brigade du Tigre

La Brigade du Tigre est le nouveau restau d’Adrien Ferrand qui s’est associé à Galien Emery pour cette belle adresse, ouverte depuis septembre dernier. Ici, se mêlent spécialités chinoises, thaïlandaises, cambodgiennes et malaysiennes. Le click & collect est disponible sur leur site et la livraison arrive prochainement. Notre coup de coeur ? Le crabe cake ou encore le tataki de boeuf, sans la moindre hésitation.

Adresse : 38 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris 

Brigade du Tigre

Neko Ramen

Neko Ramencest LA vraie adresse de ramen parisienne, et l’une de nos préférées. Le chef, Sedrik Allani, est français mais passionné de ramen. Et pas celles qu’on déguste en France : les ramen de Tokyo – où il a d’ailleurs été formé. Parfait, donc, pour tous les fans de ramen, mais pas que ! Le restaurant propose aussi des gyozas, des nouilles sautées, des Karaage, des boulettes de poulet frit japonaises, des mochis… Et en plus, les prix sont hyper raisonnables : entre 9,50€ et 12€ pour les trois ramens stars de la carte ! Foncez, si vous voulez découvrir le fameux goût Umami. Notre recommandation ? Le Tonkatsu, très original.

Adresse : 6 Rue de la Grange Batelière, 75009 Paris

Neko Ramen
Neko Ramen

Article d’Alicia Desrivieres, Margaux Rouche et Clémence Bouquerod

C'est reparti pour un confinement. Et pour tirer partie de ce temps en plus, on vous donne quelques conseils good mood.

Dessin d'une silhouette féminine dans une petite maison débordante de plantes. Illustration des nations-unies pour encourager le confinement.

Pour beaucoup de Français·e·s, un troisième confinement a été confirmé. A la rédac, on a pensé à vous, et on vous confie nos conseils pour garder le rythme et le moral à la maison.

S'offrir des jolies plantes

C’est l’occasion de se mettre au vert. En plus, apporter une touche végétale à son intérieur regorge de bienfaits. Premièrement, rien de tel pour le moral que des plantes en décoration. C’est aussi une façon de s’imposer un rythme, en gardant régulièrement un oeil sur leur état et en les arrosant au bon moment. 

Mais surtout, les plantes purifient l’air, et quand on a tendance à rester à la maison, c’est essentiel. Comme c’est le printemps, on en profite pour planter de jolies fleurs. C’est parfait, on trouve tout ce qu’il faut pour se lancer chez HEMA.

Pas la main verte ? On opte pour des petites plantes grasses ou un charmant terrarium. Pour les plus proches de leur vie de quartier, rien de tel pour soutenir son fleuriste (qui reste ouvert !). Et pour les petits budgets, Plantes pour Tous livre désormais partout en France.

Faire du sport

Qui dit bloqué·e à la maison ne dit pas nécessairement cloué·e au canapé. Pour garder la forme pendant ce confinement, on se choisit alors des exercices, selon ses envies. Et on vous a sélectionné des applications sur mesure. 

Sur Google Play, l’app Exercices à la maison, porte bien son nom. Idéale pour se muscler, elle propose divers types d’exercices selon les zones à travailler et avec différents niveaux. 

Accessible sur l’App Store d’Apple, Gotta Joga offre quant à elle une introduction gratuite au yoga et à la méditation. Et enfin, pour se détendre, l’application Calm met à disposition un large choix de programmes pour souffler et se vider la tête.

Organiser un programme de repas

Rien de tel qu’un bon petit plat pour se remonter le moral. Et pour éviter de se ruer au supermarché tous les quatre matins, on s’organise en avance.

On n’hésite pas à se faire plaisir en cuisinant léger et on s’inspire de Marie Laforet et de sa belle page instagram. On en profite aussi pour se laisser le temps de souffler en soutenant les restaurateurs et en se faisant livrer.

Et pour les gros plaisirs du mercredi soir, trois ancien·ne·s de Top Chef ont rejoint l’application TikTok et nous partagent leurs recettes. L’occasion de comparer les pâtes carbonara des favori·te·s du télé-crochet : Alexia Duchêne, Diego Alary et Xavier Pincemin

@chefalexiaduchene

The ultimate Carbonara recipe to end all debates 💥 This is how it should be done 🤤 ##cookingwithalexia ##cuisinedesaison ##pastacarbonara

♬ positions - Ariana Grande

(Re)commencer une série culte

Quoi de plus réconfortant qu’un moment nostalgie ? On s’installe donc bien au chaud devant les séries de notre jeunesse et on profite d’un confinement tout en douceur.

Sur Netflix, on retrouve la série culte Dawson, mais aussi Friends et Gilmore Girls. On découvre aussi l’adaptation du dessin animé de notre enfance, Destin : La saga des Winx.

Et pour les ancien·ne·s fans de la trilogie du samedi, Supernatural, Smallville et Buffy sont à retrouver sur Prime Video.

Changer ses habitudes sur les réseaux sociaux

On prend soin de soi et on déconnecte un temps. Mais c’est aussi important de garder le contact avec le monde extérieur. Et quand on a fini d’appeler ses proches on peut aussi en profiter pour se reconfigurer une présence sur les réseaux sociaux.

Pour se distraire, par exemple, on ne fait pas mieux que le dernier arrivé : TikTok. Avec des contenus ultra-diversifiés et particulièrement ciblés, on se laisse aller à explorer de nouvelles tendances et des danses entêtantes.

Pour aller plus loin, on met de la nouveauté dans son feed Insta en suivant de nouveaux comptes. Et pour un moment sérénité WTF, on commence par celui de l’acteur Seth Rogen, devenu un grand adepte de la poterie.

On espère que ces quelques conseils sauront vous aider pendant les quatre semaines à venir, et on continue à vous soutenir en ces temps compliqués. 

Un article de Shad De Bary

Parce que les musées n’ont toujours pas rouvert, mais qu’on aimerait quand même se cultiver et admirer des œuvres d’arts, voici 5 expositions à faire depuis chez soi.  

Ah, les musées… vestiges du temps sans Covid. Si, comme à nous, ils vous manquent énormément – qui se rappelle les dimanches musée/café en terrasse ? – vous serez ravi·e·s de savoir que des expositions sont disponibles en ligne. On a eu tendance à les oublier, mais c’est toujours un bon moyen de se cultiver – et de s’occuper après 18 heures. Point bonus : cela nous donne presque l’impression de voyager. Eh oui, car pas besoin d’être à Paris pour visiter le Louvre virtuellement ! 

Léonard de Vinci – Le Louvre

Et en parlant du loup ! Si vous avez loupé l’exposition retraçant l’histoire de Léonard de Vinci, le Louvre et les Beaux-Arts vous offrent de quoi vous rattraper. Côté Louvre, vous pourrez voir la présentation de l’exposition sur Youtube, ou télécharger l’application La Joconde en VR – vraie expérience virtuelle en face à face avec Mona Lisa. Côté Beaux-Arts, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil à leur mini-site interactif, créé à l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de l’artiste. Pas de visite virtuelle à proprement parlé, donc, mais une vraie bible de connaissance à notre portée. 

Guns in America – JR 

Guns in America pourrait presque se confondre avec un reportage. Et pour cause : JR avait collaboré avec le Times pour réaliser cette œuvre d’art. Créée en 2018, elle est à (re)découvrir en ce temps de couvre-feu, pour se remémorer un constat très brutal : il y a 265 millions d’armes pour 325 millions d’habitants aux États-Unis. Podcasts et fresque vivante, cette exposition virtuelle vaut largement le détour. Sound on !

We speak HipHop 

Exposition en ligne "We Speak Hiphop" - © We Speak Hiphop
Exposition en ligne « We Speak Hiphop » – © We Speak Hiphop

Cette exposition date déjà de deux ans, mais il est fort probable que vous soyez passé·e·s à côté. We speak hiphop, c’est un mini-site qui raconte – on vous le donne dans le mille – l’histoire du hip-hop. Après une sélection de la langue dans laquelle vous voulez regarder votre exposition, vous entrez sur le site, et pourrez choisir entre 28 documentaires qui mettent en scène 28 artistes dans des pays différents, à plusieurs années d’intervalle. Si vous avez aimé le documentaire 10 women, 1 worldvous adorerez celui-ci.  

La Bibliothèque nationale de France

Exposition en ligne "Fantasy" - © BnF
Exposition en ligne « Fantasy » – © BnF

Plus qu’une visite virtuelle, la BnF propose plus de 100 expositions en ligne. C’est le pire cauchemar des indécis·e·s, et le meilleur plan pour les curieux·ses. Mais au moins, il y en a pour tous les goûts ! Plutôt littéraire, scientifique, historien·ne, économiste ou philosophe ? Vous trouverez forcément quelque chose qui vous plaît. Et on vous recommande particulièrement Fantasy, Victor Hugo, l’Homme Océan, l’AFP et la photo de presse, Entendre le théâtre et Gastronomie médiévale. Dans tous les cas, selon vos aspirations, la BnF aura quelque chose pour vous. 

Le Centre Pompidou 

Du même level que la BnF, le Centre Pompidou propose 30 visites virtuelles – ou parcours d’exposition. Présentées par les commissaires et les artistes, ces expos vidéo vous font faire le tour du musée, et en dévoilent juste assez pour vous donner envie d’y retourner dès sa réouverture. 

Alors, vous avez vu ? On a largement assez de ressources pour patienter jusqu’au retour des musées. Mais si vous arrivez au bout de cette liste, on vous conseille aussi le site Google Arts & Culture, où vous pourrez notamment voir une exposition sur le street-art parisien. 

Article de Clémence Bouquerod 

La période est très compliquée en ce moment. Et parce que parfois, on ne sait pas forcément quoi faire ou quoi dire pour aider ses ami·e·s, Nightline nous donne quelques tips. 

C’est sans équivoque, nous vivons une période délicate. Depuis le premier confinement, nombre d’étudiant·e·s ne voient pas le bout du tunnel. Et la santé mentale de chacun·e commence à en prendre un sacré coup. Avec Nightline, association qui travaille justement autour de la santé mentale, on a réfléchi à différents tips, pour aider ses ami·e·s en difficulté, mais aussi s’aider soi-même.

Avant toute chose, qu’est-ce que Nightline « Créée par des étudiant·e·s et pour des étudiant·e·s, Nightline est une ligne d’écoute nocturne« , explique Daphné, responsable orientation du soutien psychologique de l’association. Elle a été fondée en 2016 par un étudiant irlandais, nommé Patrick Skehan. Venu faire un Erasmus en France, il a été choqué du manque de structure offrant un soutien psychologique gratuit aux étudiant·e·s. Il a pensé que ce serait une bonne idée d’importer le concept de la Nightline, ligne d’écoute nocturne déjà très répandue au Royaume-Uni, en Irlande, en Allemagne, ou encore au Canada. 

Faire le premier pas 

Paulette tips comment aider ses ami·e·s - © Imam Muhaimin
Faire le premier pas – © Imam Muhaimin

Si vous voyez un·e ami·e en difficulté, il ne faut pas hésiter à faire le premier pas. Parce que ce n’est pas toujours évident de dire qu’on ne va pas bien. Et ce premier pas peut être tout simple ! Selon Daphné, il suffit d’aller vers notre proche et de dire : « je remarque que tu n’as pas bonne mine en ce moment. Sache que tu n’es pas invisible à mes yeux, je te vois, je vois ta tristesse. Et même si je ne comprends pas à 100 %, je suis là ». Il faut essayer de trouver les mots adéquats selon la personnalité de ton ami·e. 

Utiliser l’écoute active 

C’est la technique utilisée lorsque vous appelez Nightline : l’écoute active. Selon Daphné, cela correspond à être « une oreille qui écoute et pose les bonnes questions. Il ne faut pas orienter la discussion, et se faire comme le miroir des propos de l’autre, pour essayer de l’éclaircir plutôt que de le guider. » Dans la pratique, cela correspond à écouter, ne pas avoir peur de poser des questions ouvertes, comme « pourquoi tu te sens mal ? », « depuis quand ? », laisser planer les blancs… Le tout, afin de lui montrer que son problème est tout à fait légitime, et qu’on n’a pas besoin de trouver de solution dans l’urgence.

Être présent·e pour son ami·e

Paulette tips comment aider ses ami·e·s - © Daria Nepriakhina
Être présent pour son ami·e – © Daria Nepriakhina

Ensuite (et ce tips vous paraîtra peut-être évident), il ne faut pas hésiter à prendre des nouvelles. « Il y a un équilibre à trouver entre être trop pressant·e et être présent·e, mais il faut faire comprendre qu’on peut être là à n’importe quel moment », explique Daphné. « On peut faire des petites actions invisibles : faire des playlists communes, envoyer un message, pour montrer qu’il y a quelqu’un. C’est important d’être présent·e les heures où les gens ne le sont pas, comme à l’heure du coucher, ou le matin au réveil. Surtout pendant les périodes de couvre-feu, où la petite présence d’un·e ami·e peut faire toute la différence.« 

Lui conseiller d’appeler une ligne d’écoute 

Surtout, si vous sentez que ce n’est pas suffisant, que votre ami·e ne s’en sort pas, il ne faut pas hésiter à lui conseiller l’aide d’un·e professionnel·le. Et en attendant, conseillez-lui des lignes d’écoute, comme Nightline. Rappelez-lui aussi de ne pas se décourager si les lignes ne répondent pas. Car il y a toujours quelqu’un qui peut l’aider. 

Devenir bénévole - © DR

Devenir bénévole

Soit, cela n’aidera peut-être pas votre ami·e sur le court terme. Mais cela aidera les ami·e·s de tellement de personnes ! Et rien que pour ça, ça vaut le coup. Pour devenir bénévole, il faut répondre au formulaire en ligne. Ensuite, vient l’entretien – pour voir si vous avez les capacités nécessaires, si vous pouvez gérer le stress qui va avec, etc. Et si vous êtes sélectionné·e·s, vous assisterez alors à quarante heures de formation, réalisées en deux week-ends. Durant celles-ci, vous apprendrez l’écoute active, vous réaliserez des jeux de rôles… Bref, vous serez formé·e·s à répondre au téléphone ou au tchat chez Nightline. Surtout qu’en ce moment, l’association a particulièrement besoin d’aide…

Et dans tous les cas, sachez que vous n’êtes jamais seul·e·s. ❤

Si vous êtes en difficulté, vous pouvez téléphoner à Nightline ou les contacter par tchat, de 21 heures à 2 heures du matin. C’est gratuit, anonyme, confidentiel et sans jugement. Vous pouvez aussi aller sur le site de Soutien Étudiant, pour voir toutes les ressources qui existent. 

Article de Clémence Bouquerod 

Pour cet hiver, le sabot Boston se réinvente en version cocooning pour la saison. Découvrez le it accessoire du moment ! 

BIRKENSTOCK, SABOT BOSTON

Birkenstock lance sa sandale en bois fermée à l’avant dans les années 70, ce qui entraîne une grande tendance en Allemagne. Ses avantages ? Un soulier souple, léger et une bride réglable qui s’ajuste parfaitement au pied. Le sabot Boston est devenu l’un des modèles iconiques de la marque. Récemment, on l’a aperçu aux pieds de Kanye West, de Keira Knightley, de Sienna Miller ou de Robert Pattinson. 

Le sabot Boston est de saison 

Pour la collection Automne-Hiver, le sabot revient en shearling. Une version inédite et ultra-cocooning qui en fait la chaussure idéale pour la nouvelle ère du télétravail et de l’hiver, puisqu’elle promet confort absolu, fonctionnalité et qualité. On remarque son design minimaliste, qui existe dans une large gamme de couleurs et de matières : feutre de laine cosy, cuir souple ou suède moelleux. La nouvelle tendance ? Le porter avec des chaussettes ! Le sabot Boston est unisexe, versatile et se porte aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. 

Pour découvrir le reste de la collection, rendez-vous sur l’e-shop

Article d’Alicia Desrivieres 

En ce deuxième confinement, les victimes de violences conjugales sont à nouveau enfermées avec leur agresseur. Inquiète, l’association En avant toute(s) craint une recrudescence des cas.

On le sait, le premier confinement avait contribué à l’augmentation du nombre de violences conjugales et familiales. Et pour cette deuxième vague, l’association En avant toute(s) redoute une recrudescence des cas. D’autant que cette première semaine confirme déjà une hausse des témoignages. 

De nombreux témoignages

Depuis vendredi dernier, le tchat Commentonsaime.fr connaît déjà une forte hausse des fréquentations. Louise Delavier, co-fondatrice de l’association En avant toute(s), s’alarme : « depuis l’annonce du confinement, des jeunes femmes victimes de violence nous ont déjà fait part de leurs grandes craintes ». Et en voici quelques exemples [TW Violences conjugales] :

  • « J’ai accepté que mon ex violent me recontacte car j’ai beaucoup souffert des mesures sanitaires qui m’isolent énormément. Je sais qu’il me fait du mal mais je ne supporte plus d’être seule.« 
  • « Ce sont sans cesse des insultes, des menaces, des viols… Il me fait très peur et la terreur m’épuise. J’ai très peur de comment va se dérouler le confinement.« 
  • « ​Je suis dans une relation violente. J’avais pu retourner chez ma sœur pour souffler, mais elle a un enfant et je n’ai pas pu rester. Je suis obligée de retourner avec lui et le confinement me fait extrêmement peur.« 

Des similitudes avec le premier confinement

Comme au premier confinement, le principal problème est la cohabitation forcée. Car si « le confinement est un outil précieux pour freiner la propagation du virus« , comme le rappelle l’association En avant toute(s), « la cohabitation forcée est aussi un catalyseur des tensions au sein des couples et des familles. Dans un contexte d’isolement social, la violence risque de s’amplifier dans les ménages où elle est déjà présente, voire de naître là où le terrain est fertile.« 

Pour rappel, la fréquentation du tchat Commentonsaime.fr pendant le premier confinement avait connu une nette augmentation. Ce qui avait obligé l’association à élargir ses horaires d’ouverture. Et aux vues de ces premiers témoignages, on s’inquiète de la suite. 

De vraies solutions

Si vous êtes victimes ou témoins de violences conjugales ou familiales, il existe des solutions. Gratuites et anonymes. Vous n’êtes pas seul·e·s, et on est tou·te·s derrière vous. 

S’il y a urgence, vous pouvez composer le numéro 17, celui de la police secours, le 112 si vous êtes en Europe, mais pas en France – ou le 114 si vous êtes sourd·e·s, malentendant·e·s, aphasiques ou dysphasiques. 

Si vous êtes en capacité de téléphoner, mais qu’il n’y a pas d’urgence, vous pouvez appeler le 3919, numéro mis en place par le gouvernement. 

Pour signaler une violence en ligne ou vous renseigner, vous pouvez faire un tour sur ce site. 

Et si l’écrit est votre seule solution (surtout pendant le confinement), il existe, comme vous l’avez compris, le tchat Commentonsaime.frcréé par En avant toute(s). Ouvert tous les jours de 10 heures à 21 heures, il contient même une option pour fermer rapidement la fenêtre.

Courage à tou·te·s pour ce deuxième confinement ♡

Article de Clémence Bouquerod

Pour la saison 2 du confinement, la marque Encré lance, de nouveau, son calendrier du confinement. 

Encré

Créée par le jeune Charlie Faron en 2017, Encré est une marque de streetwear qui a pour concept de penser la broderie comme un tatouage. L’idée : remplacer l’encre par le fil, ainsi, le textile devient la peau. On retrouve un large choix d’articles, des vestes, t-shirts, sweats, hoodies… Mais aussi des accessoires comme des casquettes, des masques, et des sacs. La marque possède une boutique dans le Marais, au 11 rue du Pont aux Choux, et une seconde au 2 rue d’Algérie, à Lyon. 

Le calendrier du confinement 

Entre le 1er et le 30 novembre, Encré nous donne rendez-vous tous les jours à 21 heures sur son compte Instagram et sur l’e-shop, pour découvrir et avoir l’opportunité de shopper une pièce exclusive. Attention, elle ne sera disponible que 24 heures ! Chez Paulette, on adore l’idée.  

Article d’Alicia Desrivieres

Pour cette deuxième période de confinement, American Vintage propose une sélection de pièces homewear, de quoi se sentir bien chez soi. 

American Vintage

Comme une bonne partie de la société est à nouveau en télétravail, il faut adopter un uniforme approprié : le homewear. On veut des tenues cosy, sans pour autant sortir le pyjama. 

Se sentir bien chez soi

American Vintage a toujours mis un point d’honneur à faire du confort et des belles matières ses priorités. On retrouve des pièces en coton, viscose et élasthanne pour des journées cocooning devant l’ordinateur. La griffe française dévoile des ensembles pour hommes et femmes, aux couleurs chaudes, nude et nature, pour un retour aux sources assuré. Et pour les amateur·rice·s de teintes plus vives, des roses, moutarde et orange sont également disponibles. La preuve en images. 

Rendez-vous sur le site d’American Vintage pour découvrir toute la sélection. 

Article d’Alicia Desrivieres

De plus en plus, la notion de « bien manger » s’invite dans les assiettes. En effet, mettre la main à la pâte et mitonner de bons plats homemade s’avère être une véritable passion pour certains Français. Bonne nouvelle : en un clic, le savoir-faire, les recettes et les tips les plus croustillants des chefs sont accessibles. On lève le voile sur la crème de la crème des cours de cuisine online.

MasterClass : un brassage culinaire & multiculturel

Chez MasterClass, on recense du contenu en streaming, en survolant une multitude de thèmes allant de l’écriture, à la musique, sans oublier la cuisine. De ce coté-ci, les vidéos inspirantes et qualitatives permettent aux cuistots dans l’âme de découvrir les faces cachées de la mixologie avec Lynnette Marrero et Ryan Chetiyawardana ou encore de confectionner les plats de la mamma, dans un élan contemporain avec le maître italien Massimo Bottura.

Au niveau du prix, l’abonnement annuel est à 200 euros et donne un accès complet à toute la plateforme et son contenu.

Pour les amateurs de TopChef : Le Programme Mentor by Philippe Etchebest

On ne le présente dorénavant plus, le chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France Philippe Etchebest est bien connu du petit écran. L’idée de la tête toquée avec Le Programme Mentor ? Proposer un package complet comprenant une méthode d’organisation, des conseils sur l’équipement essentiel et des fiches recettes détaillées pas-à-pas. A nous les ravioles de fromage surplombées d’un œuf poché et arrosées d’un bouillon de légumes ou encore le moelleux au chocolat et son cœur fondant. On en bave déjà…

La cerise sur le gâteau ? Cette formation ludique et interactive est entièrement gratuite. Et promis, on ne raconte pas de salades !

Foodtube : le cours So British signé Jamie Oliver

Jamie Oliver se hisse sans doute comme l’un des chefs préférés de Grande-Bretagne. Ce qui fait sa renommée auprès du grand public ? Sa simplicité, sa créativité et sa bonne humeur sans bornes.

Après des recueils de recettes ou des shows télévisuels, l’homme des fourneaux s’est lancé dans la folle aventure YouTube, en dégainant sa chaîné dénommée Foodtube. Il y partage des centaines de recettes et conseils sur les découpes ou les techniques de base. Faire une julienne de légumes ? Réaliser un œuf poché ? Mitonner des œufs brouillés ? Grâce à Jamie Oliver, ces réalisations n’auront plus de secrets pour nous.

I-Chef : une échappée pluridisciplinaire par l’atelier des Chefs

L’objectif d’i-Chef ? Concocter et expliquer des recettes en live et en stéréo devant les apprentis cuistots. Chevronné ou expert dans l’art de la livraison, on trouvera forcément de quoi pimper les repas du quotidien, en fouillant dans ce grimoire de plus de 1600 recettes.

Le leitmotiv de l’atelier des Chefs demeure avant tout la promotion d’un mode de vie sain combinant plaisir et santé, tout en s’accommodant au rythme des saisons, aux régimes variés, et aux bourses de chacun.

Ces mets healthy et appétissants sont disponibles en optant pour un abonnement tout doux de 3 euros par mois.

L’excellence culinaire est dorénavant à portée de main : on sort son smartphone, sa tablette ou son ordinateur et on est parti.e.s pour une séance gourmande et animée !

My Little Box a réalisé en juin 2020 un sondage sur 700 femmes de 18 à 66 ans. Le but ? Savoir si leur rapport à la beauté avait changé avec la pandémie. 

Le verdict ? Les habitudes ont la dent dure. Et si certains rituels ont évolué pendant le confinement, très peu ont l’air de s’installer dans le monde d’après.

Clean Beauty 

Bonne nouvelle : 1 femme sur 3 a envie de repenser son mode de vie après cette période particulière. Et certaines en ont même profité pour faire du tri dans leur placard. 67% en fonction des dates de péremption, et 43% en fonction de la composition de leur cosmétiques. D’ailleurs, 78% des femmes veulent maintenant faire plus attention à cette composition.

Habitudes 

Parlons soutien-gorge. Si 50 % des femmes n’en ont pas mis pendant le confinement, seulement 1 sur 6 compte garder cette habitude par la suite. On remarque également que les femmes de moins de 25 ans sont deux fois plus nombreuses à avoir expérimenté leur vie sans que les plus âgées.

Question maquillage, selon MyLittleBox « plus on avance dans les tranches d’âge, et moins les femmes veulent arrêter le makeup ». Ainsi, pendant le confinement, 70 % des femmes ne se sont pas maquillées, mais seulement 1 sur 10 a décidé de ne plus se remaquiller après. Le port obligatoire du masque dans certaines villes et quartiers a aussi beaucoup changé la donne. En effet, même si 2 femmes sur 3 continuent de se maquiller même avec le masque, 70% d’entre elles ont décidé d’arrêter de porter du rouge à lèvres.

Et vous, vous êtes plutôt team #nobra ou #nomakeup ? 

Article de Clémence Bouquerod

Cela fait quelques mois que le confinement a frappé la France et dorénavant moult concepts fleurissent, apportant une part importante ou totale des bénéfices récoltés aux associations. Aujourd’hui, Paulette zoome sur une Odyssée alléchante prénommée « À la maison ». Curieux(se) ? On en dit plus aux foodistas par ici.

Un projet gourmand et solidaire

Le temps d’un huit-clos, les chefs cuisiniers du monde entier se sont retrouvés loin de leur cuisine sophistiquée. L’occasion donc de revenir à l’essentiel, accompagné de son entourage et de mets sans fioritures et authentiques. Bref, comme  » à la maison « .

Aux manettes de cette initiative gourmande : Victoire Loup, ancienne rédactrice food devenue blogueuse à temps plein. Son idée ? Faire partager aux lecteurs une bribe du quotidien de ceux qui font vibrer, vriller leur palais, à travers des assiettes simples et savoureuses. Pas moins de 60 pépites du parterre gastronomique se sont réunies, faisant de cet ouvrage un véritable brassage d’univers gustatifs hétéroclites ayant pour maître-mot central l’authenticité.

Les gains sont doublés : d’une part, les apprentis en herbe prendront place dans une aventure où Anne-Sophie Pic, Christophe Michalak, Juan Arbelaez ou encore Yann Couvreur sont mis à nu grâce à des secrets bien gardés et des anecdotes bien léchées. D’autres part, l’ensemble des bénéfices récoltés reviendront à l’association Ernest, venant en aide aux familles en difficulté par des paniers repas.

The cherry on the cake : dans l’un des livres déjà disponible à la prévente se niche un « ticket d’or », autrement dit un repas pour deux chanceux chez l’un des chefs contributeurs, le voyant ainsi mitonner de bons petits plats dans son foyer.

Un avant goût : la recette des Scallion pancakes de Taku Sekin

Ingrédients :

  • 200 g de farine
  • 2 cébettes
  • 150 ml d’eau bouillante
  • Huile de sésame
  • 1 pincée de sel

Pour la sauce :

  • 2 cuil. à soupe de sauce soja
  • 2 cuil. à soupe de vinaigre

Préparation :

Mélangez la farine, le sel et l’eau bouillante dans un bol. Pétrissez pendant 10 minutes, puis recouvrez le bol d’un film plastique. Laissez la pâte reposer pendant 20 minutes.

Pétrissez à nouveau pendant 5 minutes. Divisez la pâte de manière à faire deux gros pancakes. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, étalez vos pâtes en forme de cercles. Avec un pinceau, badigeonnez-les d’huile de sésame. Saupoudrez la pâte de sel et de cébettes finement ciselées.

Enroulez la pâte pour former un rouleau, et repliez-le sur lui-même comme un escargot. Répétez l’opération pour le second pancake. Laissez les deux escargots reposer pendant 20 minutes. Aplatissez-les avec un rouleau à pâtisserie.

Faites cuire vos pancakes dans deux poêles à feu doux avec de l’huile de sésame. Laissez cuire chaque pancake entre 8 et 10 minutes en les retournant fréquemment jusqu’à obtenir des pancakes dorés et croustillants de chaque côté.

Dégustez vos pancakes avec un mélange soja-vinaigre. Trempez vos pancakes dans la sauce !

On n’attend plus et l’on apporte sa pierre à l’édifice en cliquant par .