Pour la sixième année consécutive, Converse sort une collection de chaussures multicolores et soutient la cause LGBTQIA+ à l’occasion du mois des fiertés.

La collection se décline sur plusieurs modèles phares de la marque Converse : la Chuck 70’s, la Chuck Taylor All Star en version haute, basse et plateforme, ainsi que la petite nouvelle la Run Star Hike. Mais ce n’est pas tout, dans la partie personnalisation Converse by you, vous pourrez aussi choisir des patchs et lacets inspirés des drapeaux de la fierté (bisexuels, pan-sexuels, lesbiens, non-binaires et transgenres). De quoi faire parler votre créativité !

Une collection 100 % LGBTQIA+

Converse Pride édition 2021 © Converse

Produite par et pour la communauté LGBTQIA+, la collection rend hommage au parcours individuel de chacun·e et invite à prendre confiance en soi et à s’affirmer. La campagne est ainsi axée sur le chemin (parfois mouvementé) de l’amour de soi. C’est pourquoi le graphisme représente des montagnes déchiquetées se transformant finalement en fleurs. Et pour faire avancer les choses encore un petit peu plus, Converse a fait appel à cinq membres de la communauté mondiale All Star : Caleb, Rocio, Tereza, Ty et Xandro. Ces jeunes créatif·ve·s ont ainsi pu travailler avec les designers de la marque, du concept à la production, pour donner naissance à la collection actuelle.

Une marque engagée

Converse Pride édition 2021 © Converse

Depuis la sortie de sa première collection Pride, en 2015, Converse a reversé plus de 1,3 millions de dollars à des organisations qui soutiennent la cause LGBTQIA+. Cette contribution a permis de créer des espaces sûrs pour les jeunes, de leur fournir les ressources essentielles pendant la pandémie du COVID-19 et de mener des études sur les questions ayant un impact direct sur la communauté.

Cette année, Converse s’allie au It Gets Better Project (IGBP) afin de permettre aux jeunes LGBTQIA+ de s’affirmer et de montrer leur potentiel. C’est notamment sur les réseaux sociaux, dont TikTok et Twitch, que la chaîne développe des initiatives de narration et d’éducation afin de sensibiliser la Gen Z. La marque soutiendra aussi le Ali Forney center, l’asso BAGLY et les programmes du OUT MetroWest.

Retrouvez dès maintenant la 6ème édition Pride de Converse ici.

Article de Clara Schnebel

La mission que se donne Entremains ? Faire de la seconde main, notre premier choix. Alors, en voyant ces modèles vintage Paraboot, devenus presque uniques -puisque stockés et plus vendus depuis des années- la marque saute sur l’occasion. Parce que la deuxième fois, c’est toujours mieux et c’est Entremains qui le dit.

© Entremains x Paraboot

Un travail artisanal du cuir, des chaussures intemporelles et indémodables, bienvenue à cette collab’ exclusive et limitée intitulée C’est pas l’âge qui compte.

Une sélection exclusive

Depuis le 12 mai dernier, découvrez en une sélection de modèles d’antan remis sur le devant de la scène. Débarrassez-vous de ces vieilles claquettes que vous trainez depuis mars dernier à la maison : il est temps de sortir et d’habiller dignement vos petits petons. Pour cela, rien de tel que des paires pratiquement uniques en leur genre, tant elles ont traversé les années, au chaud dans des ateliers grenoblois. En fait, ces chaussures Paraboot ne sont plus fabriquées, ni distribuées. Ces paires increvables, conçues en full cuir, se façonnent aux pieds, selon leurs formes ou la manière de marcher. (Re)découvrez les modèles Michael blanches, les Chambord couleur ou encore les méduses Ibéris bleues. 

C’était « vieux avant » ? 

Pour cette collaboration, Entremains fait une petite entorse à la seconde main, maître de sa marque. Parce qu’une paire à durée indéterminée, toujours aussi stylée 50 ans après sa fabrication, c’est une première main qui ne peut qu’être recommandée ! Initialement, le concept mère de la maison se nourrit d’un constat simple et affolant. En fait, si ces chiffres vous avaient échappés : c’est près de 150 milliards de vêtements qui sont produits chaque année pour la mode. Mais également, environ 2,6 tonnes qui sont jetées ou brûlées chaque seconde dans le monde. Pourquoi créer lorsque des pièces existent déjà, oubliées dans des placards ou des entrepôts ?

Paraboot x Entremains, c’est tout naturel, c’est limité et c’est très désiré, alors dépêchez-vous ! Vite, vite, vite, on commande sa paire juste ici.

Article de Margot Hinry

Pour sa collection automne-hiver 2020, Bobbies a décidé de taper large. Bottes, mocassins, bottines, escarpins, il y en a pour tous les goûts. 

Classique, rétro, moderne, cette nouvelle collection Bobbies parcourt tous les styles, pour donner à toutes « chaussure à son pied« . De la ballerine à la cuissarde et des talonnettes aux talons, il y en a aussi pour toutes les hauteurs. 

La collection

La nouvelle collection automne-hiver de Bobbies propose des mocassins et des sneakers, en passant par des cuissardes. Alors autant vous dire que chacune trouvera son bonheur. 

  • L'Adulée
  • L'Adulée
  • La Longbeach
  • La Romy
  • La Romy
  • Lydille
  • Bottes La Montrose

Il existe trois modèles de mocassins, tout comme il existe trois modèles de ballerines. Notre petite favorite ? La Virtuose, mocassin effet croco avec une pampilleDu côté des derbies, aussi trois modèles : La Boogie, La Reporter et La Woogie, certaines faites d’un cuir plus lisse, d’autres plus hautes. En sneakers, il y a – encore – plus de choix. Si La Boystown ou La Longbeach ressemblent davantage à une dad shoe, La Chamailleuse, La Melrose, La Sauvageonne et La Satinée sont plus classiques. Mais pour celles qui n’auraient pas encore trouvé leur bonheur : il existe aussi La Scotchée et La Turbulente qui, comme leur nom l’indique, se ferment avec des scratchs. Cette nouvelle gamme, c’est aussi six modèles d’escarpins, des plus classes aux plus rétros, vingt-deux modèles de bottines – et Moon boots – tous différents, et huit modèles de bottes et cuissardes ! 

Depuis peu, Bobbies fait aussi de la maroquinerie, et on ne peut que craquer pour leurs sacs à la fois passe-partout et stylés ! 

Collection à retrouver dès à présent sur le site internet de Bobbies.

Article de Clémence Bouquerod 

En cette période de rentrée, la marque M. Moustache sort une collection de chaussures créées à partir d’autres chaussures. On vous explique. 

Comme leur hashtag #shoesmadefromshoes l’explique si bien, cette nouvelle collection de M. Moustache est une collection créée à partir d’autres chaussures. En effet, dans toutes leurs échoppes, la marque a aujourd’hui des bacs, dans lequel les clients viennent déposer leurs chaussures abimées. A partir de celle-ci, la semelle de nouvelles chaussures est créée. Cette semelle, c’est la [re]colte. 

Le process 

Process de création de la semelle [re]colte – © Vidéo YouTube de M. Moustache

Première étape : depuis début 2019, M. Moustache encourage ses clients à se séparer de leurs chaussures en mauvais état. A partir de celles-ci, la marque a deux actions possibles. Si la chaussure est en assez bon état : elle est donnée aux Restos du Cœur. Si elle ne l’est pas, la marque fait appel à Monsieur Ferreira au Portugal. « Depuis 15 ans, il est persuadé que, une fois retirés les éléments en métal (oeillets…), on peut recycler une chaussure dans son ensemble. Et surtout qu’on peut s’en servir pour fabriquer de nouvelles chaussures ! Des semelles pour être précis », explique la marque. Et c’est ainsi que la semelle [re]colte est créée. 

Au final, elle est composée de 20% de chaussures recyclées, 50% de caoutchouc recyclé et de 30% de caoutchouc naturel. Et elle a été introduite dans 58% de la collection Automne-Hiver 2020 de M. Moustache. 

Renée, Brigitte et Marie

Par exemple, dans la nouvelle collection de M. Moustache, vous pouvez retrouver Renée, Brigitte et Marie, trois sneakers iconiques et stylées. « Toutes les trois fabriquées avec [la] semelle [re]colte », et parées de « couleurs automnales chaleureuses et de jeux de matières élégants. »

Collection déjà disponible sur leur site internet, à partir de 125€. 

Article de Clémence Bouquerod

Porter des sandales tropéziennes lorsque les températures remontent, ce n’est pas qu’une tendance. Petit à petit, la chaussure s’est inscrite dans nos quotidiens estivaux. Pour K. Jacques, ces créations sont le fruit de trois générations au savoir-faire unique. 

K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.
K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.

L’aventure débute en 1933 à Saint-Tropez. Et ça, ce n’est étonnant pour personne. La famille K. Jacques se lance dans la conception de sandales estivales. Du cuir, des matériaux méticuleusement sélectionnés, des modèles intemporels et épurés, les sandales tropéziennes ont su perdurer. Trois générations se sont succédé dans la fabrication artisanale de ces chers souliers que nous avons tous et toutes portés déjà une fois.

Immersion dans l’atelier K. Jacques 

Si la sandale est simple et élégante, le travail à fournir pour la conception est signe de patience et de méticulosité. Il faut en moyenne 60 minutes de travail pour chaque paire. Cela comprend 46 opérations différentes, toutes réalisées à la main par les 28 artisans de la maison. Un travail rigoureux qui a su faire de K. Jacques une marque de mode de luxe. 

La marque puise parfaitement son imagination de ce lieu qui lui est cher. Saint-Tropez, ce petit village de pêcheur où la famille y grandit depuis toujours est plein d’authenticité, de savoir-vivre et de beauté. Des critères que l’on retrouve dans la sandale qui a résisté à la dictature du temps. 

https://www.instagram.com/p/BpZ0smAll0N/

K. Jacques obtient un label d’État

Fort de son succès, la marque a su s’exporter à travers le monde. Les tropéziennes sont sur tous les pieds en été, déclinées à l’infini avec des paires au look toujours plus raffiné. Il est en plus possible de personnaliser sa sandale pour se chausser d’un modèle unique. Ce savoir-faire à la « Made in France » est récompensé en 2011. En effet, K. Jacques obtient le label « Entreprise du Patrimoine vivant ». Un faire-valoir important pour le chausseur qui diffuse cet art de vivre à la tropézienne à travers des créations de qualité, élégantes et durables. 

Vous pouvez retrouver les sandales tropéziennes sur l’E-shop !

Article de Nina Hossein.

TOMS nous dévoile sa première collection éthique nommée Earthwise. Découvrez-la avec Paulette !

Earthwise – TOMS

TOMS a créé Earthwise, une collection faite à partir de matériaux et de procédés respectueux de l’environnement.

La ligne propose des chaussures pour femmes, hommes et enfants. Elles sont fabriquées à partir de matières écologiques, avec des coloris sans produits chimiques. Les teintures proviennent de pigments d’origine végétale. Les semelles intérieures sont composées à 26 % de matériaux responsables. De plus, la doublure est conçue à partir de bois récoltés en forêt. 

Earthwise, un défi

À travers cette collection, TOMS a pour objectif de continuer à imaginer de jolis produits tout en prenant soin de la planète et en restant conscient et respectueux de l’environnement. Et chez Paulette, on soutient l’idée !

Cette collection est disponible sur l’e-shop. TOMS s’engage désormais à faire un don d’1 € sur 3 € gagnés.

Article d’Alicia Desrivieres

VANS et Sandy Liang s’associent le temps d’une collection en édition limitée de vêtements, chaussures et accessoires. Elle sera disponible dès le 21 février.

VANS X Sandy Liang

Originaire de Bayside dans le Queens, Sandy s’inspire de tout l’univers et l’énergie de New York, de sa grand-mère mais aussi ses vêtements de jeunesse. Connue pour mixer les tissus, les couleurs et les imprimés, elle revisite 5 paires de VANS Classic.

La collection chaussures

On retrouve dans cette collection des imprimés léopards, des breloques en métal, du velours rose… La Era Sandy Liang est le modèle phare de la collection chaussure. Le modèle Old Skool est en velours rose, imaginé du canapé venant du studio de la jeune créatrice new-yorkaise. Un deuxième modèle Old Skool rend hommage au quartier de Lower East Side. Elle a aussi repensé le modèle Platform Slip-On avec de la fausse fourrure léopard des neiges qui habille toute la chaussure. La VANS Sport est la dernière pièce de la collection chaussure et est inspirée du quartier d’origine de Sandy Liang. Chaque modèle est unique.

Les vêtements et accessoires

Neuf pièces émanent de la ligne vêtements et accessoires. Elles reflètent la nostalgie des années 90. Les pièces phares sont un sweat à capuche oversize Sandy BF, un cycliste façon peau de serpent, une combinaison rose pâle et une veste à pois. Les accessoires contiennent un sac banane et un sac en fausse peau de mouton. 

Où la trouver ?

La collection VANS x Sandy Liang sera disponible à partir du 21 février prochain, en édition limitée. Vous la trouverez sur les sites internet VANS et Sandy Liang. Mais aussi dans quelques boutiques VANS. De plus, le pop-up The General by VANS ouvrira ses portes du 21 février au 15 mars et présentera la collaboration ainsi que la collection de prêt-à-porter de Sandy Liang.

Article d’Alicia Desrivieres

Cette année, Jonak fête ses 55 ans. La marque décide de marquer le coup en co-créant une collection exclusive avec pas moins de cinq influenceuses !

Parisiennes d’origine ou d’adoption, Diane Kari, Constance Arnoult, Eleonore Léo Jeanne, Camille Witt et Hanna Lhoumeau incarnent à elles cinq le style Jonak. Cet automne, elle signent une collection capsule de 10 modèles.

Issues d’univers différents, chacune d’entre elle a dessiné avec le bureau de style Jonak deux modèles qui correspondent à leurs styles personnels. Venez, on vous les présente !

  • Camille Witt : créative et solaire, Camille est illustratrice, directrice artistique et travaille pour la marque Rouje.
  • Hanna Lhoumeau : Influenceuse d’origine bordelaise passionnée de mode et d’architecture, Hanna est mannequin et productrice de musique.
  • Constance Arnoult : le feed Instagram très sixties de cette influenceuse aux airs de Brigitte Bardot (qui travaille comme Event Manager chez @maisoncaulieres) attire près de 70.000 personnes à travers le monde.
  • Diane Kari : après le succès de sa boutique en ligne sur Instagram @fripouillevintage, la reine du vintage Diane Kari réédite ses pièces fétiches en lançant cet automne sa propre marque éponyme.
  • Eleonore Léo Jeanne : comme une apparition sortie tout droit des années 50, Eléonore a été consacrée mannequin par des griffes comme Rouje, Levi’s ou encore Kérastase.

Des univers riches et des styles bien particuliers : d’autant plus de possibilités pour trouver chaussure à son pied ! Elles comptabilisent à elles cinq plus de 275 000 followers avec des audiences croisées. Une belle visibilité pour une collection exclusive que l’on va (personnellement) vite aller shopper !

Disponible depuis le 30 octobre, retrouvez la collection #Jonakgirls dans les magasins Jonak et sur leur site internet.

Article d’Alexandra Hostier