Pour sa collection automne-hiver 2020, Bobbies a décidé de taper large. Bottes, mocassins, bottines, escarpins, il y en a pour tous les goûts. 

Classique, rétro, moderne, cette nouvelle collection Bobbies parcourt tous les styles, pour donner à toutes « chaussure à son pied« . De la ballerine à la cuissarde et des talonnettes aux talons, il y en a aussi pour toutes les hauteurs. 

La collection

La nouvelle collection automne-hiver de Bobbies propose des mocassins et des sneakers, en passant par des cuissardes. Alors autant vous dire que chacune trouvera son bonheur. 

  • L'Adulée
  • L'Adulée
  • La Longbeach
  • La Romy
  • La Romy
  • Lydille
  • Bottes La Montrose

Il existe trois modèles de mocassins, tout comme il existe trois modèles de ballerines. Notre petite favorite ? La Virtuose, mocassin effet croco avec une pampilleDu côté des derbies, aussi trois modèles : La Boogie, La Reporter et La Woogie, certaines faites d’un cuir plus lisse, d’autres plus hautes. En sneakers, il y a – encore – plus de choix. Si La Boystown ou La Longbeach ressemblent davantage à une dad shoe, La Chamailleuse, La Melrose, La Sauvageonne et La Satinée sont plus classiques. Mais pour celles qui n’auraient pas encore trouvé leur bonheur : il existe aussi La Scotchée et La Turbulente qui, comme leur nom l’indique, se ferment avec des scratchs. Cette nouvelle gamme, c’est aussi six modèles d’escarpins, des plus classes aux plus rétros, vingt-deux modèles de bottines – et Moon boots – tous différents, et huit modèles de bottes et cuissardes ! 

Depuis peu, Bobbies fait aussi de la maroquinerie, et on ne peut que craquer pour leurs sacs à la fois passe-partout et stylés ! 

Collection à retrouver dès à présent sur le site internet de Bobbies.

Article de Clémence Bouquerod 

En cette période de rentrée, la marque M. Moustache sort une collection de chaussures créées à partir d’autres chaussures. On vous explique. 

Comme leur hashtag #shoesmadefromshoes l’explique si bien, cette nouvelle collection de M. Moustache est une collection créée à partir d’autres chaussures. En effet, dans toutes leurs échoppes, la marque a aujourd’hui des bacs, dans lequel les clients viennent déposer leurs chaussures abimées. A partir de celle-ci, la semelle de nouvelles chaussures est créée. Cette semelle, c’est la [re]colte. 

Le process 

Process de création de la semelle [re]colte – © Vidéo YouTube de M. Moustache

Première étape : depuis début 2019, M. Moustache encourage ses clients à se séparer de leurs chaussures en mauvais état. A partir de celles-ci, la marque a deux actions possibles. Si la chaussure est en assez bon état : elle est donnée aux Restos du Cœur. Si elle ne l’est pas, la marque fait appel à Monsieur Ferreira au Portugal. « Depuis 15 ans, il est persuadé que, une fois retirés les éléments en métal (oeillets…), on peut recycler une chaussure dans son ensemble. Et surtout qu’on peut s’en servir pour fabriquer de nouvelles chaussures ! Des semelles pour être précis », explique la marque. Et c’est ainsi que la semelle [re]colte est créée. 

Au final, elle est composée de 20% de chaussures recyclées, 50% de caoutchouc recyclé et de 30% de caoutchouc naturel. Et elle a été introduite dans 58% de la collection Automne-Hiver 2020 de M. Moustache. 

Renée, Brigitte et Marie

Par exemple, dans la nouvelle collection de M. Moustache, vous pouvez retrouver Renée, Brigitte et Marie, trois sneakers iconiques et stylées. « Toutes les trois fabriquées avec [la] semelle [re]colte », et parées de « couleurs automnales chaleureuses et de jeux de matières élégants. »

Collection déjà disponible sur leur site internet, à partir de 125€. 

Article de Clémence Bouquerod

Porter des sandales tropéziennes lorsque les températures remontent, ce n’est pas qu’une tendance. Petit à petit, la chaussure s’est inscrite dans nos quotidiens estivaux. Pour K. Jacques, ces créations sont le fruit de trois générations au savoir-faire unique. 

K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.
K. Jacques est une marque de sandales tropéziennes depuis 1933. Crédits : ©K.Jacques.

L’aventure débute en 1933 à Saint-Tropez. Et ça, ce n’est étonnant pour personne. La famille K. Jacques se lance dans la conception de sandales estivales. Du cuir, des matériaux méticuleusement sélectionnés, des modèles intemporels et épurés, les sandales tropéziennes ont su perdurer. Trois générations se sont succédé dans la fabrication artisanale de ces chers souliers que nous avons tous et toutes portés déjà une fois.

Immersion dans l’atelier K. Jacques 

Si la sandale est simple et élégante, le travail à fournir pour la conception est signe de patience et de méticulosité. Il faut en moyenne 60 minutes de travail pour chaque paire. Cela comprend 46 opérations différentes, toutes réalisées à la main par les 28 artisans de la maison. Un travail rigoureux qui a su faire de K. Jacques une marque de mode de luxe. 

La marque puise parfaitement son imagination de ce lieu qui lui est cher. Saint-Tropez, ce petit village de pêcheur où la famille y grandit depuis toujours est plein d’authenticité, de savoir-vivre et de beauté. Des critères que l’on retrouve dans la sandale qui a résisté à la dictature du temps. 

https://www.instagram.com/p/BpZ0smAll0N/

K. Jacques obtient un label d’État

Fort de son succès, la marque a su s’exporter à travers le monde. Les tropéziennes sont sur tous les pieds en été, déclinées à l’infini avec des paires au look toujours plus raffiné. Il est en plus possible de personnaliser sa sandale pour se chausser d’un modèle unique. Ce savoir-faire à la « Made in France » est récompensé en 2011. En effet, K. Jacques obtient le label « Entreprise du Patrimoine vivant ». Un faire-valoir important pour le chausseur qui diffuse cet art de vivre à la tropézienne à travers des créations de qualité, élégantes et durables. 

Vous pouvez retrouver les sandales tropéziennes sur l’E-shop !

Article de Nina Hossein.

TOMS nous dévoile sa première collection éthique nommée Earthwise. Découvrez-la avec Paulette !

Earthwise – TOMS

TOMS a créé Earthwise, une collection faite à partir de matériaux et de procédés respectueux de l’environnement.

La ligne propose des chaussures pour femmes, hommes et enfants. Elles sont fabriquées à partir de matières écologiques, avec des coloris sans produits chimiques. Les teintures proviennent de pigments d’origine végétale. Les semelles intérieures sont composées à 26 % de matériaux responsables. De plus, la doublure est conçue à partir de bois récoltés en forêt. 

Earthwise, un défi

À travers cette collection, TOMS a pour objectif de continuer à imaginer de jolis produits tout en prenant soin de la planète et en restant conscient et respectueux de l’environnement. Et chez Paulette, on soutient l’idée !

Cette collection est disponible sur l’e-shop. TOMS s’engage désormais à faire un don d’1 € sur 3 € gagnés.

Article d’Alicia Desrivieres

VANS et Sandy Liang s’associent le temps d’une collection en édition limitée de vêtements, chaussures et accessoires. Elle sera disponible dès le 21 février.

VANS X Sandy Liang

Originaire de Bayside dans le Queens, Sandy s’inspire de tout l’univers et l’énergie de New York, de sa grand-mère mais aussi ses vêtements de jeunesse. Connue pour mixer les tissus, les couleurs et les imprimés, elle revisite 5 paires de VANS Classic.

La collection chaussures

On retrouve dans cette collection des imprimés léopards, des breloques en métal, du velours rose… La Era Sandy Liang est le modèle phare de la collection chaussure. Le modèle Old Skool est en velours rose, imaginé du canapé venant du studio de la jeune créatrice new-yorkaise. Un deuxième modèle Old Skool rend hommage au quartier de Lower East Side. Elle a aussi repensé le modèle Platform Slip-On avec de la fausse fourrure léopard des neiges qui habille toute la chaussure. La VANS Sport est la dernière pièce de la collection chaussure et est inspirée du quartier d’origine de Sandy Liang. Chaque modèle est unique.

Les vêtements et accessoires

Neuf pièces émanent de la ligne vêtements et accessoires. Elles reflètent la nostalgie des années 90. Les pièces phares sont un sweat à capuche oversize Sandy BF, un cycliste façon peau de serpent, une combinaison rose pâle et une veste à pois. Les accessoires contiennent un sac banane et un sac en fausse peau de mouton. 

Où la trouver ?

La collection VANS x Sandy Liang sera disponible à partir du 21 février prochain, en édition limitée. Vous la trouverez sur les sites internet VANS et Sandy Liang. Mais aussi dans quelques boutiques VANS. De plus, le pop-up The General by VANS ouvrira ses portes du 21 février au 15 mars et présentera la collaboration ainsi que la collection de prêt-à-porter de Sandy Liang.

Article d’Alicia Desrivieres

Cette année, Jonak fête ses 55 ans. La marque décide de marquer le coup en co-créant une collection exclusive avec pas moins de cinq influenceuses !

Parisiennes d’origine ou d’adoption, Diane Kari, Constance Arnoult, Eleonore Léo Jeanne, Camille Witt et Hanna Lhoumeau incarnent à elles cinq le style Jonak. Cet automne, elle signent une collection capsule de 10 modèles.

Issues d’univers différents, chacune d’entre elle a dessiné avec le bureau de style Jonak deux modèles qui correspondent à leurs styles personnels. Venez, on vous les présente !

  • Camille Witt : créative et solaire, Camille est illustratrice, directrice artistique et travaille pour la marque Rouje.
  • Hanna Lhoumeau : Influenceuse d’origine bordelaise passionnée de mode et d’architecture, Hanna est mannequin et productrice de musique.
  • Constance Arnoult : le feed Instagram très sixties de cette influenceuse aux airs de Brigitte Bardot (qui travaille comme Event Manager chez @maisoncaulieres) attire près de 70.000 personnes à travers le monde.
  • Diane Kari : après le succès de sa boutique en ligne sur Instagram @fripouillevintage, la reine du vintage Diane Kari réédite ses pièces fétiches en lançant cet automne sa propre marque éponyme.
  • Eleonore Léo Jeanne : comme une apparition sortie tout droit des années 50, Eléonore a été consacrée mannequin par des griffes comme Rouje, Levi’s ou encore Kérastase.

Des univers riches et des styles bien particuliers : d’autant plus de possibilités pour trouver chaussure à son pied ! Elles comptabilisent à elles cinq plus de 275 000 followers avec des audiences croisées. Une belle visibilité pour une collection exclusive que l’on va (personnellement) vite aller shopper !

Disponible depuis le 30 octobre, retrouvez la collection #Jonakgirls dans les magasins Jonak et sur leur site internet.

Article d’Alexandra Hostier

Elles sont discrètes à l’extérieur mais renferment un monde de luxure à l’intérieur. Découvrez les sneakers nées de la collaboration Clae x Petites Luxures.

Clae x Petites Luxures

La marque de sneakers Clae, fondée à Los Angeles en 2001 par le Coréen Shung Choi, s’associe à l’artiste français Simon Frankart, plus connu sous le nom Petites Luxures, pour une édition très limitée de chaussures. Disponibles sur le site clae.eu et chez quelques revendeurs, les modèles allient l’allure classique de Clae avec le subversif sexy de Petites Luxures.

Simon Frankart revisite pour l’occasion la Bradley, chaussure emblématique de la marque Clae. Classique mais moderne, la paire reprend la couleur beige des dessins de Petites Luxures et le logo élégant de l’illustrateur – une main dans un cœur – est imprimé sur l’extérieur. Mais à l’intérieur, les corps s’entremêlent dans une fresque érotique. En effet, les semelles sont recouvertes d’une illustration unique, créée par Simon Frankart. Vos pieds seront donc lovés dans des chaussures confortables, raffinées, mais qui renferment un petit secret coquin.

Un succès Instagram

Petites Luxures a été le secret le mieux gardé d’Internet pendant un moment. Personne ne savait qui se cachait derrière le compte Instagram et ses illustrations érotiques. Simon Frankart y poste des dessins réalisés à l’encre noire sur fonds de couleur beige. Habilement suggérés, les dessins sont accompagnés d’une légende en français, souvent un jeu de mot, et de son explication en anglais. Bien que très limite pour un lieu de travail, les dessins sont assez subtiles et minimalistes pour rester dans le cadre du correct. Aujourd’hui, Petites Luxures comptabilise plus d’un million de followers.

Article par Juliette Cardinale

Pour sa campagne automne-hiver 2019, la marque de chaussures TOMS apporte son soutien à des initiatives qui luttent contre les violences domestiques chez les jeunes. Elle s’associe donc avec le Gucci Gang et sa plateforme Safe Place pour organiser un événement le 7 septembre 2019 à Paris. Le but de ce projet étant de sensibiliser le public mais également apporter un réel soutien à des centaines de jeunes femmes à travers une subvention à l’association En Avant Toute(s).

Le fléau de la violence domestique – qu’elle soit sexuelle, physique ou psychologique – touche beaucoup de femmes dans le monde. L’association En Avant Toute(s), créée en 2013, a démontré via une étude que les jeunes étaient les plus exposés à ces terribles abus mais aussi les moins bien servis en terme d’accès à des services de soutien. Selon l’organisation, les jeunes femmes se tourneraient surtout vers leurs amis et internet pour chercher de l’aide et non vers des structures spécialisées.

STAND FOR RESPECT

La marque de chaussure américaine TOMS, quant à elle, souhaite s’engager plus que jamais à sensibiliser le public sur ce problème et à créer des espaces sûrs pour les victimes de violences domestiques en France. La campagne Stand for Respect, à l’occasion de la collection automne-hiver 2019, est donc mise en place avec le Gucci Gang et En Avant Toute(s) pour une visibilité maximale – portée par la marque engagée que représente TOMS.

https://www.instagram.com/p/BykyAAbCWnn/

Des espaces sûrs et du soutien

Si le Gucci Gang est à l’honneur du projet TOMS, les quatre jeunes filles qui le composent ne sont pas seulement le visage de Stand For Respect. Liées par leur amour de la mode, de la musique et de l’art, ces Parisiennes ont créé Safe Place en 2017 pour donner aux jeunes femmes un endroit où partager sans jugement ni tabou leurs pensées. Ainsi, le compte Instagram @wearesafeplace partage les témoignages recueillis à travers l’adresse mail safeplacegirls@gmail.com – une initiative qu’on ne peut qu’applaudir, tant elle suscite au partage et aussi à la sensibilisation de ses pairs.

Un événement auquel vous voulez participer

Avec TOMS, Safe Place organise un événement gratuit le 7 septembre 2019 à Paris où jeunes femmes et hommes sont invités. Des discussions, conférences, ateliers et un espace de dialogue ouvert et positif seront mis en place, avant de finir la journée avec cocktail et DJ. Pour s’inscrire, c’est par ici. On vous y attend, car la team Paulette ne raterait pas une occasion d’apporter son soutien à une campagne bien pensée et engagée. Vous venez ?

https://www.instagram.com/p/B1qfDqfAhXz/

Un tchat en ligne pour aider les jeunes victimes

TOMS versera aussi une subvention à En Avant Toute(s). Cette ONG, qui promet l’égalité des sexes et œuvre contre les violences, a créé un tchat pour permettre aux jeunes victimes de se tourner vers un soutien gratuit et fiable. Premier dans son genre en France, le tchat est anonyme et a permis d’aider 148 jeunes femmes en 2018. De plus, 45 000 personnes ont bénéficié des ressources mises à disposition sur le site web de l’association.

Grâce à la subvention de TOMS, En Avant Toute(s) pourra recruter deux conseiller(e)s supplémentaires et aider ainsi plus de jeunes femmes. En effet, suite aux mouvements #MeToo et #balancetonporc, les utilisateurs du tchat ont augmenté de 117% depuis octobre 2017, d’après la co-fondatrice de l’association, Ynaée Benaben.

Cette campagne Stand For Respect devrait ainsi améliorer la communication autour des problèmes de violence domestique chez les jeunes afin de pouvoir véritablement « commencer à apporter des changements positifs » d’après Lisa Hogg, Senior Director Marketing & Giving chez TOMS EMEA.

Toutes les infos sur la campagne sont à découvrir ici