Suite aux annonces gouvernementales, les réunions sportives en salle sont à l’arrêt. Une déclaration qui a eu l’effet d’un coup de massue chez les aficionados de musculation et autres cours collectifs. Néanmoins, des entités physiques ont pris le contre-pied de la fâcheuse nouvelle, en dégainant des concepts fun et 100 % en ligne ! On fait le point.

Et si on « punchait » à la maison ?

« Punch » : késako ? Ce concept novateur jongle entre 50 % de boxe et 50 % de bootcamp, pour deux fois plus de plaisir !

Concrètement, à quoi s’attendre ? Du contenu vidéo de qualité réalisé par des coachs, avec pour objectif majeur de travailler l’ensemble du corps ou se concentrer sur une zone spécifique. Pas de panique pour les débutants, les cours sont répartis en deux niveaux : PUNCH SIGNATURE (30-35min) et PUNCH EXPRESS (10-15min).

Last but not least : on peut assister à des ateliers en live animés par les professeurs du studio, pour la maudite somme de 10 euros la session. On réserve sa place sur le site après avoir jeté un coup d’œil au planning et une heure avant l’atelier sportif, on reçoit un lien de connexion.

L’essayer, c’est l’adopter avec un abonnement à 9,99 euros par mois, une fois les 15 premiers jours d’essai gratuits.

Fit’Ballet : l’alternative douceur pour travailler en profondeur

Aux prémices de cette méthode : Octavie Escure, danseuse professionnelle. Derrière Fit’Ballet se cachent des entrainement qui ciblent et sculptent les zones musculaires de façon délicate et intense. Ainsi, fitness et bien-être se retrouvent en symbiose.

Bonne nouvelle : On peut se mettre en mode danseuse gracieuse à tout moment de la journée grâce à l’abonnement Train Like a Fit’Ballerina à partir de 19,99 euros le mois.

Qui a dit que l’on ne pouvait pas transpirer en plein milieu du salon ?

Etam et Le Coq Sportif s’allient pour une collection en édition limitée en collaboration avec deux boxeuses professionnelles. 

Etam x Le Coq Sportif

Etam et Le Coq Sportif lancent une collection exclusive de boxe ultra dynamique qui mêle confort, technicité et mode. Elle se compose de brassières, shorts, pantalons, leggings, sweats… Les deux boxeuses Shannon Touré-Yoka et Laela Elksiri ont participé au développement de la collection sur l’aspect technique et en fonction des besoins des boxeuses en général. 

Deux boxeuses talentueuses

Shannon Touré-Yoka commence la boxe dès son plus jeune âge. Nommée double championne de France junior 2018 et 2019, elle devient ensuite championne de France senior 2020 catégorie 69kg à tout juste 18 ans. Elle a également rejoint la famille Le Coq Sportif l’année dernière ! 

Laela Elksiri a pratiqué la boxe anglaise pendant 9 années. Elle devient par la suite coach au Temple Noble Art. En plus d’une quarantaine de combats amateurs élite, elle finit deux fois demi-finaliste des Championnats de France et est médaillée d’Or au tournoi de Setif en 2018.

Etam x Le Coq Sportif 

Etam apporte une expertise corsetier en créant des brassières parfaitement adaptées aux besoins des boxeuses. La griffe française mise sur un confort total, un galbe idéal pour la poitrine, tout en respectant la liberté de mouvement propre à la boxe. Côté mode, les brassières sont logotypes et floquées ton sur ton Etam x Le Coq Sportif

La technicité des matières a été pensée par Le Coq Sportif. Les t-shirts, débardeurs et le hoody sont en coton, la matière star de la marque. Elle est d’ailleurs travaillée avec un traitement de respirabilité avec des zones d’aération. 

Les pantalons, leggings et shorts sont conçus à partir de matière gainante qui ne marque pas au contact de l’humidité ou de la transpiration. Ils sont également dotés d’une ceinture élastique pour un meilleur maintien à la taille. 

La palette de couleur intense et profonde rappelle l’énergie et la vivacité qui nous plonge dans un esprit sportif ! 

La collection est disponible dès maintenant dans 24 magasins Etam (France et Europe) et 8 boutiques Le Coq Sportif (France, Suisse et Espagne). Vous pouvez également la retrouver sur les sites etam.com et lecoqsportif.com

Article d’Alicia Desrivieres