Boire une mousse en terrasse, déguster une salade César au soleil ou s’octroyer un week-end dépaysant sur la côte, on en rêvait depuis deux mois et c’est dorénavant possible. Pour assurer la sécurité optimale de la clientèle, des mesures sont dégainées, à l’instar de l’espacement entre les tables. Une interrogation demeure toutefois : comment visionner la carte des plats proposés ? Éléments de réponse avec l’application OuiLaCarte.

Le crédo OuiLaCarte : favoriser la digitalisation

Menus sur des sets en papier, ardoise avec l’ensemble des plats ou encore carte à l’entrée des enseignes … Trouver une solution fiable et efficace relève du casse-tête chinois pour nos amis les restaurateurs.

Noham Choulant, créateur de AirK2 et expert de la dématérialisation s’est armé d’une brillante idée en cette période de déconfinement. Le noyau dur du projet ? Miser sur le numérique en digitalisant les cartes et les menus. En clair, on scanne avec son smartphone un QR code disposé sur la table et, en un claquement de doigt, de nouvelles opportunités se dégagent. « Notre application 100 % digitale simplifie l’organisation au quotidien tout en garantissant le respect des précautions et des gestes barrières. Les clients peuvent ainsi profiter et savourer l’instant présent, sans stress », détaille le fondateur du concept.

AirK2 Noham Choulant

L’objectif final ? Maintenir un accueil chaleureux et 100 % bonne humeur, le tout dans un élan de confiance et de sérénité entre les équipes et les clients.

Une myriade de possibilités à la carte

Du côté des consommateurs, après avoir scanné le QR code un triptyque de fonctionnalités s’éveille : lire la carte sur smartphone, passer ou modifier sa commande et enfin recevoir son addition par mail.

Au niveau des professionnels, durant le service, les choix des clients sont envoyés à l’instant-t aux serveurs, qui suivront aisément les tables dont ils s’occupent. Les cuistots, loin d’être lésés, reçoivent eux aussi les notifications au fur et à mesure. Après le rush, les établissements se munissent d’un écran récapitulatif visant à garder un œil sur les commandes et les montants, et envoient facilement les notes à la clientèle.

Digitalisation des cartes et menus

Au final, un abonnement au prix tout doux de 10 euros par mois pour booster son activité !

Au programme des prochaines innovations, la création d’un espace collaboratif ou la gestion des cartes de fidélité… Alors pour se tenir au jus, on clique juste ici.

Avant le repliement en huit clos, de nombreux lieux procuraient aux food-lovers de délicieux moments d’évasion. Envie d’apporter sa pierre à l’édifice et d’aider les enseignes de restauration et autres temples de la gastronomie ? Zoom sur les coups de pouce qui boosteront la future joie de vivre post-confinement.

Parce qu’on se délectait d’une pizza au restaurant. Parce qu’on se délectera de soutenir les orfèvres du goût et de la qualité

La plateforme solidaire : #Sauvetonresto

Le projet #Sauvetonresto est né de la fusion de deux entreprises : Hemblem, spécialisée dans le community management hôtelier, et Le Pot Commun, star de la cagnotte en ligne.

https://www.instagram.com/p/B-tlD4cIn7N/

Le principe est on ne peut plus simple : on réserve sous forme de bons d’achat (à utiliser après le confinement) ce qui nous ravira le plus. Une nuitée avec son +1, un spritz entre copines ou un atelier culinaire, le champ des possibles est ouvert !

Le projet de collecte : Aidons Nos Restaurants

Les deux géants LaFourchette et TripAdvisor mobilisent leur communauté respective autour d’une plateforme : Aidons Nos Restaurants. L’objectif ? Collecter le maximum de bons prépayés pour que les enseignes remontent progressivement la pente.

https://www.instagram.com/p/B–EdvSJcCt/

Et comme l’avisent les instigateurs : « Partagez cette initiative autour de vous ! ».

Parce qu’on appréciait l’esprit vivifiant des terrasses. Parce qu’on appréciera aider les as des spritz et mojitos (à gogo)

Le site pour offrir sa future tournée : Bar Solidaire

Le groupe AB InBev France, distributeur majeur de bières en France, a eu l’ingénieuse idée de réunir les assoiffés autour de leur(s) spot(s) préféré(s).

https://www.instagram.com/p/B_m15a9Jbbh/

Pour prévoir la déferlante de pintes, voici la marche à suivre : on se rend sur Bar Solidaire et l’on verse le montant de son choix, que l’on récupérera en bons d’achat pour l’après confinement. De son côté, l’établissement convoité reçoit d’une part la contribution du généreux donateur, et d’autre part la même valeur en bière par AB InBev.

https://www.instagram.com/p/B_uQfhdHKMK/
Jupiler Café : une brasserie traditionnelle et raffinée à Colmar

Le plus ardu demeurera de choisir entre une bière en Alsace, un spritz à Saint-Tropez ou un verre de vin rouge à Panam.

Que les amateurs de gourmandises et breuvages se réveillent : on apporte sa contribution aux joyeuses dégustations à venir !

A la rédaction, on est adepte de nouvelles trouvailles culinaires. Néanmoins, la simplicité et le retour aux sources ont parfois du bon. C’est vrai : qui ne se laisserait pas tenter par un bon steak tartare, accompagné de frites dorées et croustillantes ? Tour d’horizon des brasseries qui surfent sur la vague du classique revisité, pour replonger les Paulette nostalgiques dans leurs souvenirs. 

Le spot qui décoiffe le 10ème : la Brasserie Bellanger

Dès l’entrée, le décor est planté : les néons girly côtoient photos d’époque et végétation luxuriante. Ici, tout est dans l’art du détail, jusque dans le choix de la vaisselle avec des carafes en forme d’animaux. 

Dans l’assiette, les plats typiques sont réalisés avec finesse, dans une veine créative. On s’est d’abord laissé.e.s tenter par l’entrée du maraîcher : un velouté onctueux aux poireaux et pomme de terre, parsemé de graines de sarrasin et de filaments de poireaux grillés, pour la touche de croquant. En guise de plats, nos estomacs se sont ravis de la pêche du jour : un filet de maigre, tout juste nacré et accompagné de légumes verts croquants. Gros coup de coeur pour l’assiette vegan, avec un jeu de textures autour du potiron.

Adresse : 140 Rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris.

Quand le Durand Dupont se refait une beauté 

L’institution Durand Dupont, bien connue des Neuilléens depuis 1902, a subi une métamorphose, pour réapparaître plus que sublimée en mai 2019. La brasserie se décline en plusieurs espaces. Le patio intérieur végétalisé et la terrasse extérieure riment avec fraîcheur et nature. Dans la salle, l’accent est mis sur l’harmonie, la convivialité et la chaleur. 

Aux fourneaux, les chefs Vincent Munier et Maurice Guillouet nous régalent à coup d’assiettes contemporaines, toutefois encrées dans les codes des bistrots traditionnels. Pour les Paulette désireuses de sentir les embruns, une fleuraison de fruits de mer (sous forme de plateau ou à l’unité) est proposée. Les aficionados de pastas se délecteront avec les ravioles à la truffe de la maison Perrin. Mention spéciale pour les desserts de Jérémy Feuvrier, tout aussi goûtus et élégants que les plats : cheesecake coulis de fruits rouge, mi-cuit au chocolat, ananas rôti verveine, et bien d’autres.

Adresse : 14 Place du Marché, 92200 Neuilly-sur-Seine.

Rendez-vous au Lazare pour un repas en famille et sans chichi

Niché sur le parvis de la gare Saint-Lazare, ce restaurant vous souhaite la bienvenue  dans l’antre de la cuisine généreuse et familiale. Dans un cadre boisé, le chef Eric Frechon s’est évertué à faire des plats d’enfance des mets raffinés et authentiques. 

Pour se régaler, au menu : du suprême de poulet rôti en caissette, accompagné de sa purée de pomme de terre, ou encore « la meilleure saucisse purée de Paris ». 

Bonus pour le semainier comme à l’ancienne. Le concept est simple : à chaque jour son plat phare. Alors, serez-vous plutôt brandade de morue du vendredi ou croque-monsieur du samedi ? 

Adresse : Rue Intérieure, 75008 Paris.

La renaissance du bistrot français chez Astair 

Une déco rétro pimpée de rouge et agrémentée d’un fond sonore jazzy : nous voilà embarqué chez Astair. Est mis à l’honneur le savoir-vivre à la française, dans un écrin feutré et moderne. 

A la rédac’, on a été curieuse de découvrir ce qui se cachait sous la dénomination « service à la française à partager » et l’on n’a pas été déçu.e.s. Rien de tel pour une soirée à deux que de déguster un artichaut vinaigrette ou des tartines de saumon fumé de Norvège. Pour le plat, on s’est laissé.e.s séduire par une création qui fleure bon le chant des cigales : le poulpe sauté à la provençale et ses pommes grenailles. 

Adresse : 19 Passage des Panoramas, 75002 Paris. 

Le plus verdoyant : l’Alcazar 

Se rendre à l’Alcazar, c’est comme faire un bond en pleine forêt amazonienne. Ce qui prédomine ici, c’est la végétation et la clarté qui émane d’un important puit de lumière. L’artisanat est mis en avant avec un mobilier chiné et des matières nobles comme le marbre, le bois ou la paille. 

Aux manettes, les cuisiniers rivalisent d’ingéniosité pour livrer des associations détonantes et gourmandes, à l’image de l’alcazar bowl à base de riz rond semi-complet, de saumon, de potiron rôti et d’écrasé d’avocat. Venir à l’Alcazar, c’est aussi l’occasion de fondre pour un bon poulet rôti fermier avec ses frites maison. En dessert, on songe déjà à la magie des fêtes de fin d’année en dégustant les figues rôties jointes à un pain perdu de pain d’épices. 

Adresse : 62, rue Mazarine, 75006 Paris. 

Une escapade verdoyante chez Eugène Eugène

Prélassez-vous le temps d’un instant gourmand dans une serre emplie de lumière. Ici, le décor fait penser à celui d’une maison de campagne, où l’on est un membre à part entière de la famille. On peut se détendre et prendre un verre au bar comme on le ferait dans sa cuisine, ou s’installer à la grande table pour déguster des mets de qualité. Bref, que l’on vienne en afterwork en semaine, avec toute la famille le dimanche midi, ou en amoureux le samedi soir, toutes les générations se fondent dans ce lieu où les ambiances et styles se mélangent avec raffinement. Le bonus, c’est la coin extérieur pour les amoureux de la nature, qui profiteront d’un moment bucolique, entourés d’herbes aromatiques.

On est facilement séduit par les plats à la carte, avec comme maîtres-mots convivialité et authenticité, pour que baigne dans l’assiette tout le patrimoine français. Alors, plutôt boeuf bourguignon ou blanquette de veau ? Et pour le dessert, escapade avec la tarte normande ou aller-retour Paris-Brest ?

La cerise sur le gâteau : pour les Paulette qui ont eu les yeux plus gros que le ventre, il est possible de demander un Doggy Bag !

Adresse : 38-40 Rue Eugène Eichenberger, 92800 Puteaux.

Gallopin : tradition et élégance à l’état pur

Comme dans une parenthèse enchantée, on s’offre le luxe de mettre les petits plats dans les grands. Nappes blanches, lustres et moulures, tous les codes du savoir-faire à la française sont rassemblés. On assiste même à un spectacle vivant sous nos yeux ébahis, avec les flambages et découpes. On commence le repas en douceur avec le velouté de potimarron servi en soupière, accompagné d’une crème fouettée et de châtaignes. Puis, on continue l’épopée gustative avec un dos de cabillaud nacré et son écrasé de pommes de terre safrané. Enfin, on se perd dans les profondeurs d’un succulente Forêt-Noire.

Adresse : 40 Rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris.

Terminus Nord : le voyage gustatif de la Rive Droite

Implanté à deux pas de la Gare du Nord, les Paulette qui reviennent d’une escapade sur les terres de Big Ben ou du pays des tulipes, seront ravies de s’octroyer un moment de douceur pour éveiller leurs papilles, dans les confortables banquettes matelassées du Terminus Nord. À la rédaction, on n’a pu résister à l’odeur enivrante du fish and chips de merlan, avec sa sauce tartare et ses frites fraîches. Pour ravir les estomacs des aficionados de viande : l’échine de porc confite avec sa fricassée de champignons et sa purée de pommes de terre. Et en guise de petite gâterie sucrée, on opte pout un tout chocolat : mi-cuit au chocolat Valrhona et profiteroles au chocolat chaud Valrhona.

Adresse : 23 Rue de Dunkerque, 75010 Paris.

Vous détenez dorénavant la crème de la crème des brasseries les plus alléchantes, les plus glamour et les plus nostalgiques d’un Paris grouillant de titi parisiens. Le plus dur sera de choisir !

Article de Marion Tabard