On l'admire chez nos ami.e.s, nos collègues, parfois même chez des personnages de fiction télévisée, tout en se répétant intérieurement que jamais on n’oserait affronter le monde et le regard des autres avec autant d’aplomb. Pourtant, la confiance en soi n’est ni innée ni réservée à des happy few (une minorité heureuse, ndlr). Bien au contraire. Elle vit en chacun.e de nous ! Il nous faut juste un peu d’effort pour la développer, l’encourager et la valoriser.

Un message inspirant qu’illustre la nouvelle campagne de Kalenji Jogging by Decathlon dans laquelle 3 femmes — l’une atteinte d’endométriose, l’autre d’acné et la troisième ayant perdu un œil — affirment fièrement leur self-love et font de leur différence une force. Grâce au sport qu’elles pratiquent à la fois comme échappatoire et outil de dépassement de soi, elles ont su booster leur confiance en elles. Elles aspirent désormais à nous inspirer tous et toutes vers l’acceptation de nos particularités comme un atout précieux.

La confiance en soi, une qualité à notre portée

On ne va pas se mentir. Avoir une confiance en soi inébranlable peut s’avérer très utile dans la vie de tous les jours, surtout quand les autres se font un malin plaisir à nous asséner opinions et critiques non désirées. D’ailleurs, les réseaux sociaux — encore eux — ne facilitent pas les choses. Qui n’a jamais passé une soirée entière sur son smartphone à se comparer à de parfait.e.s inconnu.e.s qui semblent vivre leur meilleure vie là où la lumière est toujours parfaite ? Pourtant, comme le dit Seffana — l’une des égéries Kalenji Jogging — il vaut mieux tout simplement éviter les comparaisons et s’approprier son histoire, ses spécificités et sa différence pour en faire un atout dans la vie de tous les jours. Si mettre en veilleuse cette impression que l’herbe est toujours plus verte ailleurs est plus facile à dire qu’à faire, ce n’est pourtant pas impossible. Alors comment ne plus broyer du noir et booster sa positive attitude ? Commençons par suer à grosses gouttes pour évacuer les bad vibes !

Le sport, notre meilleur allié estime de soi

Les études scientifiques sont formelles. Le sport reste l’un des meilleurs moyens pour développer et nourrir son estime de soi. En se confrontant à de petits défis physiques réguliers, on prend plaisir à les relever et — en un rien de temps — à les dépasser. Héloise, Seffana, et Alex précisent avec justesse et une bonne dose d’authenticité — à travers cette campagne Kalenji Jogging support — que le sport doit toutefois rester un moment de plaisir pendant lequel chacun.e avance à son rythme et avec bienveillance. Quel(s) sport(s) pratiquer ? À en croire notre féministe préférée Rokhaya Diallo, la boxe (ou les arts martiaux en général)  est un bon moyen pour faire bouger son corps, se défouler, évacuer les mauvaises ondes et se dépasser physiquement ainsi que mentalement jour après jour. L’exercice physique régulier permet au corps de sécréter une bonne quantité d’endorphine et de dopamines, les hormones du bonheur et du bien-être. C’est tout bénèf ! Le jogging, la danse et l’expression corporelle permettent également de libérer les toxines et d’offrir une parenthèse reposante à l’esprit. Associé à d’autres activités et stratégies de développement personnel, le sport a de véritables bénéfices sur le bien-être mental, psychologique et sur l’estime de soi. Alors, n’attendons plus que notre confiance en soi vienne des autres, de leurs compliments ou de leur approbation. La clé de notre bien-être se trouve bel et bien dans les efforts et les défis, même minimes, que l’on se donne quotidiennement.

Pour nos séances de fitness les plus endiablées, on valide à 100% le legging support Kalenji, tenue casual et sportswear idéale pour une sensation de confort total. Un effet boule ultra-ferme, et donc sculptant ! Il épouse à merveille la silhouette et maintient la peau tout au long de la séance de sport. Qu’il soit court ou long, le maintien du legging sans compression reste identique et offre une liberté de mouvement assurée. Ses deux poches discrètes où ranger clés et téléphone en toute discrétion et sans s’encombrer sont également un détail non négligeable. Les leggings support Kalenji sont disponibles chez Décathlon en boutique et en ligne. Pour découvrir sa version support 7/8, c’est par ici. Quant au legging long, le voici. Alors, désireux.ses de les tester ?

Deux mois compliqués, privé.es de lien social et de liberté, le confinement nous a tous mis face à une épreuve inédite. En apprenant doucement à vivre autrement, les Français ont été confrontés à certaines pressions – qui étaient déjà présentes, mais plus discrètes. Mijoter et manger de bons plats, faire des activités sportives, prendre soin de soi, ces multiples injonctions ont eu un impact sur notre vision du corps. 

Avec le confinement, les Français ont été confrontés aux diktats des perfect bodies. Et cela a eu pour conséquence de changer leur relation avec leur corps. Crédits : Les Folies passagères.
Avec le confinement, les Français ont été confrontés aux diktats des perfect bodies. Et cela a eu pour conséquence de changer leur relation avec leur corps. Crédits : Les Folies passagères.

Alors que nous sortons doucement de la période de confinement, l’heure est au premier bilan. Cette situation qui nous a été imposée compte tenu de la gravité du COVID-19 a eu plusieurs impacts – notamment sur notre corps.

Feeleat, application qui suit le quotidien de ses utilisateurs dans la gestion de leurs troubles alimentaires, a mené l’enquête. Créée en 2018, l’application d’aide médicalisée compte aujourd’hui 50 000 utilisateurs mensuels. Feeleat a donc pu s’intéresser aux comportements de ses utilisateurs pendant le confinement. 

Les Français dans la relation avec leur corps

Feeleat révèle une chose étonnante : 74 % des Français ressentent un changement dans la relation qu’ils ont avec leur corps. Et parmi eux, 36 % en ont une meilleure image qu’avant. Avec le quotidien mis sur pause, les Français ont eu plus de temps pour prendre soin d’eux, pratiquer des activités physiques, mettre de côté le stress et cuisiner plus sainement. 

Mais si cette nouvelle peut facilement nous réjouir, elle ne masque pas une autre réalité liée au confinement. 25 % des interrogés ont déclaré avoir subi l’apparition de nouveaux complexes lors de ce confinement… Compréhensible quand on a conscience de tous les cours de sport, de recettes healthy et de conseils soins qui ont émergé sur la toile. 

https://www.instagram.com/p/B_9m6sBBmnb/

Les Réseaux sociaux : comprendre la source de ces pressions

Garder le contact avec les amis et la famille, partager nos plus belles photos ou créations, les réseaux sociaux font aujourd’hui pleinement partie de notre quotidien. En période de confinement, nombreux ont été boostés par les Lives sportifs et inspirés par quelques recettes culinaires. 

https://www.instagram.com/p/B_XNntNJXgm/

Mais il ne faut pas perdre de vue que pour certains, les réseaux sociaux sont tout l’inverse. Moralisateurs, ils ont eu tendance à pousser les Français à se conformer à un unique mode de confinement. 64 % ont connu des situations de compulsions ou de restrictions alimentaires. Et les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans ce processus. Pourtant, notre vision du corps ne devrait pas se reposer sur des injonctions imposées par la société. Gardons tous en tête que le tout est de se sentir bien avec soi, de s’aimer, de s’écouter pleinement et de dire stop aux regards que portent les autres sur nous !

https://www.instagram.com/p/CAfjhhjBSkU/

Du temps pour atteindre ses objectifs

Les pressions ont bel et bien été là. Et si les pourcentages révélés par Feeleat rendent compte de leur importance, le confinement a aussi eu des impacts positifs. Oui, un français sur deux a réussi à atteindre ses objectifs. La période a été propice à la réflexion et la remise en cause ce qui a eu pour effet de pousser les Français à prendre soin d’eux. Prendre ou perdre du poids, abandonner le maquillage, adopter le no-bra, apprendre à cuisiner, finir un livre qui nous tenait à cœur, voilà les bonnes résolutions qu’ils ont adoptées. 43 % d’entre eux souhaitent conserver ces nouvelles habitudes qu’ils ont prises. 

https://www.instagram.com/p/BhxC4uAAGW0/

Avec le déconfinement et la douce reprise des activités, on aurait tendance à se demander si ces pratiques vont perdurer. Chez Paulette, on croit fermement au fait que la situation inédite a entamé une nouvelle ère. Celle où l’on se fait du bien, où l’on s’écoute avant d’écouter les autres. Après tout, le plus important c’est de se faire entièrement confiance !

Article de Nina Hossein.

Paulette a concocté une liste de trois podcasts qui livre les secrets de l’empowerment à travers les témoignages d’hommes et de femmes. 

1. Generation XX

Lancé en octobre 2017, Generation XX est un podcast 100% féminin. Écouter Generation XX, c’est s’intéresser à une discussion entre deux femmes : Siham Jibril (hôte) et son invitée. Durant cette rencontre, celle-ci raconte son parcours, partage ses projets et ses idées. Inspirant, le podcast invite à prendre soin de soi, avoir confiance en soi et croire en ses idées.

Avant-gardiste en son genre, Siham Jibril aborde différents thèmes : l’art, le freelance, l’intraprenariat, le média, la presse, la mode ou encore la beauté, le sport, etc… Et ce n’est qu’une liste exhaustive ! Il y en a pour tous les goûts et il suffit de cliquer pour vous laisser envoûter par cette positivité.

Plusieurs sites d’écoute proposent le podcast en libre accès. Retrouvez toutes les informations sur son site internet.

https://www.instagram.com/p/BNL0c2jBa-y/
Generation XX

2. La Poudre

Dans une chambre d’hôtel, Lauren Bastide accueille son invitée. La Poudre est un podcast créé par Nouvelles Écoutes dont Lauren Bastide fait partie, aux côtés de Julien Neuville. Autour d’une discussion intime, Lauren interroge son invitée sur son parcours et sa vie personnelle. La Poudre est une véritable bouffée d’air frais.

Dans la même branche, il existe aussi La Poudre Lit qui recommande des lectures, et La Poudre in English, dont certains épisodes français sont disponibles à l’écoute en anglais. Tous sont à retrouver sur leur site internet et les plateformes d’écoutes.

https://www.instagram.com/p/Bl5wVGxHdCc/
La Poudre

3. In Power

Créé par Louise Aubery, a.k.a. @MyBetterSelf, In Power est un podcast qui « accueille des personnes passionnées au parcours passionnant pour vous donner une dose d’inspiration. » Outre le parcours des invités, le podcast est inspirant en ce sens qu’il consacre deux branches dérivées avec les hashtags #OutilDeVie et #ConseilsDePro. Louise y raconte sa propre expérience dans le premier, et donne des tips dans le second. Le 10 mars, elle a, par exemple, publié un podcast Comment dépasser la peur de l’échec ?, en livrant des conseils et des outils pour y faire face. Les invités sont inspirants mais Louise aussi !

Ses écoutes sont disponibles sur l’application Apple Podcast, Soundcloud, Spotify, Sybel, et bien d’autres encore.

https://www.instagram.com/p/BuDqlPjgcob/
In Power

Article de Sofia Rogozarski

De plus en plus de médias et réseaux sociaux encouragent, en ces temps de confinement, à maintenir une routine sport et beauté. Mais ce flux d’informations laisserait aussi entrevoir un retour à des stéréotypes autrefois bien ancrés dans notre société. 

Chaque commerce s’organise au mieux pour proposer des offres gratuites aux confinés et les inciter à rester chez eux. C’est le cas de Netflix et YouTube qui baissent leur débit pour qu’un plus grand nombre y ait accès, de Canal+ qui passe en clair ses programmes, des ebooks gratuits que proposent Amazon, Fnac ou la Fabrique,… mais aussi de la prolifération des cours de sport en ligne ou des conseils beauté pour une femme brillante et parfaitement épilée en toute situation. 

https://www.instagram.com/p/B-PukOfI7T0/
@mybetterself

« Surveillez », « faîtes attention », les diktats de la beauté imposés

Entre les podcasts beauté à écouter chez soi, les « gestes essentiels » à avoir, les stars qui partagent leur routine de soin et la longue liste de conseils bien-être à appliquer pendant le confinement, on n’en finit plus. La pandémie oblige les gens à rester chez soi, mais cette intrusion dans la vie privée ne s’arrête pas là. Les conseils sont multiples. Pourtant, il ne tient qu’à soi de continuer ou de changer ses habitudes. Le confinement permet de se reconnecter à soi et à ses envies. Ici, entendez donc que mon père a passé trois jours en pyjama, moi une semaine, a contrario de ma mère qui s’habille tous les jours (sauf le dimanche) depuis le dernier discours de notre président.

Pareil pour l’activité physique : on voit de plus en plus de cours de sport en ligne. Les médias et les réseaux sociaux cherchent à positiver au maximum – voire de manière extrême – les bienfaits du workout chez soi. Mais comment ça se passe si on en n’a pas envie ? Absolument rien, vous faites ce que vous voulez. C’est une bonne initiative que de proposer des cours en ligne et à la disposition de tous mais ne vous sentez pas obligés de les suivre si ça ne vous dit rien. Le plus important durant le confinement, c’est de s’écouter et se chouchouter. Alors, à chacun sa routine – à partir du moment que cela fait du bien !

Article de Sofia Rogozarski

Il y a quelques semaines, Paulette allait à la rencontre de ses lectrices new-yorkaises avec un appartement éphémère à Manhattan. Dimanche 8 septembre, nous avons organisé un shooting collectif en petite tenue pour célébrer le self-love.

Prendre confiance en soi, dans une société qui prône la maigreur à coups de régimes pour l’été et de chirurgie esthétique, n’est pas une mince affaire. Pendant #PauletteAndTheCity, du 6 au 11 septembre 2019, on vous a invitées à prendre la pose en sous-vêtements et à être fières de votre corps, peu importe ses différences et particularités. En découlent des photos collectives et individuelles inspirantes, avec des modèles magnifiques.

La soirée s’est continuée par une discussion sur la confiance en soi, toujours placée sous le signe de l’acceptation et du self-love, la lingerie de rigueur. Une journée qui s’inscrit dans le mouvement @allwomxnproject fondé par l’entrepeneure et mannequin grande taille @bonjourclem .

Représenter toutes les femmes

Lancée en 2016 par la Française Clémentine Desseaux et son homologue anglaise Charli Howard (@charlihoward), la campagne All Womxn Project rassemblait alors 11 top du monde entier. Barbie Ferreira (@barbieferreira) ou encore Elliott Sailors (@elliottsailors) se dévoilaient sans retouches dans la vidéo signée Olimpia Valli Fassi.

Ce mouvement a pour vocation de représenter toutes les filles et femmes, et prouver qu’elles sont toutes belles. Couleur de peau, marques de l’âge, cicatrices, poignées d’amour… tout est bon à accepter et à aimer sur son corps. Pas besoin de chercher à être toujours mieux ni à faire toujours plus. Les femmes sont assez et parfaites comme elles le sont. Le All Womxn Project invite chacune à organiser son propre événement et shooting photo, puis à poster les images sous le hashtag #iamallwomxn et à les envoyer via le site.

Des photos non retouchées pour des femmes vraies et une beauté naturelle, c’est la promesse All Womxn Project. La représentation de minorités permet d’amplifier leurs voix dans l’espace public, et de créer un endroit où les femmes se sentent en sécurité.

Article de Juliette Cardinale